Browsing Tag

couleurs

Fashion & Design L'air du temps

Foodista

3 juillet 2015

Les tendances qu’il nous Food

#Le Contexte

1. Le carton d’EATALY avec ses 400 M€ de CA et son ouverture prochaine dans le Marais (2017)

2.« Nourrir la planète » le thème de l’exposition Universelle de Milan (160 000 visiteurs par jour quand même)

Une occasion pour réfléchir et chercher des solutions aux contradictions de notre monde : en gros si une partie de la population mondiale souffre de la faim (environ 870 millions de personnes entre 2010 et 2012), d’autres meurent à cause d’une alimentation incorrecte ou d’une consommation excessive de nourriture (environ 2,8 millions de décès liés à l’obésité). Sans parler, des 1,3 milliards de tonnes d’aliments gaspillés chaque année bien entendu.

3. L’Uber Fresh aux USA

La passion de l’ultra frais, de la diète ultra moderne, de l’extra cru, de la bobo-detox en jus et liquides colorama, un vent de vitamines brutes venu de la baie de San Francisco. En France on a Nubio

4. Les chefs sont des stars, en résidences pour des dîners à sensation

#La Contradiction

La nourriture, on y consacre moins d’argent qu’avant, mais nous sommes sans cesse en recherche de sens avec elle.

De quoi va t-il falloir tenir compte ?

#Roots

Réfléchissons donc un peu ensemble à * …

– Le problème des valeurs nutritives : 1 pomme des années 50 vaut environ 100 pommes d’aujourd’hui

– Le défaut : On s’intéresse au rustique, à l’irrégularité, rien n’est mis au rebut.

– Les sens : manger avec des baguettes, des cuillères en bois, les doigts. Vous seriez pas en quête de sensations là ?

– Le sauvage : retour à l’homme des bois, on chasse (enfin surtout dans Koh Lanta), on cueille, on fait griller

– Extraction de moëlle : On récupère les saveurs des choses, c’est la mode des infusions, des extraits

– Le design : il suit la tendance, la céramique est craquelée, mate, la terre cuite et le verre promettent des sensations, le béton est brut (comme il l’a toujours été)

Les Exemples : Le Studio Forma Fantasma, Elwide qui fait du troc de pain, restaurant Silo Brighton, King Folk Magazine

 

7968dff13c2bbf76ddec6c7a4891c72d

#Farming

A méditer : en 2030, nous serons 70% à vivre en ville. 30% à la campagne…

- La Nature : nous avons besoin de connexion avec la nature (vite un balcon !, les terrasses …. C’est le développement de l’agriculture urbaine : 1 personne sur 4 fait de l’agriculture urbaine. Il y a un vrai engouement pour le jardin (dans un secteur de la Maison qui pèse 51 Milliards d’euros, le Jardin arrive en première position avec 7,48 Milliards !), le potager en ligne (Rungis 6000m2 de bio), et aussi pour les plus fous se construire des maisons autour des arbres (ce n’est pas le concept que je préfère, capturer un arbre et se le garder pour soi, lui infliger les fumées de dîner, de clopes, les tatouages enfantins, les grattages de chats – bref y a des limites à l’architecture d’intérieur)

- Les coloris verts : ils redonnent vitalité, comme le wasabi, d’ailleurs le condiment devient majeur, (épices…) un peu comme les accessoires dans la mode.

- La vague des liquides : des soupes, des bouillons, et de tous les contenants creux : bols, assiettes creuses, saladiers … S’alimenter liquide est une vraie tendance de fond

- Phytothérapie : On se soigne par les plantes

Les Exemples : les poulaillers design, Matthieu Lehanneur « River »

514cd816271cc2ba6a8967ea6ab78dd3

#Erotic

Merci Champi  : Le pouvoir sensuel du champignon, organisme fascinant, est enfin reconnu

- « Les interdits » : c’est la tendance du subversif, (cannibale ?) et de la quête de rituels, de plus en plus d’aliments sont noirs : calcifiés, brûlés (tiens ça me rappelle le tourteau Fromager de Vendée, ce qu’il était avant gardiste !)

- L’alcool : la mixologie et les contenants de cocktails, et mixtures (verres de toutes les hauteurs, carafes …)

- Les doigts : la nourriture devient fétichiste, on mange avec les doigts (et pas les pieds ?) c’est la tentation, le poison…

- Le design : une réflexion sur les outils avec lesquels on mange, les matières, les formes, la couleur, la texture, les volumes

- Les stimulis sensoriels : et notamment la nourriture coréenne

Les Exemples : le retour de l’absinthe, et du vermouth; le Soon Grill, ateliers et formation de mixologie

absinthe

 #Hybrid

Question : vers quel Food Futur on va ? génère t-il de la crainte ?

- Le design : Réfléchir à la fonction différemment : j’ai pu voir un jour dans ma vie un plateau-doigts !

- R&D : les entreprises vont se doter de cellules R&D, pour préparer la façon de manger et de recevoir de demain.

- Le Packaging: très important pour l’expérimentation (DIY) Instagram regorge de nouveaux packagings innovants, ludiques, preuves que l’esthétique du contenant s’efforce de promettre la qualité gustative du contenu.

Les Exemples : food designer Eindhoven The Food non Food Department

7f835e6352c1fa1d90b816ab9f10d6f2

* Merci à Cécile POIGNANT de Trend Union

Vous aimerez aussi:

L'air du temps Tendances Lab

A new hive ? Oh Yes

29 mai 2015

La Ruche qui dit oui !

