Browsing Tag

tendance

Fashion & Design J'ai testé

Sensitive interview #07

22 septembre 2015

Robert Lussier

J’ai rencontré Robert dans le cadre de mes fonctions, au sein de la Maison (de linge Haute Couture) D.Porthault. Best Sheets ever !  Robert a la culture des marques, son oeil est pointu mais reste contemporain, impertinent. Je n’ai pas commencé le job depuis longtemps, mais j’ai rarement vu fan aussi aimant, aussi enthousiaste ! Il faut dire que Directeur Artistique insatiable, Robert cultive la passion de son métier dans la mode, le parfum, la beauté. Il a lancé avec son associée designer sa propre marque LESNOB, moitié dark moitié glitter, une mode pleine de contrastes et de codes du luxe fabriquée par des partenaires soigneusement choisis pour la qualité de leurs produits et leur savoir-faire. www.lesnob.com. 

LESNOB Glasses

LESNOB Glasses

Robert admire donc le patrimoine de la marque D.Porthault et s’amuse de ses archives qu’on a feuilleté ensemble pas plus tard que la semaine dernière. Il était fasciné. Des produits D.Porthault il en a plein, il vit dedans, déjeune dedans, se lave dedans, et dort dedans… et ce n’est pas fini, ses amis aussi !

C’est ainsi que lui et son sens des belles choses, (et chez D.Porthault ce n’est pas ce qui manque les belles choses, les broderies, les transparences du voile, les tissus, les couleurs, les imprimés) partirent en Normandie afin « d’habiter » ces fantastiques produits, leur donner vie, les rendre mouvants, glamour et quotidiens, eux qui, sans un pli, sans un bruit, étaient restés un peu figés, dans les beaux lits parfaitement bien bordés, avec leurs sublimes draps brodés. Ci dessous des photos de ce shooting d’été, qui bouscule tout des codes des visuels du linge de maison, (non sans rappeler qu’à leur époque Daniel et Madeleine Porthault révolutionnaient eux aussi tout du linge tout blanc, y apportant de la couleur, des imprimés!) nous avons tout naturellement baptisé ce projet : l’art de vivre D.Porthault. 

IMG_3476

Il paraît que dormir dans des draps D.Porthault est une expérience d’une sensualité et d’un bien être effrontés, presque incompatible avec se lever pour aller travailler. D.Porthault serait donc « presque pas sage » depuis 1920… j’ai franchement hâte de tester ! En attendant, Robert a accepté de répondre à mes questions, vous allez comprendre un peu ce que généreux veut dire :

IMG_5565

* do you exercise the job of your dreams ?

yes and yes and yes!

i not only now have my own advertising agency which is my main love….a job called advertising

i love making beautiful things…so now

i also design a handbag line called lesnob & take photographs…its all encompassing now.

i love to do many things

 

 * your definition of your own work

i love beautiful things.

i love opposites, as they attract…

future, nature. vintage, modern. black, white. country, city…

minimal, over the top. serious, humorous.

i love images & words that evoke emotions…

 

_MG_9183

 

* your relationship with the style, the fashion ?

i grew up in Detroit in the 80s- so new wave was my influence….both in dress and music. i always wore black- my uniform, which i still do today…

 

* the gift you often offer

flowers or lesnob chocolate

 

* your hero – what would you like he says about your work?

my dogs lemon and yin. they love the simple beauty in life…

to walk on the beach, travel, lay in the sun…

 

 

IMG_6061

 * your driving force

to create what i want, to push myself and make the world a little more beautiful !

 

* one of your 5 favorite sense

smell, so i can inhale my roses and my dogs fur…

 

* the color combination or pattern that fascinate you

black & beige. orange & pink…opposites attract !

 

D.Porthault Table cloth

 

 

*how is it furnished or decorated in your home?

a mix modern & vintage.

