Browsing Tag

été

Fashion & Design J'ai testé

Sensitive interview #07

22 septembre 2015

Robert Lussier

J’ai rencontré Robert dans le cadre de mes fonctions, au sein de la Maison (de linge Haute Couture) D.Porthault. Best Sheets ever !  Robert a la culture des marques, son oeil est pointu mais reste contemporain, impertinent. Je n’ai pas commencé le job depuis longtemps, mais j’ai rarement vu fan aussi aimant, aussi enthousiaste ! Il faut dire que Directeur Artistique insatiable, Robert cultive la passion de son métier dans la mode, le parfum, la beauté. Il a lancé avec son associée designer sa propre marque LESNOB, moitié dark moitié glitter, une mode pleine de contrastes et de codes du luxe fabriquée par des partenaires soigneusement choisis pour la qualité de leurs produits et leur savoir-faire. www.lesnob.com. 

LESNOB Glasses

LESNOB Glasses

Robert admire donc le patrimoine de la marque D.Porthault et s’amuse de ses archives qu’on a feuilleté ensemble pas plus tard que la semaine dernière. Il était fasciné. Des produits D.Porthault il en a plein, il vit dedans, déjeune dedans, se lave dedans, et dort dedans… et ce n’est pas fini, ses amis aussi !

C’est ainsi que lui et son sens des belles choses, (et chez D.Porthault ce n’est pas ce qui manque les belles choses, les broderies, les transparences du voile, les tissus, les couleurs, les imprimés) partirent en Normandie afin « d’habiter » ces fantastiques produits, leur donner vie, les rendre mouvants, glamour et quotidiens, eux qui, sans un pli, sans un bruit, étaient restés un peu figés, dans les beaux lits parfaitement bien bordés, avec leurs sublimes draps brodés. Ci dessous des photos de ce shooting d’été, qui bouscule tout des codes des visuels du linge de maison, (non sans rappeler qu’à leur époque Daniel et Madeleine Porthault révolutionnaient eux aussi tout du linge tout blanc, y apportant de la couleur, des imprimés!) nous avons tout naturellement baptisé ce projet : l’art de vivre D.Porthault. 

IMG_3476

Il paraît que dormir dans des draps D.Porthault est une expérience d’une sensualité et d’un bien être effrontés, presque incompatible avec se lever pour aller travailler. D.Porthault serait donc « presque pas sage » depuis 1920… j’ai franchement hâte de tester ! En attendant, Robert a accepté de répondre à mes questions, vous allez comprendre un peu ce que généreux veut dire :

IMG_5565

* do you exercise the job of your dreams ?

yes and yes and yes!

i not only now have my own advertising agency which is my main love….a job called advertising

i love making beautiful things…so now

i also design a handbag line called lesnob & take photographs…its all encompassing now.

i love to do many things

 

 * your definition of your own work

i love beautiful things.

i love opposites, as they attract…

future, nature. vintage, modern. black, white. country, city…

minimal, over the top. serious, humorous.

i love images & words that evoke emotions…

 

_MG_9183

 

* your relationship with the style, the fashion ?

i grew up in Detroit in the 80s- so new wave was my influence….both in dress and music. i always wore black- my uniform, which i still do today…

 

* the gift you often offer

flowers or lesnob chocolate

 

* your hero – what would you like he says about your work?

my dogs lemon and yin. they love the simple beauty in life…

to walk on the beach, travel, lay in the sun…

 

 

IMG_6061

 * your driving force

to create what i want, to push myself and make the world a little more beautiful !

 

* one of your 5 favorite sense

smell, so i can inhale my roses and my dogs fur…

 

* the color combination or pattern that fascinate you

black & beige. orange & pink…opposites attract !

 

D.Porthault Table cloth

 

 

*how is it furnished or decorated in your home?

a mix modern & vintage.

 

 * the basics of your wardrobe

simple. comfortable. chic. quality !

i love hermes, comme des garcons, rick owens, saint laurent for men

 

 * the object that never leaves you

my iphone, my laptop, my sharpie markers & a bottle of ‘zephir de rose’ by rosine parfum, …all fitting in my lesnob tote bag

 

 *lifestyle for you is ….

the way you see the world…

IMG_4304

 

*your definition of luxury

freedom is luxury

 

 * current projects (which you can speak)

secret !

 

* the brand that makes you dream ..

rosine, lesnob & of course d. porthault

 

12039564_10207331373508085_2081727686350712988_n

Pictures © Robert Lussier, & special Thank to Mia too !

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design J'ai testé

Portrait sensible #05

3 juin 2015

Paris – San Francisco

Happy French Gang

J’ai reçu un jour un mail de Sandra, avec son lookbook inspirant, et ses produits frais comme des sorbets ! J’ai trouvé sa vie inspirante aussi, de française en Californie… (mon rêve d’adolescente, si si !). Alors je ne pouvais pas ignorer cette jeune femme charmante, ni sa jeune marque encore inconnue en France. Continue Reading

Vous aimerez aussi:

J'ai testé voyage voyages !