Un circuit court, local, participatif

Le 21 septembre 2011, la première Ruche qui dit Oui ! ouvrait les portes de sa distribution. C’était au Fauga, une petite bourgade de la grande banlieue de Toulouse. Gourmands, voisins, amis et curieux ont poussé le portail d’Odile, leur responsable de Ruche, pour récupérer les melons, poulets, fromages de chèvre, canards qu’ils avaient commandés sur le site… Continue Reading

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design J'ai testé

Portrait sensible #03

7 avril 2015

L’univers fantastique de Nathalie Lété

Pour mon portrait sensible #3, j’ai demandé à Nathalie Lété de répondre à mes petites questions, je ne connais pas personnellement Nathalie, mais je suis son travail depuis tant d’années maintenant, qu’elle m’est « presque » familière. Nathalie Lété a un univers qui ne ressemble à aucun autre (et ça fait du bien un peu d’unicité dans un paysage créatif qui se copie sans cesse). Cette artiste aux origines chinoises et allemandes touche à tout : broderie, céramique, objets en tissu, peinture… Ses sources d’inspiration sont issues des contes de fée, de la nature, des jouets anciens… Elle a travaillé pour Vilac, a signé une collection capsule avec Monoprix, (j’en ai gardé ce foulard à chiens qui me quitte rarement) et je rêve de m’offrir un jour ce tapis côte de boeuf incroyable, issu de son thème « boucherie », elle a illustré des contes (Le Petit Chaperon Rouge, Thierry Magnier) ou réalisé des stickers peuplé d’animaux pour Domestic. Actuellement une « rétrospective » de son travail est exposée à La Piscine de Roubaix (jusqu’au 21 juin).

de Delphine Chanet bd

© Delphine Chanet

Cette interview révèle de bien belles réponses, certaines sont même fascinantes (elle a eu comme professeur Serge Mouille ! dont je suis une grande fan). Je partage tout cela avec vous bien volontiers :

 

* exercez vous le métier dont vous rêviez ?

j’exerce effectivement un des métiers dont je rêvais enfant. J’aurai autant aimé être danseuse ou pianiste..mais je pense que j’avais plus de facilité en dessin.

 

* votre définition de votre travail

un travail inspiré du folk art,des arts appliqués et décoratifs, de la nature, des jouets vintage, de mes souvenirs d’enfance…un patch de tout ça. Les images rassemblées entre elles, racontent des histoires et mon univers.

 

 

 

showroom bd

showroom

 

bazar19 bd

 

* votre rapport à la matière

j’aime les tissus,les textures travaillées et reliéfées, les différences de toucher

mais en ce moment,j’aime tout particulièrement le bois que je trouve très sensuel et chaleureux.

 

* votre rapport au dessin

pour moi le dessin est comme une danse.Quand je dessine j’aime dessiner avec spontanéité, dans un élan comme une vague…comme de la calligraphie.

Chez les autres,je peux apprécier, un dessin méticuleux, répétitif..mais je suis bien incapable de faire de même, vu mon caractère impatient.

 

* votre rapport au temps

tout dans l’instant….. une heure après je n’ai souvent plus envie de la même chose..en tous les cas dans mon travail. Donc je passe d’une chose à l’autre,comme un papillon..

quand j’ai une idée,j’essaye de la mettre en place très rapidement dans sa fabrication,car sinon,je passe à une autre idée… donc tout est un peu le hasard d’une rencontre, d’une envie soudaine après avoir tourné une page de magazine, ou croisé quelque chose …

 

* le cadeau que vous offrez souvent

des produits avec mes dessins….car mon atelier en a plein, et je ne peux tout garder.

 

 boucherie3 bd
boucherie

 

*  votre héros, qu’aimeriez vous qu’il dise de votre travail :

je me sens bien ici ! en pensant en fait à mes héros, qui sont mes jouets ; et qui sont les héros de mes peintures et des mes histoires.

 

* votre moteur

le soleil le matin.., être avec des gens avec qui je me sens bien, avoir de nouvelles émotions,voyager, apprendre de nouvelles techniques, collaborer sur de nouveaux projets, décorer des lieux comme de nouvelles pages blanches qui me sont offertes, gagner de l’argent dans l’espoir de pouvoir construire un jour la maison de mes rêves.

 

* l’un de vos 5 sens préféré

l’ouie

pour écouter de la musique et le bruit des oiseaux

 

la cabane de GM2

cabanes

cabane de GM9

*  la combinaison de couleurs qui vous fait vibrer

les roses et les verts.

 

* qu’y a t-il comme pièces de mobilier ou de decoration chez vous ?

la plupart des meubles, je les ai dessinés avec mon mari, et fait faire par nos amis ébénistes (Antonis Cardew et Clement Poma), sinon quelques lampes Serge Mouille qui a été mon professeur à l’école des Arts Appliqués ; et mes tapis. Les canapés de chez Caravane, sont également des pièces importantes chez nous..

 

* les basiques de votre dressing

les jeans, les sabots, les pulls marins, les blouses roumaines.

 

*  l’objet dont vous ne pouvez vous passer

ma montre Georg Jensen, mon portable, mes lunettes de vues, mes bagues Dorette.

Un carnet et un stylo.

 

* lifestyle pour vous c’est

harmonie autour de soi et en soi… l’idéal..mais un combat de chaque jour.

 

tapis beautiful garden bd

tapis Beautiful Garden

 

* votre définition du luxe

être en forme.

Faire le Métier que j’aime

Avoir du temps

Pouvoir créer et faire fabriquer des choses, sans penser au coût…

Voyager

Pouvoir gâter les gens que l’on aime.

 

* projet en cours

J’ai actuellement cette exposition au Musée de la Piscine, à Roubaix, projet sur lequel j’ai beaucoup travaillé et qui montre mon travail artistique des 20 dernières années…

maintenant, je me remets un peu à tous les projets commerciaux, commandés par mes éditeurs et collaborateurs…

 

* la marque qui me fait rêver

Dries Van Noten… pour ces mélanges

 

* et une question qui me taraude, un petit mot sur le pouvoir décoratif du champignon

quand on dit champignon : on pense à une amanite tue-mouche…mais il y a des centaines de champignons… l’amanite tue mouche revient de manière répétitive dans mon travail, comme une amie… je pense que les gens aiment son image, pour son joli chapeau rouge à pois blanc qui rappelle l’enfance, les contes de fées, les nains qui habitaient dedans… une image idéalisée du jardin, de la forêt, une image amie et réconfortante… et sous son chapeau, nous nous sentons à l’abri évidemment.

