Browsing Tag

artisanat

Fashion & Design L'air du temps

Foodista

3 juillet 2015

Les tendances qu’il nous Food

#Le Contexte

1. Le carton d’EATALY avec ses 400 M€ de CA et son ouverture prochaine dans le Marais (2017)

2.« Nourrir la planète » le thème de l’exposition Universelle de Milan (160 000 visiteurs par jour quand même)

Une occasion pour réfléchir et chercher des solutions aux contradictions de notre monde : en gros si une partie de la population mondiale souffre de la faim (environ 870 millions de personnes entre 2010 et 2012), d’autres meurent à cause d’une alimentation incorrecte ou d’une consommation excessive de nourriture (environ 2,8 millions de décès liés à l’obésité). Sans parler, des 1,3 milliards de tonnes d’aliments gaspillés chaque année bien entendu.

3. L’Uber Fresh aux USA

La passion de l’ultra frais, de la diète ultra moderne, de l’extra cru, de la bobo-detox en jus et liquides colorama, un vent de vitamines brutes venu de la baie de San Francisco. En France on a Nubio

4. Les chefs sont des stars, en résidences pour des dîners à sensation

#La Contradiction

La nourriture, on y consacre moins d’argent qu’avant, mais nous sommes sans cesse en recherche de sens avec elle.

De quoi va t-il falloir tenir compte ?

#Roots

Réfléchissons donc un peu ensemble à * …

– Le problème des valeurs nutritives : 1 pomme des années 50 vaut environ 100 pommes d’aujourd’hui

– Le défaut : On s’intéresse au rustique, à l’irrégularité, rien n’est mis au rebut.

– Les sens : manger avec des baguettes, des cuillères en bois, les doigts. Vous seriez pas en quête de sensations là ?

– Le sauvage : retour à l’homme des bois, on chasse (enfin surtout dans Koh Lanta), on cueille, on fait griller

– Extraction de moëlle : On récupère les saveurs des choses, c’est la mode des infusions, des extraits

– Le design : il suit la tendance, la céramique est craquelée, mate, la terre cuite et le verre promettent des sensations, le béton est brut (comme il l’a toujours été)

Les Exemples : Le Studio Forma Fantasma, Elwide qui fait du troc de pain, restaurant Silo Brighton, King Folk Magazine

 

7968dff13c2bbf76ddec6c7a4891c72d

#Farming

A méditer : en 2030, nous serons 70% à vivre en ville. 30% à la campagne…

- La Nature : nous avons besoin de connexion avec la nature (vite un balcon !, les terrasses …. C’est le développement de l’agriculture urbaine : 1 personne sur 4 fait de l’agriculture urbaine. Il y a un vrai engouement pour le jardin (dans un secteur de la Maison qui pèse 51 Milliards d’euros, le Jardin arrive en première position avec 7,48 Milliards !), le potager en ligne (Rungis 6000m2 de bio), et aussi pour les plus fous se construire des maisons autour des arbres (ce n’est pas le concept que je préfère, capturer un arbre et se le garder pour soi, lui infliger les fumées de dîner, de clopes, les tatouages enfantins, les grattages de chats – bref y a des limites à l’architecture d’intérieur)

- Les coloris verts : ils redonnent vitalité, comme le wasabi, d’ailleurs le condiment devient majeur, (épices…) un peu comme les accessoires dans la mode.

- La vague des liquides : des soupes, des bouillons, et de tous les contenants creux : bols, assiettes creuses, saladiers … S’alimenter liquide est une vraie tendance de fond

- Phytothérapie : On se soigne par les plantes

Les Exemples : les poulaillers design, Matthieu Lehanneur « River »

514cd816271cc2ba6a8967ea6ab78dd3

#Erotic

Merci Champi  : Le pouvoir sensuel du champignon, organisme fascinant, est enfin reconnu

- « Les interdits » : c’est la tendance du subversif, (cannibale ?) et de la quête de rituels, de plus en plus d’aliments sont noirs : calcifiés, brûlés (tiens ça me rappelle le tourteau Fromager de Vendée, ce qu’il était avant gardiste !)

- L’alcool : la mixologie et les contenants de cocktails, et mixtures (verres de toutes les hauteurs, carafes …)

- Les doigts : la nourriture devient fétichiste, on mange avec les doigts (et pas les pieds ?) c’est la tentation, le poison…

- Le design : une réflexion sur les outils avec lesquels on mange, les matières, les formes, la couleur, la texture, les volumes

- Les stimulis sensoriels : et notamment la nourriture coréenne

Les Exemples : le retour de l’absinthe, et du vermouth; le Soon Grill, ateliers et formation de mixologie

absinthe

 #Hybrid

Question : vers quel Food Futur on va ? génère t-il de la crainte ?

- Le design : Réfléchir à la fonction différemment : j’ai pu voir un jour dans ma vie un plateau-doigts !

- R&D : les entreprises vont se doter de cellules R&D, pour préparer la façon de manger et de recevoir de demain.

- Le Packaging: très important pour l’expérimentation (DIY) Instagram regorge de nouveaux packagings innovants, ludiques, preuves que l’esthétique du contenant s’efforce de promettre la qualité gustative du contenu.

Les Exemples : food designer Eindhoven The Food non Food Department

7f835e6352c1fa1d90b816ab9f10d6f2

* Merci à Cécile POIGNANT de Trend Union

Vous aimerez aussi:

J'ai testé voyage voyages !

La renaissance de DIGOIN Manufacture de grès depuis 1875

27 mai 2015

J’ai testé le vinaigrier traditionnel en grès !

IMG_5779

 

IMG_5790

J’ai visité la Manufacture de Digoin qui renaît de ses cendres – après de longs mois de redressement judiciaire – grâce à Corinne Jourdain-Gros, mon acolyte de promo de MBA, mon amie, Coco quoi ! C’est sur il y a du boulot, et du courage il en faudra, mais ce que je lis de temps en temps dans la presse est encourageant, le cuit-poulet de la Malle Trousseau est désormais célèbre, Muji a rendu à sa manière un hommage aux outils culinaires authentiques dont le vinaigrier, les moutardiers ont de beaux jours devant eux (Maille, Unilever) et la diversification va commencer, le chemin pour préserver les savoir-faire est donc déjà bien entamé. J’entends encore les paroles de Coco résonner dans l’un des nombreux ateliers «  les racines de la marque !« . Continue Reading

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design J'ai testé

Portrait sensible #03

7 avril 2015

L’univers fantastique de Nathalie Lété

Pour mon portrait sensible #3, j’ai demandé à Nathalie Lété de répondre à mes petites questions, je ne connais pas personnellement Nathalie, mais je suis son travail depuis tant d’années maintenant, qu’elle m’est « presque » familière. Nathalie Lété a un univers qui ne ressemble à aucun autre (et ça fait du bien un peu d’unicité dans un paysage créatif qui se copie sans cesse). Cette artiste aux origines chinoises et allemandes touche à tout : broderie, céramique, objets en tissu, peinture… Ses sources d’inspiration sont issues des contes de fée, de la nature, des jouets anciens… Elle a travaillé pour Vilac, a signé une collection capsule avec Monoprix, (j’en ai gardé ce foulard à chiens qui me quitte rarement) et je rêve de m’offrir un jour ce tapis côte de boeuf incroyable, issu de son thème « boucherie », elle a illustré des contes (Le Petit Chaperon Rouge, Thierry Magnier) ou réalisé des stickers peuplé d’animaux pour Domestic. Actuellement une « rétrospective » de son travail est exposée à La Piscine de Roubaix (jusqu’au 21 juin).

de Delphine Chanet bd

© Delphine Chanet

Cette interview révèle de bien belles réponses, certaines sont même fascinantes (elle a eu comme professeur Serge Mouille ! dont je suis une grande fan). Je partage tout cela avec vous bien volontiers :

 

* exercez vous le métier dont vous rêviez ?

j’exerce effectivement un des métiers dont je rêvais enfant. J’aurai autant aimé être danseuse ou pianiste..mais je pense que j’avais plus de facilité en dessin.

 

* votre définition de votre travail

un travail inspiré du folk art,des arts appliqués et décoratifs, de la nature, des jouets vintage, de mes souvenirs d’enfance…un patch de tout ça. Les images rassemblées entre elles, racontent des histoires et mon univers.

 

 

 

showroom bd

showroom

 

bazar19 bd

 

* votre rapport à la matière

j’aime les tissus,les textures travaillées et reliéfées, les différences de toucher

mais en ce moment,j’aime tout particulièrement le bois que je trouve très sensuel et chaleureux.

 

* votre rapport au dessin

pour moi le dessin est comme une danse.Quand je dessine j’aime dessiner avec spontanéité, dans un élan comme une vague…comme de la calligraphie.

Chez les autres,je peux apprécier, un dessin méticuleux, répétitif..mais je suis bien incapable de faire de même, vu mon caractère impatient.

 

* votre rapport au temps

tout dans l’instant….. une heure après je n’ai souvent plus envie de la même chose..en tous les cas dans mon travail. Donc je passe d’une chose à l’autre,comme un papillon..

quand j’ai une idée,j’essaye de la mettre en place très rapidement dans sa fabrication,car sinon,je passe à une autre idée… donc tout est un peu le hasard d’une rencontre, d’une envie soudaine après avoir tourné une page de magazine, ou croisé quelque chose …

 

* le cadeau que vous offrez souvent

des produits avec mes dessins….car mon atelier en a plein, et je ne peux tout garder.

 

 boucherie3 bd
boucherie

 

*  votre héros, qu’aimeriez vous qu’il dise de votre travail :

je me sens bien ici ! en pensant en fait à mes héros, qui sont mes jouets ; et qui sont les héros de mes peintures et des mes histoires.

 

* votre moteur

le soleil le matin.., être avec des gens avec qui je me sens bien, avoir de nouvelles émotions,voyager, apprendre de nouvelles techniques, collaborer sur de nouveaux projets, décorer des lieux comme de nouvelles pages blanches qui me sont offertes, gagner de l’argent dans l’espoir de pouvoir construire un jour la maison de mes rêves.

 

* l’un de vos 5 sens préféré

l’ouie

pour écouter de la musique et le bruit des oiseaux

 

la cabane de GM2

cabanes

cabane de GM9

*  la combinaison de couleurs qui vous fait vibrer

les roses et les verts.

 

* qu’y a t-il comme pièces de mobilier ou de decoration chez vous ?

la plupart des meubles, je les ai dessinés avec mon mari, et fait faire par nos amis ébénistes (Antonis Cardew et Clement Poma), sinon quelques lampes Serge Mouille qui a été mon professeur à l’école des Arts Appliqués ; et mes tapis. Les canapés de chez Caravane, sont également des pièces importantes chez nous..

 

* les basiques de votre dressing

les jeans, les sabots, les pulls marins, les blouses roumaines.

 

*  l’objet dont vous ne pouvez vous passer

ma montre Georg Jensen, mon portable, mes lunettes de vues, mes bagues Dorette.

Un carnet et un stylo.

 

* lifestyle pour vous c’est

harmonie autour de soi et en soi… l’idéal..mais un combat de chaque jour.

 

tapis beautiful garden bd

tapis Beautiful Garden

 

* votre définition du luxe

être en forme.

Faire le Métier que j’aime

Avoir du temps

Pouvoir créer et faire fabriquer des choses, sans penser au coût…

Voyager

Pouvoir gâter les gens que l’on aime.

 

* projet en cours

J’ai actuellement cette exposition au Musée de la Piscine, à Roubaix, projet sur lequel j’ai beaucoup travaillé et qui montre mon travail artistique des 20 dernières années…

maintenant, je me remets un peu à tous les projets commerciaux, commandés par mes éditeurs et collaborateurs…

 

* la marque qui me fait rêver

Dries Van Noten… pour ces mélanges

 

* et une question qui me taraude, un petit mot sur le pouvoir décoratif du champignon

quand on dit champignon : on pense à une amanite tue-mouche…mais il y a des centaines de champignons… l’amanite tue mouche revient de manière répétitive dans mon travail, comme une amie… je pense que les gens aiment son image, pour son joli chapeau rouge à pois blanc qui rappelle l’enfance, les contes de fées, les nains qui habitaient dedans… une image idéalisée du jardin, de la forêt, une image amie et réconfortante… et sous son chapeau, nous nous sentons à l’abri évidemment.

 

foret2 bd

 la forêt

 

Un grand merci à vous Nathalie !

http://www.nathalie-lete.com/

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design J'ai testé

Portrait Sensible #02

20 mars 2015

Lotie, artiste protéïforme

 

J’ai rencontré Lotie, quand je créais mon entreprise – La maison de Léna – en 2006. Nous discutions à l’époque de l’illustration, de l’un de mes ouvrages. Lotie est comme moi, alsacienne elle vient de Colmar, et elle aime, comme moi, la pâtisserie. Puis nous sommes toujours restées en contact, je suis allée voir assez souvent ses expos, pris un pt’it café de temps en temps, toujours abonnée à ses news, je suis ce qu’elle fait et comment évolue son univers onirique toujours peuplé de fleurs et d’oiseaux. Lotie aime profondément la nature, je crois qu’elle la renforce. Ses projets et ses collaborations m’épatent, elle a une liste de clients plus longue que mes deux bras : des marques de mode, des bureaux de style, de la pub, du print; elle est intarissable de créativité … voici aujourd’hui son portrait

voeux-Lotie1

 

carte de voeux

* Exerce-tu le métier dont tu rêvais ?

A vrai dire, je ne rêvais pas d’un métier quand j’étais petite. Je dessinais beaucoup et tout ce qui était illustré me passionnait mais je ne pensais pas en faire mon métier. En même temps peut-on rêver de faire illustratrice quand on est petite ?

Je voulais faire plein de choses, majorette, alsacienne… que des métiers qui n’en sont pas!

Un peu + tard je voulais faire archéologue (je me passionnais pour l’Egypte) et c’est certainement pour cela que j’ai fait des études d’histoire et d’histoire de l’art. Bon après ça a dérapé un peu vers l’illustration!

 

* TA définition de TON travail

Floral, organique, minutieux

 

bloom1

illustration pour le magazine Bloom, Li Edelkoort

 

foret2

 

La forêt selon Lotie

* Ton rapport au dessin est

 Compliqué. Toujours le stress de la feuille blanche, depuis le début de mon activité et toujours. Une fois que je suis lancée çà s’arrange heureusement!

 

* Le motif c’est un supplément d’âme ?

En art graphique, je ne dirai pas cela. Ce n’est pas la répétition d’une forme qui m’évoquerait cela, mais plutôt l’inverse. Un dessin libre et sans limite. En musique par contre, le retour régulier d’un air, d’une phrase connue emporte plus facilement l’âme qu’une pièce sans repère.

 

* Le cadeau que tu offres souvent

Des objets décoratifs trouvés au fil de mes pérégrinations: boîtes, vases, bijoux..

Ou plus simplement des plantes, en pot.

* Ton héros. Qu’aimerais-tu qu’il dise de ton travail ?

Difficile à dire. Il y a beaucoup de personnes que j’admire, mais un héros.. Totoro?

Qu’on se sent bien dans les forêts dessinées par Lotie!

* Ton moteur

Bien manger !

 

* L’un de tes 5 sens préféré

Alors de quoi pourrais-je me passer en gros, par élimination!

Bon je choisis de garder la vue!

 

* La combinaison de couleurs qui te fait vibrer

J’aime beaucoup les verts, les kakis avec une couleur vive, oranges, roses, violets…

 

* Qu’y a t-il comme pièces de mobilier ou de décoration chez toi ?

Il y a beaucoup de choses, de meubles, de décoration. Alors en vrac, en ancien: vaisselier, tables demi-lunes, secrétaires.. et en décoration: beaucoup de tableaux, de gravures, de lithographies, des années 1900 ou plus récents. Les derniers achats sont par exemple une lithographie de la cathédrale de Strasbourg de Albert Koerttgé et j’avais craqué également pour un peintre japonais, Hideo Takeda.

 

* Ta Madeleine de Proust

L’odeur de l’huile essentielle d’Eucalyptus et de celle de la crème aux plantes médicinales de Weleda…

Aquatic-feather

* L’objet dont tu ne peux plus te passer 

Pas super original, mais mon iphone…

* LIFESTYLE pour toi c’est …

Privilégier le naturel, le bio idéalement local, l’environnement, les médecines douces, faire un peu de sport ( mais pas trop…).

J’ai été élevée comme cela donc je ne me pose pas trop la question, c’est une chance. Beaucoup de musique, de balades, de bonnes bouffes… parce que manger sainement ne veut surtout pas dire se priver! :)

* Acrylique, Aquarelle ou Photoshop ?

Je travaille à l’encre de Chine en noir et blanc, donc ni acrylique ni aquarelle, mais photoshop pour la mise en couleur la plupart du temps.

 

* Est ce qu’on rêve d’un motif ou d’un personnage ?

Pour ma part non. Ils viennent tout seuls quand je me mets à dessiner.

 

* Projets en cours 

Les illustrations pour la collection printemps-été 2016 de la marque de prêt-à-porter pour enfants I talk too much (ci dessous)

Je travaille beaucoup avec l’agence ideematic.com ces derniers temps sur plusieurs projets. En tant que DA mais illustratrice aussi.

Ittm2

Ittm3

* La marque qui te fait rêver … WHY ?

En général, les marques qui me font rêver sont celles qui ont eu une vraie success story et qui sont respectueuses de leurs prestataires/ fournisseurs, de leurs clients et de leur environnement. Les thés « Les jardins de Gaïa  » par exemple. Ils étaient les pionniers du thé bio dans les années 90. Ils ont commencé tout petit pour proposer désormais plus de 500 thés et tisanes en conservant leur méthode artisanale!

* Et une problématique qui me taraude beaucoup… Un petit mot à dire sur le pouvoir esthétique du colibri ?!

Grand pouvoir ! :) Pour en avoir eu en commande plusieurs fois, j’imagine que oui ! C’est vrai qu’il est gracieux ce petit oiseau vibrant. On le trouve un peu à toutes les sauces alors que les jolis petits moineaux ou les mignons rouges-gorges sont complètement abandonnés!

 

www.lotie.com

blog.lotie.com

https://vimeo.com/user1596000/videos

Vous aimerez aussi:

Art & Expositions J'ai testé

Les 250 ans de Baccarat, au Petit Palais

28 décembre 2014

Beaucoup d’années pour un « tout » Petit Palais

Le cristal : Entre Energie et Lumière

D’un point de vue « lithothérapique » le cristal est le phare dans la nuit. Il est la pierre de Lumière qui éloigne les ténèbres, illumine nos pensées et permet de se retrouver soi. Le cristal développe l’individualité et procure la force nécessaire pour construire pas à pas, dans la sagesse, ses projets de vie, tout en restant soi-même au milieu des influences extérieures. Il est curatif, il est énergétique. Il active le système nerveux et fortifie la colonne vertébrale.

Je relève le nez de mon écrit, je ris… je me demande alors si les maîtres verriers, et les artisans confirmeraient ces apports physiques ou spirituels gagnés auprès du fabuleux matériau. Pour ce qui est de ses propriétés « physiques », le cristal a celle de pouvoir parfois décomposer la lumière en arc en ciel. Mais il existe aussi une variété qui a des propriétés sonores étonnantes : si l’on les entrechoque délicatement, ils émettent un son cristallin, long et d’une infinie pureté.

Scientifiquement la symétrie des cristaux est bien établie. Ceux-ci jouent un grand rôle dans les propriétés physiques telles que la capacité calorifique, la conductivité thermique, la conductivité électrique, la capacité à propager le son.

Un panorama de la création de 1823 à 1937

Verres, carafes, vases, lampes, mais aussi lustres gigantesques, meubles en cristal, flacons de parfums, sculptures... 500 pièces d’exception renvoient au talent des maîtres verriers de la manufacture Baccarat.

Alors autant le dire tout de go, cette exposition est une merveille !

 

Fondée en Lorraine – sur autorisation du Roi Louis XV – l’illustre Manufacture de cristal a traversé les époques pour devenir un symbole d’excellence et d’Art de Vivre. Sur place, un espace entièrement dédié à l’histoire du célèbre verre Harcourt. Ce verre iconique inspiré du calice d’apparat et gravé du monogramme royal, commandé par le Roi Louis-Philippe en 1840, et qui sera adopté par Napoléon III, le Pape Jean Paul II, la Reine du Siam ou le Roi du Maroc.

Et une Galerie d’Honneur de pure magie ! illuminée d’une succession de lustres époustouflants.

 

Malgré la troublante beauté de cette exposition, je reste frustrée de n’avoir pu voir, étudier, apprendre certains détails techniques ou visuels sur le savoir faire de cette étonnante manufacture, la taille, l’obtention de la couleur ou la brillance qui sont de réels axes de différenciation de la marque… un film, des photos ou des dessins de ce qui se passait dans les ateliers… auraient été les bienvenus. C’est comme si Baccarat revendiquait uniquement son rôle d’apparat, de tour de force esthétique et oubliait celui, plus terre à terre certes, du « combat ouvrier » des maîtres verriers avec le feu, ou la matière. C’est dommage, le luxe passe à mon sens, par la main experte et caleuse avant de rejoindre nos tables somptueusement dressées.

Reste que le cristal continue à fasciner le monde, Baccarat assume une stratégie marketing axée sur le Lifestyle, le bijou, le luminaire et confirme que ses choix sont payants… pour l’instant. Son concurrent Lalique le suit de près, avec la particularité de sa matière « givrée », son recentrage sur ses racines, au coeur du bijou art nouveau, son merchandising « écrin ». Quant à Daum, loin derrière, est résolument tournée vers l’Art. La stratégie de « la manufacture de la pâte de cristal », qui a fait de la couleur et de la nature ses signatures, reste justement dans le flou artistique…

 

Baccarat, la légende du cristal. Petit Palais – secouez vous le cristal c’est jusqu’au 4 janvier 2015 !

 

Vous aimerez aussi:

J'ai testé Love +++

I laine you

24 octobre 2014

Wool ah !

Aujourd’hui j’ai testé : Tricoter mon petit pull de take away !

Ce matin j’ai reçu un cadeau. Un paquet qui sentait bon, mais alors trop bon ! Sous le papier de soie étoilé et parfumé, un kit pour me remettre à tricoter (là je râcle hum, hum depuis le point mousse que m’a appris ma maman pour confectionner une écharpe pourrie à ma Tinie … je n’y ai pas remis les pieds, enfin les doigts !)


Et un coup de coeur comme ça, ça ne s’ignore pas !

Destiné à emporter sans me brûler les mains mon p’tit café-Jean Pierre au bureau je découvre un ravissant sac de coton écru, des aiguilles géantes en bambou, une pelote de Mérinos orangée, des tas de cartes colorées (tiens il est pas mal le brun sur la photo, je me demande si il sera à Who’s next la semaine prochaine …) des étiquettes sérigraphiées, des petits sachets adorables, une notice dessinée et Oh surprise des bonbons ! mais purée qu’est ce que ça sent bon dans ce paquet, c’est du musc du patchouli nan allez sérieux c’est quoi ?

Je lis des mots doux comme la laine contenue dans le colis : Peace, Wool, Hyper facile, Supra doux ! se Slow Manager… déjà ça donne envie de lover, lover sa journée, lover sa vie et lover bien entendu son petit pull de coffee cup pas encore tricoté … Je découvre donc cette nouvelle marque dont l’univers me séduit. Peace and Wool donc « imagine des accessoires et des vêtements très faciles à tricoter, par des gens comme nous. ../ les notices sont limpides, les laines 100% naturelles et de très grande qualité pour que les pièces que tu vas tricoter durent longtemps et que tu te sentes bien dedans ».

Une petite résistance indignée (sont trop fort chez Peace and Wool comment ils savent que j’aime bien résister et m’indigner ?!)

Et là tenez vous bien. Lisez ce qui va suivre c’est juste un peu comme je voyais la vie du temps de ma Maison de Léna : « Tricoter c’est renouer avec ce que l’on a oublié de nous apprendre, parce que nés dans le prêt à consommer (euh dans les années 75 on faisait aussi du point mousse et de la purée maison), c’est aussi fabriquer quelque chose, donner de son temps et de son attention, donner du sens à donner, donner de ses mains. »

Normalement ça doit donner ça, j’ai hâte ça va être grave stylé !

Bon faut absolument que je tricote mon petit pull de Take Away me dis-je sans plus tarder. Vite vite je déplie la notice ! ça tombe bien le niveau de difficulté est Beginner. Genre. Aucune excuse pour me planter, en une demi heure c’est plié, j’aurai mon petit pull de take away !

Une illustration didactique, plein de petits shémas … y en a beaucoup quand même pour un si petit pull. Je commence à suer, j’ai l’impression qu’ils minimisent la difficulté en imprimant YOUPI.

Puis je déplie la notice baptisée B.A BA du tricot

Comment dire, je crois que je suis con, je ne sais pas « monter 26 mailles » ! je sais monter des blancs en neige, monter à cheval, monter les escaliers, monter dans les tours, monter une surprise Kinder, monter sur mon amoureux tout émoustillé (j’ai testé si y a pas de cul dans un article les lecteurs décrochent), mais là ils m’ont séché chez Peace and Wool, j’en suis qu’au numéro 1 du B.A BA et les 26 mailles, je vois pas comment me les cogner ! La honte je décide de NE PAS téléphoner à ma mère, ni à COCO qui se fouterait bien de ma gueule.

J’essaye au moins de faire le noeud coulant

Je crois qu’il s’écroule coule bien là ! bon ça fait déjà 15 minutes que je m’excite et normalement je dois finir dans 1/4 d’heure. J’ai les doigts moites et je pense à ma copine la Miss K qui écolo comme elle est, aurait déjà monté toutes les mailles, changé de pelotes deux fois et le triomphe humble viendrait agiter son p’tit café Starbucks avec son petit pull de Take Away installé dessus !

Je prends un bonbon pour déstresser

C’est vrai que les notices sont limpides, le petit détail est qu’il faut juste savoir tricoter ! Les mailles à l’endroit, à l’envers, je me rappelle plus comment je faisais pour cette pourriture d’écharpe de poupée Tinie (qui entre autres faisait pipi) !

Tout en suçant mon bonbon, je me caresse doucement le visage avec le Mérinos, pour oublier que la sensation de mon petit pull de Take away sur mes mains crevassées de froid, je risque pas de la connaître ! Il me reste 5 minutes, je sens que je vais fourrer la coffe cup dans la pelote.

j’en suis à ça

Là il me reste 3 minutes je commence à m’encourager comme le faisait Philippe Lucas avec Laure Manaudou, j’ai les lèvres qui tremblent mais non je ne pleurerais pas, espèce de blondasse incapable « de donner du sens à donner« , infoutue « de donner de ses mains » !

30 secondes, je décide de faire une sculpture de Take Away .

Ta dahh !

Alors oui je m’adresse à toi Peace and Wool, j’adore ton concept, le ton et le coeur que tu y mets, j’adore ton ténébreux mannequin d’écharpe, ta petite saucisse d’amour emmaillotée dans son mérinos douillet, mais pitié viens me donner des cours de jersey !


www.peaceandwool.com

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design Tendances Lab

Copper … field

4 juillet 2013

Précieux métal rouge

 

J’aime le CUIVRE. D’amour je veux dire.

Le CUIVRE, je le comprends.

Le CUIVRE chimiquement a un beau Cu

Le CUIVRE a un super CV

Le CUIVRE n’est pas sale, il est différent

Le CUIVRE, parmi les autres métaux rayonne, attire. (ce n’est sans doute pas un hasard si les bracelets tibétains  magnétiques sont en cuivre…)

 DÉMONSTRATION :

Z’avez vu, c’est fou non ?

Avec son identité visuelle très forte, j’aime la puissance, le caractère, et la couleur du CUIVRE. Par ailleurs, je l’aime aussi quand il faute avec l’or en bracelet et/ou en bague ! (Ha ha ha ! ça c’est pour bien faire passer les messages)

 

Monsieur Paris

Le cuivre est donc doté de propriétés particulières, et même extraordinaires ! ce qui renforce encore davantage ma passion pour lui : malléable, extrêmement durable et 100 % recyclable, anti bactérien, excellente conductivité thermique (comprenez les casseroles des chefs et la bassine à confiture maintenant ?) et électrique, il a aussi une grande faculté à réfléchir la lumière. Il vous amène aussi votre café au lit (si vous lui parlez gentiment, non pas comme vous Monsieur l’avocat)

bassine à confitures cuivre martelée Baumalu

Sa nature intrinsèque démultiplie forcément les choix esthétiques et formels, et il séduit de plus en plus de créateurs à l’heure de l’éco-conception. Je suis d’ailleurs plus que certaine de voir mon métal rouge chéri à Maison et Objet dans quelques mois. Je le sens. Je l’ai senti chez le coiffeur l’autre jour d’ailleurs, ou subitement j’ai eu envie de BLOND VÉNITIEN pour la rentrée.

Je rappelle juste au passage la différence entre le Blond vénitien et le Roux, avant que ne s’abatte une salve de violences gratuites destinée à pourrir la vie des (pauvres) blondes vénitiennes qui se font traiter de rousses ! c’est fou l’inculture des gens (calmez vous les rousses, je vous aime !! et ceci n’a rien à voir bien sûr avec le fait que j’étais vaguement rousse lorsque j’étais un bébé, je vous aime de façon autonome :)) 

EXEMPLE : Je vais donc vous faire une confidence, je crois bien que les 3 cheveux que mon bébé a sur la tête sont blonds vénitiens. Alors que son cousin Edgar lui est vraiment roux, voyez-vous ? Je ferme la parenthèse.

 

 

Ah Ce fameux blond Botticellien, clair, cuivré, hérité de la Renaissance Italienne ! que Vénus elle même obtenait en s’enduisant la chevelure d’un mélange de safran et de citron. Une beauté à la fois charnelle et céleste (ouais c’est Vénus quoi c’est pas Gossip !). Puis toutes les autres, moins « divines » disons : Des femmes aux fronts épilés (faudrait essayer en 2013 ! cette prestation manque à toutes les plaquettes de tous les instituts, au profit du sillon inter-fessier d’ailleurs, c’est d’une injustice), les cheveux blonds, tressés et entrelacés de pierres précieuses et de perles. Le teint diaphane, les lèvres et les joues étaient rougies, et, touche suprême, l’était aussi le bout des seins !

 

 

Matériau ancestral donc (MAUVIEL casserole depuis 1830 – Artichoke, beauté de lustre intersidérale dessinée par Poul Henningsen depuis 1958 ) à l’identité visuelle très forte, le cuivre commence à se faire une place sur la scène design contemporaine. De Susan Bradley à Tom Dixon avec ses célèbres luminaires Copper Shade, en passant par Jaime Hayon ou Max Lamb, de plus en plus de designers redécouvrent les potentialités esthétiques du « métal rouge », ses jeux de lumière et les possibilités de façonnage qu’il offre.

 

ARTICHOKE – dessiné par Poul Henningsen, Edité par Louis Poulsen

…et les pistes d’exploration du matériau ne manquent pas ! vases, luminaires, tuteurs de jardinières (fongicide le cuivre : anti larves et pucerons), corbeilles à fruits (dont les propriétés anti bactériennes empêchent de fait la moisissure des fruits…trop pas con le cuivre !)

 

vu par Jaime Hayon (vous prononcez comment vous Jaime en espagnol ?)

 

Max Lamb Stool, édité par Discipline

Il existe bien sûr des institutions chargées d’ions positifs pour dynamiser ce formidable matériau, un concours annuel est donc organisé tous les ans par L’institut Européen du Cuivre, et le Centre Italien du Cuivre, destiné à de jeunes designers professionnels (moins de 40 ans je précise, des fois que 40 ans ce serait jeune !), ainsi qu’à de jeunes étudiants (jusqu’à 40 ans alors ?). Cette année, cocorico, c’est un français qui a gagné le premier prix, Francesco Morackini mais bien sûr il a un nom italien. (c’est comme en 1983 à Roland Garros finalement, où au 1et tour Yannick Noah était camerounais, et hop ! il a été naturalisé français en moins de 3 heures !)

 

Il nous a sorti quoi Francesco ? Un alambic qui se décompose en quatre éléments ayant chacun une utilité propre. L’alambic, une fois retourné, sert d’arrosoir. Le faitout se transforme en pot de fleur ou en ustensile pour cuire des pâtes.  Le réchaud devient appareil à fondue. La corbeille à fruits, elle, joue sur la versatilité du cuivre, car au fil du temps sa couleur évolue vers le brun sombre ou le vert en fonction de l’humidité. Une création ingénieuse, pour les amoureux la vieille prune et multi-tasks !

Enfin, un produit exceptionnel à seulement 7 euros Messieurs-Dames, le torchon en fils de cuivre !

Les fils de cuivre permettent d’enlever la saleté des casseroles, cuisinère et poëles, en douceur. Car le cuivre Messieurs dames en plus de tout le reste, est un métal souple qui ne raye pas ! fait briller l’inox, enlève la rouille des couteaux. Et se lave en machine à 60°C !

What else ?

 

 

 

Vous aimerez aussi:

Enjoy this blog? Please spread the word :)