Browsing Tag

couleurs

L'air du temps Love +++

Mon Re

21 mai 2013

Je REviens ! comprenez « I’m Back » quoi !!

 

Voilà, bébé a 3 mois (et 21 jours), je suis de REtour, oui oui je REviens ! au moment où mon petit REjeton prononce ses premiers aRE. Pendant ces longs mois, oui je l’avoue j’ai laissé mon blog en friche, à l’abandon, en jachère … pour que s’aère le terreau (et uniquement pour ça bien sûr) il faut bien se REcentrer sur sa cREativité de temps en temps.

Pouhalala par quoi commencer ???!!! les -20% chez CARVEN il y a 15 jours ? une petite sélection de la fête des mères ? l’expo DYNAMO ? mon mémoire à terminer ? les nouvelles marques ? le plastique dans les lèvres de Nicole K, le défilé homme de chez HERMÈS, le CDI parfait qui n’existe pas ou que pour les autres ?

Que de questionnements, d’interrogations… C’est difficile un REtour,  je ne suis plus la même (c’est vrai ça il me reste encore 5 kilos sur les hanches…), ma cervelle aussi fait son RE, c’est qu’un accouchement ça REmue le corps, mais aussi le coeur et les méninges !

Un petit post en douceur que celui ci donc. Avec un p’tit board d’été en plein dans la Toussaint, pour combler nos GAP !

Vous observerez la règle de merchandising visuel très simple qui est la mienne depuis peu, le 2 tiers 1 tiers. 2/3 tiers pour Félix, 1/3 pour Maman !

Je vous dis à très bientôt <3

Vous aimerez aussi:

Art & Expositions J'ai testé

Speed Motif

10 septembre 2012

« REPEAT ME »

NOUVELLE ÉDITION DU SALON 22 DESIGNERS SHOW !

du 5 au 14 octobre 2012 à ICI, Montreuil


J’ai la chance de toujours travailler avec des artistes, ça m’inspire, me régénère, non pas que je vive par procuration la vie d’une designer râtée … (quoique faudrait que je consulte) mais quelque part aux confins de l’idée et de la réalisation, je les ai toujours compris. C’est sans doute lié à mon besoin de créativité, à la création de ma propre marque il fut un temps, et à l’endroit dans lequel j’évolue et que mon père appelle « la stratosphère » … bref, je dois être un peu perchée (grâce à cela je vieillis moins que les autres je vous signale !)

© Céline Chapelain

Cette fois, je me suis installée à mon compte, je suis chargée de développer les marques, et de communiquer pour et autour d’elles grâce à mes tonnes d’idées qui me viennent de ma stratosphère, et je suis aussi l’agent de ce fameux collectif de designers, qu’on appelle entre nous les 22, et je me balade avec leurs ravissants motifs pour les vendre aux marques de Mode, Maison, Déco, éditeurs en tout genre. Et sans vous livrer mes petits secrets, et mes stratégies pour écrire, trouver des partenaires, argumenter, choper les directeurs de collection, vendre ou développer le retail, je ne suis pas feu fière de vous présenter le prochain salon de ces 22 studios qui va se tenir prochainement dans un nouveau lieu incroyable et dédié aux artistes de tous poils à Montreuil !

© Hélène Barrier

Je vous le fais en communiqué de presse, allez top c’est parti ! :

Au sein du nouveau lieu dédié à la création « ICI » à Montreuil, les membres du collectif du 22 designers Show s’unissent une nouvelle fois autour du motif. Un événement qui réunira les professionnels du textile, de la mode et de la décoration et pour la première fois cette année le grand public.

Le 22 Designers Show

est un collectif de designers textile, leur ADN : le MOTIF ! Lors du salon le ”22 Designers Show“, 22 designers présentent leurs dernières collections de dessins et motifs.

Inspirées par la nature, l’art, la rue ou la géométrie, leurs maquettes graphiques et illustratives s’adressent aux secteurs de la lingerie, de la mode, des arts de la table ou de la décoration d’intérieur.

© Jeanne Boyer

ICI Montreuil

 

Une ancienne usine de 1700 m2 devient un lieu exceptionnel consacré à la création !


