Art & Expositions L'air du temps

Inspirez-Respirez

1 février 2014

Mon oeil en vitrine

 

J’ai un boulot fou, je n’ai plus le temps d’écrire ou de faire des photos. (Note à moi même : penser à me payer un soin sur Beauté Privée quand ma rhino-pharyngite-grippale sera terminée) Parfois, le chômage, le congé de mat, le mi-temps a du bon. On a moins de fric mais on fait des trucs pour soi. Finalement on s’enrichit en gagnant moins. (enfin ça c’est pour la beauté du geste, parce que faut se les payer son loyer, sa nounou, son rôti)

Aujourd’hui, j’ai décidé de montrer un peu mon travail, celui-là au moins se voit, puisqu’il est exposé Boulevard Haussmann, siouplait ! J’ai sélectionné en décembre dernier, des produits de MAISON & OBJET, des produits inédits, des produits jamais vus ni de la presse, ni du grand public. Aux Galeries Lafayette, avec tout ce ramdam comexien et cie, la thématique de ce mois de février était toute trouvée : l’oxygène, la respiration, faire le vide (ah ah c’est le cas de le dire Pouêt Pouêt ). Prendre le temps d’aller au pole emploi, faire une pause, bref le SLOW. 

 

Un peu de légèreté, c’est si inspirant…

 

 

 

 

 

 

Les produits sont magnifiés, dans ces petits écrins blancs. Allez voir, au Lafayette MAISON ! c’est jusqu’au 16 février.

Pour les provinciaux, je vous donne le nom des marques, contre un petit mail. Interactivité interactivité.

Vous aimerez aussi:

L'air du temps Love +++

La complexité du chiffre Quatorze#2014

1 janvier 2014

Belle année à vous !

Déjà avant de passer à 2014, je voudrais remercier 2013 !  et c’est pas si souvent qu’on trouve que l’année achevée était bien. Et bin Si ! Une année bien agréable ma foi que 2013, un bébé, un boulot. Bien sûr, des angoisses, de grossesse, de jeune maman, de chomdu et tout, mais finalement 2013 elle envoyait du pâté !

2014 m’effraie… 2013 était tellement bien. C’est que… j’en ai pas eu souvent des années démentiellement bonnes, alors je peux bien me permettre un petit regret. Déjà quatorze, ça rime avec rien ! l’année dernière au moins on pouvait grivoiser ses SMS de 0.00 de Pèze, Baise, Merguez, Balèze, tagrossefraise toussa…. mais là, la littéraire que je suis est en panne sèche. Une tannée de trouver une formule de style avec Quatorze.

 

 

CONCLUSION : je sais que je vais en chier. Concrétiser ce que j’ai mis en place, lentement, dans la douleur (peut être ?) en bousculant de façon diplomatique les flippés du changement. Avancer ses pions, gagner du terrain. Tout en faisant grandir mon enfant. Le protéger des envolées tentaculaires existantes. Me protéger aussi par la même occasion. Entretenir mon réseau et surtout mes amitiés, parce qu’on a TOUS la tête dans le jus, et que ce n’est pas une raison pour rester à ne rien faire. Faut bien que quelqu’un s’y mette pour amorcer le contact.

S’en foutre ne sera jamais une solution. Alors, 2014 la mutante avec son quatorze improbable, (en attendant, 2015 ne rimera avec pas grand chose non plus, et en plus on se tapera encore Mister Hollande), je la sens dans le travail et la réflexion. Il suffit de rester optimiste pour la traverser mois après mois.

J’ai eu toutefois l’occasion de lire mon Horoscope pour l’année 2014 dans un récent Madame Figaro, j’ai une  BARAKA de tous les diables, ouf je suis sauvée :)

Je vous souhaite la même ! Profitez, souriez, relativisez et surtout soyez SYMPA, car dans la rue, dans le métro, les magasins, les entreprises, les week-ends, on en peut plus des pov’cons mauvais esprit et tronches de cake, qui nous polluent le quotidien. Et les pov’ connes aussi bien entendu. Merci.

