Browsing Category

J’ai testé

Art & Expositions J'ai testé

Peut-on être Enceinte et au fait des dernières Expos ?

21 octobre 2012

Réponse : Sous l’eau !

Cette année, forte tendance à être sous l’élément aqueux; ce doit être de famille : moi littéralement sous l’eau (non mais mattez la date de mon dernier post !), et mon bébé sous le liquide amniotique. Parfaitement raccord ! (raccordement-cordon ah ah ! voyez même l’humour est grippé, noyé … je me désespère). Bref, on gigote pas mal tous les deux, cela dit c’est meilleur signe pour lui que pour moi.

© Alice Leblanc Laroche

Je vous fais grâce des emmerdes de rentrée, mais j’avoue, je cumule de sacrés COMBO ! des trucs graves hein, avec la Sécu, l’hôpital, la belle-mère et tout … donc je ne parle pas ici de mes lenteurs digestives qui tour à tour m’incendient l’oesophage ou rendent mes intestins léthargiques au point de me faire découvrir oh merveille, oh joie ! les hémorroïdes (bin oui c’est trash la grossesse) non, ça c’est du pipi de renard argenté – Note à moi même : penser à faire un petit sujet croquignolet, sur qu’est-ce qu’on jongle rigole quand on est enceinte) -

© Pica Pica

Donc à la question : peut t-on être au fait de l’actualité culturelle quand on est enceinte ? je dirai que la réponse est la même s’agissant de la mode…

…On est quand même légèrement LARGUÉES ! D’où une exigence plus poussée dans ses choix, (sauf pour les robes de grossesse en jersey et en viscose qui boulochent sur le bide et ça y a pas le choix), on devient plus sélectif :

– donc ce ne sera pas : Edward Hopper + musée du Quai Branly + galerie Kreo + le nouvel accrochage d’Orsay que j’ai pas eu le temps d’admirer, (parce que je vous le rappelle je suis sous l’eau)

© Julien Colombier

– Que nenni, ce sera un gentil : E.Hopper + une autre, une mini (donc pas une de Beaubourg, à bon entendeur) … le débat reste ouvert, si vous en avez adoré une, je veux bien me faire aider dans ma sélectivité (et soulager mes pieds privés de talons hauts) déjà qu’on peut plus faire sa maline au bar, alors regarder les oeuvres sans verre de rosé et avec 8 kilos de plus

© Négare

Celle de Montreuil (photos ci dessus, ci dessous) elle compte pas, c’est du bonus, c’est la finalité de mon boulot ! La fameuse REPEAT ME qui a eu lieu du 5 au 14 octobre dernier. Je me suis trainée avec mon petit bébé de 500 grammes jusque dans l’Est parisien, et je n’ai pas regretté, le jus d’ananas était fameux. Sérieusement, le lieu promet d’être un vivier d’artistes et de professions créatives hors des sentiers battus, et ‘mes’ 22 Designers did a great job !

© pica pica

C’est magique la grossesse, jamais je n’aurai imaginé être capable de construire un nouvel être, je suis fascinée à chaque examen, que tout soit là, et en place, que la nature ne m’ait pas oublié, comme elle l’a fait par le passé si souvent. Mais franchement on a la cervelle un peu molle du genou, moi qui aime écrire et réfléchir, on est gravement submergés par la logistique, le pratique et le Gaviscon.

© Leitmotiv

Sans parler de Super Connasse qui sera toujours là avec sa langue fourchue pour te dire que c’est que le début parce qu’après tu pourras pas dormir, et sortir, et penser, gnagnagna. (note à moi même : penser à faire un article aussi sur les Super Connasses qui te sapent le moral en jubilant livrent leur conseils)

© Claire Leina

© Marie Wagner

© et merci à notre partenaire ICE TROPEZ qui pense aux femmes enceintes avec son O%

Vous aimerez aussi:

Art & Expositions J'ai testé

Speed Motif

10 septembre 2012

« REPEAT ME »

NOUVELLE ÉDITION DU SALON 22 DESIGNERS SHOW !

du 5 au 14 octobre 2012 à ICI, Montreuil


J’ai la chance de toujours travailler avec des artistes, ça m’inspire, me régénère, non pas que je vive par procuration la vie d’une designer râtée … (quoique faudrait que je consulte) mais quelque part aux confins de l’idée et de la réalisation, je les ai toujours compris. C’est sans doute lié à mon besoin de créativité, à la création de ma propre marque il fut un temps, et à l’endroit dans lequel j’évolue et que mon père appelle « la stratosphère » … bref, je dois être un peu perchée (grâce à cela je vieillis moins que les autres je vous signale !)

