Browsing Tag

Marni

Love +++ Tendances Lab

Fashion & friends

9 septembre 2012

La mode trahit-elle nos comportements entre copines ?

Les copines c’est la vie. Indispensables à notre organisme, elles sont notre air, nos repères. Aussi essentielles que de s’habiller. les vraies, les bonnes sont toujours là. Auraient-elles un profil mode nos copines ? peut-on reconnaître à ses vêtements une vraie copine d’une fausse ? après une enquête approfondie auprès de mes semblables, et de nombreux témoignages, je me lance, je ponds un post moitié fallacieux, moitié vérité vraie, mais où j’ai appris beaucoup sur … moi même.

Je ne parle pas ici des moins de 20 ans qui se clonent pour faire joujou et qui s’envoient des ♥ ♥ à tout bout de champ en confondant liens du sang avec les autres.

Toute ressemblance avec des personnages connus est donc totalement fortuite.

1. La CO Ltd.

La Best quoi ! Elle nous tient les cheveux lors des orgies pour qu’ils ne fourchent pas dans la cuvette des toilettes, nous écrit des cartes postales avec des coeurs et des réflexions philosophiques sur les abdos des italiens du sud, vient nous voir à l’hôpital en pleurant mais avec du Campari, nous rend propres les petits hauts qu’on lui prête, ne porte pas le même parfum que vous, complimente vos tenues, vous offre des petites merdes de ses vacances sans vous (elle connaît votre passion pour les petites merdes et le piment d’Espelette aussi). Elle est même heureuse pour vous quand vous réussissez à en finir avec l’acné, quand vous êtes amoureuse ou que vous parvenez enfin à garder votre sang froid au travail.

Il existe un ENORME avantage à fréquenter une CO Ltd. Certes, elle est plus raisonnable que vous (c’est pour ça que vous vous êtes choisies je vous le rappelle, elle a besoin de fantaisie, vous avez besoin de sagesse) elle se laisse volontiers embarquer dans vos conneries.

Autre avantage : le benchmarking affiche une putain de ligne Océan Bleu, je m’explique : aucune concurrence ! Vous pouvez pouffer ! et pourtant : – je ne vais pas déroger à la règle selon laquelle j’ai, depuis mon jeune âge la fâcheuse habitude de dire ce que personne ne dit et que pourtant tout le monde pense (une grande gueule clairvoyante dirons nous, mais une grande gueule qui aurait bien des fois gagné à la fermer BREF ) – pas qu’on se cherche un faire valoir, ou une amie moche mais avouez, on ne s’est jamais aussi bien entendu avec un être du même sexe que si celui ci ne représente aucune menace pour nous – CQFD – (ceci ne signifie évidemment rien pour une catégorie de population en dessous de 25 ans, qui se refile meufs, mecs et HPV sans état d’âme)

Même si vous vous rejoignez sur certaines nombreuses valeurs essentielles, avec votre Best Copine, aucun des univers de vos vies n’est en concurrence frontale, ni la médecine, ni le mec, ni le style, ni la façon de vivre, ni les enfants, ni la façon de boire son Campari, ni la profondeur de bonnet, ni le ménage, ni la coiffure. Souvent elle est plus âgée ou plus jeune. ET C’EST POUR ÇA QUE ÇA MARCHE !

Le look de la CO Ltd. : Les valeurs sûres.

Un sens aigu des couleurs, des accessoires à tomber, elle porte plein de bracelets, des robes en maille, des sandales compensées. C’est chic, c’est fun, c’est efficace. Indépendante, et sûre de ce qu’elle aime, elle a le souci du détail, mise sur ce qu’elle a de mieux, et sur sa tenue traîne toujours une petite broche, un badge sur son sac en toile, un maquillage simple mais réussi, des grosses lunettes blanches, un slim bien coupé, une barrette écolo ou un mouchoir imprimé de chez Maison Georgette.

Sac Beaubourg La Bagagerie

broche Magic Banana Alice Hubert sur l’Exception
2. La COPIpine

Vous vous entendez à merveille. Chacune son territoire de chasse, elle aime les blonds vous fondez sur les bruns. Elle est blonde et vous êtes brune. La plupart du temps. Peu de disputes pour choper, vous plaisez à ceux qui vous plaisent, et elle se fait draguer par ceux qui ne vous intéressent pas. La plupart du temps. Chacune a des avantages que n’a pas l’autre et vice versa. Ça s’équilibre. La plupart du temps. Elle a des seins, vous avez le visage, elle a la hauteur, vous avez le cul rebondi. Ça fonctionne. La plupart du temps.

