Fashion & Design Tendances Lab

La femme bijou de Karl vs la femme pistil de John

16 janvier 2011

Les précieuses (pas ridicules)

En cette période un peu molle, de transition, aux confins de l’installation en boutique des collections Croisière de printemps et des soldes vieillissantes (soyons lucides, après la première semaine des soldes, il n’y a plus rien !) j’ai eu (un peu) de temps pour revenir sur un thème d’hiver qui m’a touché, un thème où la femme était au cœur du propos.

La femme Chanel du défilé de cet automne-hiver 2011, une femme qui s’impose. Une allure, un caractère, un esprit, et surtout un bijou … qui m’a fait pensé à un Œuf de Fabergé.

Précieux, ouvragé, paré d’or et de pierres précieuses, de cristal de roche ou d’émail translucide…L’ironie voudra que Chanel incarne plutôt une femme sans hommes et que l’œuf par le principe même de fécondité, devient gardien de la vie. Parfait, imprévisible, l’oeuf est au commencement de toutes choses.

La femme Chanel, une reine à l’aise dans sa solitude, et l’oeuf, promesse d’autres poules (de luxe ?) et d’autres œufs à venir … juste en train de générer de l’humain, un paradoxe qui ne pouvait m’échapper.

Butterfly ball

Chez Dior elle est au centre oui, mais au centre du corps, et pour cause,  je la vois représenter la séduction végétale, l’organe femelle des fleurs …

Admirez ces iris, ces pivoines, ces tulipes, c’est une valse de pistils qui défilent. Instabilité essentielle de la créature, caractère fugitif de la beauté, la fleur renvoie ici aux codes de la maison : le primat de la pose, du corps et cette femme courtisane qui incarne l’expression du désir, une princesse qui ne se déplace pas, le tourbillon d’admirateurs en revanche si ! c’est ainsi qu’hommes papillons, vents virils ou descendants de Willie l’abeille se radinent pour polliniser…



 

J’ai rapproché les visuels du défilé avec l’univers sensible et végétal du photographe Marc Ayrault et notamment son travail dans son magnifique ouvrage « Revoir le Jardin de Jeannette » édité chez Augustin.

Deux univers si opposés et pourtant investis d’une mission commune, un manifeste de la fertilité en somme, faire proliférer le genre humain… moi qui serais plutôt à penser que plus on est, moins on s’entend, je rêve à un accouchement qui serait celui d’une nouvelle génération, celle de gens qui brillent parce qu’ils sont précieux et qui fleurissent parce qu’ils embellissent la vie ?

Vous aimerez aussi:

2 Comments

  • Reply Janine Z. 3 février 2011 at 21 h 14 min

    hum Chanel dans mon jardin j’adorerai!!!!pour traquer bien sûr les poulettes

  • Leave a Reply

    Enjoy this blog? Please spread the word :)