 

foret2 bd

 la forêt

 

Un grand merci à vous Nathalie !

http://www.nathalie-lete.com/

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design voyage voyages !

VITRA lalalère

27 mars 2015

Sprechen sie Vitra ?

Au plus près de la chaleur familiale et de l’inspiration design. What else ? Le thème du week end ? le détail choc. Je confirme, 88 personnes dans la grange avec leurs détails choc, ça en fait du choc ! Pendant l’une des interminables siestes que Félix nous fait en Alsace, (14h30-19h !) nous sommes partis nous refaire un peu les yeux, et papoter design et bonnes idées à Wal am Rhein chez Vitra, quoi ENCORE ?!! et bien oui encore ! à la fin je parlerais couramment allemand et je serais embauchée. (y a pire comme avenir).

Cela dit, malgré la fréquence des visites on a quand même raté l’expo Alvar Aalto qui s’était terminée 15 minuscules petits jours avant notre arrivée. Le showroom n’a pas été totalement renouvelé depuis cet été, mais quelques nouveaux détails ne nous ont pas échappé. C’est toujours inspirant cette façon qu’ils ont chez Vitra d’aborder le bien être au travail, avec des luminaires qui reproduisent la lumière du jour, des fauteuils qui ne font pas le dos rond, de l’horizon pour penser quand on lève le nez de son clavier. Même le merchandising des gommes est stylé !

IMG_0917

 

IMG_0884

 

IMG_0896

 

Attention youpi mobile au fond à droite

Vitra a l’art de proposer des compositions d’espaces conviviaux et « mouvants ».

On retrouve les tendances du moment, le tressé, le marbre, le rotin et le verre coloré dont je vous ai déjà parlé, mais aussi, les touches de rose, l’irisé, les motifs géométriques. Le summer green de la Panton Chair.

Panton Chair Summer Green

 

IMG_0894

 

IMG_0912

La grande nouveauté cette fois c’est la Vitra Slide Tower. Youhooo ! un toboggan géant surmonté d’une chambre partiellement vitrée, façon tour de contrôle aérienne (d’autres se croiront dans Baywatch, question de subjectivité). Ce truc est dingue, un petit tapis est fourni pour plus de glisse et d’adhérence dans les tunnels en colimaçon. L’expérience physique du site, et du design, il fallait y penser.

 ci dessous avec les nuages – © Vitra

Vitra Slide TowerIMG_0920

Pendant que les autres accumulent ventes privées et solderies pour écouler leurs merdes stocks, et avoir une petite chance de rester debout en ces temps moroses, on a l’impression que Vitra ne connaît pas la crise, pire Vitra s’amuse.

IMG_0906

 

IMG_0904

 

IMG_0913

 

 

Et il peut avec un succès pareil ! Vitra « France » a réalisé un chiffre d’affaire de plus de 20M€ en 2013 et ne connaît aucune perte depuis 2010. Vitra « worldwide » est propriétaire d’un nombre colossal de licences d’objets qui ont marqué leur temps. Personne ne sait au juste combien il rapporte vraiment. Le Bâlois reste d’ailleurs impénétrable sur le sujet. Il y a 10 ans, le chiffre d’affaires passait à 285 millions ! Dans l’intervalle, Vitra a aussi appris la mondialisation. D’Allentown (Etats-Unis) à Zhuhai en Chine en passant par Goka (Japon), Szombathely (Hongrie) et Neuenburg (Allemagne), ses usines tournent désormais sur plusieurs fuseaux horaires.

Car chez Vitra c’est bien la créativité qui est la valeur ajoutée. Rolf Fehlbaum à la tête de Vitra (Bâle) flaire aussi les nouveaux talents. Ronan et Erwan Bouroullec, Barber & Osgerby, Ron Arad, Antonio Citterio, Konstantin Grcic, tous vont être édités par Vitra (et une collaboration depuis plus de 20 ans avec Jasper Morisson !). En septembre 2013, l’entreprise de Birsfelden devient propriétaire d’Artek, fabrique de meubles fondée en 1935 par Alvar Aalto, l’un des pères du mouvement moderne. Une immersion dans le riche catalogue du designer commence à se sentir !

IMG_0921

 

 

IMG_0893

 

 

 

FullSizeRender[2]

Voilà c’est tout cela qui donne à Vitra cette image capable d’instaurer une véritable confiance en la marque, lui permettant d’attirer en 3 ans sur le campus, plus d’un million de visiteurs déjà. Allez J’y retourne cet été !

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design J'ai testé

Portrait sensible #01

16 mars 2015
couv l'eldorad'eau

Jérôme Peyrat, illustrateur

Jérôme et moi c’est une longue histoire. Nous nous connaissons depuis plus de 20 ans ! Nous avons fait les couillons dans les bois avec une bande de furies, fait des soirées cadavres exquis et déguisées, et avons été à Strasbourg au même moment. J’ai donc suivi son parcours aux Arts Décoratifs pendant que moi j’étais à la fac d’Histoire de l’Art. Jérôme est devenu illustrateur, avec une petit penchant pour le monde de la jeunesse. Je lui ai soumis mon « petit questionnaire de Proust » pour vous donner l’occasion à vous aussi de le connaître : Continue Reading

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design Tendances Lab

DESIGN TRENDS

19 février 2015

Quoi de neuf dans la maison ?

 

Maison & Objet est loin derrière nous, les pou-pouilles d’Ambiente viennent à peine de remballer.

