Browsing Tag

sexe

L'air du temps Love +++

Il était une fesse …

25 octobre 2014

Ou comment nos fesses sont toujours trop !

Trop plates, trop grosses, trop molles, trop basses… trop trop toujours TROP !

Maltraitées, malaxées, insultées, mises en quarantaine, au régime presque toute l’année, étuvées à blanc dans de la culotte amincissante en lycra, épuisées en séances de fitness…

les gels, les enveloppements, les jeans moulants, le chaud, le froid, les algues, tout y est passé… mais si elles pouvaient parler nos fesses, qu’est ce qu’elles nous diraient, hein ? Et bien elles nous diraient qu’elles en ont probablement ras le c***, et qui sait, elles pourraient un jour vraiment se (relâcher) fâcher !

Heureusement que la mode existe pour leur donner forme humaine parfois… Les Flare, Les Slim, les Chino, les tailles hautes, les basses, les jupes crayon, les talons … autant de subterfuges issus de cortex et d’Inditex de génie…

© thathipsterporn

Alors pour se réconcilier avec elles, au clair de la lune, avec ma plume, je leur ai écrit un mot … Une sorte de face à fesse, – libérateur – le genre de discussion sérieuse qu’on a qu’une fois dans une vie avec son (mari, non je voulais dire ) anatomie – une lettre d’amour, mieux :  une déclaration.

Oui un mot doux, ému, pour mon c*** !

Essayez chez vous, vous verrez c’est thérapeutique, je publie vos copies quand vous voulez

Mon cher c*** ,

Faut qu’on se parle toi et moi !

C’est vrai nous deux ça n’a pas toujours été easy easy – mais quand même plus simple qu’avec mes cuisses – je te rassure. D’abord, tu as grandi plus vite que moi… tu ne t’es pas toujours bien comporté, tu n’as pas toujours bien toléré tous les Finger que par dizaine j’ai avalé, mais je dois reconnaître que tu t’es toujours tenu assez haut, et que finalement – à mon image en soirée –  tu as toujours été rond et de cela je t’en remercie chaleureusement. (Santé ! )

Puis tu t’es mis à être convoité, comme ça, sans prévenir, à un âge où les bikinis étaient fluos… qu’est ce qui t’a pris franchement, on n’étaient pas prêts tous les deux !

Tu as toujours été un grand sensible mon c***,

Comme tu as été « touché »  lorsqu’on a commencé à te regarder ! te souviens tu ? et la première fois qu’un homme a posé les mains sur nous deux, je t’ai senti tout chose, pendant que mes joues changeaient de couleur et picotaient … La première grosse bêtise assortie de sa fessée on préfère ne pas s’en rappeler (dans les années 80 les parents avaient encore le droit de se fâcher), et la dernière… on s’en rappelle comme si c’était hier, tiens d’ailleurs c’était hier !

Mais je t’ai sauvé la mise bien des fois mon c***, des fois où tu aurai pu te compromettre salement dans des histoires simples, pépères, durables (non mais vraiment à quoi tu penses des fois !). Je t’ai rattrapé à temps, tu as parfois confondu faim avec envie et amour avec passion

Et ce soir de bain de minuit où je t’ai tant agité que j’en ai oublié mes vêtements, qui ont été emportés par la marée, c’était en Vendée ! Tu te souviens ? on a bien rigolé toi et moi et tous ceux avec moi encore plus, n’est-ce pas ? Franck – Stéphane – François – Janine – Audrey – Ben et Mumu (bizarrement Mamie pas tellement) - et les autres, sur le passage clouté quand il a fallu rentrer …

Il y a 25 ans, j’admets, voyant des photos de nous en maillot, je t’ai maudit, c’est comme si tu m’avais abandonnée, alors oui j’ai dit : « salaud » oui j’ai prononcé le nom de celle dont on ne prononce pas le nom « c******** » (encore aujourd’hui je n’y arrive pas), alors oui je t’ai caché, enfoui sous les paréos, t’ai condamné à errer dans le noir… pourvu que personne ne te voit !

Mais le jour où j’ai pris 17 ans dans la face, et toi dans ta fesse, on s’est jurés toi et moi que les vagues c’est dans la mer qu’elles devaient rester et que nous ne ferions pas ménage à trois …

© thathipsterporn

Alors depuis toutes ces années, on s’est ressaisi, le gras a été bouté mon ami, et à de sombres années, nous n’avions d’ailleurs plus que la peau sur les os, c’était pas beau tu te souviens, un vide intérieur qui se voyait beaucoup trop à l’extérieur, mais tout ça c’est fini, on est restés ensemble mon c***, comme ‘soudés’ (ah ah ! je me fais rire moi même, je suis con des fois).

Je t’ai bichonné au moins autant de fois que je t’ai fait prendre l’air, si ce n’est davantage, je t’ai gommé, crémé, massé, je t’ai musclé, sculpté à grands renforts de gélules de Fucus Vésiculosus, de Centella asiatica, d’homéopathie, et de tous ces pacs man du gras les bien nommés : Acides Linoléiques Conjugués (à toutes les personnes, tous les temps, tous les modes, et même à l’imparfait du tissu conjonctif). Je me suis rendue ridicule dans des positions de fitness suggestives pour que nos deltoïdes se renforcent sous la petite robe d’été … On en a bavé tu sais !

J’ai failli te renier à nouveau quand on a été obligé de s’injecter des hormones pour sois disant procréer, mais toi et moi on le sait mon c***, quand c’est pas le bon cheval, le corps à part accueillir la culotte du même nom, il dit juste non… et puis le jour où ça arrivera, enfin tu te vengeras, mon ventre sera plus volumineux que toi !

Ahhh, tu m’as quand même rendu de biens chers services mon c***…

Quand il a fallu s’asseoir sur des endroits pas possibles, quand tu as tenu la dragée haute à toutes ces confiseries, perché sur des talons de 10, quand tu as tenu le coup bien droit dans la fosse des concerts, quand tu as bougé comme un dieu sur les dancefloor et leurs raies de lumière

Et quand je t’ai mis de force sur une machine de guerre en métal, que je t’ai fait bouffé de l’elliptique, tu n’as pas bronché, tu t’es épanoui même, de cela aussi je voulais te remercier, te féliciter.

© thathipsterporn

Alors aujourd’hui finalement, je réalise combien je te dois mon c*** , parce qu’au fond, les années, les gélules de Fucus Vesiculosus, les pistes de danse, les hommes, les boutons de moustique passent, mais toi tu ne m’as jamais laissé tomber … Rien que pour ça je continuerai à t’offrir de jolies petites culottes en dentelles et en coton, et en 38 s’il vous plait, rien que pour ça je voulais te dire que tu n’es pas mon ennemi et que (si nous levons le pied sur les apéros sucrés et les réglisses Haribo), j’ai confiance en toi mon c*** ! Allez on rempile pour 20 ans !

Vous aimerez aussi:

Love +++ Tendances Lab

Fashion & friends

9 septembre 2012

La mode trahit-elle nos comportements entre copines ?