© Céline Chapelain

Cette fois, je me suis installée à mon compte, je suis chargée de développer les marques, et de communiquer pour et autour d’elles grâce à mes tonnes d’idées qui me viennent de ma stratosphère, et je suis aussi l’agent de ce fameux collectif de designers, qu’on appelle entre nous les 22, et je me balade avec leurs ravissants motifs pour les vendre aux marques de Mode, Maison, Déco, éditeurs en tout genre. Et sans vous livrer mes petits secrets, et mes stratégies pour écrire, trouver des partenaires, argumenter, choper les directeurs de collection, vendre ou développer le retail, je ne suis pas feu fière de vous présenter le prochain salon de ces 22 studios qui va se tenir prochainement dans un nouveau lieu incroyable et dédié aux artistes de tous poils à Montreuil !

© Hélène Barrier

Je vous le fais en communiqué de presse, allez top c’est parti ! :

Au sein du nouveau lieu dédié à la création « ICI » à Montreuil, les membres du collectif du 22 designers Show s’unissent une nouvelle fois autour du motif. Un événement qui réunira les professionnels du textile, de la mode et de la décoration et pour la première fois cette année le grand public.

Le 22 Designers Show

est un collectif de designers textile, leur ADN : le MOTIF ! Lors du salon le ”22 Designers Show“, 22 designers présentent leurs dernières collections de dessins et motifs.

Inspirées par la nature, l’art, la rue ou la géométrie, leurs maquettes graphiques et illustratives s’adressent aux secteurs de la lingerie, de la mode, des arts de la table ou de la décoration d’intérieur.

© Jeanne Boyer

ICI Montreuil

 

Une ancienne usine de 1700 m2 devient un lieu exceptionnel consacré à la création !


© Laurent de Carnière Architecte

Baptisé ICI, ce site ambitieux proposera des ateliers partagés (machines à bois et à métal, four céramique, studios photo…) un espace de co-working pour les free-lances (architectes, décorateurs, consultants…) et un espace regroupant un restaurant, une galerie et une boutique. C’est tout naturellement que ICI a décidé d’accueillir la nouvelle édition du 22 Designers Show, puisque le collectif compte plusieurs artistes travaillant à Montreuil.

© Leitmotiv

Repeat Me Pattern show – 5-14 octobre 2012

Un salon dédié à la création graphique contemporaine

Le 22 designers Show organise cet automne une nouvelle édition dont le thème sera LE MOTIF. Les 22 studios présenteront comme à chaque édition leurs dessins aux professionnels, cette année le grand public pourra découvrir de nouvelles formes d’expressions : accessoires, vaisselle, objets qui seront en vente durant les 9 jours de l’événement.

Un show de 200 m2 composé de trois espaces

1. Une surface d’exposition accès public

Le motif décliné sous forme d‘installation artistique, d’habillage numérique ou de performances graphiques en live. Il s’agit d’exposer différents médiums, de nouvelles identités et d’insolites installations, pour refléter le désir d’évolution de chaque designer.

© Claire Lena


Plus inventif que le Speed Dating LE SPEED MOTIF !

Sur les principes des matchs de Catch type Beat the clock match – contre la montre –les 22 studios inventent au fil des heures le plus de motifs possible ! le public est invité à l’événement, en participant directement à l’une ou plusieurs sessions.

2. Un espace Boutique accès public

Expo-vente des créations de chaque designer

Mode & accessoires : T shirts, sacs…

Arts de la table : céramique sérigraphiée…

Objets décoratifs : poupées, coussins…

3. Un Espace professionnel accès privé

Un espace destiné aux ventes de maquettes, auprès des marques et des professionnels et aux rencontres avec la presse.

© Pica Pica

Infos pratiques

 

ICI

135 BD de Chanzy 93100 Montreuil

à 5mn du métro Robespierre ligne 9

Alors qui sont ces fameux 22 ?

La Maison de Liouba
Leitmotiv
Claire Leina
CDMB Designers
Jeanne Boyer
Nanük Design
Alice Leblanc Laroche
Hélène Barrier
Mass Confusion
Négare
Studio Lalo Retsgen
Céline Chapelain
Lydia Raev
Pica Pica
The Viola institute
Marie Wagner
Julien Colombier
Tristan Bonnemain
Horaires

Vernissage le vendredi 5 oct à partir de 17h00 !