Les choses se dérèglent quand l’une se case en général, et là ÇA FOUT UN DE CES BORDEL !  Réaction : Un vrai sevrage, faut gérer le manque, faut tenir, les sueurs, les tremblements… celle qui roucoule doit trembler dans son sommeil ou aux WC tout au plus et ne se rend même pas compte de ce vide énooooorme (la garce). Mais quand viendra le moment où elle rêvera de virées copinesques au Bus Palladium, et d’apéros interminables… Elle comprendra. Celle qui reste célib’ se tape en général une gentille petite déprime remise en question le temps d’un week-end à coup de  Ben & Jerry et puis HOP ! c’est reparti.

Le trublion est brièvement présenté, mais ça peine à décoller, l’ambiance n’est pas la même, d’ailleurs disons le tout a changé, la fille libre comme l’air ne peut s’empêcher d’envoyer ses codes de fille libre comme l’air au trublion … bref, après les décolletés, les oeillades, les mains baladeuses à l’avenir les virées se feront toujours entre vous et la COPI pine.

Le look de la COPIpine : sexy imprévisible

Vous avez certains goûts fashion en commun, mais c’est pas le matériel qui vous lit, c’est la façon de penser, de vivre, de s’amuser, de parler, de travailler, de faire des conneries, c’est aussi pour ça que ça marche ! Elle sera donc sophistiquée si vous ne l’êtes pas, s’habillera ras la touffe si vous êtes en slim, boira du rosé quand vous siroterez du rouge, et sera plutôt ethnique si vous vous la jouez basique. Difficile à repérer de l’extérieur donc. Attention La COPi pine a tout à fait les qualités adéquates pour devenir la Best Co ltd !

Escarpins, L’autre Chose sur Shoescribe

Top Glitter Michael Kors
3. La COPIqueuse

Un genre très spécial que cette Copine là … pas méchante au fond, elle a beaucoup d’amis, d’ailleurs elle pourrait être chef produits chez Ikéa tellement elle range, compartimente … petits tiroirs d’amis, étagères de potes, confituriers de connaissances, casiers de camarades. A sortir en toute occasion. Mais elle vous fera toujours croire que VOUS, vous n’êtes pas rangée comme les autres, que vous êtes sur le dessus du panier, parmi les meilleures. (quelle P*** ! ) On ne peux pas lui en vouloir, elle en l’occurrence, en veut toujours plus, requeste votre mec sur Facebook alors qu’elle ne l’a vu qu’une fois, vous pousse VOUS pour être à ses côtés pendant les diners et sorties week-end, lui parle à une distance approximative de 5 cm, et lui met ses seins devant le nez car elle sait que les vôtres sont – hors grossesse – moins généreux disons (et soyons garce jusqu’au bout, parce que ma foi c’est bien son seul atout, voir ci dessous)

Vous ne la virez pas parce que, disons le, elle est moche. Et vous compatissez. Vous contribuez donc à nourrir son fol espoir de séduire tout court, et qui plus est ce qui est encore plus facile à convoiter : votre amoureux ! Le pire c’est que vous ne vous en méfiez pas, et que ce sera pas la première fois qu’on verra un type tromper sa nenette avec un cageot !

Le look de la COPIqueuse

Moche peut être mais pas totalement dépourvue de goût. Cela la sauve d’une certaine manière, sauf quand les knacki balls qui lui servent d’orteils sont rangés dans une paire de sandales compensées. Elle porte des fringues de créateurs inconnus chinés sur des salons spéciaux pour créateurs inconnus, et d’autres pièces un peu exubérantes qui font d’elle la copine sympa un peu fofolle qu’on invitera toujours aux soirées. Il n’est donc pas impossible de la croiser en fourrure rose, ou avec un chapeau qu’on croirait sorti d’un panier de légumes anciens chez le primeur, avec des coloquintes et des coccinelles dessus.

