Browsing Category

Love +++

J'ai testé Love +++

Petit mot à Une Vie de Famille

7 mai 2015
4f7566e

4f7566e

Bonjour 

Merci pour votre désagréable mail de ce jour.

Juste un mot, puisque les réseaux sociaux nous empêchent de nous exprimer … (le comble!)

Un business model fondé sur votre jugement subjectif sur vos membres, le recrutement de « candidatures » semblable à la recherche d’emploi aujourd’hui avec ce qu’elle a de plus discriminatoire parfois

Et sans aucune tolérance sur les emplois du temps chargés de nos vies modernes nous obligeant à coupler vie professionnelle et vie de famille justement, ce qui nous empêche malheureusement de vous appeler-répondre-rappeler (et vous où étiez vous d’ailleurs quand  j’ai essayé de vous joindre ?) aux horaires que vous désirez est voué à l’échec (tant mieux on ne vous verra plus bientôt). 

La mise en relation dans un modèle d’entraide et la fidélité client – le nombre de fois par semaine/mois/ que les clients font appel à vos services – vous l’apprendrez a beaucoup plus de force que le parrainage et le recrutement sévère que vous justifiez comme une valeur de votre entreprise.

Je reste donc avec mes « recettes » personnelles de garde d’enfant, tout à fait libres de tout jugement. Et invite tous mes amis parents à ignorer votre plateforme issue de cerveaux marketing immatures.

Bisous

Vous aimerez aussi:

L'air du temps Love +++

2015 will be …

31 janvier 2015

Curious or Furious ?

 

Le 31 Janvier est dit-on l’avant dernier jour pour présenter ses voeux. Et voilà 2015 qui palpite déjà. J’avais choisi la force et l’énergie du rouge même avant le bain rouge du 7 janvier…

Mais le 31 janvier est aussi la date où un ange rose m’est apparu. C’est pourquoi je choisis ce jour précisément pour vous couvrir de couleurs et de bonnes pensées pour toute votre année.

La wish list 2015

–  expliquer à Félix le 7 janvier 2015 que les terroristes qui ont tué CABU et CHARLIE HEBDO sont vraiment des gros cons, ils n’ont rien compris à leur religion. Essayer de toutes mes forces de lui expliquer que l’amalgame n’existe que chez le dentiste.

– être plus respectueuse de tous les services que m’ont rendu T’choupi (et Doudou et Lalou)

– tenir ma promesse de cet été, et d’encourager Julie cette jeune entrepreneuse, et son site www.littleyou.fr un concept store pour les 0-10 ans, qui soutient la création artisanale ! Imaginé en 2009, Little You propose de la mode, de la déco et des accessoires, sélectionnés pour leur look et leur parcours de fabrication responsable.

– renforcer mon système immunitaire affaibli par 4 mois de crèche bouillon de culture importé tous les soirs. Astragale, Panax Ginseng, Dulcamara 5CH et Solacy sont mes nouveaux amis.

– oublier le mauvais aussi de temps en temps. On ne change pas les cons, on ne raisonne pas les manipulateurs et on dort beaucoup mieux.

– tenter d’être jury à THE VOICE, Zazie elle, vient d’empocher 300 000€ pour la saison 4. Et Mika avec ses 800 000€ pourrait proposer des formations en négo pour les grandes centrales d’achat.

– à ceux qui pensent que leur esprit critique « n’est pas GRAVE », leur rappeler que leurs disputes avec tout le monde, ça commence à se savoir et à faire louche. Il se pourrait que ce ne soit pas toujours les autres le problème.

perdre un (deux?) kilo, c’est tous les ans la même chose, et tous les ans y a un autre gâteau, macaron, chou, baba, cronut, éclair de fou ou de génie qui vient tout gâcher.

– acheter du vert pour sa maison, c’est une des tendances phare de la DECO ce printemps, et nous change ENFIN du pastel scandinave qui commence à faire guimauver nos intérieurs… M’acheter le sac BALENCIAGA vert qui va avec.

– à ceux/celles qui aiment faire des histoires avec tout et surtout avec rien = LIRE. Point d’autre salut. ça nourrit les faibles d’esprit. ET bonus : ils se TAISENT.

– remercier ma chance pour avoir mis parfois sur ma route des anges gardien. Ils sont précieux, et apporteurs de bonnes nouvelles. Je me dis que, ce que je leur ai donné, leur a plu. Aussi, en 2015 je veillerai encore plus sur eux.

– à tous ces amis Facebook qui ne sont pas vraiment nos amis, se poser les vraies questions : c’est qui ? ils nous aiment ? c’est pour quoi ? le réseau ? pour surveiller ce qu’on dit ? ce qu’on fait ? combien de commentaires sympathiques ils nous ont  laissé ? Puis trancher.

– essayer juste une fois une box de chez LES COMMIS, décorer sa salle de bain avec un savon CASTELBEL, rêver de se couper les cheveux tout courts, puis pas le faire.

– accepter les limites du BIO : oui mon bébé préfère le lait pas bio, la bougie parfumée 100% végétale c’est un peu de la c*****e ça laisse le verre crado, et ça brûle pas homogène, le déodorant Bio est inefficace et bourré d’alcool, le vin biodynamique pique, chez Naturalia avec ton panier à 63 balles t’as rien à bouffer !

– Dire Je t’aime plus souvent, et pour les coeurs-raisins-de-corinthe qui ne savent plus comment on fait, dire au moins « j’aime » quelque chose de temps en temps. Ou même le truc de fou … un OUI !