J’ai testé : Le Parc d’Attractions de l’UNESCO

26 août 2014

Une nuit au Mont Saint Michel

Le patrimoine de l’humanité n’a plus rien d’humain. Voilà que j’ai eu une idée remarquable pour les premières vacances de mon petit bonhomme de 18 mois, lui faire passer après 9 jours en Bretagne, une nuit à Disneyland au Mont Saint Michel ! lui, remarquez, n’aura vu que la salle de bain minable de l’hôtel tout aussi minable que j’ai déniché sur booking.com. Lui, n’aura pas été transporté par le mysticisme du lieu sur fond de parcours nocturne …

En quelques étapes, oyez l’aventure
STEP WOUANE : le piège

Je suis à Paris, courant février, je clique à tout va sur les sites de certains voyagistes qui m’ont, par le passé réservé de bons souvenirs (Un hôtel charmant et pas cher à Venise, une chambre propre et design à New York, un week end stylé à Saint Emilion, une nuit avec vue sur le canal à Amsterdam …) bref, je me laisse berner par les photos d’une chambre que je ne connaîtrais jamais puisque celle que j’ai occupé n’a jamais été mise en ligne – curieusement -. Je donne donc avec empressement mes numéros de CB aux honnêtes gens des TERRASSES POULARD. La magie du lieu vaut bien un petit sacrifice, me dis-je, je signe donc pour 188 euros la nuit ! Et reprend mon activité normale, au bureau, acheter, dénicher, accepter le nombre olympique des réunions auxquelles je suis invitée, et bien sûr rester polie quand le Mr T. me balance à la face le catalogue de LA C…. en pleine réunion. M’en fous dans 5 mois je pars en Bretagne et au Mont Saint Michel moi Môssieur.

STEP TOUT : je m’emmêle les pinceaux dans les dates de résa

Maman m’informe que rester à Hirtz plage au 15 août la branche moyen, et qu’elle ferait bien un petit dossier manuscrit « histoire et tradition » de 30 pages dont elle a le secret en allant se recueillir sur le Mont. OK je fais, je réserve une autre chambre et je décale les dates. EASY pour une habituée de Booking.com comme moi. Je fais une annulation puis une autre résa, et puis non, finalement je ré-annule tout pour reprendre ce coup ci deux chambres d’un coup. Z’avez vu un peu la maîtrise 2.0 de la vacancière.

STEP FRUIT : je booke le Moulin de ROSMADEC à Pont Aven en semaine de vacances 1

Maman m’informe que rester à Hirtz en semaine 1 la branche moyen, et qu’elle ferait bien une cure de fruits galettes au beurre salé pour fêter les 4 kg qu’elle vient de perdre. PAS DE SOUCI je fais, je rajoute une nuit pour nous à la moulinette, et je booke pour vous 9 jours. Félix est ravi il va enfin pouvoir profiter de son Papi et de sa Nanie qu’il ne voit pas souvent. Je donne avec empressement mes numéros de CB pour être bien sûre de partir, parce qu’on est déjà en avril et y a eu des changements de management au bureau, qui m’ont secoué sévère. Allez kesstutenfou ma cocotte dans 4 mois t’es en vacances !

STEP FORT : 3 semaines avant le départ, l’envoi du mail de confirmation à la mère Poulard pour ses Terrasses

De : Moi

A : Mère P.

Objet : notre réservation dans votre établissement

Chère Mère P, je tenais à vous confirmer notre réservation de 2 chambres, pour la nuit du 13 au 14 août. Vu la présence de mon bébé, qui n’a pas réussi à sympathisé sur les plages du Finistère pour y rester entre potes, nous l’installerons avec nous dans son lit parapluie Babybjörn (qui est une tuerie de compactitude). Bien à vous, 

De : Mère P

A : Moi

Objet : RE/ notre réservation dans votre établissement

Chère Jeune maman, c’est avec un plaisir non dissimulé que nous vous accueillerons du 13 au 14 août, puisque votre réservation est confirmée, dans notre magnifique établissement, qui a 3 étoiles au demeurant et qui a reçu le label certifié conforme par notre maire Mr V. (propriétaire entre autres et en toute simplicité de 17 autres lieux du Mont) de « tourisme d’exception ». Nous mettrons si vous le désirez à votre disposition un lit d’appoint pour votre bébé afin qu’il puisse tester de nouvelles literies de qualité. Mystiquement vôtre, Mère P.

STEP FAILLVE : autant de soleil en France c’est pas croyable

On peut même rester plus d’une heure sur la plage ! c’est trop de la bombe le Finistère Sud, d’ailleurs la plage elle s’appelle plage de TAHITI, en référence aux eaux turquoises et à ce surplus de soleil qu’on sait même pas quoi en faire tellement on s’étaient habitués aux pluies nuageuses parisiennes, premiers pâtés, premier bain, premier boudoir au sable, premier chapeau perdu (y a plus de vent qu’à Tahiti on dirait ?) Papi aime capter le WIFI en bord de mer. Le moulin est charmant, accueillant, tout le monde est gentil et nous dégustons des plats raffinés (j’ai même goûté de la langoustine crue en maki !) et des galettes de blé noir. LA VIE ! Nous renonçons quand même au combo ZODIAC-GLENAN, pour cause de bébé trop petit.