Après avoir vu, touché, senti, regardé, photographié, dis bonjour à untel, souris, porté un quintal de catalogues, claqué la bise à unetelle, argumenté, analysé, été ignorée par ma friend qui s’est caché pour ne pas nous voir (nouveau concept-tord), j’ai digéré mes visites et farfouillé dans mon musée d’images personnel…

Ce qu’il en ressort : 10 tendances DECO à suivre … ou pas.

1. L’accumulation

Pour une fois qu’on peut en mettre partout. Le même produit dédoublé, multiplié, pour lui donner encore plus de force. Je suis sensible aux murs remplis de miroirs, ou à ce défilé d’assiettes, principe merchandising somme toute assez courant chez les acteurs du secteur (Royal Copenhaguen, Paola Navone, Conran Shop …). Cette tendance là a beaucoup d’années devant elle.

FullSizeRender[13]sur le stand Missoni


6fb75e0cb37fd9e2516cde5e3d1dc67e

89a9fafe93659de9e310df3c365638bb

315cba9b2c1845aee020cede784ae786

IMG_5663

Chez Vitra à Weil am Rhein

2. Le Cuivré

résiste … encore très fort. ça fait bien plus d’un ‘couple of years’ que le matériau fait rosir nos objets. Sur les meubles, les vases, seul ou mixé à d’autres matières. C’est un métal que j’aime d’amour, vraiment. (cf. mon article à ce sujet il y a un petit moment déjà, ici). A foison sur Etsy, chez Anthropologie. Un Tom Dixon en a fait son fond de commerce et pour un peu Villedieu-les-poëles est en passe de devenir le spot le plus stylé de 2015.

3d8fb0_d1bb4d3c7da04c8a8933fbc5fea78c04.jpg_srz_p_827_827_75_22_0.50_1.20_0Le Vase You&Me de Rebecca ici

Copper-Hull-mondrian-hotel-london-conde-nast-traveller-8sept14-pr_810x540

L’hOtel MOndrian de Tom Dixon, à lOndOn

 

1622003ca8b21f7bcedb1e139bfbdd17

 

 

untitled-2_12

 

 

Photophore MENU

 

3. Le Rotin

Le rotin, c’est mon addiction, mon crève coeur. Sur mon profil facebook récemment je commentais encore cette nouvelle fraîche d’Ikéa en plein lancement de sa collection capsule de rotin et de vannerie. Je vous en fait un copié-collé. Car je n’ai pas le courage de me répéter : « Ah nous y voilà le rotin, la vannerie ! Juste l’ADN de feu ma petite société « La maison de Léna ». Structure trop petite pour importer des containers d’Indonésie, un Made in France que je ne regrette pas mais qui m’a coûté cher… Être en avance aussi. Mais ce fut innovant. En 2007 le monde entier méprisait le rotin. Être à la mode c’est bien. Ça fait vendre. J’ai des mails plusieurs fois par mois de personnes qui souhaitent acheter mes produits. J’ai très envie de recommencer l’aventure. Aujourd’hui j’ai plus de recul et d’outils. »

Bref aujourd’hui tout le monde en veut, les bobos achètent les structures de lits de leurs enfants en rotin, se découvrent des passions pour le cannage français, chinent les miroirs en photo plus haut – et ont dépassé le stade du « ah oui je vois c’est le fauteuil d’Emmanuelle ». India Madhavi sait de quoi je parle, elle l’aime le rotin, depuis toujours.

Capture d’écran 2015-02-19 à 12.11.27
La Chimera de Samuel Accoceberry

 

Bambini 03 fév 09Mon fauteuil Cabane, pour le Magazine italien Bambini

 

Studio Job Archives Wallpaper

Jaime Hayon

4. Le verre coloré

Peut être l’une des plus belles tendances déco du moment, très répandue en luminaire, il suffit de voir les Pulpo, Brokis, Poetic Lab, Glas Italia, et j’en passe. Les vases en font partie aussi, prouvant chaque jour que 1. on a pas besoin de mettre des fleurs dedans et 2. que l’accessoire sert aussi à vendre les grosses pièces. Une recherche semble en cours sur le verre irisé, argenté, hologramique presque …( ça se dit hologramique ?). Le verre coloré, comme toutes les pâtes de verre, ou de cristal sont des leviers forts de désirabilité, ils font envie, leur transparence, leur dégradé, un truc vibrant, en rapport avec l’émotion, c’est sûr.

large_patricia-urquiola-glasitalia-thumb

version Patricia (Urquiola)

Bell-Table-by-Sebastian-Herkner-for-Classicon-IMM-Cologne-2015-Yellowtrace-31

 

version (saint) Sebastian Herkner

6a0120a5085b34970b017ee6363098970d

version cardiaque Eva Milinkovic

5. La nature

ça parait con-con, le truc dont on parle tout le temps, l’écologie, le green, « la ruche qui dit oui », la detox archi bobo (d’autant qu’on a hyper faim !) et tout mais n’empêche … La nature pour moi elle est comme l’art, elle donne de l’interêt à la vie. Elle ressource, et ce, même si l’on n’est pas très honnête en geekant comme un malade sur son smartphone dans les champs (oui en plaine, à Hirtzfelden on capte !). Il y a quelque chose à voir avec le regard, qui se perd, qui pour une fois peut aller loin. Normal que les designers qui sont les meilleurs piffeurs au monde, en mettent dans la maison. On fait pousser ses herbes, on imite la danse de l’eau (Poetic Lab) on fait grandir ses poissons (Matthieu Lehanneur depuis 2008 entre parenthèses), et, plus access on ouvre son intérieur aux imprimés végétaux, aux feuilles, aux fruits, aux animaux … (Broste Copenhaguen, Frohstoff …)

 

Hermes-Femme-Campagne-SS-Ete-2014-01

 

1309859139_4e12dd43cf099

Local River – M.Lehanneur

 

IMG_6637
La nature chez Daum, l’adn

Ripple-light-by-Poetic-Lab_dezeen_1

imitation de la nature façon Poetic Lab

 