Manteau en laine bouclée Rose (de chez Rose) J.Crew

Chapeaux Céline Robert
4. La COPIstache

Une histoire impossible, puisqu’entre vous il y a de l’envie. Ne cherchez même pas, c’est souffrance et douleur assurées. Ici c’est un peu  l’histoire « du cochon qui devient apprenti charcutier » comme dirait l’autre saucisson sur RTL2. Une amitié de faussaire, une course à la contrefaçon. L’une aimerait être l’autre, et l’autre voudrait avoir la vie de l’une. Le coup de fil chaleureux devient séance de critique et jugements une fois le combiné raccroché. Prenez de la distance, vous n’êtes pas faites pour vous entendre, encore moins pour vous écouter.

Son Look

Le vôtre … (en moins bien ou en mieux)

6. La COPIrate

Je vous vois là bas … déjà en train de faire les malines « genre moi j’en ai pas » !

Teuh teuh teuh, dans les grandes villes personne n’ose l’assumer, mais on a tous une ou deux COPIrates, zéro investissement, zéro importance, avec qui on va déjeuner ou prendre l’apéro pour passer le temps, demander un service, yeuter en terrasse, se faire présenter des nouveaux garçons, pour éviter des collègues ou juste pour écouter d’autres vies, d’autres lamentations… Des profils très hétéroclites, anciens collègues légèrement intimes depuis qu’ils ont géré vos mails pendant une semaine d’arrêt de travail, vagues connaissances qui pourraient devenir confidentes, ou clientes … who knows ? ancienne camarade de classe qui rassasie votre curiosité sur comment elle a résussi / râté sa vie ? copine d’enfance qui veut se racheter après vous avoir salement abandonné à 16 ans et demi et tout specimen ravi de parler de lui pendant une heure, en racontant plein de mensonges parce que le degré d’intimité proche du sous sol le permet … Là aussi aucune concurrence, la COPIrate peut être mieux habillée que vous, telle une fashionista, comme être habillée tel un sac avec des pompes Camper. Ce n’est pas une question de moyens, c’est une question de goût.

Le look de la COPIrate

C’est une fille laborieuse (elle déjeune à l’extérieur donc travaille), respectable (elle accepte de déjeuner avec une fille pour qui elle a zéro importance) et qui a le look qui va avec. Alors c’est quoi le look d’une perle comme ça ?

2 options :

a) Elle a réussi dans la pub, mais pas assez pour vous snober. Elle a une frange comme vous, et des vernis à ongles de folie divinement posés sur ses doigts de bibliothécaire. Pas de jean, un tailleur chic mais décalé, elle est jolie, mais donc a plein d’emmerdes de fille jolie (concurrence loyale et déloyale, complexe de supériorité au travail, pression de sa hiérarchie parce qu’on ne peut pas être ET belle ET pas con, par extension difficultés à se caser maritalement…) et se sent seule (d’où sa joie de déjeuner avec vous qui cherchez un job au passage). C’est une histoire d’intérêts ni plus ni moins. (en matant son poitrail je me dis que Purée moi aussi j’aimerais bien un pendentif  poupée de Servane Gaxotte !)

Poupée articulée lookée lapine, Servane Gaxotte

Lunettes de vue Marni sur Yoox

b) Malgré sa réussite, elle ne sait toujours pas s’arranger. Elle ignore le mot coiffeur, et dans son look pointe d’anciennes réminiscences de serre-tête et cols claudine… Le pantacourt est courant, la monture des lunettes improbable, pour les chaussures, on pourrait soupçonner un abonnement annuel chez Geox, ou chez Ecrase-merde et Cie parce que déjà l’année dernière le soulier semblait être issu de la même fratrie, y a de la consanguinité dans le dressing on dirait !

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design J'ai testé

H&M by Marni

27 mars 2012

Ou l’art de la cohue de plus 50 ans

Ok Marni je suis fan depuis 12 ans, alors je l’ai fait ! je suis allée faire ma maline le 8 mars chez H&M pour la sortie de la capsule by Marni. Accro de la mode oui mais en mode touriste : 11H12 dans la queue, pas avant. chui pas du matin-chui pas du matin. Ma cop’s Madame + à Genève ELLE avait déjà tout raflé à cette heure-ci, car ma cop’s Madame + est matinale ELLE ! et s’est fait un petit lever à 6.00 pour l’occasion.