Vous aimerez aussi:

L'air du temps Love +++

Il était une fesse …

25 octobre 2014

Ou comment nos fesses sont toujours trop !

Trop plates, trop grosses, trop molles, trop basses… trop trop toujours TROP !

Maltraitées, malaxées, insultées, mises en quarantaine, au régime presque toute l’année, étuvées à blanc dans de la culotte amincissante en lycra, épuisées en séances de fitness…

les gels, les enveloppements, les jeans moulants, le chaud, le froid, les algues, tout y est passé… mais si elles pouvaient parler nos fesses, qu’est ce qu’elles nous diraient, hein ? Et bien elles nous diraient qu’elles en ont probablement ras le c***, et qui sait, elles pourraient un jour vraiment se (relâcher) fâcher !

Heureusement que la mode existe pour leur donner forme humaine parfois… Les Flare, Les Slim, les Chino, les tailles hautes, les basses, les jupes crayon, les talons … autant de subterfuges issus de cortex et d’Inditex de génie…

© thathipsterporn

Alors pour se réconcilier avec elles, au clair de la lune, avec ma plume, je leur ai écrit un mot … Une sorte de face à fesse, – libérateur – le genre de discussion sérieuse qu’on a qu’une fois dans une vie avec son (mari, non je voulais dire ) anatomie – une lettre d’amour, mieux :  une déclaration.

Oui un mot doux, ému, pour mon c*** !

Essayez chez vous, vous verrez c’est thérapeutique, je publie vos copies quand vous voulez

Mon cher c*** ,

Faut qu’on se parle toi et moi !

C’est vrai nous deux ça n’a pas toujours été easy easy – mais quand même plus simple qu’avec mes cuisses – je te rassure. D’abord, tu as grandi plus vite que moi… tu ne t’es pas toujours bien comporté, tu n’as pas toujours bien toléré tous les Finger que par dizaine j’ai avalé, mais je dois reconnaître que tu t’es toujours tenu assez haut, et que finalement – à mon image en soirée –  tu as toujours été rond et de cela je t’en remercie chaleureusement. (Santé ! )

Puis tu t’es mis à être convoité, comme ça, sans prévenir, à un âge où les bikinis étaient fluos… qu’est ce qui t’a pris franchement, on n’étaient pas prêts tous les deux !

Tu as toujours été un grand sensible mon c***,

Comme tu as été « touché »  lorsqu’on a commencé à te regarder ! te souviens tu ? et la première fois qu’un homme a posé les mains sur nous deux, je t’ai senti tout chose, pendant que mes joues changeaient de couleur et picotaient … La première grosse bêtise assortie de sa fessée on préfère ne pas s’en rappeler (dans les années 80 les parents avaient encore le droit de se fâcher), et la dernière… on s’en rappelle comme si c’était hier, tiens d’ailleurs c’était hier !

Mais je t’ai sauvé la mise bien des fois mon c***, des fois où tu aurai pu te compromettre salement dans des histoires simples, pépères, durables (non mais vraiment à quoi tu penses des fois !). Je t’ai rattrapé à temps, tu as parfois confondu faim avec envie et amour avec passion

Et ce soir de bain de minuit où je t’ai tant agité que j’en ai oublié mes vêtements, qui ont été emportés par la marée, c’était en Vendée ! Tu te souviens ? on a bien rigolé toi et moi et tous ceux avec moi encore plus, n’est-ce pas ? Franck – Stéphane – François – Janine – Audrey – Ben et Mumu (bizarrement Mamie pas tellement) - et les autres, sur le passage clouté quand il a fallu rentrer …

Il y a 25 ans, j’admets, voyant des photos de nous en maillot, je t’ai maudit, c’est comme si tu m’avais abandonnée, alors oui j’ai dit : « salaud » oui j’ai prononcé le nom de celle dont on ne prononce pas le nom « c******** » (encore aujourd’hui je n’y arrive pas), alors oui je t’ai caché, enfoui sous les paréos, t’ai condamné à errer dans le noir… pourvu que personne ne te voit !

Mais le jour où j’ai pris 17 ans dans la face, et toi dans ta fesse, on s’est jurés toi et moi que les vagues c’est dans la mer qu’elles devaient rester et que nous ne ferions pas ménage à trois …

© thathipsterporn

Alors depuis toutes ces années, on s’est ressaisi, le gras a été bouté mon ami, et à de sombres années, nous n’avions d’ailleurs plus que la peau sur les os, c’était pas beau tu te souviens, un vide intérieur qui se voyait beaucoup trop à l’extérieur, mais tout ça c’est fini, on est restés ensemble mon c***, comme ‘soudés’ (ah ah ! je me fais rire moi même, je suis con des fois).

Je t’ai bichonné au moins autant de fois que je t’ai fait prendre l’air, si ce n’est davantage, je t’ai gommé, crémé, massé, je t’ai musclé, sculpté à grands renforts de gélules de Fucus Vésiculosus, de Centella asiatica, d’homéopathie, et de tous ces pacs man du gras les bien nommés : Acides Linoléiques Conjugués (à toutes les personnes, tous les temps, tous les modes, et même à l’imparfait du tissu conjonctif). Je me suis rendue ridicule dans des positions de fitness suggestives pour que nos deltoïdes se renforcent sous la petite robe d’été … On en a bavé tu sais !