 

 * the basics of your wardrobe

simple. comfortable. chic. quality !

i love hermes, comme des garcons, rick owens, saint laurent for men

 

 * the object that never leaves you

my iphone, my laptop, my sharpie markers & a bottle of ‘zephir de rose’ by rosine parfum, …all fitting in my lesnob tote bag

 

 *lifestyle for you is ….

the way you see the world…

IMG_4304

 

*your definition of luxury

freedom is luxury

 

 * current projects (which you can speak)

secret !

 

* the brand that makes you dream ..

rosine, lesnob & of course d. porthault

 

12039564_10207331373508085_2081727686350712988_n

Pictures © Robert Lussier, & special Thank to Mia too !

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design J'ai testé

Sensitive Interview #06

4 juillet 2015

Accro de la Mode

Isabelle est la créatrice du célèbre blog ACCRO de la MODE. Une illustratrice de haute volée, styliste pour l’univers masculin (Burberry, Balenciaga … entre autres), devenue blogueuse de mode, elle continue les projets qui me parlent (Le virage-dépoussiérage Damart – voir t -shirt ici, porté par Catherine de Catherine et Liliane, c’est elle ! ). Nous sous sommes rencontrées il y a déjà 4 ans, à l’époque du concours de blogs lancé par la rédaction de ELLE, et puis nous nous sommes retrouvées chez Valérie Salacroux et ses sabots diaboliquement tendance près du musée Carnavalet. Puis au hasard de quelques vernissages, rencontres, lectures communes, c’est toujours un plaisir de voir Isabelle. Et surtout, Isabelle a du style, et ses dessins un chien fou. L’acuité la plus racée que je connaisse. C’était évident que j’allais lui demander de répondre à mes questions, et lui dire aussi : « Isabelle le sac de plage que tu as illustré et que j’ai offert à ma maman est devenu un greffon de son épaule depuis 3 ans ! »

* Exerce-tu le métier dont tu rêvais ?

Oui, sans aucun doute. C’est le métier dont je rêvais et surtout celui que je pensais faire le mieux.

* TA définition de TON travail

Multi tâches. Styliste de mode/ illustratrice/ chroniqueuse

* Ton rapport au dessin est

Je dessine CE QUE JE VOIS et essaye de le retranscrire de la façon la plus lisible par tous.

* Le motif c’est un supplément d’âme ?

Un supplément d’âme ou un message. Il perd son âme lorsqu’il devient trop commercial.

* Le cadeau que tu offres souvent

Une bougie parfumée dont le design et le visuel va avec l’intérieur de la personne à qui je l’offre.

Unknown-4

* Ton héros – Qu’aimerais-tu qu’il dise de ton travail ?

Qu’il est dans l’air du temps.

* ton  moteur

La nouveauté

* L’un de tes 5 sens préféré

La vue of course

* La combinaison de couleurs qui te fait vibrer

Le marine associé à certains camels, bruns et kakis.

Unknown-5
* Qu’y a t-il comme pièces de mobilier ou de décoration chez toi ?

Un joyeux mélanges de pièces chinées chez les antiquaires niçois : Une grande table basse en marbre et fer de Léopold Jess, une bibliothèque de Franco Albini, des chaises Knoll dans la cuisine, l’inévitable butterfly Airborne (le premier siège que je me suis acheté en 1985) et, pour dîner dans le living, un ensemble français non signé, très années 50 en skaï noir et palissandre de Rio. Aux murs, des toiles de Paul de Pignol et des affiches vintage de la Fondation Maeght et de la galerie Madoura.

* Ta Madeleine de Proust

Le parfum Équipage de Hermès.

* L’objet dont tu ne peux plus te passer

Mon ordinateur.

* LIFESTYLE pour toi c’est …

Un art de vivre.

Unknown-3
* Acrylique, Aquarelle ou Photoshop ?

Photoshop

* Les basiques de ton dressing

Un pantalon noir bien coupé, une chemise d’homme bleu marine, un blazer Maxmara en poil de chameau.