Les copines c’est la vie. Indispensables à notre organisme, elles sont notre air, nos repères. Aussi essentielles que de s’habiller. les vraies, les bonnes sont toujours là. Auraient-elles un profil mode nos copines ? peut-on reconnaître à ses vêtements une vraie copine d’une fausse ? après une enquête approfondie auprès de mes semblables, et de nombreux témoignages, je me lance, je ponds un post moitié fallacieux, moitié vérité vraie, mais où j’ai appris beaucoup sur … moi même.

Je ne parle pas ici des moins de 20 ans qui se clonent pour faire joujou et qui s’envoient des ♥ ♥ à tout bout de champ en confondant liens du sang avec les autres.

Toute ressemblance avec des personnages connus est donc totalement fortuite.

1. La CO Ltd.

La Best quoi ! Elle nous tient les cheveux lors des orgies pour qu’ils ne fourchent pas dans la cuvette des toilettes, nous écrit des cartes postales avec des coeurs et des réflexions philosophiques sur les abdos des italiens du sud, vient nous voir à l’hôpital en pleurant mais avec du Campari, nous rend propres les petits hauts qu’on lui prête, ne porte pas le même parfum que vous, complimente vos tenues, vous offre des petites merdes de ses vacances sans vous (elle connaît votre passion pour les petites merdes et le piment d’Espelette aussi). Elle est même heureuse pour vous quand vous réussissez à en finir avec l’acné, quand vous êtes amoureuse ou que vous parvenez enfin à garder votre sang froid au travail.

Il existe un ENORME avantage à fréquenter une CO Ltd. Certes, elle est plus raisonnable que vous (c’est pour ça que vous vous êtes choisies je vous le rappelle, elle a besoin de fantaisie, vous avez besoin de sagesse) elle se laisse volontiers embarquer dans vos conneries.

Autre avantage : le benchmarking affiche une putain de ligne Océan Bleu, je m’explique : aucune concurrence ! Vous pouvez pouffer ! et pourtant : – je ne vais pas déroger à la règle selon laquelle j’ai, depuis mon jeune âge la fâcheuse habitude de dire ce que personne ne dit et que pourtant tout le monde pense (une grande gueule clairvoyante dirons nous, mais une grande gueule qui aurait bien des fois gagné à la fermer BREF ) – pas qu’on se cherche un faire valoir, ou une amie moche mais avouez, on ne s’est jamais aussi bien entendu avec un être du même sexe que si celui ci ne représente aucune menace pour nous – CQFD – (ceci ne signifie évidemment rien pour une catégorie de population en dessous de 25 ans, qui se refile meufs, mecs et HPV sans état d’âme)

Même si vous vous rejoignez sur certaines nombreuses valeurs essentielles, avec votre Best Copine, aucun des univers de vos vies n’est en concurrence frontale, ni la médecine, ni le mec, ni le style, ni la façon de vivre, ni les enfants, ni la façon de boire son Campari, ni la profondeur de bonnet, ni le ménage, ni la coiffure. Souvent elle est plus âgée ou plus jeune. ET C’EST POUR ÇA QUE ÇA MARCHE !

Le look de la CO Ltd. : Les valeurs sûres.

Un sens aigu des couleurs, des accessoires à tomber, elle porte plein de bracelets, des robes en maille, des sandales compensées. C’est chic, c’est fun, c’est efficace. Indépendante, et sûre de ce qu’elle aime, elle a le souci du détail, mise sur ce qu’elle a de mieux, et sur sa tenue traîne toujours une petite broche, un badge sur son sac en toile, un maquillage simple mais réussi, des grosses lunettes blanches, un slim bien coupé, une barrette écolo ou un mouchoir imprimé de chez Maison Georgette.

Sac Beaubourg La Bagagerie

broche Magic Banana Alice Hubert sur l’Exception
2. La COPIpine

Vous vous entendez à merveille. Chacune son territoire de chasse, elle aime les blonds vous fondez sur les bruns. Elle est blonde et vous êtes brune. La plupart du temps. Peu de disputes pour choper, vous plaisez à ceux qui vous plaisent, et elle se fait draguer par ceux qui ne vous intéressent pas. La plupart du temps. Chacune a des avantages que n’a pas l’autre et vice versa. Ça s’équilibre. La plupart du temps. Elle a des seins, vous avez le visage, elle a la hauteur, vous avez le cul rebondi. Ça fonctionne. La plupart du temps.

Les choses se dérèglent quand l’une se case en général, et là ÇA FOUT UN DE CES BORDEL !  Réaction : Un vrai sevrage, faut gérer le manque, faut tenir, les sueurs, les tremblements… celle qui roucoule doit trembler dans son sommeil ou aux WC tout au plus et ne se rend même pas compte de ce vide énooooorme (la garce). Mais quand viendra le moment où elle rêvera de virées copinesques au Bus Palladium, et d’apéros interminables… Elle comprendra. Celle qui reste célib’ se tape en général une gentille petite déprime remise en question le temps d’un week-end à coup de  Ben & Jerry et puis HOP ! c’est reparti.

Le trublion est brièvement présenté, mais ça peine à décoller, l’ambiance n’est pas la même, d’ailleurs disons le tout a changé, la fille libre comme l’air ne peut s’empêcher d’envoyer ses codes de fille libre comme l’air au trublion … bref, après les décolletés, les oeillades, les mains baladeuses à l’avenir les virées se feront toujours entre vous et la COPI pine.

Le look de la COPIpine : sexy imprévisible

Vous avez certains goûts fashion en commun, mais c’est pas le matériel qui vous lit, c’est la façon de penser, de vivre, de s’amuser, de parler, de travailler, de faire des conneries, c’est aussi pour ça que ça marche ! Elle sera donc sophistiquée si vous ne l’êtes pas, s’habillera ras la touffe si vous êtes en slim, boira du rosé quand vous siroterez du rouge, et sera plutôt ethnique si vous vous la jouez basique. Difficile à repérer de l’extérieur donc. Attention La COPi pine a tout à fait les qualités adéquates pour devenir la Best Co ltd !

Escarpins, L’autre Chose sur Shoescribe

Top Glitter Michael Kors
3. La COPIqueuse

Un genre très spécial que cette Copine là … pas méchante au fond, elle a beaucoup d’amis, d’ailleurs elle pourrait être chef produits chez Ikéa tellement elle range, compartimente … petits tiroirs d’amis, étagères de potes, confituriers de connaissances, casiers de camarades. A sortir en toute occasion. Mais elle vous fera toujours croire que VOUS, vous n’êtes pas rangée comme les autres, que vous êtes sur le dessus du panier, parmi les meilleures. (quelle P*** ! ) On ne peux pas lui en vouloir, elle en l’occurrence, en veut toujours plus, requeste votre mec sur Facebook alors qu’elle ne l’a vu qu’une fois, vous pousse VOUS pour être à ses côtés pendant les diners et sorties week-end, lui parle à une distance approximative de 5 cm, et lui met ses seins devant le nez car elle sait que les vôtres sont – hors grossesse – moins généreux disons (et soyons garce jusqu’au bout, parce que ma foi c’est bien son seul atout, voir ci dessous)

Vous ne la virez pas parce que, disons le, elle est moche. Et vous compatissez. Vous contribuez donc à nourrir son fol espoir de séduire tout court, et qui plus est ce qui est encore plus facile à convoiter : votre amoureux ! Le pire c’est que vous ne vous en méfiez pas, et que ce sera pas la première fois qu’on verra un type tromper sa nenette avec un cageot !

