Fashion & Design L'air du temps

Co branding ding dingue dong

27 mai 2013

Quand la Princesse se met au Comptoir …

 

Je n’ai pas l’habitude de faire ce que je m’apprête à faire là tout de suite, car j’ai nettement plus envie d’écrire et de réfléchir que de postillonner de l’acidité. Mais là je suis obligée !

Je ne recherche pas forcément la meilleure affaire quand je m’habille ou que je pars en shopping (je suis assez nulle en discount) voyez-vous, je suis même prête, connement, à payer de bons prix pour de bonnes marques. Disons que je me débrouille toujours pour avoir un code promo.

Mais là c’est autre chose, là c’est pareil. Il se passe quelque chose dans l’économie fashionesque qui ne me plaît pas du tout. Ils commencent à s’y mettent à plusieurs pour nous endormir et nous déposséder. Vous avez du recevoir vous aussi le combo de newsletters Princesse Tam Tam et Comptoir des Cotonniers. Qui titre en fluo avec un graphisme qui rappelle que NON vous n’êtes pas dans de la mode éphémère mais bien dans un vrai ‘LABEL ». Et accessoirement deux : 1.SUMMER  2.ESCAPE

3. bin oui toi le pauvre tu restes bronzer à Massy Palaiseau

Comme vous, j’ai cliqué pour être dirigée vers la page des produits. Une collection capsule à l’effigie des deux marques (même l’appellation capsule est déjà has been) :  vêtements de plage imprimés, panoplie de glandouille estivale en tissus ultra fins, une tenue de cocktails immaculée à trous trous et micro-maillots de bain bandeau. Des tons frais, une touche de fluo pour la tendance, mouais pas mal. Ils se sont pas fait chier sur le shooting photo, aucune mise en scène en situation, même pas une petite baignade dans la Manche, c’est lampes de studio et murs blancs + vagues photos fadasses d’un pont en teck (on comprend bien qu’ils n’ont pas LES MOYENS de dépenser dans la com). Le chapeau est fun.

Autant quand Kitsuné, La Cerise sur le Gâteau ou Carven prêtent leurs noms à une autre marque, issue d’un autre univers si possible, (au pif Monoprix, ou Petit Bateau) on a l’impression d’un cadeau, de produits d’exception abordables, de bon goût, on perçoit TOUT DE MÊME un tantinet de développement produit, un peu de taff derrière quoi ! enfin TU VOIS ?!!….

 

 

 

 

Mais là : maillot de bain bandeau : 105 euros !!!!! mini short : 85 euros !! Robe bustier de plage : 95 euros !!! T-Shirt imprimé : 75 euros !!!  mon coeur fait TAM TAM, et j’ai comme l’impression que les COTONNIERS veulent nous arnaquer. Je suffoque.

 

 

Alors je ne ferai pas plus de publicité à cette Capsule qui ressemble davantage à une Pilule qui ne passe pas, car elle est pour moi une honte aux partenariats, Co Branding et Trade marketing réunis, et je me demande à combien vous êtes tombées dans le panneau…

Mais je souhaiterai rappeler à ces marques, qu’il ne suffit pas d’associer deux noms pour créer de la valeur. Que le Co branding justement n’est pas une addition (multiplication !) de marges de deux marques qui veulent se faire du pognon précisément au moment où leur société est en pleine crise et qui plus est où il n’y aura pas d’été cette année pour la porter ta robe longue de cocktail à 185 balles ha ha ! Non, il est pour moi un développement produit commun, un échange, une notoriété qui sert l’autre, des identités qui se nourrissent mutuellement, bref une surprise là où on ne s’y attend pas. J’ose prononcer le mot RESPECT (?). C’est à dire avec des prix qui restent décents !

Sauf que maintenant le monde change et qu’on est plus des débiles, ta capsule je pourrai très bien te la transformer en suppo sur KissKissBankBank.

Car quand c’est bien fait un partenariat, on ne le sent même pas, (comprenez on ne sent même pas toute cette puissance marketing derrière la petite série limitée qui nous rend vulnérables) et nous achetons (pauvres moutons).

Et TAM ! la Princesse est tombée du Comptoir où elle aguichait les Cotonniers.

Bisous

 

Vous aimerez aussi:

No Comments

Leave a Reply

Enjoy this blog? Please spread the word :)