* Projets en cours

Rien dont je ne puisse déjà en parler !

* La marque qui te fait rêver … WHY ?

La marque de vêtements de pluie Mackintosh. Pour sa rigueur et la perfection de la fabrication.

* Et une problématique qui me taraude beaucoup… Un petit mot à dire sur le pouvoir esthétique de l’escarpin ?!

L’escarpin est un sacré produit. Je me souviens qu’enfant j’en dessinais beaucoup. Est-ce la pureté de sa forme ? Le fait qu’il mette indiscutablement les jambes en valeur ? Je l’aime noir et pointu, classique à la Hitchcock. Dès qu’il revient à la mode, je m’en rachète et aime le porter jambes nues + manteau au genou ou avec un jean bien usé.

Unknown-2

www.accrodelamode.com

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design L'air du temps

Foodista

3 juillet 2015

Les tendances qu’il nous Food

#Le Contexte

1. Le carton d’EATALY avec ses 400 M€ de CA et son ouverture prochaine dans le Marais (2017)

2.« Nourrir la planète » le thème de l’exposition Universelle de Milan (160 000 visiteurs par jour quand même)

Une occasion pour réfléchir et chercher des solutions aux contradictions de notre monde : en gros si une partie de la population mondiale souffre de la faim (environ 870 millions de personnes entre 2010 et 2012), d’autres meurent à cause d’une alimentation incorrecte ou d’une consommation excessive de nourriture (environ 2,8 millions de décès liés à l’obésité). Sans parler, des 1,3 milliards de tonnes d’aliments gaspillés chaque année bien entendu.

3. L’Uber Fresh aux USA

La passion de l’ultra frais, de la diète ultra moderne, de l’extra cru, de la bobo-detox en jus et liquides colorama, un vent de vitamines brutes venu de la baie de San Francisco. En France on a Nubio

4. Les chefs sont des stars, en résidences pour des dîners à sensation

#La Contradiction

La nourriture, on y consacre moins d’argent qu’avant, mais nous sommes sans cesse en recherche de sens avec elle.

De quoi va t-il falloir tenir compte ?

#Roots

Réfléchissons donc un peu ensemble à * …

– Le problème des valeurs nutritives : 1 pomme des années 50 vaut environ 100 pommes d’aujourd’hui

– Le défaut : On s’intéresse au rustique, à l’irrégularité, rien n’est mis au rebut.

– Les sens : manger avec des baguettes, des cuillères en bois, les doigts. Vous seriez pas en quête de sensations là ?

– Le sauvage : retour à l’homme des bois, on chasse (enfin surtout dans Koh Lanta), on cueille, on fait griller

– Extraction de moëlle : On récupère les saveurs des choses, c’est la mode des infusions, des extraits

– Le design : il suit la tendance, la céramique est craquelée, mate, la terre cuite et le verre promettent des sensations, le béton est brut (comme il l’a toujours été)

Les Exemples : Le Studio Forma Fantasma, Elwide qui fait du troc de pain, restaurant Silo Brighton, King Folk Magazine

 

7968dff13c2bbf76ddec6c7a4891c72d

#Farming

A méditer : en 2030, nous serons 70% à vivre en ville. 30% à la campagne…

- La Nature : nous avons besoin de connexion avec la nature (vite un balcon !, les terrasses …. C’est le développement de l’agriculture urbaine : 1 personne sur 4 fait de l’agriculture urbaine. Il y a un vrai engouement pour le jardin (dans un secteur de la Maison qui pèse 51 Milliards d’euros, le Jardin arrive en première position avec 7,48 Milliards !), le potager en ligne (Rungis 6000m2 de bio), et aussi pour les plus fous se construire des maisons autour des arbres (ce n’est pas le concept que je préfère, capturer un arbre et se le garder pour soi, lui infliger les fumées de dîner, de clopes, les tatouages enfantins, les grattages de chats – bref y a des limites à l’architecture d’intérieur)

- Les coloris verts : ils redonnent vitalité, comme le wasabi, d’ailleurs le condiment devient majeur, (épices…) un peu comme les accessoires dans la mode.

