Browsing Tag

Stella Mc Cartney

Fashion & Design L'air du temps

Sous les sunlights des tropiques

16 mars 2012

La mode paradise

L’Homme est un être contrasté (surtout la Femme). Il suffit que le ciel commence à se dégager pour qu’une envie de tropiques arrive, «surfe» plutôt devrais-je dire … sur nos silhouettes et dans nos placards. En témoigne ce tsunami tropical qui est littéralement en train de nous tomber dessus cet été. Les nominés sont l’imprimé Hawaïen, et son cortège de palmiers, de fleurs de paradis, de sunsets qui font rêver !

Une des tendances phares de la saison, qui après s’être largement exprimée dans les années 90 (c’est pas parce qu’on a pas un buste noix de coco, qu’on ne doit pas oser l’imprimé cocotier !) fait un retour remarqué sur nos robe-chemises et nos t-shirts loose de l’été !  Une tendance qui fait appel à la fois au côté funky des sports de glisse, Kitesurf, Wakeboard … et au glamour du ‘je sirote des pina colada en bikini à la playa ’ … c’est léger, comme diraient les surfers «facile à rider», une mode qui sent le monoï et les embruns !

Zoé Karssen fait des séries exlusives de tops et sweats à palmiers pour net-a-porter.com, on retrouve le motif chez Kookaï, Sandro, des impressions de soleils couchant chez Willow, Versus, I love my t’s … ou de fleurs exotiques chez Stella Mc Cartney, Christopher Kane, Claudie Pierlot …

Les maquillages ont l’aspect mouillé : les bases de teint sont nacrées (Paul & Joe), les gloss sont sur lèvres ou sur les paupières (collection Paradise Agnès b. au CCB) on se fait un look wavy en tortillant ses cheveux au sel marin (Bumble & Bumble), et un teint hâlé avec le Sun beam de Benefit.

La plage elle, est évoquée par les tons sable des slim 7-8 ou des Chino beige (Sessun, Leon & Harper) ou des shorts miel doré (Aubin et Wills).

Bref, je crois tout est dit vivement l’été !

T-shirts : Sandro 125 euros, Christopher Kane 200 euros et Shine 65 euros – Tongs Slim Havaianas 30 euros – Base de teint Paul & Joe 27 euros – Sun Beam Benefit 20 euros – T shirt et débardeur Stella Mc Cartney 185 euros chacun – California Kissin à la menthe Benefit 15 euros – Short Aubin & Willis 88 euros – Shell Clutch Pieces 49 euros – Débardeur I love my t’s 50 euros – maillot Touazra Oxbow 60 euros – T shirt impression sunset Willow 259 euros – Surf spray Bumble & Bumble 18 euros

 

 

Vous aimerez aussi:

La couleur Tendances Lab

Mon poussin

17 avril 2011

De Pâques …

En cette pré « semaine radieuse » qui nous conduit tranquillement aux fêtes de Pâques, (je vous rappelle que dans mon pays, le Vendredi Saint est férié, d’ailleurs comme en Guyane et en Martinique, et je vois toujours pas le rapport de ces deux contrées avec L’Alsace…) est-il besoin de rappeler que l’on commémore la résurrection ?

A cette question je réponds oui, parce que comment dire, moi aussi je sens que la résurrection est pour bientôt ! Et qui dit renouveau dit Jaune forcément ! Ceux qui me connaissent savent quel Gris a pollué mon Jaune.

Une cloche passe…

Et en ce moment je vous le demande qui n’a pas envie de jaune franchement ? Intense, ample, violent, le jaune est la plus expansive, la plus ardente des couleurs, difficile à éteindre. L’un de mes professeurs d’Histoire de l’Art disait du jaune « il déborde toujours des cadres où l’on voudrait l’enserrer »

Le jaune, je ne vous apprend rien, est comme bon nombre de couleurs, ambivalent. c’est là que ça se complique :

Côté Peau

Les rayons du soleil manifestent la puissance des divinités, le jaune couleur de lumière et de vie, chez les Aztèques, les Tibétains, en Inde

Dans la cosmologie mexicaine, le jaune d’or est la couleur de la peau neuve de la terre (rien d’étonnant donc à ce que les Tacos aient débarqué chez nous – et que les Tortilla aient remplacé nos bonnes vieilles chips ! je me demande d’ailleurs ce qu’en pense la Polenta…)

Le jaune est donc la couleur de l’éternité

Côté chair

Le jaune est associé à l’adultère (d’ailleurs je n’invente rien : le trompeur a les dents jaunes, a des auréoles jaunes sur ses t-shirts blancs et aussi dans son caleçon, n’est-ce pas ?). Bref, le jaune est associé aux traîtres en général, à toutes les formes de traîtres, les traîtres des blanches, les traîtres de Maastricht, les traîtres de vaches … (quant à moi j’avais pas l’air conne avec mon petit bouquet de renoncules jaunes à mon mariage)

Le jaune est donc aussi la couleur de la dissimulation

Enfin moi ça ne m’empêche pas d’aimer le jaune, solaire, astringent, le jaune c’est plein de vie, hein ? qu’en penses tu mon poussin ?