Reversed-volume-studio-mischertraxler-pour-PCM-12

 PCM Design, la nature moulée

3d8fb0_e5034669077c4fcf87ed698106c0ed81.jpg_srz_p_827_827_75_22_0.50_1.20_0

 

Bienvenue21, du papillon presque vivant

 

6. Le marbre

C’est la Deco qui s’embourgeoise tout en restant très graphique. En même temps, le marbre ça vit, il y a des veines dans ce matériau là, de l’aléatoire, et malgré le caractère froid dont il essuie souvent les critiques, il est aussi sensible que solide. Il a fait son arrivée la saison dernière et la tendance semble s’affirmer. Ayant récupéré la Table Knoll de mon enfance, qui est arrivée la même année que ma soeur, en 1975, malgré sa légendaire solidité, la voyant désormais chez moi, j’y ai vu aussi, mes petits coups de fourchette, mes tables de multiplication, mes révisions du BAC, les repas du soir, les premiers cendriers, plein de potes autour (dans mon souvenir je ne pensais pas qu’on pouvait en mettre autant). Aujourd’hui les purées tomatées de mon fils semblent tatouer la matière, je le vois y lire son tchoupi et cogner ses camions. C’est beau un meuble qui vieillit.

275c280f4b01f5e1e7ef98885122e191

magie de Pinterest

1380117561

pour de faux, H&M

 

fauteuil-de-marbre

Mauricio Galante x Cerruti

 

xnouveautes-automne-hiver-20142015-roche-boboi-L-FoiQha.jpeg.pagespeed.ic.16TKNj0LB1iFPKDQzX67

Margaux Keller pour Roche Bobois

 

7. Le Wording

Enfin le droit d’ouvrir sa ….. ce n’est plus l’apanage des vieux ! (j’en connais qui sont pas si vieux et qui l’ont toujours ouverte, à parler à tort et à travers, par pur plaisir de voir les humains s’étriper. j’ai pas encore la recette pour faire taire ces gens là). Puisqu’on est pas assez vieux – et trop bien élevés – pour oser dire ce qu’on pense (ralala, je me brime souvent vous savez, Benoît si tu me lis, c’est pas easy ne rigole pas !) on s’exprime à la maison, des lettres, des initiales, des mots entiers parfois, des prénoms, des interjections, des devises qui tiennent à coeur (Leave me alone, bitch ! ) en carton, en métal, en papier, ou à leds. Ils sont nombreux les Kidimo, Seletti, Marilème à écrire leur déco. Nous à la maison on a été jusqu’au lalala. façon typo de BE PÔLES au dessus d’un bureau. Et dernièrement j’ai craqué pour un petit OUI! turquoise de chez YouTalkingToMe marque que j’avais fait venir à noël au BHV (c’est bon les mots positifs).

 

FullSizeRender[14]

 YouTalkingToMe

 

merci

Kidimo

 

seletti-01422-Z-2-1012

 

Seletti

8. L’aquatique

Et d’ailleurs le monde marin en général, soit façon cabinet de curiosité avec des coraux, des organismes translucidement mous (méduse, anémone et puis je pense aussi à quelqu’un d’autre hahaha !) – comme les créations de Vox Populi ou de Gilles Caffier, les céramiques de FOS Ceramiche – soit le champ lexical du reflet, des encres délavées, de l’eau. On retrouvera donc dans ce registre les deep dye, et tie and dye, la vaisselle japonisante, les vagues clapotantes, les écailles irisées aussi bien sur le textile mode (défilé Rodarte, Blumarine, Iceberg) que dans le linge de maison (Baan, Colonel …). On se souvient aussi des algues des Frères Bouroullec qui font écho à la façade du Mucem à Marseille.

Les-Meduses-de-Vox-Populi-mises-en-scene

Vox Populi

 

Ithaa-Undersea-Restaurant-as-a-bedroom

L’expérience Ithaa Undersea aux Maldives

 

20d42e1cd854b1a79106eceebf4580bc

 

7773159906_elitis

 

a3addcfee096cfc485674d22ee6b7d2e
les résines « habitées », Bleu Nature

 

coursive

Mucem par Rudy Riccioti

9. Le vert

Je le sentais arriver ce vert, j’ai une envie de vert depuis quelques mois. Toutefois il est souvent boudé en deco et sur le red carpet (vert et rouge traduc : déco de noël – et puis ça porte malheur aux stars, comme on en est pas on s’en fout un peu, NDLR). Pas facile à choisir, à accorder, la palette est large. Du vert anis, ou du vert bouteille, du kaki ou du gazon. Gros dilemme. Il est magnifique en petites touches – une nappe, un coussin, un unique mur, un sac Balenciaga à 1400 balles – ou sur un fauteuil, un petit meuble. C’est simple, le vert c’est pour ceux qui osent pas le jaune ! plus calme et tout aussi énergisant. Moi je trouve ça kiffant le vert, (le jaune aussi remarque) j’en ai beaucoup chez moi; ma salle de bain est vert grisé, le mur de mon salon est Citrine, mon paravent en feutrine, une de nos lampes et tout récemment ma jupe de saint Valentin (Mon valentin est vert aussi) – oh oui ça va hein, vous êtes nombreuses à trouver ça moisi et puis vous êtes bien contentes quand IL y pense et fait un cadeau ! -. je ne sais pas combien de temps ça va durer, mais faites vous plaisir les verts du moment sont beaux, beaux, beaux !

 

4d311f7dfc39b3e6a6f8b7a4c1ee388f

 

Stian-Korntved-Ruud-environment-image

 

 

canape-foliage-kartell-noir-vert-1_1

 banquette Patricia Urquiola

6c2c946c02ec13cb6be23bf305aa8f6d

 

 

 

10. Le fil

Liane naturelle ou fil de scoubidou, fil d’osier, de coton ou de plastique. Il est là le fil hémophile, soutenant nos fesses, nos livres ou nos fleurs. Tressé aussi parfois.