© Laurent de Carnière Architecte

Baptisé ICI, ce site ambitieux proposera des ateliers partagés (machines à bois et à métal, four céramique, studios photo…) un espace de co-working pour les free-lances (architectes, décorateurs, consultants…) et un espace regroupant un restaurant, une galerie et une boutique. C’est tout naturellement que ICI a décidé d’accueillir la nouvelle édition du 22 Designers Show, puisque le collectif compte plusieurs artistes travaillant à Montreuil.

© Leitmotiv

Repeat Me Pattern show – 5-14 octobre 2012

Un salon dédié à la création graphique contemporaine

Le 22 designers Show organise cet automne une nouvelle édition dont le thème sera LE MOTIF. Les 22 studios présenteront comme à chaque édition leurs dessins aux professionnels, cette année le grand public pourra découvrir de nouvelles formes d’expressions : accessoires, vaisselle, objets qui seront en vente durant les 9 jours de l’événement.

Un show de 200 m2 composé de trois espaces

1. Une surface d’exposition accès public

Le motif décliné sous forme d‘installation artistique, d’habillage numérique ou de performances graphiques en live. Il s’agit d’exposer différents médiums, de nouvelles identités et d’insolites installations, pour refléter le désir d’évolution de chaque designer.

© Claire Lena


Plus inventif que le Speed Dating LE SPEED MOTIF !

Sur les principes des matchs de Catch type Beat the clock match – contre la montre –les 22 studios inventent au fil des heures le plus de motifs possible ! le public est invité à l’événement, en participant directement à l’une ou plusieurs sessions.

2. Un espace Boutique accès public

Expo-vente des créations de chaque designer

Mode & accessoires : T shirts, sacs…

Arts de la table : céramique sérigraphiée…

Objets décoratifs : poupées, coussins…

3. Un Espace professionnel accès privé

Un espace destiné aux ventes de maquettes, auprès des marques et des professionnels et aux rencontres avec la presse.

© Pica Pica

Infos pratiques

 

ICI

135 BD de Chanzy 93100 Montreuil

à 5mn du métro Robespierre ligne 9

Alors qui sont ces fameux 22 ?

La Maison de Liouba
Leitmotiv
Claire Leina
CDMB Designers
Jeanne Boyer
Nanük Design
Alice Leblanc Laroche
Hélène Barrier
Mass Confusion
Négare
Studio Lalo Retsgen
Céline Chapelain
Lydia Raev
Pica Pica
The Viola institute
Marie Wagner
Julien Colombier
Tristan Bonnemain
Horaires

Vernissage le vendredi 5 oct à partir de 17h00 !

Avec une performance de design culinaire de Bruno Viala

Horaires grand public

du 5 au 14 octobre 2012 : de 12H00 à 20H00 sauf le lundi 8 octobre

Dimanche 7 et Samedi 13 octobre : Speed motif, happenings & performances, concerts

Horaires pour les professionnels

Me consulter …

Pour le reste vous pouvez allez admirer notre / leur boulot sur  <http://www.22designers-show.com/dossierdepresse-Repeatme.pdf>

© Mass Confusion

L’occasion ici de dire MERCI, au 22 DS … à Elodie tout d’abord (du studio Lalo Retsgen, qui était 1 amie bien avant de me proposer les 22) Aurélia et sa patience d’ange, Les Nanuk toujours hypra réactifs, à Hélène très investie, et aux 18 autres dont le travail m’épate tous les jours, à Ice Tropez qui a répondu présent à ma demande de partenariat et qui va nous désaltérer de rosé pamplemousse pendant le vernoche, à la presse qui a répondu présent, et dont vous verrez quelques papiers ICI et là, et enfin à Christine, Nicolas et l’agence Uzful qui vont faire de ce lieu un succès !

Vous aimerez aussi:

L'air du temps voyage voyages !

Hype Holidays !

2 septembre 2012

Finalement l’exotisme est-il si nécessaire …. ?

… En vacances ? (hein franchement ?)

Une maison que je connais par coeur, des amis fidèles à eux mêmes, des animaux avec toujours les mêmes (sales) manies, de la famille qui a toujours la même tête (enfin sauf mon frère qui s’est ouvert la tronche au fond  d’une piscine Corse cette année… Comme quoi l’exotisme a ses limites ), mon Marsouin immuable mammifère, finalement, partir loin n’est pas si indispensable, buller dans la maison familiale est tout aussi hype ! Certes certes, pas de jet ski en plaine d’Alsace, pas de sable dans la raie, pas de poisson tout frais pêché ni de tenues de soirée pailletées MAIS au moins on a pas de sel dans les cheveux, on a pas de cagnotte à gérer avec les vacanciers radins, on a pas de problèmes de vestiaire, on a que le short en jean, et le haut de maillot pour tondre la pelouse, on a pas de retards d’avion, de train, de pirogue et ça c’est bien !