J’ai failli te renier à nouveau quand on a été obligé de s’injecter des hormones pour sois disant procréer, mais toi et moi on le sait mon c***, quand c’est pas le bon cheval, le corps à part accueillir la culotte du même nom, il dit juste non… et puis le jour où ça arrivera, enfin tu te vengeras, mon ventre sera plus volumineux que toi !

Ahhh, tu m’as quand même rendu de biens chers services mon c***…

Quand il a fallu s’asseoir sur des endroits pas possibles, quand tu as tenu la dragée haute à toutes ces confiseries, perché sur des talons de 10, quand tu as tenu le coup bien droit dans la fosse des concerts, quand tu as bougé comme un dieu sur les dancefloor et leurs raies de lumière

Et quand je t’ai mis de force sur une machine de guerre en métal, que je t’ai fait bouffé de l’elliptique, tu n’as pas bronché, tu t’es épanoui même, de cela aussi je voulais te remercier, te féliciter.

© thathipsterporn

Alors aujourd’hui finalement, je réalise combien je te dois mon c*** , parce qu’au fond, les années, les gélules de Fucus Vesiculosus, les pistes de danse, les hommes, les boutons de moustique passent, mais toi tu ne m’as jamais laissé tomber … Rien que pour ça je continuerai à t’offrir de jolies petites culottes en dentelles et en coton, et en 38 s’il vous plait, rien que pour ça je voulais te dire que tu n’es pas mon ennemi et que (si nous levons le pied sur les apéros sucrés et les réglisses Haribo), j’ai confiance en toi mon c*** ! Allez on rempile pour 20 ans !

Vous aimerez aussi:

J'ai testé Love +++

I laine you

24 octobre 2014

Wool ah !

Aujourd’hui j’ai testé : Tricoter mon petit pull de take away !

Ce matin j’ai reçu un cadeau. Un paquet qui sentait bon, mais alors trop bon ! Sous le papier de soie étoilé et parfumé, un kit pour me remettre à tricoter (là je râcle hum, hum depuis le point mousse que m’a appris ma maman pour confectionner une écharpe pourrie à ma Tinie … je n’y ai pas remis les pieds, enfin les doigts !)


Et un coup de coeur comme ça, ça ne s’ignore pas !

Destiné à emporter sans me brûler les mains mon p’tit café-Jean Pierre au bureau je découvre un ravissant sac de coton écru, des aiguilles géantes en bambou, une pelote de Mérinos orangée, des tas de cartes colorées (tiens il est pas mal le brun sur la photo, je me demande si il sera à Who’s next la semaine prochaine …) des étiquettes sérigraphiées, des petits sachets adorables, une notice dessinée et Oh surprise des bonbons ! mais purée qu’est ce que ça sent bon dans ce paquet, c’est du musc du patchouli nan allez sérieux c’est quoi ?

Je lis des mots doux comme la laine contenue dans le colis : Peace, Wool, Hyper facile, Supra doux ! se Slow Manager… déjà ça donne envie de lover, lover sa journée, lover sa vie et lover bien entendu son petit pull de coffee cup pas encore tricoté … Je découvre donc cette nouvelle marque dont l’univers me séduit. Peace and Wool donc « imagine des accessoires et des vêtements très faciles à tricoter, par des gens comme nous. ../ les notices sont limpides, les laines 100% naturelles et de très grande qualité pour que les pièces que tu vas tricoter durent longtemps et que tu te sentes bien dedans ».

Une petite résistance indignée (sont trop fort chez Peace and Wool comment ils savent que j’aime bien résister et m’indigner ?!)

Et là tenez vous bien. Lisez ce qui va suivre c’est juste un peu comme je voyais la vie du temps de ma Maison de Léna : « Tricoter c’est renouer avec ce que l’on a oublié de nous apprendre, parce que nés dans le prêt à consommer (euh dans les années 75 on faisait aussi du point mousse et de la purée maison), c’est aussi fabriquer quelque chose, donner de son temps et de son attention, donner du sens à donner, donner de ses mains. »

Normalement ça doit donner ça, j’ai hâte ça va être grave stylé !

Bon faut absolument que je tricote mon petit pull de Take Away me dis-je sans plus tarder. Vite vite je déplie la notice ! ça tombe bien le niveau de difficulté est Beginner. Genre. Aucune excuse pour me planter, en une demi heure c’est plié, j’aurai mon petit pull de take away !

Une illustration didactique, plein de petits shémas … y en a beaucoup quand même pour un si petit pull. Je commence à suer, j’ai l’impression qu’ils minimisent la difficulté en imprimant YOUPI.

Puis je déplie la notice baptisée B.A BA du tricot

Comment dire, je crois que je suis con, je ne sais pas « monter 26 mailles » ! je sais monter des blancs en neige, monter à cheval, monter les escaliers, monter dans les tours, monter une surprise Kinder, monter sur mon amoureux tout émoustillé (j’ai testé si y a pas de cul dans un article les lecteurs décrochent), mais là ils m’ont séché chez Peace and Wool, j’en suis qu’au numéro 1 du B.A BA et les 26 mailles, je vois pas comment me les cogner ! La honte je décide de NE PAS téléphoner à ma mère, ni à COCO qui se fouterait bien de ma gueule.

