Fashion & Design Tendances Lab

Full sentimental

31 janvier 2011

Maison et Objet, le cru janvier 2011

Une salon qui m’a paru être dédié au plaisir, au sentiment éprouvé, à l’émotion. Je conjuguerai volontiers le verbe « Ressentir » pour définir cette édition 2011. Des créateurs qui se sont adressés à notre cœur et à nos sens: nous ont fait rire, ou pleurer, nous ont fait goûter, aimer

Des Ateliers d’Art de France qui « rêvent », Leblond Delienne qui ferait de l’« Emotional design » (y en qui manquent pas d’air) ou Country corner qui sous titre « Décoration et émotions ».

Hay

Ce n’est pas un hasard du coup si José Lévy, lui qui créativement est une incarnation de transversalité, (DA chez Holland & Holland, designer édité chez Bensimon, collaborations avec Garnier Thiébault, Deshoulières …) nous parle aussi d’émotions :

« L’intention de départ est d’arriver à délivrer un message, une histoire. Le destinataire final du produit crée doit ressentir l’émotion dégagée et s’approprier l’objet à travers sa fonction et la sensation ressentie. C’est ce qui crée l’attachement à l’objet. C’est l’affectif que l’on projette qui demeure le plus important »
 
Toolives Koray Ozgen pour Odun

C’est comme ça que je l’ai « senti » moi ce Maison et Objet, comme un retour au plaisir, au ressenti, à travers la nature, mais aussi les photographies, les objets qui nous touchent car ils évoquent des rites ou des savoir faire précis et bien sûr la gastronomie… Miam

Rien de surprenant donc à ce que la food ait épousé le design, et comme un écho à notre fameux repas français classé au patrimoine immatériel de l’humanité depuis novembre dernier, la gastronomie est plus que jamais donc réalité culturelle.

« Manger ne se réduit pas à la seule action de se nourrir mais repose sur des valeurs et une culture, comme la convivialité, le partage, la sociabilité » disait Gilles Fumey, géographe et spécialiste des questions alimentaires.

(je ne sais pas où classer ceux qui en laissent jamais pour les autres, ceux qui vont se chercher LEUR dessert ou (et ?) qui bouffent en faisant la gueule)

Laurence Brabant

Le parcours d’influence Unplugged de François Bernard d’ailleurs nous parle de tout cela (non pas du rat qui va se chercher son dessert!) de cette conscience du plaisir qui associe le bon et le sain. Je sens bien moi avec mes petites antennes dressées que quelque chose est en train de bouger, dans nos rapports de proximité avec les choses, les gens ou la nature et François Bernard d’ajouter de l’eau à mon moulin :

« la nourriture pourrait bien être le fer de lance d’une production made in local déjà rejointe par la mode, les cosmétiques, les matériaux de construction, le design… »

Dans la série Food mon amour, la recherche Foodesign Guzzini arrive en France pour sa quatrième édition, après Milan, Francfort, Tokyo et Séoul. Et a invité 30 designers français à repenser les arts de la table à travers des propositions d’objets du quotidien capables d’accompagner l’évolution de nos comportements alimentaires. Faire le lien en somme entre experts gastronomes et designers… il y a eu des choses ma foi fort bien pensées …

le Pot à miel de François Azambourg qui a la folle ambition de résoudre le problème de la cuillère qui coule grâce à un petit escalier!

C’était aussi la 3ème édition de Paris des chefs où 20 duos Chefs-Designers se sont rencontrés … dis donc mais il n’y aurait pas une idylle entre l’alimentation et le design ? Citons entre autres les rencontres de Thierry Marx (Restaurant le Mandarin Hotel) & Sybille Le Margerie (architecte d’intérieur), de Jacques Génin (chocolatier) & Marc Brétillot (designer culinaire) ou de Jean François Piège (Restaurant Thoumieux, Paris) & India Mahdavi (architecte d’intérieur)…


Marc Brétillot

Bon le chef de renom a finalement relativement peur du designer culinaire… et je cite « se sent bousculé« . Pour avoir assisté à l’une des rencontres, j’ai été secouée d’un petit rire quand j’ai entendu Jacques Génin en plein montage d’une tartelette au citron, demander à Marc Brétillot qui plantait un jardinet de roquette dans la délicate mousse, que l’essentiel serait que le designer ne touche pas aux bases. Ha Ha Ha !

Je n’épiloguerais pas sur la tronche du célèbre chocolatier quand il vit ses tartes si fines, si appétissantes transformées en hamburger avec en prime de la salade au milieu ! moi qui suis tout à fait pour le design culinaire, je dis oui, tant qu’on respecte l’artisan et le produit

Le rire a donc très honnêtement rempli sa fonction : dédramatiser !

S’amuser, comme ce mouchoir nez rouge qui vous transforme en clown de cirque quand vous êtes enrhumé, (ATIPYK)

Jouer, comme avec ses séries limitées de dominos de franchement je ne sais plus qui … ( bouhh ! j’arrive pas à me relire sur mon carnet !)

Revisiter, comme les deux cousines de la marque Pied de Poule qui passent la vaisselle vintage au gaffer, revisitant le Gien au fushia

et à leurs irrésistibles jeux de mots, sur leur nouvelles collections « La muraille d’Echine » « La promenade des onglets » ou encore « Le pont des soupières »!

Ah ça!  je me suis bien poëlée !!

Pour revenir au coeur du sujet, le mien justement a battu plus d’une fois, mon premier coup (oui de coeur) est ma rencontre avec Guillaume Delvigne, qui utilise une matière que j’aime tout particulièrement – le liège – d’ailleurs je l’avais utilisé moi aussi pour une pièce de La maison de Léna, sauf que Guillaume il y ajoute la transparence du verre, le geste du souffleur, la pureté du dessin. Juste sublime (à voir aussi sa lampe éditée par la Tools)!

Mon deuxième va à Clémence Joly, dont j’ai été impressionnée par son univers (sa boucherie en crochet est incroyable) et puis lorsque l’on s’y penche d’un peu plus près – son site entre autres –  on est touché par son goût du livre en tant qu’objet, avec son papier à qui elle a même inventé une maladie, sa ponctuation et sa typographie…

Enfin l’émotion ne serait pas entière si je taisais celle ressentie lors de la réception du ticket de caisse de mon sandwich thon-crudités assorti de son petit paquet de Kitkat balls et de sa petite bouteille de San Pé,  je ne sais pas… une sensation d’évanouissement peut-être ?

Vous aimerez aussi:

3 Comments

  • Reply Janine Z. 3 février 2011 at 20 h 50 min

    bravo en effet dommage pour moi de n’avoir pas fait le salon maison et objet j’aime les articles les photos et leur présentation enfin un coup de coeur pour le design culinaire

  • Reply The Jewelry Store 1 février 2015 at 9 h 13 min

    The Jewelry Store…

    Nice article, It was funny….

  • Leave a Reply

    Enjoy this blog? Please spread the word :)