Mais que mon Alsace est belle !

la route des vins, Riquewihr … What else !

J’ai même célébré ce pic du Quinzou à 38 ° avec un pique nique rempli de potes et de kids au Parc de l’Orangerie … meilleur qu’une murge à Ios !

Strasbourg, la Cathédrale, la Petite France, mais si ! ça vaut bien la baie de Ha Long

Tout près … une virée à Vitra. Aussi parfumé que le poivre de Mada !

Et la lanterne chinoise Porte Bonheur qui survole Hirtzfelden jusqu’à Guebwiller, c’est pas mieux qu’un grand Canyon ça ?!

Alors oui c’était pas le grand périple jetlagé, le safari de la muerte, je n’ai eu ni brûlure solaire, ni hydrocution (j’ai une eu gastro ça compte un peu quand même) … j’ai retrouvé mes amis fidèles à eux mêmes, j’ai retrouvé ma famille qui n’a pas changé de tête, (Ben, les points de suture n’y sont pas arrivés), j’ai retrouvé les sales manies des chiens, j’ai emmené dans mes bagages mon immuable Marsouin d’eau douce, et je n’aurai pas voulu être nulle part ailleurs… tellement c’était bien.

Alors, non je n’ai abusé ni de Bretzels ni de bière alsacienne… je passais seulement, dans mon pays natal, avec mon bébé, le cap des 3 mois !

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design Tendances Lab

Il est l’or

2 août 2012

Faut que ça brille !

Monseign’OR il est l’OR de se réveiller ! Or, ils nous manquent ces deux astres…

L’or considéré comme le plus précieux des métaux, est le métal parfait ! il a l’éclat de la lumière, il a un caractère solaire (surtout dans mes pauvres cheveux qui ont le rayon bien jaune en fin de saison) royal (Ségolène ?  ça m’étonnerait, plutôt silver froide je dirais), divin (souvenez-vous les dieux grecs, et leurs moultes pluies d’or pour séduire ou arnaquer … ils arnaquaient souvent les Dieux, mais on les excuse bien, c’était pour baiser)

Je ne parle même pas du célèbre Styx, fleuve dont les eaux infernales avaient le don de vous rendre la chevelure dorée. (à ne pas confondre avec les « Stickssi » de nos apéros en famille qui n’ont jamais – EUX – le temps de briller bien longtemps vu la race qu’on leur met)

Attention théorie :

Peut-être même que c’est parce que les abricots antiques grecs sont tombés dans le Styx qu’on les appela les Pommes d’Or (du jardin des Héspérides NDLR) … quelle culture n’est ce pas ? … je n’ai aucun mérite, plutôt que de lire Martine, moi je me tapais l’Illiade et l’Odyssée, (bon ok aussi un peu Boule et Bill) un pur bonheur d’adolescente prépubaire. Mais je me félicite de la direction que prend mon article car cela me permet de placer que l’or exprime la connaissance. La preuve je m’y connais un max lorsqu’il s’agit de savoir de quel métal je souhaite avoir un cadeau joaillier. Genre.

Un marsouin qui s’est efficacement amoureusement mis au gold

On parle aussi de l’Âge d’or qui constitue la perfection. Alors, malgré l’âge canonique que j’affiche au compteur, je ne touche pas d’une miette la perfection. Je sais pas, je lui fais peur ou alors elle s’est barrée en vacances comme les journalistes que j’essaye de joindre pour caser mes petits designers textile … Perfection connais pas.

et franchement …

entre nous …

c’est un malheur que je ne me souhaite pas. La perfection est très très emmerdante. si si.