STEP SEEKS : l’arrivée sur le Mont Saint Michel est magique

Ce promontoire surplombé d’une abbaye devrait appartenir au patrimoine de la marécagité. Et que c’est bien organisé, avec ce parking en plein air pour voitures en batterie, et ces navettes pleines de poésie et de japonais. Les nostalgiques sont quand même venus pieds nus, crottés jusqu’aux genoux pour se la faire à l’ancienne, du temps où les fidèles ne connaissaient pas Hello Kitty. On sent tout de suite qu’on va être bien, tranquilles, au contact d’humains pieux et profondément altruistes. Nous voilà dans la place. Mon père et son baluchon me regardent tous deux avec l’air d’avoir envie de me tuer. Du Saint Michel en porte clé, du Saint Michel en pendant de sac, du vitrail en pare soleil de voiture, de la bagouze Triskel, tout ici respire le chic de l’authentique Normandie unescoisée. Pauvresse je pousse ma poussette avec bébé hurlant à l’intérieur, les pavés doivent lui donner des impressions de PowerPlate. La valisette, le rehausseur, le chauffe biberon, ma tenue de fête pour Saint Michel, le lit babybjörn, tout est là entre ciel et terre, et écrasé par les altruistes qui veulent passer coûte que coûte devant/sur le bébé. Comment ? 20.000 visiteurs par jour vous dîtes ? je crois qu’on est dedans, et puis 15h c’est pas comme si c’était la pire des heures non ? putain j’ai pas de plan, il est où cet hôtel ?

STEP SEVEN : des airs aux film de D.FINCHER, l’installation chez la mère P. et ses Terrasses

Nous prenons nos quartiers dans les appartements de l’établissement suscité, qui n’a pas de budget pour rénover ses structures ou nettoyer son gagne pain, mais en a assez pour se payer des tsunamis de commentaires altruistes sur TRIPADVISOR. Bienvenue aux pétasses de la Mère Molard Terrasses de la Mère Poulard. Nous sentons tout de suite le caractère altruiste, du site, du personnel, du maire, et sommes fermement invités à payer la chambre AVANT d’y avoir dormi ou de l’avoir vu, j’attends du reste encore la proposition du lit d’appoint. Après 25 minutes d’attente à la réception, je viens de comprendre … qu’il y a une annexe plus haut sur le Mont Olympe, plus RESORT vois-tu, moderne et tout, à seulement 454 euros la nuitée. Je perds légèrement la foi en arrivant dans la 201, côté rue, je vois d’un côté mon ticket de CB que je serre encore dans ma main tremblotante et qui semble m’attendrir avec ses petites chiffres mouillés, et de l’autre la tronche des chambres !

Une moquette rouge foncée, (enfin je crois) tâchée par des décennies de fidèles altruistes vraisemblablement aussi propres que des sangliers dans une souille, je les imagine mains jointes en train de prier pour que cette constipation passagère cesse et de voir leur voeu sur le champ exaucé. Et les moisissures de la salle de bain, des milliers de petits champignons agenouillés sur l’autel des pièces d’eau, comme ça fervents, repentants peut être même, les luminaires et le mobilier cassés, triturés, recloués, les murs infiltrés, les plafonds aux crevasses maronnasses. OH MY GOD ! et le patrimoine de l’humanité là haut dans sa nef, il dit Amen ou bien ?

 

STEP HATE : c’est bête nous n’avons pas pu terminer le questionnaire de satisfaction le bureau s’est écroulé

Je donne mes consignes : ne retirer sous aucun prétexte une miette de chaussure, d’une miette de pied, d’une miette de membre de ma famille. Puis m’adresse à Saint Michel directement : Dites donc Michel -, c’est téméraire de laisser un questionnaire vierge Marie de satisfaction comme ça dans un endroit si cher pour si peu de respect pour les touristes ?  Vous ne tenteriez pas le diable par hasard ? Je vous signale qu’elle n’est pas qu’à la France votre baraque, mais à l’Humanité toute entière. 

On installe le lit du marmot dans la salle de bain, ouf il rentre ! mon adorable gosse blond va dormir la tête dans les chiottes… moi qui m’y préparais pour ses années de cuites au lycée, je trouve cela un peu prématuré. On prend des photos pour informer le nippon qui lui, pourrait dormir ravi dans un cagibi que ce n’est pas le charme français, mais qu’il se fait juste arnaquer, je vais checker chez les parents, purée les tâches sont encore plus larges, plus foncées, (mais c’est quoi au juste du café ? du sang ? du vomi ? de la sauce grand veneur ?) le moisi tire vers le violet, et le plafond a l’air rouillé. Le marsouin lui en profite pour faire la grève de la propreté, moi je tente la douche, bien tenté, je n’arrive pas à rincer le shampoing avec un si petit filet de sardine d’eau douce.