Avec une performance de design culinaire de Bruno Viala

Horaires grand public

du 5 au 14 octobre 2012 : de 12H00 à 20H00 sauf le lundi 8 octobre

Dimanche 7 et Samedi 13 octobre : Speed motif, happenings & performances, concerts

Horaires pour les professionnels

Me consulter …

Pour le reste vous pouvez allez admirer notre / leur boulot sur  <http://www.22designers-show.com/dossierdepresse-Repeatme.pdf>

© Mass Confusion

L’occasion ici de dire MERCI, au 22 DS … à Elodie tout d’abord (du studio Lalo Retsgen, qui était 1 amie bien avant de me proposer les 22) Aurélia et sa patience d’ange, Les Nanuk toujours hypra réactifs, à Hélène très investie, et aux 18 autres dont le travail m’épate tous les jours, à Ice Tropez qui a répondu présent à ma demande de partenariat et qui va nous désaltérer de rosé pamplemousse pendant le vernoche, à la presse qui a répondu présent, et dont vous verrez quelques papiers ICI et là, et enfin à Christine, Nicolas et l’agence Uzful qui vont faire de ce lieu un succès !

Vous aimerez aussi:

J'ai testé voyage voyages !

Chou … de Bruxelles

13 août 2012

Bruxelles attends moi j’arrive !

Disait Dick Annegarn … seulement ensuite il ne voulait plus le dire du tout, et le voyant envoyer chier le fan du show case FNAC il y a quelques années, lui demandant d’interpréter son best, je restée toute coi (une fois) ! Belge ou pas, faut pas le faire chier avec les antiquités Dick ! (enfin au passage, Bruxelles et Mireille ça envoyait du FAT à l’époque, il ne serait rien sans elles // moi je dis ça je dis rien)

Bref, 1h25 de Thalys plus tard (réservé à 22 euros depuis 4 mois, vous noterez la spontanéité du « partir en week end en amoureux » sur un coup de tête) nous voici au pays de la fripe et de la frite.

ET … on en retient quoi ?

– que l’Hôtel Vintage est beau, bon et pas cher !

– qu’il ne faut pas descendre au métro HORTA pour aller visiter la maison HORTA (cherchez pas c’est belge)

– qu’il y a des métiers aussi intéressants que celui de « vous voulez un peu de pain ? »

– que comme le restaurant Belga Queen c’est un gros foutage de gueule, le pain justement heureusement qu’il existe, et avec le beurre naturellement !

– qu’il y a d’excellents plats du terroir à 11 euros, comme la pizza

– que j’aurai tout acheté chez Dille et Kamille

– que tomber sur une expo pile poil dans mon sujet de mémoire c’était quand même du pot

– qu’il y a pas à tortiller, ce qu’ils font bien c’est la PATATE ! et le chocolat Dolfin (surtout au lait) qui est une tuerie

qu’il faudrait y retourner pour … vraiment vérifier si ils sont gentils, refaire les brocantes, aller au festival de la bédé, dîner à la Roue d’or, prendre le pouls créatif des artistes du cru, créateurs de bijoux, vêtements, trouver la gaufre qui tue, visiter le musée Magritte ….

nuits psychédéliques …

Vintage … jusqu’au bout de la clé

Maison Horta Métro Louise, je répète maison Horta métro Louise

Le Belga Queen, vous voulez mon avis ? cliquez ICI

Une petite bougie pour F ♥ à Notre Dame du Sablon

le drapeau-frite

et … le fameux !

du bon lait, du bon gras et du beau packaging

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design J'ai testé

J’ai testé : Le Spa Nuxe

19 juillet 2012

Soap de luxe

Aujourd’hui fallait pas me faire chier. On s’est disputés avec le Marsouin.

Sujet : Le prix de nos passions.

Je vous la fait courte… LUI : double platines + table de mixage CDJ je sais pas trop quoi Pioneer : 1800 € le pack. MOI : crème de beauté moelleuse et qui sent bon : 50 € le pot. Ah ouais !  y a pas comme un malaise là ? Oui forcément, maintenant que je suis un chouilla … BIP ! … faut faire attention au budget, et comme EXPRÈS on ne part pas en Grèce, en Tanzanie, ou à Mada à cause du budget justement, et que nous nous envolons vers de gigantesques et grouillantes métropoles de type Hirzfelden ou Villefranche, je l’ai un peu mauvaise de me faire reprendre parce que je kiffe les cosmétiques.