J’essaye au moins de faire le noeud coulant

Je crois qu’il s’écroule coule bien là ! bon ça fait déjà 15 minutes que je m’excite et normalement je dois finir dans 1/4 d’heure. J’ai les doigts moites et je pense à ma copine la Miss K qui écolo comme elle est, aurait déjà monté toutes les mailles, changé de pelotes deux fois et le triomphe humble viendrait agiter son p’tit café Starbucks avec son petit pull de Take Away installé dessus !

Je prends un bonbon pour déstresser

C’est vrai que les notices sont limpides, le petit détail est qu’il faut juste savoir tricoter ! Les mailles à l’endroit, à l’envers, je me rappelle plus comment je faisais pour cette pourriture d’écharpe de poupée Tinie (qui entre autres faisait pipi) !

Tout en suçant mon bonbon, je me caresse doucement le visage avec le Mérinos, pour oublier que la sensation de mon petit pull de Take away sur mes mains crevassées de froid, je risque pas de la connaître ! Il me reste 5 minutes, je sens que je vais fourrer la coffe cup dans la pelote.

j’en suis à ça

Là il me reste 3 minutes je commence à m’encourager comme le faisait Philippe Lucas avec Laure Manaudou, j’ai les lèvres qui tremblent mais non je ne pleurerais pas, espèce de blondasse incapable « de donner du sens à donner« , infoutue « de donner de ses mains » !

30 secondes, je décide de faire une sculpture de Take Away .

Ta dahh !

Alors oui je m’adresse à toi Peace and Wool, j’adore ton concept, le ton et le coeur que tu y mets, j’adore ton ténébreux mannequin d’écharpe, ta petite saucisse d’amour emmaillotée dans son mérinos douillet, mais pitié viens me donner des cours de jersey !


www.peaceandwool.com

Vous aimerez aussi:

L'air du temps Love +++

La complexité du chiffre Quatorze#2014

1 janvier 2014

Belle année à vous !

Déjà avant de passer à 2014, je voudrais remercier 2013 !  et c’est pas si souvent qu’on trouve que l’année achevée était bien. Et bin Si ! Une année bien agréable ma foi que 2013, un bébé, un boulot. Bien sûr, des angoisses, de grossesse, de jeune maman, de chomdu et tout, mais finalement 2013 elle envoyait du pâté !

2014 m’effraie… 2013 était tellement bien. C’est que… j’en ai pas eu souvent des années démentiellement bonnes, alors je peux bien me permettre un petit regret. Déjà quatorze, ça rime avec rien ! l’année dernière au moins on pouvait grivoiser ses SMS de 0.00 de Pèze, Baise, Merguez, Balèze, tagrossefraise toussa…. mais là, la littéraire que je suis est en panne sèche. Une tannée de trouver une formule de style avec Quatorze.

 

 

CONCLUSION : je sais que je vais en chier. Concrétiser ce que j’ai mis en place, lentement, dans la douleur (peut être ?) en bousculant de façon diplomatique les flippés du changement. Avancer ses pions, gagner du terrain. Tout en faisant grandir mon enfant. Le protéger des envolées tentaculaires existantes. Me protéger aussi par la même occasion. Entretenir mon réseau et surtout mes amitiés, parce qu’on a TOUS la tête dans le jus, et que ce n’est pas une raison pour rester à ne rien faire. Faut bien que quelqu’un s’y mette pour amorcer le contact.

S’en foutre ne sera jamais une solution. Alors, 2014 la mutante avec son quatorze improbable, (en attendant, 2015 ne rimera avec pas grand chose non plus, et en plus on se tapera encore Mister Hollande), je la sens dans le travail et la réflexion. Il suffit de rester optimiste pour la traverser mois après mois.

J’ai eu toutefois l’occasion de lire mon Horoscope pour l’année 2014 dans un récent Madame Figaro, j’ai une  BARAKA de tous les diables, ouf je suis sauvée :)

Je vous souhaite la même ! Profitez, souriez, relativisez et surtout soyez SYMPA, car dans la rue, dans le métro, les magasins, les entreprises, les week-ends, on en peut plus des pov’cons mauvais esprit et tronches de cake, qui nous polluent le quotidien. Et les pov’ connes aussi bien entendu. Merci.

 

Vous aimerez aussi:

L'air du temps Love +++

Mon Re

21 mai 2013

Je REviens ! comprenez « I’m Back » quoi !!

 

Voilà, bébé a 3 mois (et 21 jours), je suis de REtour, oui oui je REviens ! au moment où mon petit REjeton prononce ses premiers aRE. Pendant ces longs mois, oui je l’avoue j’ai laissé mon blog en friche, à l’abandon, en jachère … pour que s’aère le terreau (et uniquement pour ça bien sûr) il faut bien se REcentrer sur sa cREativité de temps en temps.

Pouhalala par quoi commencer ???!!! les -20% chez CARVEN il y a 15 jours ? une petite sélection de la fête des mères ? l’expo DYNAMO ? mon mémoire à terminer ? les nouvelles marques ? le plastique dans les lèvres de Nicole K, le défilé homme de chez HERMÈS, le CDI parfait qui n’existe pas ou que pour les autres ?

Que de questionnements, d’interrogations… C’est difficile un REtour,  je ne suis plus la même (c’est vrai ça il me reste encore 5 kilos sur les hanches…), ma cervelle aussi fait son RE, c’est qu’un accouchement ça REmue le corps, mais aussi le coeur et les méninges !

Un petit post en douceur que celui ci donc. Avec un p’tit board d’été en plein dans la Toussaint, pour combler nos GAP !

