Fashion & Design J'ai testé

La haute couture démocrate

6 juillet 2011

Défilé Franck Sorbier Automne Hiver 2012

Le couturier Frank Sorbier a imaginé une première dans le milieu très fermé de la Haute Couture : donner la possibilité à la fashionista lambda d’assister à son prochain défilé de couture. Son « fonds de dotation » ouvert au public propose des modules à des prix différents. Associés à des noms de pierres précieuses, (de 31 € à plus de 8.000 € !! ) ces modules donnent accès à divers privilèges dont la possibilité d’assister à son défilé (et en plus on défiscalise !). Un système D pour que continue la valorisation des savoir faire et du métier de la couture.

Bon me voilà avec mon Amélie et notre carton « Améthyste » (moui hein parce que 8 000 euros faut pas déconner non plus) pour assister aux prémices de la haute couture démocrate ! et y en avait des blogueuses avec leurs appareils photo en bandoulière au Cirque d’Hiver je peux vous dire !

Le spectacle commence et c’est la chanteuse Shy’m qui ouvre le défilé, ambiance la forêt et ses bienfaits …

Des lutins et des esprits des bois, des couleurs incertaines, comme le sont celles des potions magiques, bref un hommage à l’étrange et à la nature.

Des georgettes de soie peintes à la main, du taffetas compressé, des mousselines froissées … Sur le savoir faire rien à dire effectivement, Franck Sorbier fait partie des 11 maisons de Haute couture parisiennes, mais je reste toutefois plus sceptique sur l’atmosphère lichen moussu qui se dégage de la collection, la rousseur qui enveloppe la piste manque à mon goût de graphisme, et la scénographie laisse franchement à désirer … parions que les modules « diamant » n’ont pas du être assez nombreux pour pouvoir permettre à la maison d’investir dans des éléments de décoration plus cossus que du bois flotté !

Les chapeaux de lutin ne m’emballent pas davantage, la presse en connaisseuse applaudit quelques modèles bien précis, la robe de mariée est vraiment réussie et le travail est compliqué, précis… sauf que j’ai soif et je sens arriver l’heure de l’apéro…

Une très belle expérience, un peu magique tout de même il faut l’avouer, mon premier défilé de haute couture dans cette forêt de textiles peints, des modèles qui ne se vendront probablement pas, mais dont nos adhésions ont contribué à faire exister, qu’il est difficile ma foi dans ce pays de protéger nos savoir faire, de les valoriser !

Pendant que les pierres précieuses de tous acabits se pressent au cocktail de breuvages celtiques Grey Goose, moi je fais taire l’appel du Campari-Pamplemousse pour débriefer avec Amélie au Murano

Vous aimerez aussi:

No Comments

Leave a Reply

Enjoy this blog? Please spread the word :)