Fashion & Design Tendances Lab

Copper … field

4 juillet 2013

Précieux métal rouge

 

J’aime le CUIVRE. D’amour je veux dire.

Le CUIVRE, je le comprends.

Le CUIVRE chimiquement a un beau Cu

Le CUIVRE a un super CV

Le CUIVRE n’est pas sale, il est différent

Le CUIVRE, parmi les autres métaux rayonne, attire. (ce n’est sans doute pas un hasard si les bracelets tibétains  magnétiques sont en cuivre…)

 DÉMONSTRATION :

Z’avez vu, c’est fou non ?

Avec son identité visuelle très forte, j’aime la puissance, le caractère, et la couleur du CUIVRE. Par ailleurs, je l’aime aussi quand il faute avec l’or en bracelet et/ou en bague ! (Ha ha ha ! ça c’est pour bien faire passer les messages)

 

Monsieur Paris

Le cuivre est donc doté de propriétés particulières, et même extraordinaires ! ce qui renforce encore davantage ma passion pour lui : malléable, extrêmement durable et 100 % recyclable, anti bactérien, excellente conductivité thermique (comprenez les casseroles des chefs et la bassine à confiture maintenant ?) et électrique, il a aussi une grande faculté à réfléchir la lumière. Il vous amène aussi votre café au lit (si vous lui parlez gentiment, non pas comme vous Monsieur l’avocat)

bassine à confitures cuivre martelée Baumalu

Sa nature intrinsèque démultiplie forcément les choix esthétiques et formels, et il séduit de plus en plus de créateurs à l’heure de l’éco-conception. Je suis d’ailleurs plus que certaine de voir mon métal rouge chéri à Maison et Objet dans quelques mois. Je le sens. Je l’ai senti chez le coiffeur l’autre jour d’ailleurs, ou subitement j’ai eu envie de BLOND VÉNITIEN pour la rentrée.

Je rappelle juste au passage la différence entre le Blond vénitien et le Roux, avant que ne s’abatte une salve de violences gratuites destinée à pourrir la vie des (pauvres) blondes vénitiennes qui se font traiter de rousses ! c’est fou l’inculture des gens (calmez vous les rousses, je vous aime !! et ceci n’a rien à voir bien sûr avec le fait que j’étais vaguement rousse lorsque j’étais un bébé, je vous aime de façon autonome :)) 

EXEMPLE : Je vais donc vous faire une confidence, je crois bien que les 3 cheveux que mon bébé a sur la tête sont blonds vénitiens. Alors que son cousin Edgar lui est vraiment roux, voyez-vous ? Je ferme la parenthèse.

 

 

Ah Ce fameux blond Botticellien, clair, cuivré, hérité de la Renaissance Italienne ! que Vénus elle même obtenait en s’enduisant la chevelure d’un mélange de safran et de citron. Une beauté à la fois charnelle et céleste (ouais c’est Vénus quoi c’est pas Gossip !). Puis toutes les autres, moins « divines » disons : Des femmes aux fronts épilés (faudrait essayer en 2013 ! cette prestation manque à toutes les plaquettes de tous les instituts, au profit du sillon inter-fessier d’ailleurs, c’est d’une injustice), les cheveux blonds, tressés et entrelacés de pierres précieuses et de perles. Le teint diaphane, les lèvres et les joues étaient rougies, et, touche suprême, l’était aussi le bout des seins !

 

 

Matériau ancestral donc (MAUVIEL casserole depuis 1830 – Artichoke, beauté de lustre intersidérale dessinée par Poul Henningsen depuis 1958 ) à l’identité visuelle très forte, le cuivre commence à se faire une place sur la scène design contemporaine. De Susan Bradley à Tom Dixon avec ses célèbres luminaires Copper Shade, en passant par Jaime Hayon ou Max Lamb, de plus en plus de designers redécouvrent les potentialités esthétiques du « métal rouge », ses jeux de lumière et les possibilités de façonnage qu’il offre.

 

ARTICHOKE – dessiné par Poul Henningsen, Edité par Louis Poulsen

…et les pistes d’exploration du matériau ne manquent pas ! vases, luminaires, tuteurs de jardinières (fongicide le cuivre : anti larves et pucerons), corbeilles à fruits (dont les propriétés anti bactériennes empêchent de fait la moisissure des fruits…trop pas con le cuivre !)

 

vu par Jaime Hayon (vous prononcez comment vous Jaime en espagnol ?)

 

Max Lamb Stool, édité par Discipline

Il existe bien sûr des institutions chargées d’ions positifs pour dynamiser ce formidable matériau, un concours annuel est donc organisé tous les ans par L’institut Européen du Cuivre, et le Centre Italien du Cuivre, destiné à de jeunes designers professionnels (moins de 40 ans je précise, des fois que 40 ans ce serait jeune !), ainsi qu’à de jeunes étudiants (jusqu’à 40 ans alors ?). Cette année, cocorico, c’est un français qui a gagné le premier prix, Francesco Morackini mais bien sûr il a un nom italien. (c’est comme en 1983 à Roland Garros finalement, où au 1et tour Yannick Noah était camerounais, et hop ! il a été naturalisé français en moins de 3 heures !)

 

Il nous a sorti quoi Francesco ? Un alambic qui se décompose en quatre éléments ayant chacun une utilité propre. L’alambic, une fois retourné, sert d’arrosoir. Le faitout se transforme en pot de fleur ou en ustensile pour cuire des pâtes.  Le réchaud devient appareil à fondue. La corbeille à fruits, elle, joue sur la versatilité du cuivre, car au fil du temps sa couleur évolue vers le brun sombre ou le vert en fonction de l’humidité. Une création ingénieuse, pour les amoureux la vieille prune et multi-tasks !

Enfin, un produit exceptionnel à seulement 7 euros Messieurs-Dames, le torchon en fils de cuivre !

Les fils de cuivre permettent d’enlever la saleté des casseroles, cuisinère et poëles, en douceur. Car le cuivre Messieurs dames en plus de tout le reste, est un métal souple qui ne raye pas ! fait briller l’inox, enlève la rouille des couteaux. Et se lave en machine à 60°C !

What else ?

 

 

 

Vous aimerez aussi:

1 Comment

  • Reply DESIGN TRENDS | MYMillionfashionblink 19 février 2015 at 19 h 54 min

    […] j’aime d’amour, vraiment. (cf. mon article à ce sujet il y a un petit moment déjà, ici). A foison sur Etsy, chez Anthropologie. Un Tom Dixon en a fait son fond de commerce et pour un peu […]

  • Répondre à DESIGN TRENDS | MYMillionfashionblink Cancel Reply

    Enjoy this blog? Please spread the word :)