- La vague des liquides : des soupes, des bouillons, et de tous les contenants creux : bols, assiettes creuses, saladiers … S’alimenter liquide est une vraie tendance de fond

- Phytothérapie : On se soigne par les plantes

Les Exemples : les poulaillers design, Matthieu Lehanneur « River »

514cd816271cc2ba6a8967ea6ab78dd3

#Erotic

Merci Champi  : Le pouvoir sensuel du champignon, organisme fascinant, est enfin reconnu

- « Les interdits » : c’est la tendance du subversif, (cannibale ?) et de la quête de rituels, de plus en plus d’aliments sont noirs : calcifiés, brûlés (tiens ça me rappelle le tourteau Fromager de Vendée, ce qu’il était avant gardiste !)

- L’alcool : la mixologie et les contenants de cocktails, et mixtures (verres de toutes les hauteurs, carafes …)

- Les doigts : la nourriture devient fétichiste, on mange avec les doigts (et pas les pieds ?) c’est la tentation, le poison…

- Le design : une réflexion sur les outils avec lesquels on mange, les matières, les formes, la couleur, la texture, les volumes

- Les stimulis sensoriels : et notamment la nourriture coréenne

Les Exemples : le retour de l’absinthe, et du vermouth; le Soon Grill, ateliers et formation de mixologie

absinthe

 #Hybrid

Question : vers quel Food Futur on va ? génère t-il de la crainte ?

- Le design : Réfléchir à la fonction différemment : j’ai pu voir un jour dans ma vie un plateau-doigts !

- R&D : les entreprises vont se doter de cellules R&D, pour préparer la façon de manger et de recevoir de demain.

- Le Packaging: très important pour l’expérimentation (DIY) Instagram regorge de nouveaux packagings innovants, ludiques, preuves que l’esthétique du contenant s’efforce de promettre la qualité gustative du contenu.

Les Exemples : food designer Eindhoven The Food non Food Department

7f835e6352c1fa1d90b816ab9f10d6f2

* Merci à Cécile POIGNANT de Trend Union

Vous aimerez aussi:

L'air du temps Tendances Lab

A new hive ? Oh Yes

29 mai 2015

La Ruche qui dit oui !

Un circuit court, local, participatif

Le 21 septembre 2011, la première Ruche qui dit Oui ! ouvrait les portes de sa distribution. C’était au Fauga, une petite bourgade de la grande banlieue de Toulouse. Gourmands, voisins, amis et curieux ont poussé le portail d’Odile, leur responsable de Ruche, pour récupérer les melons, poulets, fromages de chèvre, canards qu’ils avaient commandés sur le site… Continue Reading

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design voyage voyages !

VITRA lalalère

27 mars 2015

Sprechen sie Vitra ?

Au plus près de la chaleur familiale et de l’inspiration design. What else ? Le thème du week end ? le détail choc. Je confirme, 88 personnes dans la grange avec leurs détails choc, ça en fait du choc ! Pendant l’une des interminables siestes que Félix nous fait en Alsace, (14h30-19h !) nous sommes partis nous refaire un peu les yeux, et papoter design et bonnes idées à Wal am Rhein chez Vitra, quoi ENCORE ?!! et bien oui encore ! à la fin je parlerais couramment allemand et je serais embauchée. (y a pire comme avenir).

Cela dit, malgré la fréquence des visites on a quand même raté l’expo Alvar Aalto qui s’était terminée 15 minuscules petits jours avant notre arrivée. Le showroom n’a pas été totalement renouvelé depuis cet été, mais quelques nouveaux détails ne nous ont pas échappé. C’est toujours inspirant cette façon qu’ils ont chez Vitra d’aborder le bien être au travail, avec des luminaires qui reproduisent la lumière du jour, des fauteuils qui ne font pas le dos rond, de l’horizon pour penser quand on lève le nez de son clavier. Même le merchandising des gommes est stylé !