Le look de la COPIqueuse

Moche peut être mais pas totalement dépourvue de goût. Cela la sauve d’une certaine manière, sauf quand les knacki balls qui lui servent d’orteils sont rangés dans une paire de sandales compensées. Elle porte des fringues de créateurs inconnus chinés sur des salons spéciaux pour créateurs inconnus, et d’autres pièces un peu exubérantes qui font d’elle la copine sympa un peu fofolle qu’on invitera toujours aux soirées. Il n’est donc pas impossible de la croiser en fourrure rose, ou avec un chapeau qu’on croirait sorti d’un panier de légumes anciens chez le primeur, avec des coloquintes et des coccinelles dessus.

Manteau en laine bouclée Rose (de chez Rose) J.Crew

Chapeaux Céline Robert
4. La COPIstache

Une histoire impossible, puisqu’entre vous il y a de l’envie. Ne cherchez même pas, c’est souffrance et douleur assurées. Ici c’est un peu  l’histoire « du cochon qui devient apprenti charcutier » comme dirait l’autre saucisson sur RTL2. Une amitié de faussaire, une course à la contrefaçon. L’une aimerait être l’autre, et l’autre voudrait avoir la vie de l’une. Le coup de fil chaleureux devient séance de critique et jugements une fois le combiné raccroché. Prenez de la distance, vous n’êtes pas faites pour vous entendre, encore moins pour vous écouter.

Son Look

Le vôtre … (en moins bien ou en mieux)

6. La COPIrate

Je vous vois là bas … déjà en train de faire les malines « genre moi j’en ai pas » !

Teuh teuh teuh, dans les grandes villes personne n’ose l’assumer, mais on a tous une ou deux COPIrates, zéro investissement, zéro importance, avec qui on va déjeuner ou prendre l’apéro pour passer le temps, demander un service, yeuter en terrasse, se faire présenter des nouveaux garçons, pour éviter des collègues ou juste pour écouter d’autres vies, d’autres lamentations… Des profils très hétéroclites, anciens collègues légèrement intimes depuis qu’ils ont géré vos mails pendant une semaine d’arrêt de travail, vagues connaissances qui pourraient devenir confidentes, ou clientes … who knows ? ancienne camarade de classe qui rassasie votre curiosité sur comment elle a résussi / râté sa vie ? copine d’enfance qui veut se racheter après vous avoir salement abandonné à 16 ans et demi et tout specimen ravi de parler de lui pendant une heure, en racontant plein de mensonges parce que le degré d’intimité proche du sous sol le permet … Là aussi aucune concurrence, la COPIrate peut être mieux habillée que vous, telle une fashionista, comme être habillée tel un sac avec des pompes Camper. Ce n’est pas une question de moyens, c’est une question de goût.

Le look de la COPIrate

C’est une fille laborieuse (elle déjeune à l’extérieur donc travaille), respectable (elle accepte de déjeuner avec une fille pour qui elle a zéro importance) et qui a le look qui va avec. Alors c’est quoi le look d’une perle comme ça ?

2 options :

a) Elle a réussi dans la pub, mais pas assez pour vous snober. Elle a une frange comme vous, et des vernis à ongles de folie divinement posés sur ses doigts de bibliothécaire. Pas de jean, un tailleur chic mais décalé, elle est jolie, mais donc a plein d’emmerdes de fille jolie (concurrence loyale et déloyale, complexe de supériorité au travail, pression de sa hiérarchie parce qu’on ne peut pas être ET belle ET pas con, par extension difficultés à se caser maritalement…) et se sent seule (d’où sa joie de déjeuner avec vous qui cherchez un job au passage). C’est une histoire d’intérêts ni plus ni moins. (en matant son poitrail je me dis que Purée moi aussi j’aimerais bien un pendentif  poupée de Servane Gaxotte !)

Poupée articulée lookée lapine, Servane Gaxotte

Lunettes de vue Marni sur Yoox

b) Malgré sa réussite, elle ne sait toujours pas s’arranger. Elle ignore le mot coiffeur, et dans son look pointe d’anciennes réminiscences de serre-tête et cols claudine… Le pantacourt est courant, la monture des lunettes improbable, pour les chaussures, on pourrait soupçonner un abonnement annuel chez Geox, ou chez Ecrase-merde et Cie parce que déjà l’année dernière le soulier semblait être issu de la même fratrie, y a de la consanguinité dans le dressing on dirait !

Vous aimerez aussi:

J'ai testé Love +++

La liste de démariage

22 février 2012

Ou comment se réconcilier avec son état civil

Attention, cet article risque de heurter la sensibilité de mes lecteurs. Je m’excuse par avance du caractère personnel des propos qui vont suivreVoilà c’est fait, mon mariage est annulé !

Je suis devenue ce 31 janvier, non pas divorcée mais célibataire. Oui je sais ça paraît saugrenu, mais j’ai une vie romanesque. Hop envolé, ce mariage est effacé de mon extrait de naissance ! c’est la mairie de Mulhouse qui va être contente, vont devoir se sortir les doigts, le typex administratif est de sortie.

L’histoire est foutrement glauque, dans le genre faux et usage de faux … aussi je vous dispenserai des détails, mais ce sont des choses qui arrivent quand on est assez crétine pour épouser un crétin. Pour célébrer cette bonne et grande nouvelle donc, j’ai décidé de créer une entreprise (chourrez pas, j’ai déjà déposé à l’INPI) qui promet d’être lucrative : les listes de démariage, mais oui de divorce aussi, j’en vois déjà qui s’inquiètent ! (meuhh nan je vous oublie pas). Comme un symbole, mieux un manifeste, chargé d’entériner sa nouvelle vie, car je crois fermement à ces actions tangibles qui font qu’on tire un trait sur un passé douloureux même si le typex mulhousien et ses super pouvoirs ne me rendra quand même jamais amnésique …

Aujourd’hui et en exclusivité mondiale, je décide de me constituer ma première liste de démariage qui je l’espère arrivera à concurrencer celles de l’enseigne Debenhams qui a eu l’idée (ou l’occasion qui sait ?) avant moi ! comme quoi c’est jamais bon d’être le premier, autant laisser les autres défricher.

Le nouveau départ

1. Tout d’abord je ne vois qu’un très bon champagne

pour s’étourdir du bonheur d’être enfin LIBRE ! Un Ruinart blanc de blancs fera l’affaire, notez que je partage et même si l’envie est grande de me descendre toute la bouteille, le bonheur ça se répand … j’ai pas le choix.

© www.Ruinart.com

2. un livre qui correspond à l’instant D (mariage)

et qui trônera non pas à mon chevet, (dans une nouvelle vie on ne dort pas !) mais qui m’accompagnera dans les gares et les aéroports pendant mes escapades avinées chez mes potes.

3. réveiller ses pupilles endormies

Pour être sûre de ne plus passer à côté des arcs en ciel de la vie, le capteur de couleurs LEGO.