Le chapitre des Noces d’or est nettement plus drôle que l’âge d’or de la perfection, car il est tout son contraire. Moi qui ne suis même pas arrivée aux noces d’épeautre, de cotons ovales Diadermine ou de je ne sais quelle sous-céréale new age, ou toile de jute nuptiale … du coup je ris (c’est combien les noces de ris de veau déjà ?) parce que faut bien avoir un caractère doré à l’or fin pour se supporter 50 ans !! Non à choisir 2 ans c’est bien, 2 ans c’est le cuir, ça claque c’est wild, et c’est encore mieux si l’on a le budget pour les peaux Hermès. Bref, je veux du cuir ! (Gold steuplé – cf fashion fixette )


Mais ne nous méprenons pas, l’or aussi parfait, lumineux, érudit qu’il soit – c’est aussi ces paillettes dorées et autres micro-chiures illuminées que la pouffe se met sur la peau dès qu’il fait beau et chaud ! Pouark !!! je déteste l’huile prodigieuse Or de Nuxe, j’exècre les Terracottas irisées, je vomis les Après-Soleil enlumineurs d’épaules … qui tâchent les doigts des beaux gosses aux soirées du Prosper avenue de la mer à Saint Jean de Monts ou sur le dance floor de la Boîte à Sel de Noirmoutier où nous étions ma foi plusieurs kilos de rattes à se dandiner (ahhh toute ma jeunesse … dorée ? bah disons qu’il faut le chercher le luxe à saint Jean de Monts !) Bref, j’ai testé ! La paillette depuis, a définitivement été bannie de mon vocabulaire. Après tout, chacun fait ce qu’il veut avec son épiderme. Moi je préfère le MAT, le MAT ça envoie du FAT !

best seller depuis plus de 10 ans, purée mais comment c’est possible ?

Je finirais non pas par la couleur de l’argent, qui pour moi restera argent … puisque les lingots servaient chez nous à caler les portes ! (ah ah ! spéciale dédi aux détracteurs du 16ème qui pensent que leurs habitants croulent sous le fric. Sans remarquer que dans les 20ème, les Saint Ouen et les Montreuil y a des putains de lofts rénovés par des bobos plein aux as, pendant qu’avenue Foch les héritiers n’ont pas les moyens de payer les frais de successions et s’éclairent à l’halogène Ikéa …ah ah ah que c’est bon d’écrire !)

L’or je le tolère gravement, en peinture. Le seul art – avec la gastronomie, le sexe et la musique (faut pas déconner non plus) – capable d’embellir la vie, apparemment futile, accessoire, et qui pourtant élève l’âme, provoque des sensations rares, laisse les soucis sur le bord du chemin pas doré doré. Certains peintres, eux, avaient de l’or dans les mains, je pense à l’un des plus grands maîtres de l’histoire de l’art, qui lui en avait au bout des pinces et par extension au bout du pinceau, pauvre homme, tellement doué qu’il est devenu tout prétentieux. Rembrandt.

femme au bain (Bethsabée c’est toi ?) – 1654

Canaletto lui, à Venise était à l’or ce que Rembrandt était aux Pays Bas … euh vous me suivez ?  Ville de la lumière dorée, du blond vénitien et des influences byzantines, l’Or va bien à Venise, mieux qu’à Maison du Café d’ailleurs.

la basilique San Marco – 1700 et des pommes d’or

L’or … trésor ambivalent donc. Je vous le souhaite en carats, en pluie, en ruée, en étalon, en toison, en barre, en poule-aux-oeufs, et en paillettes même si vous voulez. En cadeau avant de finir, une petite planche des plus belles tendances glitter de la saison ! (si ça pouvait faire venir un soleil doré plutôt que la chaussette Doré Doré, on serait bien contents merci)


Vernis Chanel Gold lamé 20 € • Manchettes plaqué or, et strass Hélène Zubeldia 180 € et 295 € • Lady Max Christian Louboutin 965 € • Nain de jardin Ottmar Horl, 60 € • Ballerines Lanvin, 350 € • Short Claudie Pierlot soldé 98 € au lieu de 245 € • Montre timex 59 € •

Vous aimerez aussi:

La couleur Tendances Lab

Tendance Vert à Soi

26 juin 2012

Vert un peu d’espoir ?

Le Bonheur est dans le pré. C’est pas le résultat présidentiel que je commente hein, parce que M’ssieurs Dames notre SMIC augmente peut-être, mais avec l’euro qui s’effrite vos aides à la CAF elles, baissent, et le coût de la vie lui s’envole vers d’autres cieux. Bref, vous verrez bientôt que dans le pré y a aussi de la bouse.