 

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design L'air du temps

Chriss(àla)Mass

14 décembre 2013

Le challenge de la boutique cadeaux

Consommer n’est pas un défi, c’est une mauvaise habitude. Le défi d’aujourd’hui c’est pouvoir s’adonner à sa mauvaise habitude. Le défi d’aujourd’hui c’est de pouvoir juste le faire. Pouvoir offrir, s’offrir un peu de plaisir. Ah le plaisir d’offrir !

Et j’ai nommé le bon vieux cadeau de noël. Il est un challenge à lui tout seul, le cadeau de noël, pour sa facilité à correspondre à son destinataire, par l’âme qu’on y met en l’achetant pour quelqu’un de spécial, de précis. Et on est quand même un paquet à le râter  (paquet cadeau ha ha)! chaque année.

Mais la faute à qui aussi ? hein ?

La boutique cadeaux de certains points de vente. Juste déprimante, sans parcours, sans histoire, sans service… SANS RÊVE. Même Muji se casse plus le tronc à proposer du papier cadeau, des fois qu’on serait sympa, et qu’on offre un petit plus pour emballer la chose.

ça sent le sapin, Noël c’est dans 10 jours !

Quelques idées de dernière minute

(cliquez sur les marques, j’ai mis des liens ! Merci qui )

Le Félixou

j’ai trouvé un CD d’enfer, du rock remasterisé berceuse, chez Popnbaby et ça envoie du petit pot !

Pour le p’tit Félixou j’ai choisi LES PIXIES de ma génération. Mais il y a aussi Kiss, U2, Les beatles …

 

 

KIDS : pour le mien et ceux des autres. Petits et grands enfants

 

 

 

 

Entre 20 et 180 euros : skate étagère, Leçons de chose, tipi Nobodinoz, vaisselle Donna Wilson, casque de pompier (dans tous les magasins d’accessoires fêtes et déguisement), lampe nounours Egmont Toys chez Pop-Line, Tapis tigre Antik Batik les Enfants du design, jeu de morpions en bois, Les jouets libres, mini chaise Panton chez Balouga

 

Et sinon, pour les amoureux du design et les fous de déco : la sélection MAISON

 

 

 

 

de 18 à 2 000 euros (c’est la chaise qui plombe la moyenne !). Lampe volant Atelier d’exercices, chaise LCW Calf Eames chez Silvera, bougie Tallow de Ontwerpduo chez Conran Shop, Mug Big tomato, bougie APC, vases et suspension béton, SERAX, robot édition Ladurée Kitchen’aid et Cocotte Le Creuset aux Galeries Lafayette Maison

 

Pour ELLES

 

 

Entre 15 et 200 euros. Lunettes, carnet, trousse Mon petit plus, cadre vue d’avion Teev, Horloge Georges Nelson VITRA ou Sentou, Parfum Dr Vranjes, bracelet  Stéphanie Jewels, couette HAY chez Madeindesign

 

POUR EUX

 

 

 

de 55 à 600 euros. Noeud papillon en bois, Oncle pape, Vélo Forbes pour Public, coffret Pilot en bois, cirages multicolores Mulard, bracelet ancre MIANSAI, accessoires de salle de bain, Men’s Society, seau à champagne Mauviel au BHV/Marais, Casque Beats

Stylé, Blanc, Alsacien, Pugilat, avec enfants ou avec adultes, seul ou à plein, Happy X mas à tous !

Vous aimerez aussi:

J'ai testé voyage voyages !

Carnet Anversois

1 décembre 2013

Les Rebelges

Nous étions toutes les quatre à ANVERS mercredi dernier. Quand je dis toutes les 4, c’est moi, ma rhino, ma sinusite et ma pharyngite. Comme ça, ensemble, soudées, comme les doigts de la main (gelés) comme les amygdales (qui doublent quand elles sont en feu, ah bon vous ne saviez pas ?). Une team quoi !