LEGO SHOP

4. une alliance de célibataire

à se payer égoïstement, et gravée d’amour pour bien montrer qu’on en veut et qu’on en a plein à donner ! René Talmon l’Armée

c’est ici !

5. Sucer des POP CAKES

pour pas perdre la main en attendant … de refaire confiance !

recettes, kits et arômes sur un site girly de malade www.feeriecake.fr

6. Un kit de chopage

– composé de 6 séances de Cellu M6 (beauté privée, groupon, bon privé …) destinées à dégommer le gras de la femme mariée resté en vous

– d’un ensemble de lingerie Agent Provocateur dans lequel se glisser AVANT le Pop Cake et APRÈS le Cellu M6

– d’une nouvelle coupe de cheveux, moi je dis ça je dis rien, paraît qu’on change de coiffure quand on change de mec !

– d’un filet garni mensuel de chez Picard parce qu’on ne reste plus chez soi à cuisiner, on sort grave et on dîne au resto

– un abonnement aux soirées parisiennes de l’Hippodrome de Longchamp, ou des Jardins de Bagatelle dans le 16è, au Djoon dans le 13è pour groover, au Rosa Bonheur dans le 19è pour guincher ou au Café de la plage dans le 11è pour se marrer

– un rouge à lèvres pop, mat, incendiaire et sans transfert pour le garder même si vous emballez (les Mattene de M.A.C, genre « Rare Exotic » qui tue sa mère et la vôtre)

avec agent provocateur (ça va chier !)

7. Un pur shampoing déjaunisseur

parce qu’il rend notre blond transparent comme une danoise et qu’il élimine même le rire jaune

Alchemic Shampoo Silver Davines ici

8. Refaire sa réserve d’anti-oxydants

parce que ‘mine de’ c’est corrosif toutes ces conneries, c’est que ça pourrait nous oxyder les cellules, et nous faire vieillir prématurément, hein Serge ?

chez Smart city

9. mettre (ENFIN) ce qu’on aime et ce qu’on veut sur les murs

J’ai rien contre Marvel, mais disons que les éditions limitées de Strange encadrées en géant, ça jure avec mon papier peint Osborn & Little ! je préfère les oeuvres de mon amie Françoise Petrovitch et sa série Tenir Debout est parfaite pour une liste comme la mienne, ou presque n’importe quelle gravure de Atsuko Ishii, si je m’écoutais j’en mettrais une dans chaque pièce de ma maison. Pour la photo, il y a un site que j’adore, de vente de tirages signés, numérotés, comme le travail que Bruno Charoy nous livre en backstage des défilés www.wantedparis.com

© Bruno Charoy

10. un canapé tout propre

L’actuel est tout tâché, albumine, caséine, protéine, hémoglobine, cellules épithéliales, chocolat, Zinc, vitamine C, fructose, mention pour les personnes allergiques : ce produit a été stocké dans un atelier utilisant des oléagineux. Traces de soja, noix de macadamia caramélisées, potiron bleu de Hongrie, gluten. Pour bien commencer sa nouvelle vie, il faut poser ses fesses dans du neuf. Le coup du canapé, c’est un peu comme celui de la coupe de cheveux. J’en ai d’ailleurs repéré de très profonds chez HAY au Danemark dernièrement.

Ma liste est consultable à tout moment, ici même sur ce site, vous pouvez envoyer vos dons pour ma reconstruction via paypal à sophie@mymillionfashionblink.com. Je n’accepte ni trèfle, ni pièce porte bonheur. Merci

Vous aimerez aussi:

L'air du temps Love +++

Spécial Saint Valentin : Le « like » d’entre tous les « like »

26 janvier 2012

En parlant de l’Intime, on parle de l’Universel

Pour Frédéric (oui j’appelle Beigbeder par son petit nom depuis 2005 au Plaza) l’amour durerait 3 ans, pour Karine Le Marchand il serait dans le pré, pour Niagara il est à la plage, pour ma grand mère il était un travail, pour moi il est une plante vivace qui inspire et de l’O2 et du CO2, donc pour résumer si je crois Frédéric bien volontiers,  je n’en ai jamais trouvé dans le pré, en revanche des préservatifs usagés parfois.

J’ai appris récemment que de chaque personne s’échappent de toutes petites molécules, elles virevoltent partout insaisissables, légères, légères. Certaines j’en suis sûre, sont entrées par un coin de mon œil, et se sont posées délicatement sur la surface humide de mon globe oculaire. J’ai intégré des fragments infimes d’autres.

Comment les rendre utilisables maintenant ? Réponse : en ne changeant pas un atome de ce que je suis en train de vivre aujourd’hui…
Alors l’amour c’est quoi ?

En langage 2.0, Le LOVE serait le LIKE d’entre tous les LIKE. le POKE de tous les POKE. La situation idéale quoi : L’amoureux se jette sur votre féminité, vous fait l’amour sans Iphone, veut avoir un rôle à jouer dans votre capital génétique, vous arrache votre culotte, marque son territoire sur votre wall, vous textote des centaines de <3 , vous fait un bébé sur Skype, vous demande comme épouse sur Facebook tout en surveillant sur Ipad qui va liker …

L’amour en revanche ne LIKE pas la double vie, l’amour ne LIKE pas les prédateurs qui ont trop joui. L’amour ne LIKE pas non plus ni la distance ni le mensonge. Bref. L’amour ne LIKE pas d’être au resto au milieu de tous les autres POKES un soir de Saint Valentin…

L’amour est complexe, ambidextre, à voile ou à vapeur, il n’est ni svelte, ni obèse, pour les mêmes raisons qu’il n’y aurait donc pas d’amour beau, ni d’amour moche. C’est ce qu’on en fait qui lui donne une valeur. L’amour HERMÈS vs l’amour KIABI ? Le Love FOUR SEASONS vs le Love CAMPANILE ? c’est à vous NOUS de décider.

Sa couleur ?

Rouge forcément, la couleur de la passion, du sang (et du Bordeaux supérieur) … Et le Rose plus exactement qui est devenu un symbole de l’amour et plus encore, du don de l’amour, de l’amour pur (porc).

Cette année donc, je ne dirai pas que je me fous de la Saint Valentin, je dirais juste que je m’en cogne, limite… seulement parce qu’au fond, ce jour comme une ôde à la fertilité, permet de revitaliser la libido des couples surmenés qui se touchent après leveau-lebordeaux-legâteau-et-lecadeau. Je me rappellerai quand même toute ma vie le soir où mon papa, venu à Paris en déplacement d’affaire un 14 février, m’emmena dîner, dans l’ordre : se trouver un resto, une table de deux de libre, gérer la rose dans l’assiette et accessoirement le personnel persuadé que je me tapais un vieux.

Ahh l’amour ! …

Sacs en trompe l’oeil Thursday Friday – Blouson en cuir été 2012 Carven – Echarpe Donna Wilson – Baume RoseBud Salve de Smith’s – mes doigts peints OPI à NY (pas à vendre) – cabas Anya Hindmarch – T-shirt Homme Comme des Garçons PLAY- Bague or et cornaline Paola Zovar – Shampoing VOLU Davines – Sandales Sweedish Hasbeen -

Vous aimerez aussi:

L'air du temps Love +++

Réveillons le réveillon ! alias Sexy X Mas

22 décembre 2011

J-2

Les fêtes approchent …

Elles approchent tellement, qu’on s’en colle une dans 2 jours !