LE VERT n’est pas que la couleur des dollars donc, non le vert c’est autre chose, de plus substantiel, de plus philosophique. Le vert c’est le règne végétal, la nature, c’est la médiatrice entre le chaud et le froid, c’est l’équidistance entre le bleu céleste et le rouge infernal … c’est une couleur rafraîchissante, rassurante, HUMAINE !

Chaque printemps, après que l’hiver ai finit de nous congeler les bouts, la terre revêt son nouveau manteau vert (PRADA ?) qui apporte l’espérance - avec une petite nuance cette année vous aurez remarqué, où le manteau gris flanelle finalement nous recouvre jusqu’à la fin juin p——– de b—— de m——- ! -

Le vert c’est aussi la couleur du masque purifiant. Pâte à tendance argileuse qui nous enlève tout capital glamouristique et donc tout espoir de choper (dans la salle de bain ?), attribut que la divinité indienne Vishnu nous a piqué, en arborant sa magnifique face verte de tortue. Verdeur encore … la couleur de The Mask bien sûr et celle de Shrek, et AUSSI de Fiona … ahhhh Fiona ! un prénom qui me rappelle celui de cette community manager (vous savez ce nouveau métier à la mode qui embauche des djeun’s pour tweeter toute la journée) qui pourrit ma boîte mail toutes les 6 heures avec ses infos … ma chère Fiona G. si tu m’entends, si tu me lis (parce qu’au lieu de balancer du mail, tu sais tu peux aussi lire les blogs que tu cibles poulette ?!) vas y mollo sur le community management OK ? tu seras bien aimable – merci –

Mais quel est donc cet étrange objet ?

spéciale dédicace pour Fiona ….

Le vert dans la mode est risqué, délicat, il porte malheur dit-on dans les métiers du cinéma, et que à part Angelina Jolie qui ose le vert, enceinte à Cannes en 2008 et qui s’en fout royal parce qu’à elle bien sûr rien ne porte malheur, vous ne verrez que rarement de la robe verte monter les marches du festival.

En revanche, quand on fait pas acteur de cinéma comme métier, on peut descendre les marches qui mènent aux poubelles en pull vert trop stylé (comprenez à 500 balles) sans qu’aucun malheur ne s’abatte sur vous, si ce n’est ce léger détail du sac (contenant les carcasses d’une recette de bouillabaisse) percé.

vu le temps on peut tout à fait déjà reluquer la nouvelle collection homme… JIL SANDER (490 €)

En beauté, le vert est souvent tonifiant, ou purifiant … Les lignes anti brillance, et pureté de la peau sont toujours vertes, ceci est dû sans doute à ses vertus « médicinales » rafraîchissantes et astringentes car le vert est resté la couleur des apothicaires, des pharmacies, et du Baygon Vert…



…qui foudroie la vermine rampante, comme Clarins désincruste le comédon profond. La gamme Elancyl, sorte de HULK anti cellulite continue de démontrer ma théorie, puisque après les cloportes, les pustules, je ne connais rien de plus fourbe que le gras aux fesses (après la fissure anale qu’est l’ex femme de mon ex mari bien entendu).

En déco, le vert est souvent incompris, boudé, et faussement attribué aux ambiances masculines. Et bien comme l’émeraude est une vision femelle, le vert plaît aussi aux femmes. Enfin il me plaît à moi, j’en ai plein chez moi. D’ailleurs j’écris toujours mes articles en face d’un mur vert. C’est Citrine, c’est Little Green, c’est comme ça. Non mais regardez moi cette beauté de chaise, c’est la nouvelle création de Jasper Morrison que VITRA a édité. Simple, efficace. Bref mettez m’en 6. (what ? 2 100 €)


Chaise HAL –  Jasper Morrison VITRA – 361 €

Quand les luminaires s’en mêlent ça vire Green Lantern grave ! Quelle idée cette lampe cube recouverte de gazon synthétique désignée par le IT-lab, car comme souvent en design c’est en IT-alie.


Du côté des bébés, un mobile PETIT PAN a choisit le Gingko pour décorer en vert le plafond. Le Gingko Biloba est une plante chinoise qui peut vivre 1 000 ans, un présage de longévité pour des bébés qui vont grimper au rappel sur des forêts d’arbres généalogiques. Epuisant.