Je poursuis : c’est sur qu’entre un bon Beauté Privée pour un massage relaxant complet à 48 euros au lieu de 80 au Spa Nuxe de l’hotel Square, c’est de la gnognotte à côté d’une double platine ( j’ai rien qui va avec une double platine chez nous … l’accroche torchon en inox peut être …) + table de mixage semi pro à 1800 balles (je ne parle pas d’un prix Roum-miche à paiement en cash exigé et remise en pied propre à 850 euros, bien entendu)

Alors rien que pour l’emmerder mon Marsouin, j’y suis allée à mon massage ! mais alors j’y suis allée d’humeur coriace. Après tout j’ai bien besoin de me chouchouter un peu avant une nouvelle année au pole emploi qui s’annonce; et qu’après tout je suis légèrement … BIP ! … et boostée aux hormones pré-aoutiennes.

STEP OUANE : Je pars à l’heure, purée que 4 stations, ça va être cool je vais avoir de l’avance.

STEP TOUX : mais c’est qui la morue qui m’a dit métro Passy ? c’est hypra loin !! et l’IPhone il percute pas que c’est le n° 1 de la rue, il m’emmène au 65, je dépasse le métro Muette. je suis limite en retard là. Je sue, et je vais lui bouffer la gueule à la morue du standard.

STEP SSRI : Nannnnn qu’est ce que je vois là bas ! mais c’est la Maison de la Radio ?!!! ah bah super, j’aurai pu prendre le RER C tout près de mes platines, euh pénates Porte Maillot ! elle va devoir en dénouer des noeuds miss massage. J’appelle : « votre adresse est introuvable, je suis à côté d’un immeuble très moche et un peu rouge, c’est le n° 5 , curieusement le suivant c’est le 9, et vous vous êtes au 1 ! Dites à ma masseuse qu’elle a le temps d’aller aux toilettes, j’enquête. »

STEP FORT : J’arrive !! « Bienvenue chez Nuxe, merci d’être venue jusqu’ici  » ! Ah bah c’est peu de le dire ! Mmmmm… toi et ta face comment dire prodigieuse (PRODIGIEUX je vous rappelle, c’est bien le concept de la marque) ça fait une demi heure que je crapahute, je suis passée de Passy à Franck et Fils, j’ai traversé ce quartier que j’éxècre et son croustillant de jeunes gens méchus et repettus de blanc vêtus et leurs girlfriends en feuilleté de total look Sandro + le sac Balenciaga qu’elles ont eu pour leur 21 ans.

STEP FÈVE : « Vous voulez aller aux toilettes avant le massage ? » C’est pas de refus que je réponds. Ahhh vais-je enfin me laisser pénétrer par les ondes calmes et prodigieuses NUXE ? Ouhla mais quelle horreur, une trace de freinage dans le toilette de gauche, pas de papier… (là certaines pensées me traversent l’esprit, ce que je vois là vaguement étiré là au fond de la cuvette était-ce LA cause de la fin du papier ou bien la prodigieuse cliente avant moi n’en avait DÉJÀ plus, vous savez, au moment où …?) bref; après cet épisode on sait une chose intéressante : les massages du Spa NUXE décontractent les intestins.

Note à moi même : penser à en parler à ma mère qui a un diplôme d’hydrothérapie du côlon. Là en plein STEP FÈVE j’entends une reprise country de Dancing Queen. Je le note dans mon carnet tellement c’est cocasse. Je prends soin de ne pas Flusher le carnet, (ma belle soeur a déjà laissé tomber deux fois son Iphone dans les toilettes, avec le temps on apprend)  je reboutonne, et hop à moi le massage dans le Spa Nuxe qui nettoie pas ses toilettes ! Youhouuu !!

STEP SEX : la cabine ma foi rien à dire, une cabine quoi. Sauf qu’elle sent pas bon, je ne sais pas, un encens frelaté, une huile chaude qui sent le chaud. Tiens, trop hype de voir les traces de doigts de pieds huileux des gens avant moi sur le parquet en bois exotique (deux Campari Soda que c’est du médium teinté wengé). N’y pense pas me dis-je; tu es dans le temple de la prodigiosité, tu dois te détendre et apprécier ce moment à – 40%, bientôt tu seras à 80 cm des empreintes de verrues huilées des AUTRES. J’enfile mon petit string en non tissé et je grimpe dare dare loin de la mycose pédestre ennemie.

STEP SÉVERINE : Elle a l’air charmante ma masseuse, elle a une tête à s’appeler Séverine. Je lui glisse tout de même : « On vous a dit que j’étais un peu … BIP ! … j’avais prévenu (la radasse qui n’a pas son C.A.P de Ratp) lors de ma prise de rendez vous » ? Ah non ! qu’elle fait. Elle change d’huile et moi je change de sourcil pour froncer. Désolée de vous déranger pendant que vous n’essuyez pas le parquet mais y a t-il un petit prodige qui communique ici !??!!?? Chut, les lumières s’éteignent, le pop corn se mâche, le film massage commence, j’enfouis ma tête dans la table, comme ça au moins je pourrais pas râler.