 

Et je ne regrette pas une minute, tellement c’était beau, bien, bon. Dépaysant presque. Pas de François Hollande qui fout le moral à Z ici. Des commerçants qui assument leur supplément de hype, ils savent eux. Une signature, une raison de faire venir. De la création, du cher et du moins cher, du moche (oui le Meir c’est moche) et du fashion (Le Fashion Department de la Royal Academy of fine arts, et des boutiques transversales à tomber). Mais toujours arty.

 

Je dis transversales car c’est le nouveau wording pour Concept Store. Car il s’agit bien de cela, mixer des produits de tous les genres avec l’oeil pour les sélectionner, et l’art de les faire cohabiter. J’en ai marre des concepts stores.

Ce fut rapide, aller-retour dans la journée, et j’ai tout fait à pieds. J’ai même retrouvé ma petite cousine – étudiante dans la célèbre école de mode – pour déjeuner d’un KROK pas cher du tout et de soupes chaudes dans une tarterie cosy du quartier de la mode, près du Musée, que j’ai pris soin avant bien sûr, d’aller visiter.

 

Un panorama de la création flamande et belge depuis 50 ans. Des silhouettes avec un style inimitable. La muséographie raconte l’histoire de ces créateurs célèbres aujourd’hui (Margiela, Ann Demeulemeester, Dries Van Noten, Véronique Branquinho…) en dévoilant leurs dessins d’étudiants. Touchant.

Puis, le Palais de la Mode où les équipes merch de DRIES VAN NOTEN y installaient des plumes d’autruche colorées et animées, pour qu’elles puissent faire la roue en vitrine : « achetez nous, shoppez moi ! venez faire vos gifts chez Dries « ! il m’a semblé qu’elles criaient (mais y avait du vent).

 

 

C’est là que j’ai entamé mon tour sérieusement. (j’avoue m’être épuisée à vouloir prendre le métro depuis la gare le matin – 45 minutes de perdues ! – que c’est mal foutu, tu retrouves pas les lignes et que en clair ça pue de la raie niveau transport)

Flamant 

chocolaterie Dominique Persoon

Boutique HADHI

Because Fair is Beautiful

Des boutiques (une deuxième à GAND)  avec une dimension équitable qui semble réelle – pas comme d’autres – si à tout hasard vous voyez de qui je parle - qui travaille avec des coopératives d’artisans au Kenya, aux Philippines, ou en Colombie, impliquant des projets pour l’accès à l’eau potable ou des rémunérations justes.

J’y ai vu des paniers tressés et tie and dye magnifiques, des cocottes culinaires en argile noire de Colombie, un tabouret de je ne sais où mais avec des pieds fluo archi désirables et puis j’ai acheté un petit sac à main incroyable en bois et en laine bouillie de chez ONTWERPDUO pour me faire plaisir et me la péter dans le Thalys avec des sacs de shopping.

   

 

 

 

Passons sur la boutique Petit Pan, dans la même rue, parce que au fond ce n’est ni flamand, ni belge. C’est créatif mais parisiano-chinois

 

Garde Robe nationale

 

Une boutique pleine de marques locales, plutôt moyen / haut de gamme, avec un sens des couleurs que je n’ai vu qu’ici. Des accords très particuliers dans les tons, qui me parlent. Du vert sapin et de l’orange fluo, des gilets tie and dye.

 

 © R. Vandekerckhove

J’ai craqué pour une maille d’une créatrice belge ROOS VANDEKERCKHOVE, beige, bien douillet avec du jaune et du pink fluo. J’y ai découvert la marque JUST IN CASE, que j’ai adoré, pour les girls sans chichi, avec des imprimés graphiques, des cardigans, et des robes très féminines (environ 160 euros). Sinon, les chaussures ont l’air folles ! je reviendrai cet été.

A signaler de belles pièces pour la marque Magdalena. Moins surprenant, des marques comme CLOSED, ou TARA JARMON.