Mobile Gingko – Petit Pan – 28 €

Le vert gardera toujours son caractère étrange - je veux dire au delà d’être la couleur préférée de mon Marsouin – complexe, à la fois couleur du bourgeon ET couleur du moisi. Je vous laisse méditer.

Vous aimerez aussi:

Art & Expositions J'ai testé

Oeuvre sévèrement non Burenée

5 juin 2012

MONUMENTA 2012

Cette année, c’est Daniel Buren qui extrapole sous la coupole. Une nouvelle édition de Monumenta vient de commencer donc, vous savez cet événement populaire d’art contemporain qui emmerde tous vos amis Facebook.

Excentrique(s) elle s’appelle l’installation … Excentrique comme l’entrée qui ne se pratique plus par le milieu de la nef … comme pour enlever un peu de l’appréhension due au gigantisme de l’endroit – ne serait-ce pas plutôt pour faire profil bas devant le public admirant une oeuvre ratée ? parce que oui Excentrique(s) a une formidable originalité : celle d’être décevante.

Mais on déçoit souvent par comparaison, et ce qui pêche là c’est le rapport, rapport à Kapoor, entre autres … Cela n’empêche pas le visiteur de déambuler sous une juxtaposition de cercles transparents rouges, verts, jaunes et bleus montés sur des portiques. Ces quatre couleurs (quatre c’est un peu peu non ?) colorent le sol, enfin quand il fait beau dehors. Car c’est une oeuvre qui se mange avec une tranche de soleil.

L’oeuvre culmine à PEINE à 2,5 mètrespfff ! ridicule au regard des proportions du site, on se sent coincés sous le plastique, étouffés sous le portique, l’oeil dérangé par les piliers (ah oui c’est vrai ils sont rayés à la Buren). Effectivement surprendre avec une moindre échelle qu’auparavant (Boltanski, Kapoor …) est un CONCEPT en soi, mais c’est vide, c’est creux …

J’ai cependant SURLIKÉ les losanges de couleur installés sur la coupole de verre du Grand Palais, autant de petits miroirs bleus se reflétant sur le sol, peut-être le seul vrai moment-monument.

Au final, on se souviendra qu’il faisait chaud et beau ce jour là, que je portais un petit futal retroussé jaune citron Paul et Joe Sister avec un vieux haut blanc à perlouzes Zadig et une paire de compensés See by Chloé, le tout accompagné du célèbre sac de toile façon faux Birkin de Thursday Friday. Monumental quoi.

Vous aimerez aussi:

J'ai testé La couleur

Menu light

31 mai 2012

Et la lumière revient !

Avant que le soleil ne disparaisse à nouveau. Une envie subite de lumière, on aime bien ça ici la lumière, entre les lyres led du marsouin, ses Beamwash, mes guirlandes Tsé Tsé ou scandinaves et ma demi tonne de lampes indirectes, mon idole Ingo Maurer a même un exvoto à son nom dans l’entrée …  et puis il y a cette petite lueur d’espoir en train de pousser, là.

La Maison Rouge a pensé à nous donc, sauf que comme j’ai plein de choses à faire je suis (très) en retard question littérature, l’expo est finie à Paris ! oui enfin on arrête de râler hein, on peut y aller à Roma (à partir du 21 juin) ici !

Et puis naturellement ils ont eu l’étincelle de génie à La Maison Rouge de donner la possibilité aux visiteurs de l’expo NEON de faire les cons en photomaton. La mode est aux souvenirs nomades, ils s’emportent dans la poche pour à tout instant les regarder…

Voyez plutôt comme Nous sommes illuminés ! ceci est aussi valable pour le quart du cinquième de Milou dans le coin là bas


et merci à Patoche pour les invitations !

Vous aimerez aussi:

J'ai testé Love +++

Fashion week-end: Cervelle de canut, tablier de sapeur

12 mai 2012

J’ai testé : revenir à Lyon après 15 ans

Qu’il est loin le temps où quand je rentrais dans mon pays mon père m’appelait sa Lyonnaise des eaux … J’étais jeune à l’époque, les cheveux au carré, le poil brillant, le look incertain et étudiant des années 90. C’est simple, si je me croisais dans la rue aujourd’hui, je me relookerai ! Bref, j’avais 20 ans, et j’habitais à Lyon.