STEP Taigne : Je redescends à la réception pour demander les horaires de l’abbaye et son parcours nocturne en gelée

Là, j’assiste à la tristesse d’une maman chinoise, descendue à la réception pour « gueuler », et qui s’exprime dans un français parfait (putain mais qu’est-ce qu’ils ont a adorer tant la France ?!) : elle n’arrive pas à faire entrer le lit de son bébé dans la chambre. Je me mords la lèvre pour ne pas lui dire qu’elle aurait du acheter un lit Babybjörn bien pensé et donc SCANDINAVE ! véridique la réceptionniste (ALINE pour qu’elle revienne !) lui propose de dormir dans une autre chambre que son mari pour essayer de caser le baby dans son lit. C’est bien connu faire une pause couple pendant les vacances est bénéfique pour la durabilité de son mariage. Le temps d’halluciner sur le digne établissement qui vient – peut être – de se goinfrer le pognon d’une nouvelle chambre, je change de requête, et lui demande un plan / infos pour aller la visiter ct’e abbaye de malade, de nuit. « je n’ai pas de renseignements ici, il faut aller à l’office du tourisme à l’entrée du Mont« . Oui bien sûr à quoi je pense parfois, c’est pas comme si elle travaillait tout le temps ici. On sous estime l’implication des professions d’hôtellerie, et liées au service client, ils ne sont pas briefés des horaires de leurs attractions touristiques et n’ont pas le temps d’aller visiter les curiosités culturelles. Puis elle ajoute, le petit déjeuner est servi entre 7h et 10h et coûte 25 euros par personne. Je souris crispée à la chinoise ravie de s’être débarrassée de son mec pendant une nuit pour faire du Cododo avec son petit, petite gâterie qu’il doit lui refuser depuis des mois.

STEP ILAIVEUNE : On sauve les meubles en mangeant des crêpes, sèches et sans beurre ( y a t-il un commerçant honnête ici ? ALLO ? ben nan ça répond pas)

Et on file coucher le petit dans ses chiottes… Les parents ont bien essayé d’aller se recueillir dans l’abbaye vers 17h et de saluer Michel, mais ils se sont pris une quenelle à l’entrée du site, 40 minutes d’attente. Y a que moi et ma mère qui sommes capables de se fader des queues au nom de la culture ! Pour le coup notre parcours nocturne s’est fait plutôt dans le calme, et à part quelques soucis digestifs liés à la fermentation des crêpes+cidre pression, en 15 minutes la file d’attente était bouclée, et nous avons pu ENFIN déambuler seuls dans ce lieu assez incroyable avouons le. Les photos parlent d’elles même.

2 heures après, les échoppes Hello Saint Michel closes, nous rentrâmes retrouver notre petit gardé par ses dévoués grands parents. Mais l’épopée ne s’arrête pas là, pas de bébé dans les chiottes au retour ! ouf je l’entends gazouiller chez les parents. L’alarme incendie s’étant déclenché à grand bruit 1 heure après notre départ, le bébé traumatisé, a hurlé sa mère tout seul dans ses toilettes …

STEP TOUELVE : paquetage vite fait bien fait, prêt à se barrer à 8h30 sans petit- déjeuner

Les navettes dégueulent leurs touristes dès 7h30 sur le Mont, fallait se grouiller. De toute façon on était déjà réveillés depuis 5h00, les fenwicks venant approvisionner en cendriers Saint Michel les boutiques du Mont et milliers d’oeufs pour les omelettes Poulard à 39 balles. Vite !

STEP SHIRT-TINE : mon commentaire illustré de photos en live sur TripAdvisor …

Allez là ! je vous laisse le chercher pour rigoler.

Pourquoi je suis allée vérifier mes comptes bancaires au retour, je ne me l’explique toujours pas Monsieur l’agent. Pour rigoler toujours, 235 balles prélevés EN PLUS, rapport au cafouillage des résas de la STEP 2. Saint Michel Archange, le plus bel ange du ciel, dit-on.

Vous aimerez aussi:

L'air du temps voyage voyages !

Vacances choubidou

22 août 2014

Plus rien à faire du tout …

 

- de ruminer sur tes déceptions tu cesseras.

Depuis l’été dernier, ton année a été rude, je sais, tu as déménagé, changé de vie ou de travail, tu as rêvé à de grandes choses qui ne sont pas arrivées. Tes copines se sont servi de toi, et puis elles t’ont oublié une fois que tu n’avais plus rien à donner. Ton boss t’a menti, le système t’a fait croire à un ailleurs, on t’a mal parlé en réunion, on t’a bousculé dans le métro, on t’as trompé sur tes missions. Tu as dépensé plus que de raison dans des Fleurs de Bach à l’efficacité improbable, tu t’es vengé sur le saucisson à l’apéro, et tu as grossi. Tu as beaucoup trop bu et tu as emmerdé tes voisins, tu t’es disputé, tu t’es senti seul…

Toi qui en a ras la patate, et qui a besoin de glander en short, dis toi qu’il y a pire que ton année, il y a ce que les gens sont en vacances : le meilleur d’eux même. 

– en voiture, sur les aires d’autoroutes et les nationales, en créneau, pour se garer

– devant les serveuses au restaurant, avec leurs porte-monnaie sur les marchés locaux, plantés devant les rayons des maisons de la presse, dans les buffets de petits déjeuners des hôtels

– au Prosper, la discothèque des vacances …

– sur la plage !