Du coup de retour à l’IfM, on a comparé nos experiences shopping. ELLE à Genève qui se crêpait le chignon avec des quinquas fashionistas qui la veille d’un bootcamp H&M achètent des Bentley. MOI sur les Champs Elysées qui se crêpait l’escarpin avec des quinquas fashionistas pas sympas.

Point commun n°1 : la quinqua fashionista dans la queue de chez H&M by Marni n’est pas aimable.

Point commun n° 2 : qu’est-ce que la quinqua fashionista tronche de cake – qui a les moyens de se payer du Marni only by Marni - fout dans notre queue à nous gâcher notre joie en maugréant ?

Et la queue ce n’est que le début de l’aventure ! la collection avait l’air magnifique… sur le film de Sofia Coppola, et en photos. sur les portants à 11h57 comment dire … il ne restait ma foi que du blouson coton-vinyl qui ferait un tabac si dans une deuxième vie on était salarié comme spermatozoïde chez Woody Allen.

Deux foulards plus tard, la quinqua qui porte un manteau Marni tout court – 900 balles- ne rit pas à nos blagues de pauvres jeunes écervelées « qu’est ce que vous vous en foutez, au pire revendez ! » elle exige sa taille, elle fait la moue queue pour essayer, se paye le luxe de tout empiler sur la place que laisse sa Rolexor et diamants-  sur son avant bras.

L’avantage et c’est très méchant, c’est que la quinqua fait du rayon accessoires son terrain de chasse, largement plus qu’au rayon 36-38 ! (je sais je suis immonde et le stress me fait maigrir, ah ah !). Mais bon pas de quoi tétaniser non plus Marni a toujours taillé grand. Bref, j’arrache deux jupes imprimé tapisserie de Bayeux, un haut façon Out of Africa en 34 (j’ai pas de seins non plus)

Du côté de Genève, Madame + ELLE a le droit à un Personal shopper ! pour la guider dans son shopping, lui porter les objets de ses désirs, la guider dans les rayons, la conseiller sur les tailles, et l’emmener à la caisse. Du côté des Champs, purée on erre comme des truffes en attendant que les vendeurs ramènent ce que les quinquas ont laissé en cabine. Je m’improvise personal shopper pour une paire de boucles d’oreilles tellement énormes qu’on peut ne porter que ça, on ne se sentirait même pas nue… bien sûr vous l’aurez deviné la quinqua ne rit toujours pas. Tanpis je lui arrache des mains son bracelet en résine, Merde après tout j’ai un petit poignet !

Je décide d’aller fureter du côté des hommes, AAAHHHHHhhhh les hommes, c’est même pas la guerre, pas de cohue, aucune empoignade, là haut chez les hommes, on s’excuse presque de vous passer devant pour tripoter les cintres, j’ai limite honte d’être excitée, le modeux chic ne sourit pas forcément plus, mais du reste il est poli. LUI.

Là sur ce champ de bataille encore tout merchandisé, il reste des sacs, des chemises jaune poussin, des pulls, et des trenchs, allez je prends un foulard, un pull rayé en S pour quand je serai un peu ballonnée après les barbecues électro de cet été… et Oh ! surprise, je découvre à la caisse, orphelin et un peu chiffonné (y a du y avoir un combat de gladiateur en dessous) le petit blouson pour femme à pastilles bleues que j’avais repéré sur internet DANS MA TAILLE, c’est le plus beau jour de ma vie.

468 euros plus tard, je me dis … Y a une justice quand même.

Bon ok j’ai revendu la moitié sur ebay parce que la jupe-tapisserie me faisait plus ressembler à Marina Vlady dans la Princesse de Clèves qu’à la parisienne bourrée de (Campari) bagout. Pour rentabiliser, j’ai fait de ce petit blouson la star d’un apéro improvisé avec mon Marsouin (cette constellation) sur la pelouse de mon quartier, bah voui maintenant je dois surveiller mon budget.

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design Tendances Lab

Petites additions de Printemps

17 février 2012

Le compte est bon !