Vous observerez la règle de merchandising visuel très simple qui est la mienne depuis peu, le 2 tiers 1 tiers. 2/3 tiers pour Félix, 1/3 pour Maman !

Je vous dis à très bientôt <3

Vous aimerez aussi:

L'air du temps Love +++

Baby Story

14 février 2013

Félix est né !

Des semaines que je délaisse mon petit blog chéri…

On s’en fout j’ai envie de dire. L’écrit, la mode, l’impertinence ne sont rien, à côté du bonheur que j’ai eu à rencontrer mon bébé.

Une bien belle story que ma grossesse, une bulle de douceur (et de rétention d’eau) qui ne m’a pas préparé pour autant, à tant d’émotion, tant d’inconnues, tant de questions… Je ne vous ferait pas le récit un peu gore de la mise au monde de mon petit chat, des 8 heures de travail, dont 4 avec mon marsouin à écouter de la disco en salle de naissance  – the best part – (Cloclo si tu nous entends) et 4 sous péridurale à essayer de ne pas vomir entre deux siestes.

 

Et puis …

Le 31 janvier, la césarienne m’a tuer !

L’émotion elle, nous submerge, nous fait oublier le champ opératoire, la séparation d’avec mon marsouin, papa adoré, la boucherie qu’il se passe en dessous, la violence faite à mon corps, labouré, que j’ai si mal vécue, et qui me fait encore grimacer de douleur aujourd’hui (en plus je crois que j’ai une côte fêlée, les cons).

Mon bébé je l’ai trouvé beau tout de suite, ça paraît niais mais c’est vrai, j’aurai eu l’objectivité de le déclarer moche si il l’avait été. ça paraissait une évidence pour l’équipe médicale, mais ils ne me connaissent pas. Je me souviens même avoir dit « mignon ». Voilà vous le savez Félix est mignon.

Le reste on est bons sans le savoir, une Madame Jourdain de la maternité – en somme – on sait comment le porter, le toucher, le cajoler, c’est notre bébé. Mais les difficultés à nourrir de soi même nous font croire qu’on échoue. C’est ce que j’ai vécu de pire comme responsabilité, mon bébé qui perd du poids à cause de moi … que c’est compliqué d’allaiter - j’y suis quand même arrivée ! – mais pas comme je l’avais rêvé – j’en profite d’ailleurs pour dire que c’est terrible la pression qu’on fout sur les femmes qui n’allaitent pas, ou peu, ou qui n’ont pas eu d’autre choix que d’opter pour une alimentation mixte. Ce que je dis juste c’est :

1. foutez nous la paix, merci. Chaque maman est aussi unique que chaque grossesse

2. feriez mieux de nous aider au lieu de nous enfoncer, Merlans ! Morues !

3. l’allaitement est-il réellement en phase avec nos vies actuelles ?

4. j’ai un mémoire à boucler d’ici le 23 avril et sans doute un nouveau boulot début mai … alors PAYE TES SEINS quoi !?

5. mon marsouin vient de m’annoncer que la prolactine fout un peu le bordel dans la libido… bon ça c’est fait. T’inquiète mon chéri, dès que je tomberai la culotte en filet, on s’y remet !

6. mon ostéo (dont les diplômes et les expériences vont jusqu’à la moitié de  son ordonnance je vous signale ! si !) m’a dit que l’essentiel était de donner les tous premiers jours de vie, le colostrum… c’est lui qui protège en grande partie nos petits bouts.

15 jours se sont écoulés depuis la naissance de mon bébé, je tâche de surfer entre les conseils de ceux à qui je n’ai pas demandé de conseils, celles qui pensent avoir été les seules investies d’instinct maternel pur porc, alors que mes chéries j’en connais une qui a eu 3 enfants avant vous, MA Mère ! D’autres joueront les wonder woman, ne vous lâcheront rien de vrai, de pur, ni sur leurs questionnements, ni sur leurs égarements, ceux que j’ai moi même ressenti face aux gros (gros gros) pleurs, aux angoisses du soir, aux coliques … Mais moi c’est bien connu, faut toujours que j’ouvre ma gueule. Même si c’est pour avouer de la vulnérabilité. Quand on devient parent, on devrait tous laisser de côté les masques de Mr et Mme Parfait.

On est jamais préparées à tout ça. Mais on apprend, et ce qu’on décide reste la meilleure solution.

Je suis une maman, je suis une maman. C’est ce que je me répète quand je me vois reprendre ma (mes) forme(s) d’avant. Ce bébé, cette famille c’est ce que j’ai fait de plus grand.

 

Vous aimerez aussi:

L'air du temps Love +++

à l’aise 2013

8 janvier 2013

2013 année de la merguez et du pèze

C’est la première fois que je suis grosse pour le réveillon

Quinze fois, on m’a souhaité un beau bébé ou plutôt, on m’a dit quinze fois « c’est facile cette année au moins, on sait quoi te souhaiter, de nous faire un joli bébé » !

Et bien pas si sûr… si j’en juge :

1. les cauchemars que je fais, les nuits d’insomnies, où mon petit n’est qu’un laideron

2. les tares génétiques que la belle famille n’arrête pas de me ‘souhaiter’, dernière en date les oreilles décollées … 

2012 n’était pas idyllique pour tout le monde, et pourtant pour moi si, j’aime tant ces moments un peu charniers, qui font la trampe des années charnières. On ne vante jamais assez les vertus d’un peu de chaos.