IMG_0917

 

IMG_0884

 

IMG_0896

 

Attention youpi mobile au fond à droite

Vitra a l’art de proposer des compositions d’espaces conviviaux et « mouvants ».

On retrouve les tendances du moment, le tressé, le marbre, le rotin et le verre coloré dont je vous ai déjà parlé, mais aussi, les touches de rose, l’irisé, les motifs géométriques. Le summer green de la Panton Chair.

Panton Chair Summer Green

 

IMG_0894

 

IMG_0912

La grande nouveauté cette fois c’est la Vitra Slide Tower. Youhooo ! un toboggan géant surmonté d’une chambre partiellement vitrée, façon tour de contrôle aérienne (d’autres se croiront dans Baywatch, question de subjectivité). Ce truc est dingue, un petit tapis est fourni pour plus de glisse et d’adhérence dans les tunnels en colimaçon. L’expérience physique du site, et du design, il fallait y penser.

 ci dessous avec les nuages – © Vitra

Vitra Slide TowerIMG_0920

Pendant que les autres accumulent ventes privées et solderies pour écouler leurs merdes stocks, et avoir une petite chance de rester debout en ces temps moroses, on a l’impression que Vitra ne connaît pas la crise, pire Vitra s’amuse.

IMG_0906

 

IMG_0904

 

IMG_0913

 

 

Et il peut avec un succès pareil ! Vitra « France » a réalisé un chiffre d’affaire de plus de 20M€ en 2013 et ne connaît aucune perte depuis 2010. Vitra « worldwide » est propriétaire d’un nombre colossal de licences d’objets qui ont marqué leur temps. Personne ne sait au juste combien il rapporte vraiment. Le Bâlois reste d’ailleurs impénétrable sur le sujet. Il y a 10 ans, le chiffre d’affaires passait à 285 millions ! Dans l’intervalle, Vitra a aussi appris la mondialisation. D’Allentown (Etats-Unis) à Zhuhai en Chine en passant par Goka (Japon), Szombathely (Hongrie) et Neuenburg (Allemagne), ses usines tournent désormais sur plusieurs fuseaux horaires.

Car chez Vitra c’est bien la créativité qui est la valeur ajoutée. Rolf Fehlbaum à la tête de Vitra (Bâle) flaire aussi les nouveaux talents. Ronan et Erwan Bouroullec, Barber & Osgerby, Ron Arad, Antonio Citterio, Konstantin Grcic, tous vont être édités par Vitra (et une collaboration depuis plus de 20 ans avec Jasper Morisson !). En septembre 2013, l’entreprise de Birsfelden devient propriétaire d’Artek, fabrique de meubles fondée en 1935 par Alvar Aalto, l’un des pères du mouvement moderne. Une immersion dans le riche catalogue du designer commence à se sentir !

IMG_0921

 

 

IMG_0893

 

 

 

FullSizeRender[2]

Voilà c’est tout cela qui donne à Vitra cette image capable d’instaurer une véritable confiance en la marque, lui permettant d’attirer en 3 ans sur le campus, plus d’un million de visiteurs déjà. Allez J’y retourne cet été !