Ce n’est pas parce qu’on est habitués à additionner les couches de vêtements en hiver qu’on doit s’arrêter de compter au Printemps. Les comptes oui parlons en ! faire ses comptes est une occupation comme une autre, les grippe-sous et autres radins eux les font sans le savoir, c’est une seconde nature – qui je le rappelle n’a rien à voir avec le pouvoir d’achat - ma banquière elle, se charge de les faire pour moi, et je l’en remercie car bien sûr je n’ai pas le temps, c’est la seule raison (rien qu’à le dire, je verrais bien un petit emoticon avec un sourire plein de dents). Et puis bien sûr il y a ceux qui ne comptent pas, ils ont bien de la chance EUX, ils sont dotés d’un pouvoir de sélection SENSIBLE et non ORIENTÉ … BREF, ils achètent ce qu’ils aiment, c’est ça qui compte pour eux.

Alors puisque cet hiver n’en finit pas de nous faire moucher, de partager nos microbes sur les barres métal du métro, puisque le textile et plus particulièrement la laine et la doudoune ont sauvé l’industrie de la mode depuis ce formidable regain de froid polaire de ce début 2012, moi toujours décalée, pas équipée pour faire tout comme tout le monde, je reluque déjà les sandales et les robes d’été que j’aimerais bien porter (dans 3 mois !!!!). Je suis bien aidée remarquez, dans ma boîte mail de nombreuses marques me pokent gravement pour analyser leurs nouveautés, les présentations presse et les soirées blogueurs pullulent. MERCI

J’ai donc renoué avec ma matière préférée, les maths, pour combiner, additionner, tout en continuant à élimer mes derniers pulls à poils laineux (à poil Laineux ! ) et si mes calculs sont bons, pour moi ça donne à peu près ça :

Pour bosser

:: Blouse, chaussures et bague Isabel Marant :: jean slim Paul & Joe Sister :: lunettes wayfarer Ray ban ::

Pour flâner

:: Jean Cheap Monday et sandales Sessun sur Medium Fashion Gallery :: pull chauve souris Bompard :: sac Meredith Wendel ::

Medium Fashion Gallery

Pour apéroter

:: chemise chambray Calvin Klein :: jupe lamée Gucci :: Veste smocking crêpe Sandro :: ballerines Anniel :: sautoir Big Fat Smiley Noémie Pichon Hirn & herz ::

Pour draguer

:: T-shirt Mickey vintage Disney :: jean slim Burberry Brit :: veste smocking Isabel Marant :: escarpins et ceinture dorée J. Crew ::

Pour Brigitte Bardotiser

:: robe Claudia Schiffer :: bracelet Marni :: sandales Tory Burch :: capeline J. Crew ::

Pour shopper

:: slim 7/8 ACNE :: T-shirt See by Chloé :: Richelieu Fratelli Rossetti :: boucles d’oreilles Mallarino ::

Vous aimerez aussi:

La couleur Tendances Lab

Mon poussin

17 avril 2011

De Pâques …

En cette pré « semaine radieuse » qui nous conduit tranquillement aux fêtes de Pâques, (je vous rappelle que dans mon pays, le Vendredi Saint est férié, d’ailleurs comme en Guyane et en Martinique, et je vois toujours pas le rapport de ces deux contrées avec L’Alsace…) est-il besoin de rappeler que l’on commémore la résurrection ?

A cette question je réponds oui, parce que comment dire, moi aussi je sens que la résurrection est pour bientôt ! Et qui dit renouveau dit Jaune forcément ! Ceux qui me connaissent savent quel Gris a pollué mon Jaune.

Une cloche passe…

Et en ce moment je vous le demande qui n’a pas envie de jaune franchement ? Intense, ample, violent, le jaune est la plus expansive, la plus ardente des couleurs, difficile à éteindre. L’un de mes professeurs d’Histoire de l’Art disait du jaune « il déborde toujours des cadres où l’on voudrait l’enserrer »

Le jaune, je ne vous apprend rien, est comme bon nombre de couleurs, ambivalent. c’est là que ça se complique :

Côté Peau

Les rayons du soleil manifestent la puissance des divinités, le jaune couleur de lumière et de vie, chez les Aztèques, les Tibétains, en Inde