Cette année, j’ai appris de nouveaux mots :

1. chancelière
2. cerclage

et

3. Médicament homéopathique traditionnellement utilisé comme cholagogue et dans les troubles dyspeptiques.

Cette année, j’ai compris que ma vie avait pris un nouveau sens, et que j’en étais responsable, parce qu’on est toujours responsable du sens qu’on donne à sa destinée, dire qu’on subit, que c’est comme ça et qu’on a pas choisit équivaut à mentir. Par contre, on a le droit de dire que c’est difficile !

En 2013, je fais la rencontre la plus importante de ma vie, celle de l’enfant que je porte depuis 8 mois et demi, désiré avec la personne la plus touchante au monde, mon Marsouin.

 

EN 2013 JE VOIS DÉJÀ QUELQUES TENDANCES SE PROFILER …

– Les jeunes générations évoluent dans un monde dominé par le fait d’exister, de jouer, d’apprendre et de dormir avec des écrans plats, vivant dans une zone d’ombre entre deuxième et troisième dimension, une zone à laquelle ils voudraient se connecter et entre laquelle ils luttent. C’est le règne des boutiques éphémères, (pop up stores), des matériaux à mémoire de forme, de la 3D, du pouvoir des communautés…

– Je crois fermement et sincèrement que les savoir faire et l’artisanat vont être une valeur très importante dans le futur … je partagerai ici volontiers avec vous mes meilleures découvertes dans la Maison et la Mode. Porter un bijou unique, fait à la main selon des rituels précis, aura bientôt plus de valeur que de passer chez HOD. Dans la maison, ce sera le retour du chanvre et du lin comme matériau de design, le liège, et le rotin que j’ai tant aimé vont sans doute enfin être primés.

– Une partie de l’essence de notre vie et de notre travail est le voyage. Chacun de nous, à sa manière profite du sentiment d’être ailleurs, de la rencontre avec d’autres personnes,  de la découverte de nouveaux paysages et couleurs …  Les voyages, les images vont nourrir encore davantage les formes, les objets, dans le textile, et la maison.

Je crois aujourd’hui encore plus que jamais à la transversalité – qui en a fait depuis plusieurs années pouffer plus d’un- car est bientôt venu un temps, où ces passerelles seront reconnues, ces petits ponts tirés entre deux arts, entre deux produits, entre deux métiers. Car aujourd’hui il faut bien plus, il faut une atmosphère, un univers, il faut un système un peu plus complexe qu’un vendeur sachant bien vendre …

Une très belle année à tous !

With Love

 

Vous aimerez aussi:

Love +++ Tendances Lab

Fashion & friends

9 septembre 2012

La mode trahit-elle nos comportements entre copines ?

Les copines c’est la vie. Indispensables à notre organisme, elles sont notre air, nos repères. Aussi essentielles que de s’habiller. les vraies, les bonnes sont toujours là. Auraient-elles un profil mode nos copines ? peut-on reconnaître à ses vêtements une vraie copine d’une fausse ? après une enquête approfondie auprès de mes semblables, et de nombreux témoignages, je me lance, je ponds un post moitié fallacieux, moitié vérité vraie, mais où j’ai appris beaucoup sur … moi même.

Je ne parle pas ici des moins de 20 ans qui se clonent pour faire joujou et qui s’envoient des ♥ ♥ à tout bout de champ en confondant liens du sang avec les autres.

Toute ressemblance avec des personnages connus est donc totalement fortuite.

1. La CO Ltd.

La Best quoi ! Elle nous tient les cheveux lors des orgies pour qu’ils ne fourchent pas dans la cuvette des toilettes, nous écrit des cartes postales avec des coeurs et des réflexions philosophiques sur les abdos des italiens du sud, vient nous voir à l’hôpital en pleurant mais avec du Campari, nous rend propres les petits hauts qu’on lui prête, ne porte pas le même parfum que vous, complimente vos tenues, vous offre des petites merdes de ses vacances sans vous (elle connaît votre passion pour les petites merdes et le piment d’Espelette aussi). Elle est même heureuse pour vous quand vous réussissez à en finir avec l’acné, quand vous êtes amoureuse ou que vous parvenez enfin à garder votre sang froid au travail.

Il existe un ENORME avantage à fréquenter une CO Ltd. Certes, elle est plus raisonnable que vous (c’est pour ça que vous vous êtes choisies je vous le rappelle, elle a besoin de fantaisie, vous avez besoin de sagesse) elle se laisse volontiers embarquer dans vos conneries.

Autre avantage : le benchmarking affiche une putain de ligne Océan Bleu, je m’explique : aucune concurrence ! Vous pouvez pouffer ! et pourtant : – je ne vais pas déroger à la règle selon laquelle j’ai, depuis mon jeune âge la fâcheuse habitude de dire ce que personne ne dit et que pourtant tout le monde pense (une grande gueule clairvoyante dirons nous, mais une grande gueule qui aurait bien des fois gagné à la fermer BREF ) – pas qu’on se cherche un faire valoir, ou une amie moche mais avouez, on ne s’est jamais aussi bien entendu avec un être du même sexe que si celui ci ne représente aucune menace pour nous – CQFD – (ceci ne signifie évidemment rien pour une catégorie de population en dessous de 25 ans, qui se refile meufs, mecs et HPV sans état d’âme)

Même si vous vous rejoignez sur certaines nombreuses valeurs essentielles, avec votre Best Copine, aucun des univers de vos vies n’est en concurrence frontale, ni la médecine, ni le mec, ni le style, ni la façon de vivre, ni les enfants, ni la façon de boire son Campari, ni la profondeur de bonnet, ni le ménage, ni la coiffure. Souvent elle est plus âgée ou plus jeune. ET C’EST POUR ÇA QUE ÇA MARCHE !