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design J'ai testé

Portrait Sensible #02

20 mars 2015

Lotie, artiste protéïforme

 

J’ai rencontré Lotie, quand je créais mon entreprise – La maison de Léna – en 2006. Nous discutions à l’époque de l’illustration, de l’un de mes ouvrages. Lotie est comme moi, alsacienne elle vient de Colmar, et elle aime, comme moi, la pâtisserie. Puis nous sommes toujours restées en contact, je suis allée voir assez souvent ses expos, pris un pt’it café de temps en temps, toujours abonnée à ses news, je suis ce qu’elle fait et comment évolue son univers onirique toujours peuplé de fleurs et d’oiseaux. Lotie aime profondément la nature, je crois qu’elle la renforce. Ses projets et ses collaborations m’épatent, elle a une liste de clients plus longue que mes deux bras : des marques de mode, des bureaux de style, de la pub, du print; elle est intarissable de créativité … voici aujourd’hui son portrait

voeux-Lotie1

 

carte de voeux

* Exerce-tu le métier dont tu rêvais ?

A vrai dire, je ne rêvais pas d’un métier quand j’étais petite. Je dessinais beaucoup et tout ce qui était illustré me passionnait mais je ne pensais pas en faire mon métier. En même temps peut-on rêver de faire illustratrice quand on est petite ?

Je voulais faire plein de choses, majorette, alsacienne… que des métiers qui n’en sont pas!

Un peu + tard je voulais faire archéologue (je me passionnais pour l’Egypte) et c’est certainement pour cela que j’ai fait des études d’histoire et d’histoire de l’art. Bon après ça a dérapé un peu vers l’illustration!

 

* TA définition de TON travail

Floral, organique, minutieux

 

bloom1

illustration pour le magazine Bloom, Li Edelkoort

 

foret2

 

La forêt selon Lotie

* Ton rapport au dessin est

 Compliqué. Toujours le stress de la feuille blanche, depuis le début de mon activité et toujours. Une fois que je suis lancée çà s’arrange heureusement!

 

* Le motif c’est un supplément d’âme ?

En art graphique, je ne dirai pas cela. Ce n’est pas la répétition d’une forme qui m’évoquerait cela, mais plutôt l’inverse. Un dessin libre et sans limite. En musique par contre, le retour régulier d’un air, d’une phrase connue emporte plus facilement l’âme qu’une pièce sans repère.

 

* Le cadeau que tu offres souvent

Des objets décoratifs trouvés au fil de mes pérégrinations: boîtes, vases, bijoux..

Ou plus simplement des plantes, en pot.

* Ton héros. Qu’aimerais-tu qu’il dise de ton travail ?

Difficile à dire. Il y a beaucoup de personnes que j’admire, mais un héros.. Totoro?

Qu’on se sent bien dans les forêts dessinées par Lotie!

* Ton moteur

Bien manger !

 

* L’un de tes 5 sens préféré

Alors de quoi pourrais-je me passer en gros, par élimination!

Bon je choisis de garder la vue!

 

* La combinaison de couleurs qui te fait vibrer

J’aime beaucoup les verts, les kakis avec une couleur vive, oranges, roses, violets…

 

* Qu’y a t-il comme pièces de mobilier ou de décoration chez toi ?

Il y a beaucoup de choses, de meubles, de décoration. Alors en vrac, en ancien: vaisselier, tables demi-lunes, secrétaires.. et en décoration: beaucoup de tableaux, de gravures, de lithographies, des années 1900 ou plus récents. Les derniers achats sont par exemple une lithographie de la cathédrale de Strasbourg de Albert Koerttgé et j’avais craqué également pour un peintre japonais, Hideo Takeda.

 

* Ta Madeleine de Proust

L’odeur de l’huile essentielle d’Eucalyptus et de celle de la crème aux plantes médicinales de Weleda…

Aquatic-feather

* L’objet dont tu ne peux plus te passer 

Pas super original, mais mon iphone…

* LIFESTYLE pour toi c’est …

Privilégier le naturel, le bio idéalement local, l’environnement, les médecines douces, faire un peu de sport ( mais pas trop…).

J’ai été élevée comme cela donc je ne me pose pas trop la question, c’est une chance. Beaucoup de musique, de balades, de bonnes bouffes… parce que manger sainement ne veut surtout pas dire se priver! :)

* Acrylique, Aquarelle ou Photoshop ?