Noël c’est pas tellement la saison de la Mode, (pfff cette pluie c’est vraiment pas fashion) ni de la drague d’ailleurs (sont agressifs les gens ohlala ! ). Maintenant que les cadeaux sont faits et qu’on a juste la peur aux tripes que ça plaise pas (j’ai testé, et c’est juste comme si Freddy Kruger venait vous souffler son haleine fétide à la tronche !) cessons de consommer du produit une minute, et faisons donc un point « sociétal » sur NOUS, l’humain, celui là même qui tressaille, qui jouit, bref qui respire, à la mode quoi, bien VIVANT !


Qui va t-on emballer sous le sapin cette année ?

Le Fuckbuddy ?

C’est ce garçon qui nous connaît en profondeur et qui se contente des sentiments superficiels qu’on veut bien lui accorder. Une créature dotée d’une grosse pointe de modernité, qui est avec (en) vous exactement pour les mêmes raisons que vous êtes avec (sur) lui . Avantage : Le Fuckbuddy a le mérite de nous dispenser du female drama, il nous éloigne de l’adultère, car avec le Fuckbuddy, ce n’est pas SALE. C’est UTILE. Genre.

La Sexfriend ?

C’est cette fille que l’on connaît en profondeur et qui se contente des sentiments superfiliformes qu’on veut bien lui accorder. Une créature dotée d’un océan de béatitude et de modernité, qui est avec (sous) vous exactement pour les mêmes raisons que vous êtes avec (derrière) elle. Avantage : La sexfriend a le mérite de nous dispenser du male drama – puisque par définition on est toujours en forme avec une sexfriend – la sexfriend nous éloigne de l’adultère car avec la sexfriend ce n’est pas TROMPER. C’est UTILE. Genre.

Le (la) « pasdesonpasd’image » ?

Il (elle) vous brise le cœur par son silence (de merde). C’est cet individu (de merde) rencontré là comme ça, distraitement et qui nous donne zéro niouze, juste après s’être barré(e) du lit alien, le vôtre en l’occurrence ! Avantage : vite déballé(e), vite remballé(e), ne reste pas longtemps sous le sapin.

L’Ex ?

Tellement célèbre qu’on ne se casse pas le cervelet à lui donner un genre : un LUI ou une ELLE qui forcément fait chier. Existe en plusieurs versions : ‘Dossier’ – ‘Sexfriend‘ ‘Comme un goût de reviens-y’ ou encore ‘je m’en sers odieusement pour faire bisquer l’officiel(le). Avantage : on est tous l’Ex de quelqu’un. On est tous égaux face à l’EX, les yeux injectés de sang donc.

Le (la) Up & Down ?

Se dit d’une relationship qui justifie à elle seule le statut « c’est compliqué » sur Facebook. Entre odieuses disputes, claquages de portes, réconciliations sonores et hystérie maladive. Avantage : moyennant bon pitch, on peut le (la) vendre en mode petites annonces sur Ebay le 25 décembre. Down (et faire un truc de dingue se le (la) racheter le 29. Up)

Le mec (la fille) DOSSIER ?

Fait référence au fameux dossier que l’on pose sur un coin du bureau, tellement gros qu’il donne la nausée. On met un temps fou à l’ouvrir, et puis une fois qu’on y est, on s’y penche sérieusement. Le (la) mec (fille) DOSSIER faut l’avouer est foutrement intéressant à traiter, mais demande beaucoup (trop) d’efforts. Il (elle) est une source intarissable d’informations (d’emmerdes aussi) et peut, de fait, avoir une certaine longévité. Avantage : à vous de voir ce que vous ressentez si un jour vous le rouvrez …

Le (la) « Dans tes rêves » ?

Très proche du boudin. Se dit généralement d’un mec ou d’une fille ‘No way’. Avantage : aucun, si ce n’est celui d’amortir la chute des aiguilles du sapin.

Le (la) conquête de vacances ?

Le type (la meuf) improbable qu’on s’est toutes (tous) envoyé à Toulon, Saint-Jean de Monts, Montbron, Saint Pierre et Miquelon, Saïgon et à peu près tous les trucs en On …lieux de villégiature hiver comme été. C’est cet homme barbu bodybuildé, cette bimbo-tresses africaines carrément tarte, ce fan d’Anthrax chevelu ou cet éphèbe métrosexuel de 25 ans dont on ne ressent aucune honte à trimballer sur le remblai parce que justement on n’est pas chez soi. Avantage : plein ! vu qu’on le (la) ramène pas, il (elle) peut juste rester un BON souvenir.

Le (la) Marsouin (sirène) ?

Et puis sous le sapin, il y a THE cadeau : celui que vous avez commandé au Pole (Emploi) Nord et qui pour une fois a été traité par un service client impeccable. bref, la sirène, le Marsouin . Cherchez pas il (elle) n’existe ni en plusieurs tailles, ni en plusieurs couleurs, il n’y en a qu’un(e) Le mien (la vôtre) ! On s’est pas franchement mis dans la facilité avec mon mammifère, tout autour ça juge, ça jacte, ça y va de ses petits conformismes, de ses grandes conventions. C’est valable pour vous aussi messieurs, heureux avec elle comme un poisson dans l’eau, et d’entendre autour de vous « tu rends compte Michel une sirène et un humain ça mène à rien ! »  ça vous fait quoi hein ? Les Jeunes sont moins rock que Nous et les Vieux ont oublié qu’ils étaient jeunes … ça nous prépare une belle pagaille pour 2012 ah ah ah !

Alors avant que l’année bascule je ne sais où, Nous on est allés se faire tirer un portrait de noël … chez Harcourt (disons dans l’une des cabines qui pullulent un peu partout en ce moment). La photo est parfaite, désarmante d’intimité, hors du temps, un sfumato où l’âge n’existe pas.


comme dirait l’autre, c’est mon Noël, c’est mon Amérique à moi …

Vous aimerez aussi:

J'ai testé voyage voyages !

Portraits chinois

28 novembre 2011

1 pays, 3 scénarios

Je viens de rentrer d’un séminaire intensif de 3 semaines en Chine avec l’IFM, le FIT de NY, la POLY U de Hong Kong . Je n’y ai à vrai dire pas beaucoup dormi, parler de jetlag serait donc ici un scandale, pire une infamie. Pour l’instant je m’occupe de ma gorge bousillée par la clim , et de mes heures de sommeil, (on s’occupera de la soutenance de créa d’entreprise demain !)

Pour atterrir donc, il n’y a pas de secret faut l’écrire. Je vous le fait en plusieurs scénarios, pas parce que c’est beau, mais pace que c’est plus rigolo. Pour noyer la feast, il faut bien plusieurs pistes

Préambule …

Les chinois sont comme nous dans la structure, des êtres faits de chair et de sang, seulement le tout dans un organisme de petite facture

Le régime alimentaire du chinois se compose d’absolument TOUT, à l’exception des barreaux de chaises.

Enfin, et à dire, c’est d’une affligeante banalité, ce pays est juste la thèse – antithèse-synthèse du copyright.