Dans la cosmologie mexicaine, le jaune d’or est la couleur de la peau neuve de la terre (rien d’étonnant donc à ce que les Tacos aient débarqué chez nous – et que les Tortilla aient remplacé nos bonnes vieilles chips ! je me demande d’ailleurs ce qu’en pense la Polenta…)

Le jaune est donc la couleur de l’éternité

Côté chair

Le jaune est associé à l’adultère (d’ailleurs je n’invente rien : le trompeur a les dents jaunes, a des auréoles jaunes sur ses t-shirts blancs et aussi dans son caleçon, n’est-ce pas ?). Bref, le jaune est associé aux traîtres en général, à toutes les formes de traîtres, les traîtres des blanches, les traîtres de Maastricht, les traîtres de vaches … (quant à moi j’avais pas l’air conne avec mon petit bouquet de renoncules jaunes à mon mariage)

Le jaune est donc aussi la couleur de la dissimulation

Enfin moi ça ne m’empêche pas d’aimer le jaune, solaire, astringent, le jaune c’est plein de vie, hein ? qu’en penses tu mon poussin ?

‘Tendance jaune’ sur la photo :

- vernis Nars Kismet
- Chaussures Sessun
- Imperméable Stella Mc Cartney
- Eames chair base eiffel
- Robe en soie Marni
- Table Lalinde Sentou
- Broche Trefle Yazbukey
- Soutien gorge Proenza Schouler
- Sac shopping Orla Kiely
- Ombre à paupières Sparkling gold Shu Uemura

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design Tendances Lab

fashion fixette #02

19 février 2011
marni-def1


Y a que Marni qui me fait ça !

Broches, key chain ou ring, colliers, ceintures…

Accro des pois, des fils ou du pompon, on croirait les accessoires Marni tout droit sortis d’un cabinet de curiosité, c’est qui me fascine je crois

et il faut bien l’avouer à tout ce qui ressemble de près ou de loin à un camée. Les bijoux sont précieux mais pas trop, les broches pourraient avoir été volées sur un tableau, et d’ailleurs, si l’Odalisque n’était pas si nue, elle aurait sans doute à son revers une broche Marni

Madame Récamier, la drôlesse, l’aurait épinglé à son décolleté…

Mat ou glossy, résiné ou vieilli, on dirait des reliques ou mieux, des bonbons ! aromatisés au cuir, ou au plexi, décorés de perles, de pierres ou de dessins dans des émaux.

C’est un budget je sais, mais ma fixette a commencé il y a maintenant 10 ans! les accessoires Marni n’ont pas d’âge, et sans être vraiment à la mode, ils le sont quand même tous les ans…

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design L'air du temps

Pas de printemps pour Marni

15 octobre 2010
Marni-01

Milan… Collection été 2011

Mais qu’est-il arrivé à Marni ?

Consuelo Castiglioni serait elle tombée amoureuse de son maître nageur ?

Qu’est-ce que c’est que ces bonnets de bain, ces tatanes, ces imprimés ?
que signifient ces trous, ces caoutchoucs ?


Manifestement dans l’impasse, je vous retourne la question… moi qui suit une fan de la marque depuis sa création,- rappelez-vous cette merveille d’été 2003 toute en finesse et en transparence, et l’automne 2005 où les boléros de fourrure flirtaient sur les blouses en satin, l’excellente union du cognac marié au rose dragée, ou le printemps 2007, et ses robes structurées ceinturées de cuir, je ne me retrouve pas dans ce plastique mou, que s’est -il donc passé ?

Je veux bien reconnaître que l’on retrouve une certaine subtilité dans les couleurs, qui sont comme d’habitude assez recherchées, que je renierais JAMAIS, vous m’entendez JAMAIS l’une de mes marques préférées, mais enfin ! même dépareillées, je n’ai envie d’aucune de ces tenues… Se confirme alors encore plus chez moi ma passion pour la fragilité de la mode qui par essence (et heureusement ! ) n’est pas appelée à durer. Et alors je nous imagine cet été, errer en pleines courses du samedi après-midi, le cheveu aplati sous le bonnet, la claquette de thalasso en alerte, et le peignoir en plastique causant, chassant la mycose de quartier… Mais comment voulez-vous qu’on pêche Camille Lacourt nippées comme ça ?!

Vous aimerez aussi:

Enjoy this blog? Please spread the word :)