Penses-y avant de râler…

-   que rien ne peut t’arriver en vacances tu ne croiras

Ce n’est pas parce que ton cerveau est sur OFF qu’il ne peut rien t’arriver. Loin de chez toi sache que l’accident, le paiement refusé, la panne de voiture (check pour moi cette année), la chambre pourrie et hors de prix (double-check pour bibi aussi) ou l’enfant soudainement constellé de boutons, guette, sournois, sous le toit de chaume breton ou la paillotte grecque, sur la terrasse du Cap Ferret, tu n’es pas invincible en vacances, alors vacancier « arrête un peu de te la péter ! »

Folie légère, c’est fou !

 – en ton gri gri tu auras (une) confiance (relative)

Presque 2 ans que tu portes ton Cristo Redentor à ton cou assorti de son fil de pêche censé rompre en exaucant ton voeu. 2 ans que ton voeu ne s’exauce pas donc, et tu commences à perdre patience légèrement tirer discrètement dessus, pendant le bain de mer, (le sel ça attaque, sinon FRAMETO c’était juste du pipeau). Aies confiance Dear, ce n’est pas ton gri-gri fourbe et inébranlable qui te sortira de la misère psychologique dans laquelle tu te trouves, c’est bien toi et ton énergie à te magner le train pour « prendre en main ton destin » (c’est les paroles de quelle chanson déjà ?). L’idée c’est qu’entre deux crêpes tu aies le temps de développer une stratégie pour préserver la salubrité de ton esprit, inverser la courbe du temps qui te faît empâter les traits (le malheur ça attaque aussi, sinon Brigitte Bardot c’était du pipeau), profiter des jeunes années de ton petit, et t’épanouir professionnellement et personnellement. Ceci est un message pour te dire qu’il te faut faire des EFFORTS … même en vacances

- les photos de tes plats sur Facebook/Instagram tu économiseras

Que tes enfants soient enterrés jusqu’à mi-tête sur la plage a un caractère sable-émouvant, certes, tu obtiens en général pas mal de LIKE sur ta marmaille en réseaux (check aussi pour ma paroisse, Félix est un aimant à LIKE), mais cette année, merci de MANGER les plats que tu as devant toi au restaurant plutôt que de les PHOTOGRAPHIER. C’est d’abord très gênant pour tes amis, ta famille qui t’accompagne pour être avec toi, partager, discuter, de sortir ton outil et carabiner de shoots ton repas, surtout pour un SHARE en direct vers tes 700 potes dont 6 à qui tu parles vraiment. Puis, il faut bien le dire tu n’es pas styliste culinaire, non, ni le Mapplethorpe de la Langoustine ou de la Feta, à la brillance, la gourmandise, la transparence, les couleurs et à l’art du flouté (voire carrément souvent flou) tu fais match nul… voilà, maintenant on te le dit ça ne fait saliver personne, c’est laid ! Enfin pour terminer, sache que de là où nous sommes, ce que tu ingurgites on s’en fout !

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design J'ai testé

Temps hémophile

24 juillet 2013

Je passe à l’heure d’été

 

 

 

© M.Gammacurta

 

Le temps hémophile, coule

Maintenant que le temps météo n’est plus un sujet, reste le Temps. Et Il reste, lui, justement. En suspens, en souffrance là quelque part, entre la moiteur indécise et l’attente humide et molle. Pas vraiment en vacances, et l’esprit vaguement libéré. Un entre deux tiédasse. J’attends sous les indices de protection.

Cette année je mets du sel dans mes vacances, et de la brioche … vous aurez peut être deviné.

On se retrouve à la rentrée, qui va être musclée, mon départ de Sentou, et l’ouverture d’une troisième boutique parisienne, le bigflagfancystore d’Alaïa, le sevrage du Royal Boy, le grand retour en mode de l’uniforme, mon mémoire que je bouclerai coûte que coûte, l’expo Frida Khalo au Musée de l’Orangerie, des nouvelles marques incroyables que j’ai trouvé en objets et en déco …

Happy vacances à tous !

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design L'air du temps

Co branding ding dingue dong

27 mai 2013

Quand la Princesse se met au Comptoir …

 

Je n’ai pas l’habitude de faire ce que je m’apprête à faire là tout de suite, car j’ai nettement plus envie d’écrire et de réfléchir que de postillonner de l’acidité. Mais là je suis obligée !

Je ne recherche pas forcément la meilleure affaire quand je m’habille ou que je pars en shopping (je suis assez nulle en discount) voyez-vous, je suis même prête, connement, à payer de bons prix pour de bonnes marques. Disons que je me débrouille toujours pour avoir un code promo.