 

lampe-pet-tresse-ethnique-2

 

Le fameux projet PET lamps

 

burks-dala1

Stephen Burks

 

133ee314a0da7b3f670c50f0cbb9a760

vases Jun Murakoshi

 

elsa-rande-meuble-couture-15

Elsa Randé

 

 et si jamais il y avait des petits soucis de © de photographes que je n’ai pas trouvé, un petit mail à sophie@mymillionfashionblink.com – et je m’occupe de rendre à César …

Vous aimerez aussi:

L'air du temps Love +++

2015 will be …

31 janvier 2015

Curious or Furious ?

 

Le 31 Janvier est dit-on l’avant dernier jour pour présenter ses voeux. Et voilà 2015 qui palpite déjà. J’avais choisi la force et l’énergie du rouge même avant le bain rouge du 7 janvier…

Mais le 31 janvier est aussi la date où un ange rose m’est apparu. C’est pourquoi je choisis ce jour précisément pour vous couvrir de couleurs et de bonnes pensées pour toute votre année.

La wish list 2015

–  expliquer à Félix le 7 janvier 2015 que les terroristes qui ont tué CABU et CHARLIE HEBDO sont vraiment des gros cons, ils n’ont rien compris à leur religion. Essayer de toutes mes forces de lui expliquer que l’amalgame n’existe que chez le dentiste.

– être plus respectueuse de tous les services que m’ont rendu T’choupi (et Doudou et Lalou)

– tenir ma promesse de cet été, et d’encourager Julie cette jeune entrepreneuse, et son site www.littleyou.fr un concept store pour les 0-10 ans, qui soutient la création artisanale ! Imaginé en 2009, Little You propose de la mode, de la déco et des accessoires, sélectionnés pour leur look et leur parcours de fabrication responsable.

– renforcer mon système immunitaire affaibli par 4 mois de crèche bouillon de culture importé tous les soirs. Astragale, Panax Ginseng, Dulcamara 5CH et Solacy sont mes nouveaux amis.

– oublier le mauvais aussi de temps en temps. On ne change pas les cons, on ne raisonne pas les manipulateurs et on dort beaucoup mieux.

– tenter d’être jury à THE VOICE, Zazie elle, vient d’empocher 300 000€ pour la saison 4. Et Mika avec ses 800 000€ pourrait proposer des formations en négo pour les grandes centrales d’achat.

– à ceux qui pensent que leur esprit critique « n’est pas GRAVE », leur rappeler que leurs disputes avec tout le monde, ça commence à se savoir et à faire louche. Il se pourrait que ce ne soit pas toujours les autres le problème.

perdre un (deux?) kilo, c’est tous les ans la même chose, et tous les ans y a un autre gâteau, macaron, chou, baba, cronut, éclair de fou ou de génie qui vient tout gâcher.

– acheter du vert pour sa maison, c’est une des tendances phare de la DECO ce printemps, et nous change ENFIN du pastel scandinave qui commence à faire guimauver nos intérieurs… M’acheter le sac BALENCIAGA vert qui va avec.

– à ceux/celles qui aiment faire des histoires avec tout et surtout avec rien = LIRE. Point d’autre salut. ça nourrit les faibles d’esprit. ET bonus : ils se TAISENT.

– remercier ma chance pour avoir mis parfois sur ma route des anges gardien. Ils sont précieux, et apporteurs de bonnes nouvelles. Je me dis que, ce que je leur ai donné, leur a plu. Aussi, en 2015 je veillerai encore plus sur eux.

– à tous ces amis Facebook qui ne sont pas vraiment nos amis, se poser les vraies questions : c’est qui ? ils nous aiment ? c’est pour quoi ? le réseau ? pour surveiller ce qu’on dit ? ce qu’on fait ? combien de commentaires sympathiques ils nous ont  laissé ? Puis trancher.

– essayer juste une fois une box de chez LES COMMIS, décorer sa salle de bain avec un savon CASTELBEL, rêver de se couper les cheveux tout courts, puis pas le faire.

– accepter les limites du BIO : oui mon bébé préfère le lait pas bio, la bougie parfumée 100% végétale c’est un peu de la c*****e ça laisse le verre crado, et ça brûle pas homogène, le déodorant Bio est inefficace et bourré d’alcool, le vin biodynamique pique, chez Naturalia avec ton panier à 63 balles t’as rien à bouffer !

– Dire Je t’aime plus souvent, et pour les coeurs-raisins-de-corinthe qui ne savent plus comment on fait, dire au moins « j’aime » quelque chose de temps en temps. Ou même le truc de fou … un OUI !

Vous aimerez aussi:

J'ai testé Love +++

I laine you

24 octobre 2014

Wool ah !

Aujourd’hui j’ai testé : Tricoter mon petit pull de take away !

Ce matin j’ai reçu un cadeau. Un paquet qui sentait bon, mais alors trop bon ! Sous le papier de soie étoilé et parfumé, un kit pour me remettre à tricoter (là je râcle hum, hum depuis le point mousse que m’a appris ma maman pour confectionner une écharpe pourrie à ma Tinie … je n’y ai pas remis les pieds, enfin les doigts !)


Et un coup de coeur comme ça, ça ne s’ignore pas !

Destiné à emporter sans me brûler les mains mon p’tit café-Jean Pierre au bureau je découvre un ravissant sac de coton écru, des aiguilles géantes en bambou, une pelote de Mérinos orangée, des tas de cartes colorées (tiens il est pas mal le brun sur la photo, je me demande si il sera à Who’s next la semaine prochaine …) des étiquettes sérigraphiées, des petits sachets adorables, une notice dessinée et Oh surprise des bonbons ! mais purée qu’est ce que ça sent bon dans ce paquet, c’est du musc du patchouli nan allez sérieux c’est quoi ?

