Love +++ voyage voyages !

Ahh Paris !

14 mai 2011

On râle, on râle … et pourtant

On l’aime cette ville !

On se réconcilie toujours quand on se dispute avec Paris, je ne me l’explique pas, mais c’est comme ça… dans un parc, un café ou sur l’oreiller, on ne boude Paris jamais trop longtemps, et de toute façon on n’a pas le temps !!

Le parisien lui au de bouder, préfère gueuler ! A l’IFM, j’en ai appris un peu plus là dessus, et notamment sur mes préférences cérébrales, d’ailleurs j’ai enfin un argument pour employeurs français qui continuent de te coller dans un tiroir, avec une jolie petite étiquette produit… je suis inclassable les gars ! Je suis autant dotée en rigueur et réalisation qu’en prospective et créativité (bref un élément à recruter absolument)

J’ai également, parce que faut pas déconner, 1 point en critique et 1 point en impulsion, traduction = pousser une bonne petite gueulante de temps en temps est tout à fait dans mes possibilités, ceux qui me connaissent savent que la possibilité est chez moi très possible… Tout ça pour dire que, autant j’aime bien me lever pour laisser ma place à la vieille dame dans le métro, (si celle ci est gentille je précise) autant j’aime bien insulter les grévistes du RER A et les passagers qui :

1. ont un sac à dos

2. n’ont pas vraiment compris que y’a plus de place !!

3. ne se lavent pas les dents avant de partir de la maison le matin

Alors tout énervés qu’on est, on sort de dessous la terre et de cette parfois douloureuse promiscuité, et là et bah c’est Paris quoi ! pour peu qu’il y ait du soleil, les vitrines brillent, la Tour Eiffel montre ses jambes, les garçons de cafés sont presque gentils, les soirées sont incroyables… et puis je crois qu’il n’y a rien de plus beau que de rentrer en taxi à Paris la nuit.

Alors oui cette ville, elle m’en a fait bavé, en 11 ans, j’ai rencontré des gens affreux à l’intérieur, mais j’ai rencontré des gens que j’aimerais toute ma vie aussi, je me suis battue, dans le métro, dans mes boulots, au greffe du commerce, à la boulangerie, dans la queue du cinéma, dans les salles d’attentes des médecins, en scooter sur les avenues, j’ai acheté au moins 100 paires de chaussures, j’ai eu un million et demi de combats visuels avec des garçons célibataires, des hommes mariés, des touristes accompagnés de leur moitié, je suis rentrée pieds nus sous un orage d’une soirée, j’ai appelé deux fois les pompiers, j’ai testé le speed dating, je suis allée dîner chez Taillevent, chez Guy Savoy, chez Lucas Carton et au Jules Verne, j’ai crée une société, j’ai vu un homme mourir dans ma cour intérieure, j’ai été opérée 4 fois, j’ai dansé sur le podium du Scorp, j’ai vécu avec un réalisateur de cinéma, j’ai souris plusieurs fois dans le métro et ceux qui vivent ici savent que c’est pour ça maintenant, qu’on ne sourit plus, j’ai été vendeuse chez Chloé, je me suis mariée, je suis allée deux fois à Roland Garros, j’ai fait au moins 200 vernissages,  j’ai eu un chat, j’ai fait bien des choses inavouables, j’ai trouvé trois fois de l’argent en billet par terre …

et j’ai encore tellement de choses à y faire.

Alors oui on peut bien dire que tout fout le camp, que les automobilistes n’aiment pas les deux roues, que ces derniers ne peuvent pas blairer les piétons, que les piétons n’aiment pas les pavés souillés par vos chiens, que la Tradi à 1,20 € c’est quand même du vol, que des tickets resto à 5,35 € ne nous payent qu’un Bo Bun pourri… et que si on vivait à Saint Pierre sur Dives on aurait un plat du jour pour ce prix là !

… que personne ne respecte rien ni personne, mais n’accusez pas Paris ! Paris n’est que le reflet en GRAND de la PETITE mentalité de la France d’aujourd’hui.

AHHhh mais Paris restera toujours Paris ! avec ses secrets et sa palette des possibles. Et le possible j’adore ça, car c’est la nourriture de l’espoir, le terreau fertile des entrepreneurs comme moi. Paris recèle de moments précieux, comme celui de sceller son amour en accrochant un cadenas sur le pont des Arts, comme se donner rendez vous dans le jardin du Musée de la Vie Romantique, se faire livrer ses produits frais directement de Rungis ou découvrir un jour par hasard lors d’un rendez vous de boulot dans le 11ème, des cours intérieures remplies de pavés mignons, d’arbres et de fleurs, suivre un cours de cuisine avec Thierry Marx himself au FoodLab … finalement il ne manque à Paris que Central Park !

J’aime mes racines et je mourrai si je ne retournai pas dans mon pays, respirer de temps en temps, mais pour moi Paris sera toujours la plus belle.