J’y découvrais alors beaucoup de choses, la vie, les agios, le ménage, les after et les boîtes gratuites, mais aussi ce qu’est devenu aujourd’hui ma grande liberté de penser ! fallait bien ça pour suivre les cours d’une école inutile et chère.

Lyon je l’ai délaissée depuis 15 ans, depuis la fin de mes études, je n’ai pas voulu y rester, les gens trop enfermés, dans de vieilles familles impénétrables, les portes des maisons restaient closes aux non lyonnaises comme moi… (remarquez en Alsace sont racistes c’est pas mieux !). Mais elle a de louable cette ville que grâce à elle, j’ai mis des bougies le 8 décembre sur le rebord de ma fenêtre en me disant que mon papa à 400 bornes de là soufflait les siennes avec maman, j’ai mangé du gratin dauphinois tous les jours pendant 3 ans, j’ai fait des économies en chourrant des gels douche parfumés au Grand Bazar, et des chopes de Kilkenny à l’Albion, j’ai dansé le rock comme une déesse et ai séché la moitié de mes cours, j’ai décroché mon permis B à Tassin-la demi lune, j’ai failli crever écrasée contre une poubelle à Gerland le jour du concert de Dire Strait, j’ai travaillé au Musée des Beaux Arts de la place des Terreaux, c’est aussi là bas que j’ai su que ma vie était vouée à l’art, aux objets, à la couleur, curieusement pas aux tripes.

Et c’est drôle comme finalement Lyon ne m’a pas quitté. Car à l’époque où je faisais des plans médias un peu loose mon Marsouin lui avait 5 ans. Et je me dis qu’après avoir bourlingué toutes ces années, l’homme de ma vie était finalement là, juste à côté de moi.

Lyon je viens d’y retourner, j’ai pénétré les familles impénétrables, qui ont ouvert leurs portes à la lyonnaise que je ne suis pas. C’était doux, c’était vivant. J’ai vu avec de nouveaux yeux une ville qui ne s’est pas transformée, mais qui s’est métamorphosée en 15 ans. Mon ancienne adresse n’a pas changé, sauf que je n’y ai pas retrouvé sur le quai ni les putes, ni le Mouton à 5 pattes

J’ai toujours pensé que Lyon souffrait d’un complexe d’infériorité face à sa grande soeur Paris, et je continue d’ailleurs de le penser, mais moi je suis une spéciale, j’ai toujours cette pointe de mélancolie un peu nauséause à l’idée de m’ennuyer dans une ville de province quand je m’imagine y vivre pour de vrai.

authentique tomate du Simply

Vous aimerez aussi:

Art & Expositions L'air du temps

Black and White drama

24 avril 2012
IMG_2010

Galliera hors les murs …

Je me disais bien que c’était Olivier Saillard que j’avais entraperçu par la baie vitrée de l’Ifm … pendant les quelques minutes de rêveries diurnes que je me suis carrément payées en plein cours sur la couleur (mais chut faut pas le dire). Et pour cause, le musée Galliera poursuit sa programmation hors les murs aux Docks – cité de la Mode et du Design avec la présentation simultanée de deux expositions : l’une consacrée à Rei Kawakubo, l’autre à Cristóbal Balenciaga.


Le couturier des couturiers

J’ai commencé par la Maison Balenciaga, l’une de mes préférées, où la collection présentée et assemblée par le couturier a été donnée par sa famille au musée.

Plus de soixante-dix costumes et éléments de vêtements, des accessoires, des photos, des croquis ainsi que des ouvrages sur l’art et le costume complètent cet ensemble. De longues allées métalliques, bordées de nombreux tiroirs mettent en valeur ces archives, où l’on redécouvre les inspirations de Cristóbal Balenciaga : la brillance du noir, la solennité des vêtements de cérémonie, les références aux grands maîtres de la peinture espagnole. Partout, la signature du couturier, son obsession des manches, comme les coupes exactes des vêtements. Y a pas d’autres mots : des pièces qui puent la modernité !

White drama

Puis après le noir vint le blanc … dans la pièce à côté, installée dans de grandes bulles en plastique, l’intégralité du dernier défilé Comme des Garçons, Printemps-Eté 2012. Une installation signée Rei Kawakubo, une déclinaison des grandes étapes – blanches – de notre vie : la naissance, le mariage, la mort.