Question cities ? Hong Kong n’a rien d’exotique, mais elle nous projette dans le futur. Elle est brillante et folle. Je l’ai aimée fougueusement. Je n’y oublierai jamais le charme du ferry pour aller et venir entre HK side et Kow LoonShanghaï elle, se répand, elle est créative, en son cœur bat tout le business chinois. Elle ne m’a pas renversé, je n’en oublierais par pour autant le charme des rues de Taikang road

Ghanzhou, Foshan, HK, Shenzhen, Shanghaï … Les rues sont exemptes de crottes de chien, bah forcément ils les mangent me direz-vous (je ne détaille pas vous aurez remarqué) bref, que c’est c’est plaisant pour marcher.

Question seafood ? ils ont une spécialité qu’ils vendent à la criée dans la rue ressemblant à peu de botox près à la lippe de Courtney Love


Question phacheune ? Y a t-il un style chinois ?

Moui alors là je suis mitigée, certaines constantes tout de même :

1. la permanente n’ a pas la côte en Chine (et c’est plutôt une bonne nouvelle)

2. Les filles portent des chaussures toujours trop grandes

3. les manches des vestes et des manteaux sont toujours trop courtes

Les tendances semblent clairement arriver du Japon, car les filles aiment se fringuer plutôt girly, avec des nœuds, des dentelles, du rose poudré. Beaucoup de blanc.

Enfin, grosse fixette sur le poil ! toutes les chaussures étudiées à Shanghaï étaient largement poilues, fourrées, bref moumoutées. Saluons au passage la mode masculine que j’ai largement préférée à la celle des femmes. C’est graphique, assez stylé, les vestes de lainages sont top, les écharpes, les chemises… faut juste checker comment c’est fitté (oui ils sont pas du genre à dépasser les 70 : en mètres et en kg !)

 

Plan A

Bref. Je suis une sainte.

J’ai entendu mon réveil sonner tous les jours

Je me suis levée à 7.00 tous les matins et suis allée en cours tout le séjour

Je suis restée à la fin de la journée pour dialoguer avec les intervenants ; j’ai posé des dizaines de questions pendant les conférences

Je n’ai séché aucune visite, ni conférence pour aller faire du shopping

Je n’ai jamais eu la gueule de bois ou de travers une seule journée

Je ne suis jamais arrivée en retard dans l’amphi ou dans le bus

Je me suis couchée à 22H30 tous les soirs. Et me suis reposée le week end

J’ai travaillé d’arrache pied sur notre case study afin de trouver les meilleures solutions de développement de la société Fung fat

J’ai présenté d’accent de maître mon case study en anglais et ai été foutrement interpellée par la dimension « sustainable » du garment market chinois

J’ai eu une vie culturelle intense et ai visité DE JOUR les plus beaux musées, les plus belles galeries, et usines de confection (Cuir, Textile)


J’ai slalomé entre les galettes dans les rues de Hong Kong et n’en ai fait aucune !

J’ai révisé en mieux mon sentiment sur certaines personnes

Je suis allée dans des cafés très cosy et calmes pour boire des thés et goûter de succulentes galettes de pâte de riz à la myrtille

Je n’ai pas dépensé tout mon blé sur les marchés, dans les boutiques, à City Super ou à l’Apple store

J’ai déjeuné de muffins cranberry plusieurs midi de suite. Et ai fumé des clopes chinoises excellentes et pas chères

J’ai renforcé mon anglais en proposant des conférences sur Paris aux expats de Lan Kwai Fong

J’ai été félicitée de bon matin de ma bonne mine, de ma bonne humeur et de ma résistance digestive


j’ai tout à fait supporté ce qu’on a glissé dans mon verre le SEUL soir où j’ai clubbé

Je me suis fait de nouveaux amis dans ma propre promo

j’ai appris à mes camarades le régime alimentaire selon son groupe sanguin

J’ai digéré comme un chef tout ce que j’ai mangé, pattes de poulet, et hamster farci y compris

J’ai sympathisé avec de nouveaux amis de la promo précédente

Je me suis baignée dans les piscines spa des hôtels où j’ai séjourné

J’ai même pas dit « aïe » pendant le chinese traditional massage

Plan B

bref. j’ai le diable au corps.

Je me suis réveillée une fois à 14h15 et j’ai même pas été captée par Véro. J’ai raccroché la visite de 15h sans petit déjeuner et je suis arrivée avec mon verre de Mojito que j’avais gardé dans mon sac

J’ai dansé au Till Dusk Dawn dans des paires de bras parfois non identifiées

Je me suis fait refoulé un soir du Dragon I parce que le type que j’essayais de faire rentrer était trop défoncé

J’ai fêté l’anniversaire d’un chinois que je ne connaissais pas (Joyce il s’appelait) au campari dans une boîte d’autochtones

J’ai réveillé mes colocataires avec des bruits bizarres au Metropolis Plazza, Harbour machin truc enfin je ne me souviens même plus du nom de l’hôtel

J’ai accepté qu’un touriste me prenne en photo à côté de lui, parce qu’il n’avait jamais vu de blonde et qu’il voulait dire à tous ses potes qu’on était amants

J’ai fait la tournée des bars et des boîtes, et suis rentrée pile à l’heure ou mes room mates se levaient pour le petit dej

J’ai été digestivement surprise par une pizza trop grasse, le comble

J’ai révisé mon jugement sur certaines personnes. Et inversement je crois

J’ai séché la visite de Géodis (pardon Véro) pour aller faire du shopping


J’ai essayé de payer le ferry en mettant mes pièces dans la fente où on met d’habitude la carte Octopus

J’ai pu confirmer qui ne pouvait pas me blairer. Et pu vérifié qui était vraiment faux cul

Je n’ai pas pu danser dans la rue tellement il y avait du monde qui dégueulait des bars

J’ai piqué les bouteilles de vodka, de champagne et de gin d’une table qui n’était pas la mienne en boîte. Aidée par les potes, on en a fait un doggy bag pour la fois suivante

J’ai couvert grave ma best friend, et elle a fait de même pour moi, sauf qu’elle a perdu un pari par ma faute

j’ai répété 15 fois dans le taxi à mes acolytes que le père de l’autrichien Marcel s’appelait Rolf comme mon père. Insupportable moi ?

je me suis fait offrir des verres au bar, dans les canapés, sur les comptoirs, dans la rue. Et dans le meilleur des cas j’ai pu en faire profiter les copines

j’ai tapé NO quand la nana de l’apple store m’a demandé si j’avais un mot de passe pour ma CB – mes cartes ont été bloquées. J’ai réalisé que password revient à dire pin code

J’ai été félicitée de bon matin de ma bonne mine, de ma bonne humeur et de ma résistance digestive

Visiblement déboussolées à Shanghaï avec Miss K suite à une divine manucure, on a prit un taxi pour faire 300 mètres

Plan C

Après tout la Chine c’est bien le pays du milieu. Entre A et B je crois que j’ai respecté le contrat, centrée, bien au milieu !