 

« Nan mais attends, tu devineras jamais ce que la prof de jupe à godets m’a dit c’te P*** ?!! ?? »

YOUR

 

 © Instagram YOUR

Décidément, ils aiment bien le mixage les belges. Une boutique « transversale » encore, avec des objets, des cadeaux, de la mode, des accessoires, et même un coiffeur. Notons au passage : Grosse tendance sur le jeu de Memory. allez savoir pourquoi, mais mettez en sous le sapin, moi j’dis. Allons y gaiement : Acne, Cire Trudon, Dr Vranjes, Pop up, DOIY Design, Suck UK, Kikkerland, Ibride, Korres, Timex, Bellerose, Delo, Comme des garçons …

 

Grote Markt

La big place que toutes les villes ont. En ce moment, les petites maisonnettes du marché de noël étaient en train de s’y installer. ça ressemble aux villes du NORD et à Bruxelles.

 

 

 

 

 

The Recollection

 

 

Plus qu’une boutique, un cabinet de curiosités. Nichée au coeur du quartier des antiquaires, the Recollection est apaisant, et foisonnant. Blanc, juste ce qu’il faut d’usé, de design et de tranquilité. Des tables peuplées de parchemins, des lampes,, des bougeoirs en cuivre, de la vaisselle, des petits meubles. On y trouve The Gentle Factory, Piet Hein Eek, Studio simple, Jars, Textiel Museum Tilburg, Aesop.

 

Les vitrines des antiquaires de la Kloosterstraat, des petits airs de nature morte flamande

Graanmarkt13

 

 

Magnifique maison au bout d’une arrière place. Une perle blanche jusqu’auboutiste, avec sa boutique au rez de chaussée, son restaurant au sous sol, et une galerie au 1er étage. C’est l’expérience 13 : des cabines d’essayage confinées, où l’on est enroulés par un escargot de lin, une offre mixte et mixée, raffinée et parfois décalée, des senteurs qui font rester. Hay, Midori, Santa Maria Novella, Anne Claire Petit, Marni, Isabel Marant Etoile, et des designers amis présentant leurs derniers objets.

 

 

Et hop, sur le retour vers la Centraal Staation (tout A deux A là baas) je suis vite passée m’aacheter un Diaamant et je suis rentrée  !

 

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design J'ai testé

Un noeud à la gorge

11 novembre 2013

A la vitesse de 54 noeuds

 

En ce moment je suis à 100 à l’heure, comprenez 54 noeuds donc. Et ne voilà pas qu’en deux jours, je ne vois que des noeuds, pas du petit flot de paquet cadeau, non du lourd, du noeud artistique et du noeud papillon.

D’abord c’est le noeud-noeud de Miss Dior qui m’est apparu. Celui que Joana Vasconcelos expose au Grand Palais (Galerie Courbe jusqu’au 25 novembre c’est gratuit, allons y !). Dior c’est la consécration du féminin délicieusement chichiteux, de la petite jeune fille en fleur à la Madame en rose et noir. Floraison enrubanée, bonjour, moi je m’appelle Christian.

 

Et puis vint le noeud du MIF. Alors c’est quoi le MIF me direz vous ? MIF c’est Made In France. What else ?!

Oui pendant que vous, étiez barré chez les potes, la family, chez Roméo en week end de 3 jours, ou à Thoiry avec les mômes, moi je déambulais au Salon éponyme. Loin d’être fashion à première vue. Je vous réponds : C’est sûr, le MIF c’est pas M&O (maison et objet ndlr), y a pas du designer branché tous les 4 mètres et des nanas avec des franges à mi front qui portent des gros colliers. Le MIF c’est aussi l’innovation du découpe saucisson en bois de buis qui est niqué à cause du gras. Mais que la France est belle !

Et là je rencontre Hugues, à moins que ce ne soit Alexandre, bref, l’un des fondateurs de ONCLE PAPE, le noeud papillon des hipsters, le noeud papillon en bois ! fabriqué par un ébéniste périgourdin, siouplait avec des petits morceaux de textile récupérés en guise de noeud central. Et ce noeud là, il déchire.