Mais là c’est autre chose, là c’est pareil. Il se passe quelque chose dans l’économie fashionesque qui ne me plaît pas du tout. Ils commencent à s’y mettent à plusieurs pour nous endormir et nous déposséder. Vous avez du recevoir vous aussi le combo de newsletters Princesse Tam Tam et Comptoir des Cotonniers. Qui titre en fluo avec un graphisme qui rappelle que NON vous n’êtes pas dans de la mode éphémère mais bien dans un vrai ‘LABEL ». Et accessoirement deux : 1.SUMMER  2.ESCAPE

3. bin oui toi le pauvre tu restes bronzer à Massy Palaiseau

Comme vous, j’ai cliqué pour être dirigée vers la page des produits. Une collection capsule à l’effigie des deux marques (même l’appellation capsule est déjà has been) :  vêtements de plage imprimés, panoplie de glandouille estivale en tissus ultra fins, une tenue de cocktails immaculée à trous trous et micro-maillots de bain bandeau. Des tons frais, une touche de fluo pour la tendance, mouais pas mal. Ils se sont pas fait chier sur le shooting photo, aucune mise en scène en situation, même pas une petite baignade dans la Manche, c’est lampes de studio et murs blancs + vagues photos fadasses d’un pont en teck (on comprend bien qu’ils n’ont pas LES MOYENS de dépenser dans la com). Le chapeau est fun.

Autant quand Kitsuné, La Cerise sur le Gâteau ou Carven prêtent leurs noms à une autre marque, issue d’un autre univers si possible, (au pif Monoprix, ou Petit Bateau) on a l’impression d’un cadeau, de produits d’exception abordables, de bon goût, on perçoit TOUT DE MÊME un tantinet de développement produit, un peu de taff derrière quoi ! enfin TU VOIS ?!!….

 

 

 

 

Mais là : maillot de bain bandeau : 105 euros !!!!! mini short : 85 euros !! Robe bustier de plage : 95 euros !!! T-Shirt imprimé : 75 euros !!!  mon coeur fait TAM TAM, et j’ai comme l’impression que les COTONNIERS veulent nous arnaquer. Je suffoque.

 

 

Alors je ne ferai pas plus de publicité à cette Capsule qui ressemble davantage à une Pilule qui ne passe pas, car elle est pour moi une honte aux partenariats, Co Branding et Trade marketing réunis, et je me demande à combien vous êtes tombées dans le panneau…

Mais je souhaiterai rappeler à ces marques, qu’il ne suffit pas d’associer deux noms pour créer de la valeur. Que le Co branding justement n’est pas une addition (multiplication !) de marges de deux marques qui veulent se faire du pognon précisément au moment où leur société est en pleine crise et qui plus est où il n’y aura pas d’été cette année pour la porter ta robe longue de cocktail à 185 balles ha ha ! Non, il est pour moi un développement produit commun, un échange, une notoriété qui sert l’autre, des identités qui se nourrissent mutuellement, bref une surprise là où on ne s’y attend pas. J’ose prononcer le mot RESPECT (?). C’est à dire avec des prix qui restent décents !

Sauf que maintenant le monde change et qu’on est plus des débiles, ta capsule je pourrai très bien te la transformer en suppo sur KissKissBankBank.

Car quand c’est bien fait un partenariat, on ne le sent même pas, (comprenez on ne sent même pas toute cette puissance marketing derrière la petite série limitée qui nous rend vulnérables) et nous achetons (pauvres moutons).

Et TAM ! la Princesse est tombée du Comptoir où elle aguichait les Cotonniers.

Bisous

 

Vous aimerez aussi:

L'air du temps voyage voyages !

Hype Holidays !

2 septembre 2012

Finalement l’exotisme est-il si nécessaire …. ?

… En vacances ? (hein franchement ?)

Une maison que je connais par coeur, des amis fidèles à eux mêmes, des animaux avec toujours les mêmes (sales) manies, de la famille qui a toujours la même tête (enfin sauf mon frère qui s’est ouvert la tronche au fond  d’une piscine Corse cette année… Comme quoi l’exotisme a ses limites ), mon Marsouin immuable mammifère, finalement, partir loin n’est pas si indispensable, buller dans la maison familiale est tout aussi hype ! Certes certes, pas de jet ski en plaine d’Alsace, pas de sable dans la raie, pas de poisson tout frais pêché ni de tenues de soirée pailletées MAIS au moins on a pas de sel dans les cheveux, on a pas de cagnotte à gérer avec les vacanciers radins, on a pas de problèmes de vestiaire, on a que le short en jean, et le haut de maillot pour tondre la pelouse, on a pas de retards d’avion, de train, de pirogue et ça c’est bien !

Mais que mon Alsace est belle !

la route des vins, Riquewihr … What else !

J’ai même célébré ce pic du Quinzou à 38 ° avec un pique nique rempli de potes et de kids au Parc de l’Orangerie … meilleur qu’une murge à Ios !

Strasbourg, la Cathédrale, la Petite France, mais si ! ça vaut bien la baie de Ha Long

Tout près … une virée à Vitra. Aussi parfumé que le poivre de Mada !

Et la lanterne chinoise Porte Bonheur qui survole Hirtzfelden jusqu’à Guebwiller, c’est pas mieux qu’un grand Canyon ça ?!