Enfin, vous avez mérité quelques douceurs, après avoir supporté le mauvais caractère des parisiens…

Le meilleur Cheese Cake : Café des philosophes, dans le Marais, 28 rue Vieille du Temple, 75004

Le meilleur Bellini : Café Laurent, Hôtel d’Aubusson, à Saint Germain, 33 rue Dauphine, 75006

La meilleure Huile d’olive : La tête dans les olives, 2 rue Sainte Marthe, 75010

Le meilleur Macaron au jasmin : Pierre Hermé, 72 rue Bonaparte, 75006

Les meilleurs Tortellini à la Trévise : Gli Angeli, 9 rue du Béarn, 75003

Les meilleures Epices : Epices Roellinger, 51 bis rue Sainte Anne, 75001

Vous aimerez aussi:

13 Comments

  • Reply Janine Z. 15 mai 2011 at 21 h 03 min

    Paris sera toujours Paris!n’oubliez pas c’est une ville
    mystérieuse!!!

  • Reply Fabien 15 mai 2011 at 22 h 03 min

    il n’y a pas de central-park à Paris ?
    ben, et les Tuileries ?
    bon ok je sors…

  • Reply Janine Z. 17 mai 2011 at 9 h 44 min

    quand Paris fâche,disparaissez dans les fameuses « traboules »,
    propices à la flânerie et aux rêves!le 10 arrondissement a les siens-passage du désir-passage Brady-passage du prado-
    Vous serez surpris,en rentrant chez vous,de dénombrer la quantité prodigieuse de libraires d’occasion,d’antiquaires,
    de marchands de pipes et de médailles,et de multiples commerces insolites!îlots de calme au centre de la circulation urbaine

  • Reply Janine Z. 17 mai 2011 at 19 h 19 min

    En 1564,Catherine de Médicis se fit construire un palais,pas
    trop éloigné du Louvre,il fut détruit le 26 mars 1871 par un
    incendie,qui dura 3jours.Sur ce site noirci,une sablonnière,
    on y fabriquait des tuiles.Une légende y survit,celle de l’homme rouge=le fantôme de Jean l’écorcheur,son meurtrier De Neuville,le spectre hantait les lieux.De ces lieux on vit
    l’ascencion du ballon à hydrogène de Pilâtre de Rozier.Puis
    s’éleva jusqu’à 20m,un petit appareil à hélice,appelé Planophore construit par Alphonse Pénaud.
    histoire sur les tuileries,à transmettre à un certain Fabien qui laisse des messages sur ce Blog.

  • Reply Fabien 18 mai 2011 at 21 h 03 min

    Hé mais super !! j’adore ces petites histoires sur Paris, probablement à cause de mon père, un pur Parisien du 5 eme, qui connaissait plein d’anecdote absolument passionnante à chaque coin de rue… merci ^^ (et MYM tu sais ce qu’il te reste a faire..!? un sujet sur une belle collection d’anecdotes parisiennes !!! hé hé)

  • Reply Janine Z. 19 mai 2011 at 21 h 01 min

    Sophie je ne cherche pas de fan!En tant qu’amie de longue date,je souhaite seulement vous faire aimer Paris avec ses petites histoires!je crois que ça vous plaît.La ville est fantastique!D’ailleurs je vous prépare un nouveau récit,l’histoire du premier café,le Procope.Merci pour votre blog!et surtout pour la qualité de vos photos!
    Et pourquoi pas,en effet une collection d’anecdotes!

  • Reply Janine Z. 22 mai 2011 at 17 h 25 min

    Ahh!PARIS!Place du châtelet
    Avant d’être le célèbre théâtre le châtelet fut
    une prison.L’édifice le plus sinistre de Paris!avec des cellules et des cachots.Le 26 janvier 1855,au petit jour on découvrit le cadavre encore chaud de l’écrivain Gérard de Nerval pendu à la grille du 4 de la rue de la Vieille lanterne!alors suicide,crime,vengeance???
    Lorsqu’à la morgue,il fut déshabillé,on s’aperçut qu’il portait le tétragramme sacré de Salomon dessiné à l’encre sur le côté gauche de sa poitrine.Tous les jours on passe devant le Châtelet sans savoir!Merci de me lire!!!!!

  • Reply Janine Z. 23 mai 2011 at 17 h 12 min

    Une histoire appelée « Un clavecin mal tempéré »
    Dans la cité,après la révolution,avait lieu un bal,sous le nom
    de Bal des veillées(dans l’ancienne paroisse royale de Saint-
    Barthélemy)appelée,La Salle des Veillées.
    Pour une seule soirée eut lieu un concert dit miaulique.
    Devant une foule immense:vingt chats,dont on n’apercevait que
    les Têtes étaient disposés sur un clavecin.Lorsqu’on sollicitait l’instrument,chaque touche,frappait la queue d’un
    chat,lequel poussait un cri.Chaque cri répondant à une note de
    musique,le concertiste obtint un inexprimable charivari!!!!!
    De tout temps,on a fait n’importe quoi avec les animaux!!!!!

  • Reply Janine Z. 23 mai 2011 at 17 h 34 min

    Pour finir la journée une très belle histoire d’amour!
    L’an 1220,à l’emplacement actuel du cabaret de la Colombe,
    était une maison basse,proche de Notre-Dame!Un couple de colombes logeait dans l’encoignure de la fenêtre.Un jour de
    tempête,la maison s’effondra,emprisonnant,la femelle vivante.
    La délivrer en déblayant,elle serait morte de faim.Le mâle la
    repéra et parvint à la nourrir en lui jetant des graines,et à
    la faire boire en se servant d’un fétu de paille!Les retrouvailles du couple furent fêtées par tous les oiseaux
    de l’île.
    « C’estoit comme une danse dans le ciel » Touchant Non?

  • Leave a Reply

    Enjoy this blog? Please spread the word :)