Et pourquoi il déchire ?

1. parce qu’il n’est pas arrivé tout seul et qu’en Oklahoma en 2012 Woodenbowties lançait les siens. Nous avons donc ici l’authentique version du noeud papillon en bois french touch. Arriver trop en avance n’est jamais bon.

2. parce qu’il est mixte, et que sur une fille c’est carrément et furieusement mode. C’est la broche de cou pas goudou du tout (parions qu’au prochain M&O les nanas avec les franges à mi front quitteront leurs gros colliers pour les fameux noeuds en bois).

3. parce que le bois c’est le matériau 2013. La boissellerie nous envahit, partout dans la maison, dans son salon (voir les exquises créations de Caroline Gomez ou de Kann design) en cuisine (ustensiles, et cagettes genre chez Pic vert & Cie) en coque d’iphone (Grovemade), en accessoires et donc maintenant dans son dressing ! Chez ONCLE PAPE, on trouve ces créations en bois de Rose, de Buis, en Olivier, mais aussi en Acajou, Palissandre, ou en Cèdre.

4. parce que les jeunes entrepreneurs passionnés qui ont tout compris de la puissance du 2.0 alliée au Made in France, bin ça fait plaisir.

5. parce que c’est le prix d’une cravate ! entre 55 et 80 euros, que le packaging en carton est canon et que le merch est astucieux.

Et là, à l’aube de ce mardi de rentrée, le noeud à la gorge d’une fin d’un week end de 3 jours, se desserre…

Vous aimerez aussi:

Art & Expositions J'ai testé

Se Braquer au Grand Palais

19 octobre 2013

Braque, l’expo

« Faut pas se braquer » qu’on me répète à tue-tête. Hein t’es pas d’accord Georges ?

Et pourtant parfois y a de quoi, se faire envoyer péter, sur les roses, communiquer avec des gens qui n’ont jamais le temps de vous entendre, encaisser les sermons pour laisser les egos s’exprimer… Coordonner des gens qui n’ont pas envie de collaborer, courber l’échine qui a perdu en muscles depuis la grossesse, ça tire et ça brûle, mais faut céder, sourire et continuer à avancer. Fermer les vannes de la répartie, se faire tout petit pour pas emmerder, pour pas déranger.

Alors c’est sur, c’est pas dans ma nature, ça se rapproche dangereusement de ce que je déteste le plus : SUBIR, bien entendu, ça me fout une humeur de chien, de Braque de Weimar plus précisément. Mais pas avec des « Crottes, Zut, ça suffit, je vous demande de vous arrêter ! » Avec un bon caractère Est allemand plutôt.

RIP Guido …

Fermons la parenthèse. (accolade n’est pas un mot utilisé là où je suis). Et dans ces moments moisis de la vie, ce qui me fait du bien moi, c’est l’Art. Mais pas flâner dans un musée rempli de connards à la retraite qui vous bousculent parce qu’ils ont eu le coupe file du siècle, pas de partage à la noix, ou d’échange avec mes congénères, Non, mon kiff à moi c’est d’être en tête à tête avec la peinture. Elle me soulage, et m’apaise. Alors comme je n’ai plus de voix pour faire la guerre, je me suis barrée plus tôt en semaine, absolument pas pour des raisons de shopping, ni même pour retrouver ma nounou championne internationale de la tronche de cake, avec ses mensonges et sa démission (salvatrice !). Mais bien en mode PRIMAIRE pour me reposer l’esprit, le moral et les yeux en regardant des couleurs et des formes ! (putain mon ex prof d’histoire de l’art me filerait un zéro).