Je travaille à l’encre de Chine en noir et blanc, donc ni acrylique ni aquarelle, mais photoshop pour la mise en couleur la plupart du temps.

 

* Est ce qu’on rêve d’un motif ou d’un personnage ?

Pour ma part non. Ils viennent tout seuls quand je me mets à dessiner.

 

* Projets en cours 

Les illustrations pour la collection printemps-été 2016 de la marque de prêt-à-porter pour enfants I talk too much (ci dessous)

Je travaille beaucoup avec l’agence ideematic.com ces derniers temps sur plusieurs projets. En tant que DA mais illustratrice aussi.

Ittm2

Ittm3

* La marque qui te fait rêver … WHY ?

En général, les marques qui me font rêver sont celles qui ont eu une vraie success story et qui sont respectueuses de leurs prestataires/ fournisseurs, de leurs clients et de leur environnement. Les thés « Les jardins de Gaïa  » par exemple. Ils étaient les pionniers du thé bio dans les années 90. Ils ont commencé tout petit pour proposer désormais plus de 500 thés et tisanes en conservant leur méthode artisanale!

* Et une problématique qui me taraude beaucoup… Un petit mot à dire sur le pouvoir esthétique du colibri ?!

Grand pouvoir ! :) Pour en avoir eu en commande plusieurs fois, j’imagine que oui ! C’est vrai qu’il est gracieux ce petit oiseau vibrant. On le trouve un peu à toutes les sauces alors que les jolis petits moineaux ou les mignons rouges-gorges sont complètement abandonnés!

 

www.lotie.com

blog.lotie.com

https://vimeo.com/user1596000/videos

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design J'ai testé

J.Crew on t’aime

7 mars 2015

Le spot-to-be depuis le 6 mars 2015

Il fallait que j’aille célébrer l’ouverture tant attendue de JCREW qui ravit depuis quelques années déjà mon dressing et mon porte monnaie. De la chemise à carreaux pastel, au sweat Tie and Dye en passant par le blazer en tweed à sequins … je commence à avoir une petite collection qui risque de s’agrandir dangereusement. Hier, a ouvert le 1er shop JCREW français, Rue Malher – dans le trendy Marais – plus précisément, où 170m2 de parquet blond et puits de lumière lui sont dédiés.

IMG_6884

Et pourquoi JCREW ça marche ?

– Parce que c’est accessible, je veux dire, ça nous ressemble, des blouses en coton, des sweats à messages, beaucoup de denim, des talons pas trop hauts, des pièces faciles, mais qu’on oublie pas, et surtout pas trop d’égéries glacées parfaites qui effraient

– Parce que le casual est réinventé. Avec des fils argentés, des sequins, des broderies, du lurex, c’est la touche glitter qui fait rocker son treillis. L’alchimie contemporaine du fute troué et de l’escarpin rouge glossy pointu. Redoutable.

– Parce que Jenna Lyons sa présidente est d’un style fou, un boyfriend et un rouge à lèvres mat l’habillent… elle est parfaite en pantalon, elle est chic, elle est grande, et elle a des seins ! c’est tout ce qu’on demande nous pauvres accros de la mode. Et aussi parce qu’elle pose son fessier musclé sur des TOLIX sivouplé

 

Jenna

 

– Parce que beaucoup de boutiques ont du souci à se faire question accueil, service et accompagnement de la clientèle dans son EXPERIENCE SHOPPING. Bon ok ça vient d’ouvrir et la petite limonade gingembre-citron-vert fait partie de la chance du débutant mais quand même c’est tout l’art complexe de l’américain friendly (le même qui te fait un hug emphasé alors qu’il ne t’a vu qu’une fois, mais qui ne deviendra jamais ton ami).

FullSizeRender[11]

 

 

FullSizeRender[2]

 

 

– Parce que à 82 euros le sweat c’est quand même pas la ruine, et que le détail qui tue est toujours là. (c’est lui qu’on paye, c’est l’intérêt, sinon on va chez COS).