STEP AFTER EIGHT : C’est quand même sympa de se cultiver en même temps qu’on se fait masser. Ça y est j’ai reconnu la bande son ! c’est la méthode accélérée Berlitz pour apprendre le Balinais en 1 heure. C’est vrai qu’ils sont prodigieux chez NUXE. Mais comment elle fait ce petit mouvement avec ses avant-bras, on dirait qu’elle en a 5 des avant-bras… En odorat infaillible que je suis, je repère qu’elle doit cloper en pause cette Séverine, pour faire autre chose que d’absorber les tensions des névrosées comme moi qui payent leur massage à moins 40% et que c’est une honte d’avoir des plaisirs personnels aussi onéreux quand on peut avoir une double pénétration platines + table de mixage Pioneer à 1800 balles et 15KG de matos dans son salon !

STEP NEIN : Bin Ya … elle m’a eu ! ses petits tours de doigts dans la nuque et dans la paume de mes mains, la pression juste parfaite sur mes mollets endoloris de marche rapide Passy-Muette-Avenue Kennedy. Je vois bien les journaleux de la radio venir en sous sol de l’Hôtel du Square se taper un petit massage prodigieux tout en apprenant le balinais, peut être que le beau Vincent Josse a eu la même Séverine que moi, j’imagine l’emplacement de la plume de Jérome Garcin, et là j’ai une pensée émue pour ces moches qui font de la radio (cf. Isabelle Dhordain, Jean-Baptiste Thoret, Stéphane Bou … pardon). Et hop je laisse à mon tour mes frais boutons de camélias (orteils huileux) sur le wengé et Asta la Pasta, j’ai un RER C à prendre moi ! Youhouuu !

Bref, J’ai laissé mon mauvais poil sur la serviette d’un spa nuxe hypra mal placé et pas aussi beau que celui de Montorgueil (pas les moyens, nous on est a tout donné dans Pioneer)

STEP TAINE : Et pour en finir avec cette magnifique 59ème journée de pluie depuis le début du Printemps, j’ai semé des vieux sur le passage clouté en ramenant du pain.

Vous aimerez aussi:

Art & Expositions J'ai testé

Oeuvre sévèrement non Burenée

5 juin 2012

MONUMENTA 2012

Cette année, c’est Daniel Buren qui extrapole sous la coupole. Une nouvelle édition de Monumenta vient de commencer donc, vous savez cet événement populaire d’art contemporain qui emmerde tous vos amis Facebook.

Excentrique(s) elle s’appelle l’installation … Excentrique comme l’entrée qui ne se pratique plus par le milieu de la nef … comme pour enlever un peu de l’appréhension due au gigantisme de l’endroit – ne serait-ce pas plutôt pour faire profil bas devant le public admirant une oeuvre ratée ? parce que oui Excentrique(s) a une formidable originalité : celle d’être décevante.

Mais on déçoit souvent par comparaison, et ce qui pêche là c’est le rapport, rapport à Kapoor, entre autres … Cela n’empêche pas le visiteur de déambuler sous une juxtaposition de cercles transparents rouges, verts, jaunes et bleus montés sur des portiques. Ces quatre couleurs (quatre c’est un peu peu non ?) colorent le sol, enfin quand il fait beau dehors. Car c’est une oeuvre qui se mange avec une tranche de soleil.

L’oeuvre culmine à PEINE à 2,5 mètrespfff ! ridicule au regard des proportions du site, on se sent coincés sous le plastique, étouffés sous le portique, l’oeil dérangé par les piliers (ah oui c’est vrai ils sont rayés à la Buren). Effectivement surprendre avec une moindre échelle qu’auparavant (Boltanski, Kapoor …) est un CONCEPT en soi, mais c’est vide, c’est creux …

J’ai cependant SURLIKÉ les losanges de couleur installés sur la coupole de verre du Grand Palais, autant de petits miroirs bleus se reflétant sur le sol, peut-être le seul vrai moment-monument.

Au final, on se souviendra qu’il faisait chaud et beau ce jour là, que je portais un petit futal retroussé jaune citron Paul et Joe Sister avec un vieux haut blanc à perlouzes Zadig et une paire de compensés See by Chloé, le tout accompagné du célèbre sac de toile façon faux Birkin de Thursday Friday. Monumental quoi.

Vous aimerez aussi:

J'ai testé La couleur

Menu light

31 mai 2012

Et la lumière revient !