Quoi de mieux d’aller se Braquer toute seule comme une grande à l’expo Braque du Grand Palais ?! Pour un vendredi soir je ne vois rien. (Moui un ballon de Loup dans La Bergerie pourrait rivaliser)

 

Et je n’ai pas été déçue… enfin pas complètement disons. La teneur des propos était bien adaptée à mes sentiments « Une toile fauve qui ne rugit pas » C’est à peu près ce que je suis devenue, et même si ça ne me ressemble pas tout à fait, ceci me livrera par la suite bon nombre de précieux enseignements j’en suis sûre. Alors je serre les dents.

 

 

Mon moment extatique, fut la période fauve de Braque, qui de 1905 à 1908 nous fait du petit paysage lumineux et sérieusement porté sur le mauve jauni. Le Cubisme lui m’emmerde. Et me rappelle trop les petites cases dans lesquelles ils faut réussir à rentrer; mais n’empêche, quelle matière et quelle touche.

 

J’ai contemplé sans retenue ses nus un peu mous, qui donnent envie de plonger dans la chair rassurante de ces grosses dames. J’ai été réconfortée par cette immense nature morte brune, j’ai failli pleurer devant « 5 bananes et 2 poires » c’est dire l’état d’épuisement.

J’ai été saisie par la dualité des natures mortes, où les sujets vont par deux, deux objets, deux fruits, deux poissons. Comme quoi faut être deux pour se braquer, au moins. A plus c’est un braquage.

Les poissons noirs

Et puis pour finir le parcours, les célèbres oiseaux, en papiers découpés, comme une invitation à distancier, à prendre de la hauteur… pour survoler toute cette merde, qui vue du ciel ma foi, est un minuscule étron dans l’immensité complexe de la vie.

Aujourd’hui j’ai vu Braque et ma colère s’en est allée …

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design J'ai testé

La rentrée des Clash

14 octobre 2013

Une rentrée Stylée

Les Clash reviennent, enfin ce qu’il en reste, une poignée de survivants qui chantent. Pour moi : 1 mois et demi sans écriture, sans post, c’est beaucoup trop. Et pour cause, ma rentrée des clash à moi est trop styléeNouveau job, nouvelles responsabilités, nouvelle boîte, nouveaux collègues. Le vertige de la nouveauté. j’ai été happée. Ecriture Mea Culpa, je t’ai délaissée.

Mon nouveau job est fait pour moi : payée à dénicher les nouveautés ! trouver les produits incontournables, acheter de la déco, des objets, du textile et du design, piffer les tendances art de vivre, brainstormer des idées de partenariats. Tout ça pour nourrir les rayons du plus célèbre magasin du monde : Les Galeries Lafayette ! ce n’est pas tout, je dois animer aussi cet autre Grand Magasin, le préféré des parisiens le BHV. 

Rentrée des Slash : Aujourd’hui 14 octobre, le BHV devient le BHV / Marais, avec un vrai slash pour faire moderne siouplait, nouvelle identité, nouveau nom, shopping bag ORANGE, (tiens tiens il me dit quelque chose ce petit pantone) le BHV se raccroche à la clientèle urbaine créative du quartier.

Et déjà le BG sur la campagne de la nouvelle identité, j’en ferai bien mon goûter… j’ai comme une envie de lui donner du Style à lui, Monsieur Rémond, 2.0 qu’est trop bon, qui fait des # et ces @ !

 

BHV anti – rides, ou plus stylé que le Moonwalk… Reste à être à la hauteur de la promesse vue un peu partout par vous tous dans la capitale.

Conclusion : J’ai des tonnes de surprises à vous préparer !

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design L'air du temps

C’est doux, c’est 9 ?

23 septembre 2013

Mes coups de coeur Maison et Objet

 

Tout nouveau, tout beau

Nuée, linge de maison, satin de lin, et coton – Belgique

 

La malle W. Trousseau

 

Marileme, France

Noble & Wood, UK

 

 

Uashmama, sacs en papier indéchirable (Tyvek) multi tasks, Italie

Les tendances qui durent…

Le scandinavian style

Le bicolore, le bi matière

La moustache

Le merchandising visuel

Le fluo

 

Et demain ?