Le look de la CO Ltd. : Les valeurs sûres.

Un sens aigu des couleurs, des accessoires à tomber, elle porte plein de bracelets, des robes en maille, des sandales compensées. C’est chic, c’est fun, c’est efficace. Indépendante, et sûre de ce qu’elle aime, elle a le souci du détail, mise sur ce qu’elle a de mieux, et sur sa tenue traîne toujours une petite broche, un badge sur son sac en toile, un maquillage simple mais réussi, des grosses lunettes blanches, un slim bien coupé, une barrette écolo ou un mouchoir imprimé de chez Maison Georgette.

Sac Beaubourg La Bagagerie

broche Magic Banana Alice Hubert sur l’Exception
2. La COPIpine

Vous vous entendez à merveille. Chacune son territoire de chasse, elle aime les blonds vous fondez sur les bruns. Elle est blonde et vous êtes brune. La plupart du temps. Peu de disputes pour choper, vous plaisez à ceux qui vous plaisent, et elle se fait draguer par ceux qui ne vous intéressent pas. La plupart du temps. Chacune a des avantages que n’a pas l’autre et vice versa. Ça s’équilibre. La plupart du temps. Elle a des seins, vous avez le visage, elle a la hauteur, vous avez le cul rebondi. Ça fonctionne. La plupart du temps.

Les choses se dérèglent quand l’une se case en général, et là ÇA FOUT UN DE CES BORDEL !  Réaction : Un vrai sevrage, faut gérer le manque, faut tenir, les sueurs, les tremblements… celle qui roucoule doit trembler dans son sommeil ou aux WC tout au plus et ne se rend même pas compte de ce vide énooooorme (la garce). Mais quand viendra le moment où elle rêvera de virées copinesques au Bus Palladium, et d’apéros interminables… Elle comprendra. Celle qui reste célib’ se tape en général une gentille petite déprime remise en question le temps d’un week-end à coup de  Ben & Jerry et puis HOP ! c’est reparti.

Le trublion est brièvement présenté, mais ça peine à décoller, l’ambiance n’est pas la même, d’ailleurs disons le tout a changé, la fille libre comme l’air ne peut s’empêcher d’envoyer ses codes de fille libre comme l’air au trublion … bref, après les décolletés, les oeillades, les mains baladeuses à l’avenir les virées se feront toujours entre vous et la COPI pine.

Le look de la COPIpine : sexy imprévisible

Vous avez certains goûts fashion en commun, mais c’est pas le matériel qui vous lit, c’est la façon de penser, de vivre, de s’amuser, de parler, de travailler, de faire des conneries, c’est aussi pour ça que ça marche ! Elle sera donc sophistiquée si vous ne l’êtes pas, s’habillera ras la touffe si vous êtes en slim, boira du rosé quand vous siroterez du rouge, et sera plutôt ethnique si vous vous la jouez basique. Difficile à repérer de l’extérieur donc. Attention La COPi pine a tout à fait les qualités adéquates pour devenir la Best Co ltd !

Escarpins, L’autre Chose sur Shoescribe

Top Glitter Michael Kors
3. La COPIqueuse

Un genre très spécial que cette Copine là … pas méchante au fond, elle a beaucoup d’amis, d’ailleurs elle pourrait être chef produits chez Ikéa tellement elle range, compartimente … petits tiroirs d’amis, étagères de potes, confituriers de connaissances, casiers de camarades. A sortir en toute occasion. Mais elle vous fera toujours croire que VOUS, vous n’êtes pas rangée comme les autres, que vous êtes sur le dessus du panier, parmi les meilleures. (quelle P*** ! ) On ne peux pas lui en vouloir, elle en l’occurrence, en veut toujours plus, requeste votre mec sur Facebook alors qu’elle ne l’a vu qu’une fois, vous pousse VOUS pour être à ses côtés pendant les diners et sorties week-end, lui parle à une distance approximative de 5 cm, et lui met ses seins devant le nez car elle sait que les vôtres sont – hors grossesse – moins généreux disons (et soyons garce jusqu’au bout, parce que ma foi c’est bien son seul atout, voir ci dessous)

Vous ne la virez pas parce que, disons le, elle est moche. Et vous compatissez. Vous contribuez donc à nourrir son fol espoir de séduire tout court, et qui plus est ce qui est encore plus facile à convoiter : votre amoureux ! Le pire c’est que vous ne vous en méfiez pas, et que ce sera pas la première fois qu’on verra un type tromper sa nenette avec un cageot !

Le look de la COPIqueuse

Moche peut être mais pas totalement dépourvue de goût. Cela la sauve d’une certaine manière, sauf quand les knacki balls qui lui servent d’orteils sont rangés dans une paire de sandales compensées. Elle porte des fringues de créateurs inconnus chinés sur des salons spéciaux pour créateurs inconnus, et d’autres pièces un peu exubérantes qui font d’elle la copine sympa un peu fofolle qu’on invitera toujours aux soirées. Il n’est donc pas impossible de la croiser en fourrure rose, ou avec un chapeau qu’on croirait sorti d’un panier de légumes anciens chez le primeur, avec des coloquintes et des coccinelles dessus.

