Fashion & Design Tendances Lab

Hors de pieds !

27 mars 2011

Les raisons de la colère

A l’arrivée de la belle saison, j’ai les pieds qui trépignent, ils me réclament du cuir, des sandales, des talons mais pas trop hauts, et surtout pas de patin polymère en plastique ! Etant comme vous toutes Mesdames une geek de chaussures, j’ai commencé à me documenter pour savoir comment mes pieds allaient traverser la saison ! Bien sûr il s’agit des pièces de nos garde robe les plus chères, bon ça, nous sommes habituées.

Malgré la tendance qui s’impose : sur des socques en bois ? Mmmmh peut être pas … je suis donc allée me balader dans les rues, les boutiques et sur mes sites internet préférés. Et alors je me suis indignée (comme vous je parie) sur les euros qui commencent à se croire tout permis. A ma gauche une paire de sandales à plateforme Fratelli Rossetti, cuir et pompons, talons en bois perchés sur 10 cm- A ma droite une paire de sandales Pierre Hardy, talons en bois 9,5cm, du cuir, des brides. Efficaces, féminines, bref, de vraies canons ! Deux paires de belle facture donc, et lorsque l’on sait que, pour réaliser une paire de chaussures digne de « savoir faire «  (oui hein parce que vous faire un article sur Bata ça me passionne pas vraiment) il faut environ une vingtaine d’étapes manuelles de réalisation…

Et ma question est la suivante : à des niveaux (haut de gamme) comparables, qu’est-ce qui justifie que la paire italienne affiche 380 € et que celle de notre designer français culmine à 600 € ?

Tout de suite me vient une première interjection : « Purée dans les deux cas il y a peu de matière et on a les doigts de pieds et les chevilles à l’air ! » puis ma deuxième question : « Est-ce qu’on se moquerait pas du monde franchement ? » A notoriété égale, à complexité de fabrication similaire, à pays d’exécution aussi (Italie, voire Portugal pour l’un des deux …) à matériaux quasi semblables, (à 3,5 cm de suédine près), au bout d’un moment le rouge et le noir ne s’épousent-ils pas ? humm ? non sérieusement quelle est la vraie valeur ajoutée !? (et ne me dites pas le nom hein ! si vous voulez des noms c’est Sergio et Christian et pis c’est tout)

D’autant qu’aujourd’hui, chez qui paye t-on le juste prix ? J’ai trié pour vous et j’en suis arrivée à ceux-là, où je dis OUI on se moque pas de nous :

Anniel, Robert Clergerie, Veja, Fratelli Rossetti, Stéphane Kélian, Minelli, Superga, Todd’s

Heschung dans une certaine mesure, sachant le travail de couture norvégien qu’il y a derrière et puis parce que comme moi ils sont alsaciens (Hoplà) même Bally commence grave à déconner (en plus c’est moche et grossier )

Le reste ce ne sont pas des chausseurs, ni APC, ni Vanessa Bruno, ni Barbara Bui, encore moins Paul & Joe, et même mon chouchou Marc Jacobs avec ses ballerines qui me font envie à 500 euros !

Alors je me permettrai une conclusion un peu triviale, et je suggère un peu plus d’humilité de la part de nos designers français qui délocalisent pour fabriquer et proposent des chaussures encore plus cher que nos voisins leaders en la matière, les italiens. Eux qui au passage ont su protéger leurs savoir faire, en les adaptant au marché, au design à la modernité, si la France avait su garder ses Charles Jourdan, ses usines de Roman, de Cholet, de Nancy et j’en passe très certainement, on en serait pas là, à regarder fuir nos cerveaux, nos idées, nos ateliers, et nos prix…

Charles Jourdan reviens !

Vous aimerez aussi:

2 Comments

  • Reply Audrey 27 mars 2011 at 13 h 32 min

    Charles Jourdan is back !!!

    http://www.ykone.com/shopping/collection/charles-jourdan-printemps-ete-2011/

    Leave a Reply

    Enjoy this blog? Please spread the word :)