La papeterie

Le DIY

Le bois, le cuivre

La nature dans la Maison, dans le Retail, dans la Déco

La Fête !!

 

On en a un peu marre

Le vintage

Les lampes en papier

Les pâtisseries concept

 

Un lieu, une boutique, un quartier ?

Franz à Bruxelles

Colonel, Paris

Eataly à Rome, à New York

L’Ile de Malte

Malmö

La terrasse du musée Dapper à Paris 16 (y a pas que des vieux salons de thé dans le 16ème !)

Le magazine australien Frankie

 

 

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design J'ai testé

Temps hémophile

24 juillet 2013

Je passe à l’heure d’été

 

 

 

© M.Gammacurta

 

Le temps hémophile, coule

Maintenant que le temps météo n’est plus un sujet, reste le Temps. Et Il reste, lui, justement. En suspens, en souffrance là quelque part, entre la moiteur indécise et l’attente humide et molle. Pas vraiment en vacances, et l’esprit vaguement libéré. Un entre deux tiédasse. J’attends sous les indices de protection.

Cette année je mets du sel dans mes vacances, et de la brioche … vous aurez peut être deviné.

On se retrouve à la rentrée, qui va être musclée, mon départ de Sentou, et l’ouverture d’une troisième boutique parisienne, le bigflagfancystore d’Alaïa, le sevrage du Royal Boy, le grand retour en mode de l’uniforme, mon mémoire que je bouclerai coûte que coûte, l’expo Frida Khalo au Musée de l’Orangerie, des nouvelles marques incroyables que j’ai trouvé en objets et en déco …

Happy vacances à tous !

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design Tendances Lab

Copper … field

4 juillet 2013

Précieux métal rouge

 

J’aime le CUIVRE. D’amour je veux dire.

Le CUIVRE, je le comprends.

Le CUIVRE chimiquement a un beau Cu

Le CUIVRE a un super CV

Le CUIVRE n’est pas sale, il est différent

Le CUIVRE, parmi les autres métaux rayonne, attire. (ce n’est sans doute pas un hasard si les bracelets tibétains  magnétiques sont en cuivre…)

 DÉMONSTRATION :

Z’avez vu, c’est fou non ?

Avec son identité visuelle très forte, j’aime la puissance, le caractère, et la couleur du CUIVRE. Par ailleurs, je l’aime aussi quand il faute avec l’or en bracelet et/ou en bague ! (Ha ha ha ! ça c’est pour bien faire passer les messages)

 

Monsieur Paris

Le cuivre est donc doté de propriétés particulières, et même extraordinaires ! ce qui renforce encore davantage ma passion pour lui : malléable, extrêmement durable et 100 % recyclable, anti bactérien, excellente conductivité thermique (comprenez les casseroles des chefs et la bassine à confiture maintenant ?) et électrique, il a aussi une grande faculté à réfléchir la lumière. Il vous amène aussi votre café au lit (si vous lui parlez gentiment, non pas comme vous Monsieur l’avocat)

bassine à confitures cuivre martelée Baumalu

Sa nature intrinsèque démultiplie forcément les choix esthétiques et formels, et il séduit de plus en plus de créateurs à l’heure de l’éco-conception. Je suis d’ailleurs plus que certaine de voir mon métal rouge chéri à Maison et Objet dans quelques mois. Je le sens. Je l’ai senti chez le coiffeur l’autre jour d’ailleurs, ou subitement j’ai eu envie de BLOND VÉNITIEN pour la rentrée.

Je rappelle juste au passage la différence entre le Blond vénitien et le Roux, avant que ne s’abatte une salve de violences gratuites destinée à pourrir la vie des (pauvres) blondes vénitiennes qui se font traiter de rousses ! c’est fou l’inculture des gens (calmez vous les rousses, je vous aime !! et ceci n’a rien à voir bien sûr avec le fait que j’étais vaguement rousse lorsque j’étais un bébé, je vous aime de façon autonome :)) 

EXEMPLE : Je vais donc vous faire une confidence, je crois bien que les 3 cheveux que mon bébé a sur la tête sont blonds vénitiens. Alors que son cousin Edgar lui est vraiment roux, voyez-vous ? Je ferme la parenthèse.