Alors oui c’était pas le grand périple jetlagé, le safari de la muerte, je n’ai eu ni brûlure solaire, ni hydrocution (j’ai une eu gastro ça compte un peu quand même) … j’ai retrouvé mes amis fidèles à eux mêmes, j’ai retrouvé ma famille qui n’a pas changé de tête, (Ben, les points de suture n’y sont pas arrivés), j’ai retrouvé les sales manies des chiens, j’ai emmené dans mes bagages mon immuable Marsouin d’eau douce, et je n’aurai pas voulu être nulle part ailleurs… tellement c’était bien.

Alors, non je n’ai abusé ni de Bretzels ni de bière alsacienne… je passais seulement, dans mon pays natal, avec mon bébé, le cap des 3 mois !

Vous aimerez aussi:

Art & Expositions L'air du temps

Culture Mode

21 mai 2012

Art & Mode

Pour reprendre les mots de Florence Müller, notre messie de l’histoire de la mode chez nous autres, étudiants de l’IfM… rendons à César ce qui est à Florence !

La saison des expos bat son plein donc, de Paris à Londres, en passant par la Suisse, tant de choses à voir, et bien sûr tant de choses à porter … entre l’art et la mode la frontière -comme toujours- est ténue, les inspirations nombreuses … Nous reparlerons de la mouvance médiévale empruntée à Jérôme Bosch chez Carven pour cet hiver. Mais pour l’heure, je vous rappelle, si vous n’aviez pas remarqué, qu’on est presque en été, alors je me suis amusée à faire un petit parallèle entre les expos du moment et les tendances du moment -forcément-

Artemisia Gentileschi – Madeleine – 1630 – campagne Loewe from Madrid 1846 version été 2012 -

A Paris, au Musée Maillol ARTEMISIA, (jusqu’au 15 juillet 2012) l’une des rares femmes peintres, ça vaut le détour quand même ! et la maroquinerie LOEWE. Entre la Madeleine et l’Egérie : la même main sur le sein, le lien de parenté des couleurs, 3 siècles d’écart …

Ahhhhhh SOLEIL ! je crie ton nom dans le noir ! il me paraît bien étranger ce fameux « joli mois de mai »  (de putain de ta mère) si j’en juge le récit tout à fait sensé issu des petites lèvres bleues de mon petit neveu de 20 mois, car OUI Messieurs Dames mon frère s’est caillé le jonc à Nice durant ce long week-end ! (c’est vulgaire jonc ?) Finalement, seule la campagne anglaise voit fleurir du sein au balcon et de la mini jupe à Brixton, façon bonbon anglais (ras le bonbon j’entend oeuf course NDLR).


Robe Vivienne Westwood – sac tressé Hermès

A venir en UK justement … L’expo « HOLLYWOOD costumes » au Victoria & Albert Museum de Londres du 20 octobre 2012 au 27 janvier 2013. Une expo qui colle parfaitement à la tendance « Scarlett cultivant ses patates à Tara en robe corolle bleu ciel ».

Bon je l’annonce, estival rime avec Bâle. Et Bonnard ça reste bonnard. CQFD. A la Fondation Beyeler voyez vous, une charmante exposition du maître Nabi le confirme. Toutes ces couleurs moi ça me donne envie de manger des cerises sur une nappe à carreaux pas vous ?

Pierre Bonnard, L’atelier aux Mimosas – 1939 – maillot ETRO 160 euros  – vernis OPI Fiercely Fiona -

Toujours en Suisse, mais cette fois celle où l’on ne dit pas Grüzi … à la Fondation de l’Hermitage de Lausanne. Une exposition intitulée « Au fil des collections, de Tiepolo à Degas » jusqu’au 20 mai 2012. Un événement qui répond à la tendance pastel-dragée de cet été.

short imprimé nuages Vivetta sur mediumfashiongallery – sac Pieces sur Monshowroom -

Medium Fashion Gallery

Plus proche de chez moi, à Paris, moultes expositions représentent elles aussi les tendances mode du moment. Les imprimés ethniques, exotiques … Encore quelques jours pour aller admirer MATISSE à Beaubourg, (jusqu’au 18 juin 2012).

Matisse – La blouse romaine – 1940 – Blouse brodée APC

Le musée Dapper, quant à lui propose une exposition thématique Mascarades et carnavals jusqu’au 15 juillet 2012, que j’ai (facilement) rapprochée des motifs africains qui colonisent nos vêtements de saison.

Trench burberry – bustier en tulle et pierres Dolce & Gabbana

Enfin comme je n’ai pas pour habitude de snober la province, à Grenoble j’ai noté une expo d’un mouvement que j’affectionne particulièrement Die Brucke qui renferme en son sein les expressionnistes allemands préoccupés par l’immédiateté de l’émotion … les Kirchner et autres Nolde (jusqu’au 17 juin 2012).

Fänzi allongée de Erich Heckel – 1910 – défilé Céline SS 2012 – collection Rouge In love Lancôme -

J’en ai raté bien sûr tellement d’autres, Bérénice Abbott au Jeu de Paume, Cy Twombly à Bruxelles … et j’en passe. Mais bon on ne peut pas être partout !