Je lis des mots doux comme la laine contenue dans le colis : Peace, Wool, Hyper facile, Supra doux ! se Slow Manager… déjà ça donne envie de lover, lover sa journée, lover sa vie et lover bien entendu son petit pull de coffee cup pas encore tricoté … Je découvre donc cette nouvelle marque dont l’univers me séduit. Peace and Wool donc « imagine des accessoires et des vêtements très faciles à tricoter, par des gens comme nous. ../ les notices sont limpides, les laines 100% naturelles et de très grande qualité pour que les pièces que tu vas tricoter durent longtemps et que tu te sentes bien dedans ».

Une petite résistance indignée (sont trop fort chez Peace and Wool comment ils savent que j’aime bien résister et m’indigner ?!)

Et là tenez vous bien. Lisez ce qui va suivre c’est juste un peu comme je voyais la vie du temps de ma Maison de Léna : « Tricoter c’est renouer avec ce que l’on a oublié de nous apprendre, parce que nés dans le prêt à consommer (euh dans les années 75 on faisait aussi du point mousse et de la purée maison), c’est aussi fabriquer quelque chose, donner de son temps et de son attention, donner du sens à donner, donner de ses mains. »

Normalement ça doit donner ça, j’ai hâte ça va être grave stylé !

Bon faut absolument que je tricote mon petit pull de Take Away me dis-je sans plus tarder. Vite vite je déplie la notice ! ça tombe bien le niveau de difficulté est Beginner. Genre. Aucune excuse pour me planter, en une demi heure c’est plié, j’aurai mon petit pull de take away !

Une illustration didactique, plein de petits shémas … y en a beaucoup quand même pour un si petit pull. Je commence à suer, j’ai l’impression qu’ils minimisent la difficulté en imprimant YOUPI.

Puis je déplie la notice baptisée B.A BA du tricot

Comment dire, je crois que je suis con, je ne sais pas « monter 26 mailles » ! je sais monter des blancs en neige, monter à cheval, monter les escaliers, monter dans les tours, monter une surprise Kinder, monter sur mon amoureux tout émoustillé (j’ai testé si y a pas de cul dans un article les lecteurs décrochent), mais là ils m’ont séché chez Peace and Wool, j’en suis qu’au numéro 1 du B.A BA et les 26 mailles, je vois pas comment me les cogner ! La honte je décide de NE PAS téléphoner à ma mère, ni à COCO qui se fouterait bien de ma gueule.

J’essaye au moins de faire le noeud coulant

Je crois qu’il s’écroule coule bien là ! bon ça fait déjà 15 minutes que je m’excite et normalement je dois finir dans 1/4 d’heure. J’ai les doigts moites et je pense à ma copine la Miss K qui écolo comme elle est, aurait déjà monté toutes les mailles, changé de pelotes deux fois et le triomphe humble viendrait agiter son p’tit café Starbucks avec son petit pull de Take Away installé dessus !

Je prends un bonbon pour déstresser

C’est vrai que les notices sont limpides, le petit détail est qu’il faut juste savoir tricoter ! Les mailles à l’endroit, à l’envers, je me rappelle plus comment je faisais pour cette pourriture d’écharpe de poupée Tinie (qui entre autres faisait pipi) !

Tout en suçant mon bonbon, je me caresse doucement le visage avec le Mérinos, pour oublier que la sensation de mon petit pull de Take away sur mes mains crevassées de froid, je risque pas de la connaître ! Il me reste 5 minutes, je sens que je vais fourrer la coffe cup dans la pelote.

j’en suis à ça

Là il me reste 3 minutes je commence à m’encourager comme le faisait Philippe Lucas avec Laure Manaudou, j’ai les lèvres qui tremblent mais non je ne pleurerais pas, espèce de blondasse incapable « de donner du sens à donner« , infoutue « de donner de ses mains » !

30 secondes, je décide de faire une sculpture de Take Away .

Ta dahh !

Alors oui je m’adresse à toi Peace and Wool, j’adore ton concept, le ton et le coeur que tu y mets, j’adore ton ténébreux mannequin d’écharpe, ta petite saucisse d’amour emmaillotée dans son mérinos douillet, mais pitié viens me donner des cours de jersey !


www.peaceandwool.com

Vous aimerez aussi:

J'ai testé voyage voyages !

Carnet Anversois

1 décembre 2013

Les Rebelges

Nous étions toutes les quatre à ANVERS mercredi dernier. Quand je dis toutes les 4, c’est moi, ma rhino, ma sinusite et ma pharyngite. Comme ça, ensemble, soudées, comme les doigts de la main (gelés) comme les amygdales (qui doublent quand elles sont en feu, ah bon vous ne saviez pas ?). Une team quoi !

 

Et je ne regrette pas une minute, tellement c’était beau, bien, bon. Dépaysant presque. Pas de François Hollande qui fout le moral à Z ici. Des commerçants qui assument leur supplément de hype, ils savent eux. Une signature, une raison de faire venir. De la création, du cher et du moins cher, du moche (oui le Meir c’est moche) et du fashion (Le Fashion Department de la Royal Academy of fine arts, et des boutiques transversales à tomber). Mais toujours arty.

 

Je dis transversales car c’est le nouveau wording pour Concept Store. Car il s’agit bien de cela, mixer des produits de tous les genres avec l’oeil pour les sélectionner, et l’art de les faire cohabiter. J’en ai marre des concepts stores.

Ce fut rapide, aller-retour dans la journée, et j’ai tout fait à pieds. J’ai même retrouvé ma petite cousine – étudiante dans la célèbre école de mode – pour déjeuner d’un KROK pas cher du tout et de soupes chaudes dans une tarterie cosy du quartier de la mode, près du Musée, que j’ai pris soin avant bien sûr, d’aller visiter.

 

Un panorama de la création flamande et belge depuis 50 ans. Des silhouettes avec un style inimitable. La muséographie raconte l’histoire de ces créateurs célèbres aujourd’hui (Margiela, Ann Demeulemeester, Dries Van Noten, Véronique Branquinho…) en dévoilant leurs dessins d’étudiants. Touchant.