‘Tendance jaune’ sur la photo :

- vernis Nars Kismet
- Chaussures Sessun
- Imperméable Stella Mc Cartney
- Eames chair base eiffel
- Robe en soie Marni
- Table Lalinde Sentou
- Broche Trefle Yazbukey
- Soutien gorge Proenza Schouler
- Sac shopping Orla Kiely
- Ombre à paupières Sparkling gold Shu Uemura

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design Tendances Lab

Un brin (de) naturel

8 février 2011

Chassez le naturel … il revient au galop

L’année dernière, je dirigeais encore La maison de Léna, feu ma petite entreprise (chérie). Celle-ci vous le savez se distinguait depuis 2006 par ses petits fauteuils pour enfant, aux couleurs claires et si légers en cannage et rotin écorcé (la petite chaise Léna ou le célèbre fauteuil Cabane…), presque toutes mes collections de mobilier étaient non seulement fabriquées en France mais déclinées dans ce matériau magique et 100% naturel.

J’avais donc été ravie d’observer dès l’hiver dernier, que les poupées du noël russe du Printemps Haussmann étaient faites entièrement en osier, et leur têtes messieurs dames étaient même tressées – par mon fabricant soit dit en passant – qui réussit l’exploit de réaliser des matriochkas géantes, dont une haute de plus de 5 mètres pour illustrer le thème slave du magasin.

Puis la tendance se durçit en mars 2010, et quelle ne fut pas ma joie de ressentir ce retour aux matériaux naturels dans les accessoires, je me souviens encore du soutien gorge en fibres d’osier Fabrics Interseason du n° 3351 de ELLE Magazine…

Puis l’été dernier j’avais succombé aux sandales en fibres naturelles tressées de Robert Clergerie (qui malheureusement n’avaient de naturel que la matière et non la demarche que vous vous chopiez avec ces péniches en raphia!)

J’avais donc jubilé en observant une augmentation sensible de mes commandes de mobilier, notamment de la part des pays de l’Europe du Nord et la Suisse mais aussi curieusement en sens inverse: from Greece ! et en sens non interdit (USA !)

La france elle, continuait à bouder…. Comme d’habitude j’ai envie de dire. Bien sûr chez nous, l’un des premiers à mettre en avant cette technique ancestrale fut Christian Dior qui fit du cannage une signature iconique en empruntant le motif pour les boîtiers de ses lignes de maquillage, palettes de fards, ou tubes de rouges et pour “gaufrer” ses sacs à main, ses flacons de parfum…

Puis plus récemment, Hermès, qui vient de dévoiler son nouveau monde rive gauche, dans le site de l’ancienne piscine du Lutetia – là aussi, l’hommage à la fibre naturelle est grandiloquent, comme l’est aussi celui du savoir faire qui aujourd’hui ne signifie plus des produits bien faits pour tous, mais des produits bien faits pour un (tout) petit nombre … L’excellence du luxe donc. La décoration ici se déploie en plusieurs gigantesques volutes de bois clair, du bambou, des fauteuils de salon de thé en moëlle de rotin et des cocons végétaux tout droit sortis de Pandora, c’est une splendeur !

Le plus fort, c’est que, depuis, La maison de Léna a cessé son activité, la tendance non seulement se confirme mais fait preuve de durabilité ! ce qui avouez est un modèle du genre dans le cycle infernal de la nouveauté en langage ‘Fashion’ évidemment – je me félicite d’autant plus d’avoir reniflé la tendance si tôt…

Et ce fut une lutte croyez-moi pour faire oublier auprès de la clientele française les culbutes de Sylvia Kristel sur son célèbre fauteuil en rotin, pour réhabiliter ce matériau extraordinaire, si souple et si léger, un travail au corps pour faire changer d’avis les mous du genou hantés par des colonies de sous-bock en cannage, de corbeilles à pain ou de fauteuils pour enfant non écorcés que toute maison de famille qui se respecte a dans ses greniers.

Chassez le naturel me direz vous il revient au galop, et j’espère bien revenir même au petit trot… parce que de voir crever nos fabricants français garants de savoir faire rares, c’est une honte pour nos capacités, nos métiers, cela revient à faire mourir le patrimoine de notre pays. Et moi j’ai pas les sous comme Vuitton ou Hermès pour les racheter ces trésors là.

Puis il y a quelques mois, en feuilletant l’Officiel spécial accessoires Printemps-Eté, quelle ne fut pas ma surprise en admirant au fil des pages ces brins naturels enlacés! Non seulement Clergerie nous ressort au détail près, exactement les mêmes sandales que l’été dernier (a t-on jamais vu ? c’est LE challenge du moment, qui secoue littéralement la théorie de la capsule qui sévit depuis plusieurs années, et d’ailleurs rien que dans l’idée de faire de la mode avec du réchauffé, ça me plait bien) magnifiquement belles au demeurant mais qui rendraient éléphantesque même une liane de podium.