Avant que le soleil ne disparaisse à nouveau. Une envie subite de lumière, on aime bien ça ici la lumière, entre les lyres led du marsouin, ses Beamwash, mes guirlandes Tsé Tsé ou scandinaves et ma demi tonne de lampes indirectes, mon idole Ingo Maurer a même un exvoto à son nom dans l’entrée …  et puis il y a cette petite lueur d’espoir en train de pousser, là.

La Maison Rouge a pensé à nous donc, sauf que comme j’ai plein de choses à faire je suis (très) en retard question littérature, l’expo est finie à Paris ! oui enfin on arrête de râler hein, on peut y aller à Roma (à partir du 21 juin) ici !

Et puis naturellement ils ont eu l’étincelle de génie à La Maison Rouge de donner la possibilité aux visiteurs de l’expo NEON de faire les cons en photomaton. La mode est aux souvenirs nomades, ils s’emportent dans la poche pour à tout instant les regarder…

Voyez plutôt comme Nous sommes illuminés ! ceci est aussi valable pour le quart du cinquième de Milou dans le coin là bas


et merci à Patoche pour les invitations !

Vous aimerez aussi:

J'ai testé Love +++

Fashion week-end: Cervelle de canut, tablier de sapeur

12 mai 2012

J’ai testé : revenir à Lyon après 15 ans

Qu’il est loin le temps où quand je rentrais dans mon pays mon père m’appelait sa Lyonnaise des eaux … J’étais jeune à l’époque, les cheveux au carré, le poil brillant, le look incertain et étudiant des années 90. C’est simple, si je me croisais dans la rue aujourd’hui, je me relookerai ! Bref, j’avais 20 ans, et j’habitais à Lyon.

J’y découvrais alors beaucoup de choses, la vie, les agios, le ménage, les after et les boîtes gratuites, mais aussi ce qu’est devenu aujourd’hui ma grande liberté de penser ! fallait bien ça pour suivre les cours d’une école inutile et chère.

Lyon je l’ai délaissée depuis 15 ans, depuis la fin de mes études, je n’ai pas voulu y rester, les gens trop enfermés, dans de vieilles familles impénétrables, les portes des maisons restaient closes aux non lyonnaises comme moi… (remarquez en Alsace sont racistes c’est pas mieux !). Mais elle a de louable cette ville que grâce à elle, j’ai mis des bougies le 8 décembre sur le rebord de ma fenêtre en me disant que mon papa à 400 bornes de là soufflait les siennes avec maman, j’ai mangé du gratin dauphinois tous les jours pendant 3 ans, j’ai fait des économies en chourrant des gels douche parfumés au Grand Bazar, et des chopes de Kilkenny à l’Albion, j’ai dansé le rock comme une déesse et ai séché la moitié de mes cours, j’ai décroché mon permis B à Tassin-la demi lune, j’ai failli crever écrasée contre une poubelle à Gerland le jour du concert de Dire Strait, j’ai travaillé au Musée des Beaux Arts de la place des Terreaux, c’est aussi là bas que j’ai su que ma vie était vouée à l’art, aux objets, à la couleur, curieusement pas aux tripes.

Et c’est drôle comme finalement Lyon ne m’a pas quitté. Car à l’époque où je faisais des plans médias un peu loose mon Marsouin lui avait 5 ans. Et je me dis qu’après avoir bourlingué toutes ces années, l’homme de ma vie était finalement là, juste à côté de moi.

Lyon je viens d’y retourner, j’ai pénétré les familles impénétrables, qui ont ouvert leurs portes à la lyonnaise que je ne suis pas. C’était doux, c’était vivant. J’ai vu avec de nouveaux yeux une ville qui ne s’est pas transformée, mais qui s’est métamorphosée en 15 ans. Mon ancienne adresse n’a pas changé, sauf que je n’y ai pas retrouvé sur le quai ni les putes, ni le Mouton à 5 pattes

J’ai toujours pensé que Lyon souffrait d’un complexe d’infériorité face à sa grande soeur Paris, et je continue d’ailleurs de le penser, mais moi je suis une spéciale, j’ai toujours cette pointe de mélancolie un peu nauséause à l’idée de m’ennuyer dans une ville de province quand je m’imagine y vivre pour de vrai.

authentique tomate du Simply

Vous aimerez aussi:

Art & Expositions J'ai testé

L’échelle de Jacobs

17 avril 2012

Marque by Marc

Après mon best sur « comment draguer aux arts décoratifs » post le plus lu de tout mon site (véridique by statistiques), j’y suis retournée pour draguer ! Encore une fois j’ai fait chou blanc, car