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design L'air du temps

Sous les sunlights des tropiques

16 mars 2012

La mode paradise

L’Homme est un être contrasté (surtout la Femme). Il suffit que le ciel commence à se dégager pour qu’une envie de tropiques arrive, «surfe» plutôt devrais-je dire … sur nos silhouettes et dans nos placards. En témoigne ce tsunami tropical qui est littéralement en train de nous tomber dessus cet été. Les nominés sont l’imprimé Hawaïen, et son cortège de palmiers, de fleurs de paradis, de sunsets qui font rêver !

Une des tendances phares de la saison, qui après s’être largement exprimée dans les années 90 (c’est pas parce qu’on a pas un buste noix de coco, qu’on ne doit pas oser l’imprimé cocotier !) fait un retour remarqué sur nos robe-chemises et nos t-shirts loose de l’été !  Une tendance qui fait appel à la fois au côté funky des sports de glisse, Kitesurf, Wakeboard … et au glamour du ‘je sirote des pina colada en bikini à la playa ’ … c’est léger, comme diraient les surfers «facile à rider», une mode qui sent le monoï et les embruns !

Zoé Karssen fait des séries exlusives de tops et sweats à palmiers pour net-a-porter.com, on retrouve le motif chez Kookaï, Sandro, des impressions de soleils couchant chez Willow, Versus, I love my t’s … ou de fleurs exotiques chez Stella Mc Cartney, Christopher Kane, Claudie Pierlot …

Les maquillages ont l’aspect mouillé : les bases de teint sont nacrées (Paul & Joe), les gloss sont sur lèvres ou sur les paupières (collection Paradise Agnès b. au CCB) on se fait un look wavy en tortillant ses cheveux au sel marin (Bumble & Bumble), et un teint hâlé avec le Sun beam de Benefit.

La plage elle, est évoquée par les tons sable des slim 7-8 ou des Chino beige (Sessun, Leon & Harper) ou des shorts miel doré (Aubin et Wills).

Bref, je crois tout est dit vivement l’été !

T-shirts : Sandro 125 euros, Christopher Kane 200 euros et Shine 65 euros – Tongs Slim Havaianas 30 euros – Base de teint Paul & Joe 27 euros – Sun Beam Benefit 20 euros – T shirt et débardeur Stella Mc Cartney 185 euros chacun – California Kissin à la menthe Benefit 15 euros – Short Aubin & Willis 88 euros – Shell Clutch Pieces 49 euros – Débardeur I love my t’s 50 euros – maillot Touazra Oxbow 60 euros – T shirt impression sunset Willow 259 euros – Surf spray Bumble & Bumble 18 euros

 

 

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design Tendances Lab

Madine france

12 mars 2012

Valérie Salacroux

Vous le savez ou vous ne le savez peut-être pas, mais le made in France est ma marotte, disons la plupart du temps, parce que le made in ailleurs est là tapit dans la mousse, qui vous guette. N’importe quand et surtout n’importe où. L’objet de désir reste ma foi désirable même si il n’est pas français. Et oui Messieurs Dames j’en ai fait les frais avec le mobilier madine france de ma société , et force est de constater que mes pièces bizarrement seraient devenues aussi désirables si elles avaient coûté 150 euros de moins, fabriquées en Indonésie. Je n’ai rien contre aller chercher les savoir faire rares et précieux là où ils sont, (ils existent et je les respecte profondément) en revanche je ne supporte pas que cela oblige certains métiers (marques) français(es) à agoniser (La chaussure à Romans, les bérets basques, la vannerie en Normandie, Les Niederviller, les Lejaby, les HB Henriot et j’en passe …)

Tout ça pour dire que j’ai été invitée à découvrir la nouvelle collection de sabots made in france de Valérie Salacroux, dans sa jolie boutique parisienne à deux pas de mon musée préféré, le musée Carnavalet.

A l’intérieur, des cuirs odorants et colorés, des sabots en bois de hêtre made in Dordogne donc, des compensées en liège, des sacs intemporels. Si vous ne connaissez pas Valérie, elle, connait tout de la cambrure du pied, de la ligne, et pour cause elle a appris le savoir faire et le travail des belles matières à Milan chez Miu Miu et Prada.





Shootés par le Sartorialist, plebiscités par les fashionistas hiver comme été, les sabots c’est LA cool attitude du moment. Ceux de Valérie Salacroux ont en plus la touche de glamour qu’on attendait et conjuguent créativité et savoir faire depuis le lancement de sa marque en 2001.

Une soirée bien sympathique, entre blogueurs tout aussi sympathiques, où j’ai enfin pu voir en vrai Isabelle de Accro de la mode que j’avais virtuellement rencontré lors du concours des blogueuses ELLE.

Les plus :

– j’avoue j’ai pêché : je suis repartie avec une paire de sabots à lanières aubergine que j’ai juste grave hâte de porter

– avant les jours ensoleillés où l’on hésite sur la couleur de son vernis-doigt de pied, on peut porter ses sabots avec des collants à fines côtes, ou des petites socquettes en fil d’Ecosse.

Retrouvez les séries limitées de Valérie et sa nouvelle collection aux couleurs vitaminées
dans son atelier boutique
6 rue du Parc Royal 75003 www.valeriesalacroux.com

Vous aimerez aussi:

Enjoy this blog? Please spread the word :)