Marc Jacobs, Roger Vivier, Gucci, Stella mc Cartney, Burberry (depuis 2008 déjà)… Les créateurs s’imposent à grands coups fibres naturelles, la corde des sandales compensées, le raphia, la ficelle, l’osier. Gucci propose donc pour cet été des ankle boots qui ressemblent à mon fauteuil Cabane, Stella Mc Cartney des sacs à main en cannage français…

Bien decidée à lui faire part de tout cela, je suis donc retournée à Rémilly-sur Lozon et j’ai interviewé mon fabricant Olivier Lehodey vannier depuis 1864, pas moins de 4 générations, qui dans un contexte de folle mondialisation, se demande sérieusement si il y en aura une 5ème…

Sophie Z : Depuis quand utilise-t-on les propriétés des matières naturelles pour notre vie quotidienne ? Et quelles sont les techniques de fabrication ?

O.Lehodey : Depuis la nuit des temps, les matières naturelles notamment végétales sont utilisées dans la vie quotidienne. Ainsi l’osier qui provient d’un saule (salix), a rempli une multitude de fonction. Les techniques de fabrication sont simples : il suffit d’entrelacer les fibres végétales pour ajouter la solidité à leur souplesse légendaire.

S.Z : Du fait qu’il soit entièrement manuel, comment ce savoir faire peut-il résister à la globalisation et aux faibles coûts de main d’œuvre proposés par l’Asie, l’Indonésie ?

O.L : Effectivement, le métier de vannier est resté 100 % manuel car la matière s’avère « capricieuse » (dans sa forme, sa résistance, sa souplesse, son taux d’humidité donc sa flexibilité…) et seule la main de l’homme peut, de manière rentable, « sentir » évaluer chaque brin. On parle alors de l’intelligence des mains qui ne sera évidente qu’après de longs mois d’apprentissage jusqu’à ce que chaque geste devienne un réflexe. Face aux faibles coûts de main d’œuvres de l’Asie, la Chine,  etc…. Ce métier disparait en France : à ce jour il reste moins de 120 professionnels contre 15 000 en 1950. Pour rester « entreprise Française du Patrimoine Vivant », le sur- mesure, la qualité de la matière et du travail, le délai d’exécution, la ligne (le design) et la rareté des exécutants sont autant d’atouts décisifs.

S.Z : Je sais pour avoir travaillé avec toi, que tu détiens un savoir faire unique, comment le préserver, le protéger ? Ou même donner l’envie de perpétuer cette tradition, ce métier ?

 

O.L : C’est vrai que nous sommes une espèce en voie de disparition ! Pour préserver et protéger ce savoir faire ancestral, il faut se regrouper, communiquer, rester tendance :  Il faut être passionné, fier de ses racines, habile de ses mains, libre dans sa tête face à ce monde qui devient virtuel.

S.Z : La maison de Léna a été sensible à ce matériau pour ses propriétés naturelles et fonctionnelles uniques, d’autres designers ont manifesté de l’intérêt pour le rotin, lesquels ?

O.L : La sensibilité au matériau est importante pour le public : l’osier et le rotin, passent pour des matières «usées » (sauf le rotin dit synthétique, où l’on perd tout le sens de la matière naturelle !!).Or, un désigner aura de par son regard une approche totalement inversé sur ces végétaux : s’ensuit des lignes fluides, harmonieuses élancées, chaleureuses, contemporaines, futuristes pourquoi pas ? ! La main de l’homme est là pour transcrire l’idée, lui donner corps et âme : l’osier transpire l’homme. Ainsi, Matali Crasset, Domeau & Péres ont précieusement dans leur carnet d’adresses le nom de ces magiciens du saule.

S.Z : Et si l’on parle écologie ? C’était un point que je souhaitais tout particulièrement développer pour ma marque, on y était parvenu avec les vernis, quel est ton parti pris là-dessus ?

O.L : D’un point de vue écologique, la vannerie est très bien placée :  travail 100 % manuel, utilisation d’une matière végétale, solide, légère, souple, biodégradable. C’est un matériau sain qui ne subit aucune transformation chimique si ce n’est l’ardente passion du tresseur. De plus en plus de finitions sont à base d’eau mais par la même plus délicates à utiliser (temps de séchage, recouvrance, résistance…). Les fabricants y travaillent et nous serons bientôt en mesure d’utiliser des gammes de laques cellulosiques qui respectent à la fois l’environnement et aussi les hommes, que ce soient nos ouvriers en ateliers ou les utilisateurs chez eux.

Vous aimerez aussi:

Enjoy this blog? Please spread the word :)