1. c’est pas à une expo de Mode qui plus est sur Marc Jacobs & Louis Vuitton que vous rencontrez du masculin hétéro (il n’y a qu’une petite chose sensible pour être sensible à la mode )

2. où avais-je la tête ?! j’ai plus le droit de draguer je suis casée ! (curieusement on se fait moins draguer quand on met sa langue dans la bouche de son marsouin)

Je ne sais pas vous, mais j’en ai entendu sur cette expo ! décriée, boudée, admirée, accusée de publicité déguisée … bataille entre déçus et émerveillés. Alors ce serait idiot de vous donner un ultime avis, le mien, qui à y bien réfléchir est foutrement non indispensable pour continuer votre vie. Mais pour réconcilier personne, faisons plutôt un petit match POUR ou CONTRE.

CONTRE

– les expos sur la mode seront toujours figées, on aura beau faire des Ah et des Oh ! le mannequin sans vie n’habitera jamais son vêtement

– Plutôt analyse que rétrospective qui disaient dans le staff … une analyse ou ça ? quelle analyse ? Louis Vuitton a t-il peur de perdre Marc Jacobs ?

– la galerie des it bags tous plus ignobles les uns que les autres, nous rappelle juste la mode et ses hystéries

– Cette volonté de ne traiter que la période de la fin des 90’s époque où Marc Jacobs arrive à la direction artistique chez Vuitton. Le commissariat de l’exposition aurait -il oublié qu’entre les deux, d’autres hommes ont aussi contribué au succès de cette maison ?

– Une expo à textes bien écrits oui, mais mal éclairés

POUR

– Le sac sera toujours colporteur de style. Ne négligeons jamais le pouvoir du sac !

– Nos deux phénomènes LV vs MJ ont su s’inscrire chacun à leur manière dans leur époque pour innover et faire avancer l’industrie créative. Ils ont su s’approprier les codes culturels et ainsi faire bouger toute l’histoire de la mode.

– les mood board vidéo de l’univers de Marc Jacobs au premier étage, ses inspirations, ses références, de la magnifique Liz Taylor aux boules à facettes, en passant par Bowie ou Barbra Streisand … animé, coloré, rock. Marc a des goûts remarquables

– bon point pour la scénographie, où l’on joue à être tantôt spectateur, tantôt voyeur, à se refléter dans les miroirs jusqu’à en avoir le vertige, des extraits de films qui côtoient des dessins, sollicitation plutôt qu’interaction…

Marc aime Paris, et nous on aime Marc. Il reste l’un des créateurs les plus doués de sa génération.

DONC

Soyons réalistes, le degré de réussite d’une expo dépend aussi des liens que vous tissez avec l’astre qui vous accompagne et qui a compris que le dimanche on aime avoir un peu de silence et ne pas répondre à trop de questions.

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design J'ai testé

H&M by Marni

27 mars 2012

Ou l’art de la cohue de plus 50 ans

Ok Marni je suis fan depuis 12 ans, alors je l’ai fait ! je suis allée faire ma maline le 8 mars chez H&M pour la sortie de la capsule by Marni. Accro de la mode oui mais en mode touriste : 11H12 dans la queue, pas avant. chui pas du matin-chui pas du matin. Ma cop’s Madame + à Genève ELLE avait déjà tout raflé à cette heure-ci, car ma cop’s Madame + est matinale ELLE ! et s’est fait un petit lever à 6.00 pour l’occasion.

Du coup de retour à l’IfM, on a comparé nos experiences shopping. ELLE à Genève qui se crêpait le chignon avec des quinquas fashionistas qui la veille d’un bootcamp H&M achètent des Bentley. MOI sur les Champs Elysées qui se crêpait l’escarpin avec des quinquas fashionistas pas sympas.

Point commun n°1 : la quinqua fashionista dans la queue de chez H&M by Marni n’est pas aimable.

Point commun n° 2 : qu’est-ce que la quinqua fashionista tronche de cake – qui a les moyens de se payer du Marni only by Marni - fout dans notre queue à nous gâcher notre joie en maugréant ?

Et la queue ce n’est que le début de l’aventure ! la collection avait l’air magnifique… sur le film de Sofia Coppola, et en photos. sur les portants à 11h57 comment dire … il ne restait ma foi que du blouson coton-vinyl qui ferait un tabac si dans une deuxième vie on était salarié comme spermatozoïde chez Woody Allen.