Partout, des fleurs feuilletées, des satins à peine moirés, sur quelques trouées de dentelles, de grands manteaux et de hauts chapeaux rappelant les processions de Séville, et une robe de mariée chrysalide, cacedédi à la transformation qu’implique cet engagement, ça me parle peu, mais ça me parle bien, cette alternance de vides et de pleins !

Le ton de ce papier je m’en rends compte n’est pas aussi enjoué qu’à l’accoutumée, mais si je me souviens bien, ce jour là fut pour moi bien funeste, car finalement comme un écho au style tout en ruptures de Rei Kawakubo, cette journée marqua pour moi la rupture d’une équipe, d’une collaboration. Et là, au creux des vers de terre verts des architectures de mon école, c’est bien dans Le black and White Drama qu’on est…

expositions à la Cité de la mode et du design – jusqu’au 7 octobre 2012

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design Tendances Lab

Peau de vache

4 avril 2012

de la bonne blanche : la cosméto lactée

Il signifie tantôt l’absence, tantôt la somme des couleurs, se place au commencement des choses comme à leur aboutissement, à la charnière du visible et de l’invisible : Le Blanc.

Le blanc c’est la couleur de la pureté, de la virginité, du vide, c’est la couleur de la naissance, comme celle de la mort, de l’aube au linceul, c’est une vie colorée qui se déroule entre les deux… avec en option quelques nuits blanches avec votre amoureux sur le pis.

Le blanc c’est la couleur du lait, nourricier, symbole de maternité, du blanc d’oeuf et aussi du blanc de poulet, de la pana cotta, de la crème chantilly, le blanc c’est la couleur de la fleur de cerisier, du mariage et des produits de beauté ! j’ajoute que si le silence était coloré, je le verrais bien blanc. (cf. les fameux blancs des conversations avec belle maman).

Pas étonnant donc que les marques de cosmétiques jouent de ces références à la gourmandise pour embellir, à la pureté pour nettoyer, ou à la lumière pour lutter contre les teints tâchés. En somme, le blanc a des supers pouvoirs, le blanc lifte, repulpe, raffermit, unifie, hydrate et j’en passe. Et pour commencer, qui osera dire ici qu’elle n’a pas plongé son petit doigt de jeune fille mineure dans le célèbre Blanc de Chanel de maman ?

LIVRE BLANC

BLANC DE CHINE

Les marques asiatiques, elles, ont l’habitude d’emprunter les codes de la blancheur pour leur produits – design, packaging – ou leurs campagnes de communication. Le lotus blanc chez Kenzoki, ou les textures sensuelles de ses crèmes « de nuit blanche », ou « en neige » . Herborist – la chinoise –  et sa mousse crépitante, une crème chantilly qui sent divinement bon et qu’on se retient de ne pas manger pour de vrai … ou encore la marque coréenne (que je love sérieux) Erborian et son Blanc de crème. C’est gourmand et c’est ça rend plus beau. Purée de haricots blancs quel programme ! Je verrais bien la même chose dans nos frigos, imaginez le tableau entre les cordons bleus et la laitue, la petite boîte du roquefort Société relookée comme un produit de beauté ! (l’éviter en masque si on veut choper)

BLANC BEC

Blanc jusqu’au bout des lèvres, le raisin change de couleur pour … la perdre ! Chez Lancôme c’est LA base, l’absolu rouge, un soin avant de poser la couleur . Chez Agnès b. le blanc appelé à la rescousse pour la transparence, la lumière, changer la couleur de son rouge habituel (Rouge B Perfect White, collection les transformateurs).



BLANC MANGER

En indécrottable convaincue des passerelles à tendre entre la mode et la gastronomie, Ladurée me donne raison encore une fois dans ma quête du graal transversal. « Les Merveilleuses » la collection de maquillage du célèbre fabricant de douceurs parisiennes arrive dans nos salles de bains ! on ne peut qu’imaginer de divines compositions à base de crème d’amande, ou de lait coco dans ces petits flacons pâtissiers… Mon marsouin a de quoi abandonner l’andouillette pour se réconcilier avec les desserts. Je vais tester, je vous raconterai.

Si il m’offre un fond de teint au boeuf bourguignon, je serai au bout de ma vie !


Vous aimerez aussi:

Enjoy this blog? Please spread the word :)