Puis, le Palais de la Mode où les équipes merch de DRIES VAN NOTEN y installaient des plumes d’autruche colorées et animées, pour qu’elles puissent faire la roue en vitrine : « achetez nous, shoppez moi ! venez faire vos gifts chez Dries « ! il m’a semblé qu’elles criaient (mais y avait du vent).

 

 

C’est là que j’ai entamé mon tour sérieusement. (j’avoue m’être épuisée à vouloir prendre le métro depuis la gare le matin – 45 minutes de perdues ! – que c’est mal foutu, tu retrouves pas les lignes et que en clair ça pue de la raie niveau transport)

Flamant 

chocolaterie Dominique Persoon

Boutique HADHI

Because Fair is Beautiful

Des boutiques (une deuxième à GAND)  avec une dimension équitable qui semble réelle – pas comme d’autres – si à tout hasard vous voyez de qui je parle - qui travaille avec des coopératives d’artisans au Kenya, aux Philippines, ou en Colombie, impliquant des projets pour l’accès à l’eau potable ou des rémunérations justes.

J’y ai vu des paniers tressés et tie and dye magnifiques, des cocottes culinaires en argile noire de Colombie, un tabouret de je ne sais où mais avec des pieds fluo archi désirables et puis j’ai acheté un petit sac à main incroyable en bois et en laine bouillie de chez ONTWERPDUO pour me faire plaisir et me la péter dans le Thalys avec des sacs de shopping.

   

 

 

 

Passons sur la boutique Petit Pan, dans la même rue, parce que au fond ce n’est ni flamand, ni belge. C’est créatif mais parisiano-chinois

 

Garde Robe nationale

 

Une boutique pleine de marques locales, plutôt moyen / haut de gamme, avec un sens des couleurs que je n’ai vu qu’ici. Des accords très particuliers dans les tons, qui me parlent. Du vert sapin et de l’orange fluo, des gilets tie and dye.

 

 © R. Vandekerckhove

J’ai craqué pour une maille d’une créatrice belge ROOS VANDEKERCKHOVE, beige, bien douillet avec du jaune et du pink fluo. J’y ai découvert la marque JUST IN CASE, que j’ai adoré, pour les girls sans chichi, avec des imprimés graphiques, des cardigans, et des robes très féminines (environ 160 euros). Sinon, les chaussures ont l’air folles ! je reviendrai cet été.

A signaler de belles pièces pour la marque Magdalena. Moins surprenant, des marques comme CLOSED, ou TARA JARMON.

 

« Nan mais attends, tu devineras jamais ce que la prof de jupe à godets m’a dit c’te P*** ?!! ?? »

YOUR

 

 © Instagram YOUR

Décidément, ils aiment bien le mixage les belges. Une boutique « transversale » encore, avec des objets, des cadeaux, de la mode, des accessoires, et même un coiffeur. Notons au passage : Grosse tendance sur le jeu de Memory. allez savoir pourquoi, mais mettez en sous le sapin, moi j’dis. Allons y gaiement : Acne, Cire Trudon, Dr Vranjes, Pop up, DOIY Design, Suck UK, Kikkerland, Ibride, Korres, Timex, Bellerose, Delo, Comme des garçons …

 

Grote Markt

La big place que toutes les villes ont. En ce moment, les petites maisonnettes du marché de noël étaient en train de s’y installer. ça ressemble aux villes du NORD et à Bruxelles.

 

 

 

 

 

The Recollection

 

 

Plus qu’une boutique, un cabinet de curiosités. Nichée au coeur du quartier des antiquaires, the Recollection est apaisant, et foisonnant. Blanc, juste ce qu’il faut d’usé, de design et de tranquilité. Des tables peuplées de parchemins, des lampes,, des bougeoirs en cuivre, de la vaisselle, des petits meubles. On y trouve The Gentle Factory, Piet Hein Eek, Studio simple, Jars, Textiel Museum Tilburg, Aesop.

 

Les vitrines des antiquaires de la Kloosterstraat, des petits airs de nature morte flamande

Graanmarkt13

 

 

Magnifique maison au bout d’une arrière place. Une perle blanche jusqu’auboutiste, avec sa boutique au rez de chaussée, son restaurant au sous sol, et une galerie au 1er étage. C’est l’expérience 13 : des cabines d’essayage confinées, où l’on est enroulés par un escargot de lin, une offre mixte et mixée, raffinée et parfois décalée, des senteurs qui font rester. Hay, Midori, Santa Maria Novella, Anne Claire Petit, Marni, Isabel Marant Etoile, et des designers amis présentant leurs derniers objets.

 

 

Et hop, sur le retour vers la Centraal Staation (tout A deux A là baas) je suis vite passée m’aacheter un Diaamant et je suis rentrée  !

 

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design J'ai testé

Temps hémophile

24 juillet 2013

Je passe à l’heure d’été

 

 

 

© M.Gammacurta

 

Le temps hémophile, coule

Maintenant que le temps météo n’est plus un sujet, reste le Temps. Et Il reste, lui, justement. En suspens, en souffrance là quelque part, entre la moiteur indécise et l’attente humide et molle. Pas vraiment en vacances, et l’esprit vaguement libéré. Un entre deux tiédasse. J’attends sous les indices de protection.

Cette année je mets du sel dans mes vacances, et de la brioche … vous aurez peut être deviné.

On se retrouve à la rentrée, qui va être musclée, mon départ de Sentou, et l’ouverture d’une troisième boutique parisienne, le bigflagfancystore d’Alaïa, le sevrage du Royal Boy, le grand retour en mode de l’uniforme, mon mémoire que je bouclerai coûte que coûte, l’expo Frida Khalo au Musée de l’Orangerie, des nouvelles marques incroyables que j’ai trouvé en objets et en déco …

Happy vacances à tous !

Vous aimerez aussi:

Enjoy this blog? Please spread the word :)