Deux foulards plus tard, la quinqua qui porte un manteau Marni tout court – 900 balles- ne rit pas à nos blagues de pauvres jeunes écervelées « qu’est ce que vous vous en foutez, au pire revendez ! » elle exige sa taille, elle fait la moue queue pour essayer, se paye le luxe de tout empiler sur la place que laisse sa Rolexor et diamants-  sur son avant bras.

L’avantage et c’est très méchant, c’est que la quinqua fait du rayon accessoires son terrain de chasse, largement plus qu’au rayon 36-38 ! (je sais je suis immonde et le stress me fait maigrir, ah ah !). Mais bon pas de quoi tétaniser non plus Marni a toujours taillé grand. Bref, j’arrache deux jupes imprimé tapisserie de Bayeux, un haut façon Out of Africa en 34 (j’ai pas de seins non plus)

Du côté de Genève, Madame + ELLE a le droit à un Personal shopper ! pour la guider dans son shopping, lui porter les objets de ses désirs, la guider dans les rayons, la conseiller sur les tailles, et l’emmener à la caisse. Du côté des Champs, purée on erre comme des truffes en attendant que les vendeurs ramènent ce que les quinquas ont laissé en cabine. Je m’improvise personal shopper pour une paire de boucles d’oreilles tellement énormes qu’on peut ne porter que ça, on ne se sentirait même pas nue… bien sûr vous l’aurez deviné la quinqua ne rit toujours pas. Tanpis je lui arrache des mains son bracelet en résine, Merde après tout j’ai un petit poignet !

Je décide d’aller fureter du côté des hommes, AAAHHHHHhhhh les hommes, c’est même pas la guerre, pas de cohue, aucune empoignade, là haut chez les hommes, on s’excuse presque de vous passer devant pour tripoter les cintres, j’ai limite honte d’être excitée, le modeux chic ne sourit pas forcément plus, mais du reste il est poli. LUI.

Là sur ce champ de bataille encore tout merchandisé, il reste des sacs, des chemises jaune poussin, des pulls, et des trenchs, allez je prends un foulard, un pull rayé en S pour quand je serai un peu ballonnée après les barbecues électro de cet été… et Oh ! surprise, je découvre à la caisse, orphelin et un peu chiffonné (y a du y avoir un combat de gladiateur en dessous) le petit blouson pour femme à pastilles bleues que j’avais repéré sur internet DANS MA TAILLE, c’est le plus beau jour de ma vie.

468 euros plus tard, je me dis … Y a une justice quand même.

Bon ok j’ai revendu la moitié sur ebay parce que la jupe-tapisserie me faisait plus ressembler à Marina Vlady dans la Princesse de Clèves qu’à la parisienne bourrée de (Campari) bagout. Pour rentabiliser, j’ai fait de ce petit blouson la star d’un apéro improvisé avec mon Marsouin (cette constellation) sur la pelouse de mon quartier, bah voui maintenant je dois surveiller mon budget.

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design J'ai testé

L’autre jour j’étais mannequin chez Valentino

21 mars 2012

Si plumage rime avec ramage, tresse rime avec …

Il y a quatre jours jours j’étais mannequin chez Valentino. Disons que si j’avais mesuré 10 cm de plus, il y a quatre jours j’aurai défilé comme mannequin pour Valentino. Disons qu’il y a quatre jours mes cheveux ressemblaient (en mieux) à ceux d’un mannequin Valentino. Bref, disons que je suis allée chez le coiffeur vendredi !

Disons que depuis que je suis passée du côté obscur de la force en me mettant en ménage, mon temps de mood board photoshopesque et d’Indesign tendancieux s’est vu sérieusement amputé ! Purée c’est qu’un marsouin ça mange, ça respire, ça passe sont temps à nous déshabiller, et ça change de chemise tous les jours en plus, bref ça décoiffe ! Il fallait bien une chevelure à la Baudelaire pour demeurer sur la voie impénétrable de la séduction… et ce, même en cuisinant tous les soirs, avec mes nouveaux potes Ariel & Actilift à faire tourner tous les deux jours.

J’ai relevé le défi, et c’est mon VRAI ami David Mallett qui m’a sauvé d’une domesticité des plus affligeantes. Car oui, je suis nulle en couture, je suis une quiche en repassage, et j’achète toujours les mêmes compotes Pommes-Poires par grappes de 8 ! Si j’avais des enfants, ils voudraient allez vivre chez ma soeur.

Voici donc comment je me suis présentée devant la caissière du Monoprix vendredi, cette dernière bigrement fascinée qu’un mannequin de chez Valentino achète du Campari.

Vous aimerez aussi:

Enjoy this blog? Please spread the word :)