Ce qu’on a vécu à Hong Kong restera à Hong Kong , ce qu’on a pas vécu à Shenzhen restera sur la serviette du Queen Spa, ce qu’on a ressenti à Shanghai restera en billet de 100 sur le siège arrière d’un taxi

Accessoirement je parle à moitié chinois couramment (Ni’hào – xiè xiè tout ça quoi … )

Et comme je suis à moitié sympa, ma bonne moitié vous file les bonnes adresses qu’elle y a trouvé :

HONG KONG
- 45 r, 7 star street
- Kapok,  Sun street, Wanchai
- Fringe Club, 2 lower Albert road, Central
– Caterking Dim Sum, 3 Hau Fook Street
– AquaLuna www.aqualuna.com.hk
– La marmite, 46 Staunton street, Soho
– Just Green, 7 st.francis street, Wanchai
– Red bar, 4/f Two ifc, 8 finance street, Central
– Dragon I, 60 Wyndham street, Central
– Till dusk dawn, 76 Jaffe Road, Wanchai
– Konzepp, Tung street Sheung Wan
– GOD, 30 Canton road Tsim sha Tsuit
– Le Boudoir, 65 Wyndham Street, Central

SHANGHAÏ
- The pottery workshop, 220 Taikang Lu / 176 Fumin Lu
– Shintori, 803 Julu Road
– Madame Mao’s Dowry, 207 Fumin Lu
– Liuli China Museum, 25 Tai Kang Road, Luwan / Xiao San Tang museum café
– the Glamour bar, N° 5 the Bund
– Green massage, 58 Taikang road, Luwan
– Hiz chocolate, 150 Jinxian Road
– Chamiliving, 201, Fu Min Road
– The clouds, 200 Taikang Road, Luwan
– Din Tai Fung, House 6, South Block, Xintiandi Lane 123
– Bar rouge, 7F Bund 18, 18, Zhongshan Ding Yi Road
– Mint, 24 Floor 318 Fuzhou Lu

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design L'air du temps

Les 12 questions essentielles de la rentrée

17 octobre 2011

C’est l’automne et vous vous sentez aussi triste que Robin Wright dans la campagne Gérard Darel ?

Heureusement j’ai à disposition une série de questions toutes plus existentielles les unes que les autres pour vous faire entrer dans l’automne en douceur ….

1/ Pour commencer attardons nous sur le cas Robin Wright cité en référence ci dessus : Il n’y a vraiment que l’ex Kelly Capwell qui se désespère de divorcer … Pourquoi cette fille sublime  (revoyez She’s so lovely) dégage t-elle autant de tristesse dans cette campagne ? et plus largement quel est le problème de Gérard Darel exactement… surtout après nous avoir fait supporter l’horrible tarin de la fille de Meryl Streep ?
2/ pourquoi la viande des grisons sent-elle les pieds ? (je dirais idem pour la confiture de pêches)
3/ pourquoi les garçons qui dansent au Pompon ont tous des chemises à carreaux, la barbe de 3 jours et des cheveux qui ondulent dans tous les sens ?
4/ pourquoi a t-on tant envie de fumer pendant l’apéro ?
5/ est-ce parce que l’écrivain Arnaud Cathrine est canon qu’on va lire son livre ?
6/ pourquoi les filles de 20 ans laissent leur vernis s’écailler autant sur leurs moignons de doigts ?
7/ est-ce à cause de Goldorak qu’on ira t-on tous voir l’expo sur les jouets au Grand Palais ?
8/ pourquoi la pratique qui consiste à accabler les femmes sous prétexte qu’elles ont trop d’expérience sexuelle est tellement répandue qu’elle porte désormais un nom aux Etats Unis : le slut-shaming ? (je vous dispense de la traduction)
9/ est-ce que Cyprien Gaillard est un romantique post moderne ?
10/ pourquoi attendons nous qu’Alphaville sorte un nouvel album ?
11/ y a peut être prescription, mais elle nous taraude celle-ci depuis le temps, m’enfin pourquoi Brad a quitté Jen ?
12/ et pour terminer, la vraie question : les frères Bourroullec sont -ils vraiment géniaux ?

Vous aimerez aussi:

L'air du temps Love +++

Est ce que le roi soleil pourrait monter le chauffage…

9 octobre 2011

… Steuplé ?

Mon roi soleil vient de partir, je l’ai collé dans le train. D’ailleurs je lui aurai volontiers collé aux lèvres encore un peu plus longtemps. Alors j’ai eu envie de retrouver - les OH la belle bleue, les AH le beau bouquet final !  – Bref, les fastes glitter du week end, et malgré mon envie (besoin !!!!) de glander en sweat M&M’s XXL (mon frère était trop bon avec nous quand il bossait chez Mars) dans mon canap’ la tête dans les (étoiles) nuages, faut pas que je mollisse, et ça tombe bien j’arrive encore à marcher, vite à Versailles !

parce que même Versailles Messieurs Dames est du pipi de belette à côté des heures royales que je viens de passer

Ce soir nous assisterons au match Aubry-Hollande sur le ring du PS, et l’été Indien est bel et bien fini, y a de quoi déprimer je vous l’accorde. Alors je dis NON ! on va pas se laisser emmerder par un syndic qui n’a pas encore tourné la bobinette cherra du chauffage collectif, NON ! on ne va pas se laisser attendrir par le manque causé par son roitelet reparti chez lui (ah oui je ne vous ai pas dit, il rajeunit au fur et à mesure de l’article)

la vue de notre chambre avant la buée ha ha !
Replonger c’est prolonger, vous me suivez ?

Alors c’est décidé, on va prolonger la (nuit) vie de château,  je donnerai cher là maintenant pour me replonger avec mon prince soleil dans les taffetas, les moulures, la masse compacte du Mont Blanc de chez Angelina (c’est nouveau ça s’appelle plâtre aux marrons), les dorures, les miroirs un peu piqués, la volupté du boudoir moite qui vient d’être déserté…

Les fleu-fleurs et les pom-pons, mouai
Le jeu des ressemblances

– Mon jardin est-il taillé à la Française ?

Réponse : vive la DDE !

– Et les grandes eaux de Versailles ?

Réponse : on se défend …

– y a t-il des glaces dans ma galerie ?

Réponse : bizarrement elles fondent

Bref, Versailles au fond ne sera jamais Broadway, et au fond Paris sans se faire entuber avec du mauvais champagne au Fucket’s ne serait plus Paris … Bref je pense quand même vachement à toi, et ça, jamais j’aurai pu l’imaginer. Tu voulais un post qui parle de toi, et bah je te le dis moi c’est celui là !

Vous aimerez aussi:

Love +++ Tendances Lab

Où sont les hommes ?

22 juillet 2011

Tendance : Non chérie pas ce soir !

Au hasard de ma vie mouvementée, je suis ravie de découvrir que mes lectures confirment une part de mes théories, qui je le rappelle sont le fruit d’une veille sociétale et comportementale purement désintéressée, mais pas moins intense, et au demeurant bientôt disponible en cahiers de tendance ici même sur mon blog pour la modique somme de …. Meuh nan les amis je déconne ! vous faire payer ! quelle drôle d’idée, (remarquez ça m’aiderait beaucoup à régler les honoraires de mon avocat super doué)

mes lectures donc disais-je. Oui figurez vous je lis ! un peu de tout certes, mais en ce moment surtout de la presse masculine, et pourquoi ? mais pour trouver des réponses pardi ! des réponses à mes questions ou plus précisément à la reine des questions, la question souveraine, celle qui tue, qui vous fait regretter d’être parent quand vous avez un dossier urgent à finir, celle qui vous (me) réveille la nuit, la nuque un peu mouillée (et la nuisette en bandeau sous le nombril) mais … POURQUOI ?