 

 

Ah Ce fameux blond Botticellien, clair, cuivré, hérité de la Renaissance Italienne ! que Vénus elle même obtenait en s’enduisant la chevelure d’un mélange de safran et de citron. Une beauté à la fois charnelle et céleste (ouais c’est Vénus quoi c’est pas Gossip !). Puis toutes les autres, moins « divines » disons : Des femmes aux fronts épilés (faudrait essayer en 2013 ! cette prestation manque à toutes les plaquettes de tous les instituts, au profit du sillon inter-fessier d’ailleurs, c’est d’une injustice), les cheveux blonds, tressés et entrelacés de pierres précieuses et de perles. Le teint diaphane, les lèvres et les joues étaient rougies, et, touche suprême, l’était aussi le bout des seins !

 

 

Matériau ancestral donc (MAUVIEL casserole depuis 1830 – Artichoke, beauté de lustre intersidérale dessinée par Poul Henningsen depuis 1958 ) à l’identité visuelle très forte, le cuivre commence à se faire une place sur la scène design contemporaine. De Susan Bradley à Tom Dixon avec ses célèbres luminaires Copper Shade, en passant par Jaime Hayon ou Max Lamb, de plus en plus de designers redécouvrent les potentialités esthétiques du « métal rouge », ses jeux de lumière et les possibilités de façonnage qu’il offre.

 

ARTICHOKE – dessiné par Poul Henningsen, Edité par Louis Poulsen

…et les pistes d’exploration du matériau ne manquent pas ! vases, luminaires, tuteurs de jardinières (fongicide le cuivre : anti larves et pucerons), corbeilles à fruits (dont les propriétés anti bactériennes empêchent de fait la moisissure des fruits…trop pas con le cuivre !)

 

vu par Jaime Hayon (vous prononcez comment vous Jaime en espagnol ?)

 

Max Lamb Stool, édité par Discipline

Il existe bien sûr des institutions chargées d’ions positifs pour dynamiser ce formidable matériau, un concours annuel est donc organisé tous les ans par L’institut Européen du Cuivre, et le Centre Italien du Cuivre, destiné à de jeunes designers professionnels (moins de 40 ans je précise, des fois que 40 ans ce serait jeune !), ainsi qu’à de jeunes étudiants (jusqu’à 40 ans alors ?). Cette année, cocorico, c’est un français qui a gagné le premier prix, Francesco Morackini mais bien sûr il a un nom italien. (c’est comme en 1983 à Roland Garros finalement, où au 1et tour Yannick Noah était camerounais, et hop ! il a été naturalisé français en moins de 3 heures !)

 

Il nous a sorti quoi Francesco ? Un alambic qui se décompose en quatre éléments ayant chacun une utilité propre. L’alambic, une fois retourné, sert d’arrosoir. Le faitout se transforme en pot de fleur ou en ustensile pour cuire des pâtes.  Le réchaud devient appareil à fondue. La corbeille à fruits, elle, joue sur la versatilité du cuivre, car au fil du temps sa couleur évolue vers le brun sombre ou le vert en fonction de l’humidité. Une création ingénieuse, pour les amoureux la vieille prune et multi-tasks !

Enfin, un produit exceptionnel à seulement 7 euros Messieurs-Dames, le torchon en fils de cuivre !

Les fils de cuivre permettent d’enlever la saleté des casseroles, cuisinère et poëles, en douceur. Car le cuivre Messieurs dames en plus de tout le reste, est un métal souple qui ne raye pas ! fait briller l’inox, enlève la rouille des couteaux. Et se lave en machine à 60°C !

What else ?

 

 

 

Vous aimerez aussi: