Browsing Tag

Concorde Lafayette

Fashion & Design J'ai testé

Comme un épisode de Dynastie

11 juin 2011

Le bar panoramique du Concorde Lafayette

La Fashion a ses codes que la raison ne raisonne pas. Mais plus que ça, la Fashion a des indices que l’on ne soupçonne pas. Prenez le bar du 34è étage de l’hôtel du Concorde Lafayette, vous êtes dans le 17è, au dessus de Paris, porte Maillot…

Tout ici semblerait indiquer que vous êtes l‘héroïne d’une série télé, bingo ! vous débarquez à un after work au bras de Blake Carrington, qui a eu le bon goût de ne pas venir avec son gilet d’intérieur en alpaga beigeasse, le bougre !

Non il a sorti le costume anthracite et vous la robe moirée un peu verte, et décolletée dans le dos, (la même que Chrystel porte dans la série pour feuilleter le programme télé) et qui met naturellement en valeur votre blond cendré !

J’adore cet endroit d’un temps que les moins de 20 ans … ne peuvent pas connaître, parce que pour l’instant faut bien que y en ait qui bachotent ! La bas, j’aime le temps qui semble être suspendu, dans une kitscherie qui me rappelle ma collection de boules à neige.

J’aime le cuir des petits fauteuils au ras du sol qui vous collent à la peau des fesses (pantalon la prochaine fois !), la moquette « où c’est dessiné dessus » comme les steaks au restaurant,  les samedis soir où la crowner chante en disant ‘Come on ‘ … et puis il y a la vue évidemment, un peu à l’Ouest (parisien), qui vous happe tout entier. J’ai toujours aimé être en l’air, être perchée. Je ne développerai pas ce point ici (je n’insisterai pas non plus sur ma différence d’âge avec Blake).

Les mini tables rondes comme dans tous les « Privilège » de province, vous savez avec le trou au milieu pour le cendrier, les petites discothèques qui passent du Dead or Alive rappelez vous ! le zinc qui brille, cette petite ambiance musicale digne d’un chic petit Codec, ces conversations anglaises qui fusent et viennent s’évanouir aux miroirs des plafonds (énorme les miroirs au plafond ! qui vous permettent de mater les tables voisines sans vous faire repérer) le petit serveur qui s’emmerde et qui vient vous demander 3 fois si vous avez fait votre choix dans la liste exhaustive de cocktails, et là… la quintessence de la fashion vous envahit, avec le soleil qui fond dans la ligne d’horizon.

Vous remarquez à peine que la carte n’affiche rien en dessous de 22 euros … puisque la Tour Eiffel bat des cils devant les vôtres, eux mêmes en train de balayer votre frange effilée … c’est tout un art de contempler une si belle vue. On oublie tout.

© Hotel Concorde Lafayette

Et là avec votre Blake, en train de se tortiller dans son petit fauteuil, lumières toutes éteintes, vous sirotez le plus dégueulasse des Bellinis de Paris !

Vous aimerez aussi:

Enjoy this blog? Please spread the word :)