Alors je vous le demande, oui pourquoi c’est une espèce de torpeur mollasse de la limace qui semble s’être emparée de nos jeunes hommes, pour ne pas dire mes contemporains, disons une certaine fange de la population élevée au Distilben entre les années 1972 et 1974 … qui me fait dire aujourd’hui sans ombrage que nos hommes de 36 à 39 ans sont mous du cul !

Je lis : le sexologue Pascal de Sutter qui affirme « un tiers des hommes n’a plus envie de faire l’amour, c’est du jamais vu ! »

J’écarquille : « 53% de personnes sont atteintes par une décrépitude avancée de leur désir sexuel »

Puis j’opine : « Beaucoup d’hommes trentenaires ne savent plus séduire, ni même faire des avances, plus de la moitié des jeunes femmes se plaignent d’un quotidien sensuel quantitativement décevant»

Enfin je compatis avec Emilie: « A force de tomber sur des garçons qui ne prennent aucune initiative, j’ai la sensation d’être regardée comme une nymphomane »

Pour résumer : pendant que ces dames râlent (à juste titre), ces messieurs baîllent (à moindre frite); et c’est une fille qui mange sa salade à la cuillère à soupe qui vous le dit.

Alors sans pour autant plagier ce bon vieux Patrick Juvet, qui n’a de masculin finalement qu’un vague mètre 85, je vous le demande : Où sont les hommes ? Oui les hommes et leurs idées pas toujours bien placées, où est l’effort, le participatif ? y a t-il un homme en vie sous ce cadavre qui là, gît ?

Parce que de source sûre, c’est pas l’expansivité sensuelle, gestuelle, verbale même, qui les étouffe !

Même plus un petit truc cochon à susurrer au lit, ça faiblit au chapitre du montage de tente trois places qui se tient (bien) sous les draps ; sans parler du drap justement qui reste donc le lieu de prédilection ultra téléphoné de ces chairs et de ce sang, alors que notre mobilier moderne a fait quand même d’énormes progrès sur ce qui est solidité et stabilité… à pleurer je vous dis. Genre.

Alors, pour étayer si l’on peut dire, du moins pour en avoir la cavité nette, en plus de mes moultes veilles (et déconvenues, il faut bien le dire) j’ai interviewé mes proches copines lors de moults apéros pré estivaux (je dis pré, rapport à la météo vous aurez deviné) qui sont unanimes sur la question : le mâle dans la trentaine finissante est un feignant sexuel militant. Mes copines mariées, curieusement sont restées assez discrètes sur le sujet … Nos propos ont dû être enregistrés par la Sofres ou Ipsos ma parole ! dès le lendemain, je lis :

36% des hommes citent le sexe comme passe temps favoris, 39% lui préférant les plaisirs du numérique ! je cite : « j’opte de plus en plus pour une masturbation rapide devant une séquence porno sur internet ! »

Mais c’est quoi ces paresseux ! au boulot Purée !

Puis les langues de mes copines se délient avec le Spritz di Venezia (deuxième effet Aperol) et j’entend en vrac des mots tels que :

…Plus de lien érotique avec la nudité…

…Craignent le jeu de la séduction…


Les options envisagées sont collégiales : aller chasser sur les fiefs de la dizaine du dessous (intéressant du point de vue motivation dans le caleçon, tant qu’on assume son statut de Cougar repulpée – ou pas – ) ou aller titiller la (ou les) dizaine(s) du dessus (et là on se farcit les obligations oh combien louables des pères de famille passés pour certains en mode pré viagra … j’exagère, vous en faîtes pas, c’est purement dialectique).

Là, je reprends un Spritz et je réfléchis – oui ça m’arrive aussi, (de réfléchir je veux dire ) et je me dis alors – brillamment (naturellement) – que si on en est arrivé là, on y est aussi pour quelque chose nom de chien ! et de poursuivre en ces termes qui ne réjouiront pas (et dans réjouiront il y a ré, ile bretonne au demeurant charmante …) les féministes qui me liront, et de leur dire à ces révolutionnaires, merci pour tout ce qu’elles ont fait, l’IVG, le travail, le pognon, le scrutin, les disparités parfois pire que des fossés, mais aussi et surtout que si elles arrêtaient un peu de les faire chier nos garçons, avec leur égalité, leur indépendance, leur business model de femme moderne qui prône plaisir et réussite Caterpillar comme d’autres, agitent leurs feuilles de salaires, et bah peut être qu’ils se motiveraient un peu la nouille quand on les as blottis sous la ceinture nos petit gars à la trentaine finissante… Et qu’ils iraient pas se branler sur YouPorn (bordel !)

Je ne vois qu’un seul aphrodisiaque pour relancer les vertus de ces fainéants Messieurs: le sexe lui même ! Alors les garçons, vivez, parlez, touchez, soyez plein de sous entendus, dites ce que vous aimez, comment vous l’aimez, cessez de vous cacher derrière vos boulots, votre passé, vos ruptures, votre âge, votre éducation… levez le nez de vos Iphones, et nom de nom bougez vous le …. (moignon ?)

Vous aimerez aussi:

Art & Expositions J'ai testé

Les boules de Geisha reviennent à la mode !

22 juin 2011

Grâce à Monumenta !

Je me suis dit que ça manquait un peu de fesse en ce moment, heureusement Monumenta est là, avec le Léviathan d’Anish Kapoor au Grand Palais. Moi j’appelle cela du design sensoriel, de la création sensuelle, je ne vous parle même pas du jeu d’échelle qui fait passer  Alice aux pays des merveilles pour une petite amatrice …. mais une amatrice de boules de Geisha, peut être … qui sait ?

Bien sûr il faudrait être une baleine franche pour tester, mais ça n’en reste pas moins romantique comme expo à faire en amoureux…

Et voyez comme il y a du monde au portillon … portillon que dis-je, aux ventaux plutôt !

Mais une fois dans l’antre, lové, au creux de ce sein rougeoyant, dans la paroi utérine, intestine (c’est vous qui voyez) de la bête …

on entend un coeur qui bat. C’est très fort et c’est très beau.

ça me rappelle mes battements à moi enregistrés une année auparavant pour le projet de Boltanski au même endroit, où le petit souffle que j’ai gardé de mon enfance, murmurait un petit ‘je t’aime’ métallique et mouillé…

Après une heure de gestation, c’est comme une naissance à la sortie…

Vous n’avez plus que jusqu’à demain pour aller admirer les boules de Geisha géantes de Kapoor, et si vous voyez la vie plus proportionnée, vous pouvez toujours l’emmener – elle, lui – du côté du passage du désir, qui propose des oeuvres de dimensions plus acceptables.

Vous aimerez aussi:

Enjoy this blog? Please spread the word :)