Manteau en laine bouclée Rose (de chez Rose) J.Crew

Chapeaux Céline Robert
4. La COPIstache

Une histoire impossible, puisqu’entre vous il y a de l’envie. Ne cherchez même pas, c’est souffrance et douleur assurées. Ici c’est un peu  l’histoire « du cochon qui devient apprenti charcutier » comme dirait l’autre saucisson sur RTL2. Une amitié de faussaire, une course à la contrefaçon. L’une aimerait être l’autre, et l’autre voudrait avoir la vie de l’une. Le coup de fil chaleureux devient séance de critique et jugements une fois le combiné raccroché. Prenez de la distance, vous n’êtes pas faites pour vous entendre, encore moins pour vous écouter.

Son Look

Le vôtre … (en moins bien ou en mieux)

6. La COPIrate

Je vous vois là bas … déjà en train de faire les malines « genre moi j’en ai pas » !

Teuh teuh teuh, dans les grandes villes personne n’ose l’assumer, mais on a tous une ou deux COPIrates, zéro investissement, zéro importance, avec qui on va déjeuner ou prendre l’apéro pour passer le temps, demander un service, yeuter en terrasse, se faire présenter des nouveaux garçons, pour éviter des collègues ou juste pour écouter d’autres vies, d’autres lamentations… Des profils très hétéroclites, anciens collègues légèrement intimes depuis qu’ils ont géré vos mails pendant une semaine d’arrêt de travail, vagues connaissances qui pourraient devenir confidentes, ou clientes … who knows ? ancienne camarade de classe qui rassasie votre curiosité sur comment elle a résussi / râté sa vie ? copine d’enfance qui veut se racheter après vous avoir salement abandonné à 16 ans et demi et tout specimen ravi de parler de lui pendant une heure, en racontant plein de mensonges parce que le degré d’intimité proche du sous sol le permet … Là aussi aucune concurrence, la COPIrate peut être mieux habillée que vous, telle une fashionista, comme être habillée tel un sac avec des pompes Camper. Ce n’est pas une question de moyens, c’est une question de goût.

Le look de la COPIrate

C’est une fille laborieuse (elle déjeune à l’extérieur donc travaille), respectable (elle accepte de déjeuner avec une fille pour qui elle a zéro importance) et qui a le look qui va avec. Alors c’est quoi le look d’une perle comme ça ?

2 options :

a) Elle a réussi dans la pub, mais pas assez pour vous snober. Elle a une frange comme vous, et des vernis à ongles de folie divinement posés sur ses doigts de bibliothécaire. Pas de jean, un tailleur chic mais décalé, elle est jolie, mais donc a plein d’emmerdes de fille jolie (concurrence loyale et déloyale, complexe de supériorité au travail, pression de sa hiérarchie parce qu’on ne peut pas être ET belle ET pas con, par extension difficultés à se caser maritalement…) et se sent seule (d’où sa joie de déjeuner avec vous qui cherchez un job au passage). C’est une histoire d’intérêts ni plus ni moins. (en matant son poitrail je me dis que Purée moi aussi j’aimerais bien un pendentif  poupée de Servane Gaxotte !)

Poupée articulée lookée lapine, Servane Gaxotte

Lunettes de vue Marni sur Yoox

b) Malgré sa réussite, elle ne sait toujours pas s’arranger. Elle ignore le mot coiffeur, et dans son look pointe d’anciennes réminiscences de serre-tête et cols claudine… Le pantacourt est courant, la monture des lunettes improbable, pour les chaussures, on pourrait soupçonner un abonnement annuel chez Geox, ou chez Ecrase-merde et Cie parce que déjà l’année dernière le soulier semblait être issu de la même fratrie, y a de la consanguinité dans le dressing on dirait !

Vous aimerez aussi:

L'air du temps Love +++

Résurrection olfactive

15 juillet 2012

Le Re de Courrèges

Je dois avoir un pot en ce moment ! loin d’être pourri… COURRÈGES a exaucé mon voeu !

Courrèges a réssuscité MON PARFUM !

Premier parfum mythique de la marque (1971) … en rapport avec les premiers pas sur la lune et compagnon fidèle de mon cou et mes poignets : tadammmm (Re)voici EMPREINTE !

Ou comment REfaire du vrai neuf avec du bon vieux … je suis fan des RE, les REbirth, les REnouveaux, et les REstaurants. REmarque, un jour j’en ferai mon métier.

L’occasion d’aller dans la boutique historique, rue François 1er, écrin blanc – et glissant par temps de pluie- que je n’avais jamais visité. Sympa quand même le petit blouson vinyl bleu électrique à 890 € …

Empreinte donc … Même packaging, même flacon, je l’ai tant aimé que je n’ai pas encore osé le porter … il trône en relique dans mon salon depuis vendredi, peur que ce ne soit pas le même, peur d’être déçue, peur qu’il fasse vomir mon Marsouin…

Sérieusement vais-je retrouver les accords chyprés qui se mélangeaient si bien à l’époque à l’odeur de mes premières cigarettes ? vais je retrouver la rose bulgare ? la mandarine du brésil ? le jasmin ? la feuille de Patchouli ? et la bergamote de Calabre ? la mousse ? le cuir ?

Oulala grosse pétoche j’en ai des problèmes existentiels dans la vie.

Bon, on verra demain.

Vous aimerez aussi:

Enjoy this blog? Please spread the word :)