 

IMG_6888

 

 

FullSizeRender[9]

 

 

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design Tendances Lab

DESIGN TRENDS

19 février 2015

Quoi de neuf dans la maison ?

 

Maison & Objet est loin derrière nous, les pou-pouilles d’Ambiente viennent à peine de remballer.

Après avoir vu, touché, senti, regardé, photographié, dis bonjour à untel, souris, porté un quintal de catalogues, claqué la bise à unetelle, argumenté, analysé, été ignorée par ma friend qui s’est caché pour ne pas nous voir (nouveau concept-tord), j’ai digéré mes visites et farfouillé dans mon musée d’images personnel…

Ce qu’il en ressort : 10 tendances DECO à suivre … ou pas.

1. L’accumulation

Pour une fois qu’on peut en mettre partout. Le même produit dédoublé, multiplié, pour lui donner encore plus de force. Je suis sensible aux murs remplis de miroirs, ou à ce défilé d’assiettes, principe merchandising somme toute assez courant chez les acteurs du secteur (Royal Copenhaguen, Paola Navone, Conran Shop …). Cette tendance là a beaucoup d’années devant elle.

FullSizeRender[13]sur le stand Missoni


6fb75e0cb37fd9e2516cde5e3d1dc67e

89a9fafe93659de9e310df3c365638bb

315cba9b2c1845aee020cede784ae786

IMG_5663

Chez Vitra à Weil am Rhein

2. Le Cuivré

résiste … encore très fort. ça fait bien plus d’un ‘couple of years’ que le matériau fait rosir nos objets. Sur les meubles, les vases, seul ou mixé à d’autres matières. C’est un métal que j’aime d’amour, vraiment. (cf. mon article à ce sujet il y a un petit moment déjà, ici). A foison sur Etsy, chez Anthropologie. Un Tom Dixon en a fait son fond de commerce et pour un peu Villedieu-les-poëles est en passe de devenir le spot le plus stylé de 2015.

3d8fb0_d1bb4d3c7da04c8a8933fbc5fea78c04.jpg_srz_p_827_827_75_22_0.50_1.20_0Le Vase You&Me de Rebecca ici

Copper-Hull-mondrian-hotel-london-conde-nast-traveller-8sept14-pr_810x540

L’hOtel MOndrian de Tom Dixon, à lOndOn

 

1622003ca8b21f7bcedb1e139bfbdd17

 

 

untitled-2_12

 

 

Photophore MENU

 

3. Le Rotin

Le rotin, c’est mon addiction, mon crève coeur. Sur mon profil facebook récemment je commentais encore cette nouvelle fraîche d’Ikéa en plein lancement de sa collection capsule de rotin et de vannerie. Je vous en fait un copié-collé. Car je n’ai pas le courage de me répéter : « Ah nous y voilà le rotin, la vannerie ! Juste l’ADN de feu ma petite société « La maison de Léna ». Structure trop petite pour importer des containers d’Indonésie, un Made in France que je ne regrette pas mais qui m’a coûté cher… Être en avance aussi. Mais ce fut innovant. En 2007 le monde entier méprisait le rotin. Être à la mode c’est bien. Ça fait vendre. J’ai des mails plusieurs fois par mois de personnes qui souhaitent acheter mes produits. J’ai très envie de recommencer l’aventure. Aujourd’hui j’ai plus de recul et d’outils. »

Bref aujourd’hui tout le monde en veut, les bobos achètent les structures de lits de leurs enfants en rotin, se découvrent des passions pour le cannage français, chinent les miroirs en photo plus haut – et ont dépassé le stade du « ah oui je vois c’est le fauteuil d’Emmanuelle ». India Madhavi sait de quoi je parle, elle l’aime le rotin, depuis toujours.

Capture d’écran 2015-02-19 à 12.11.27
La Chimera de Samuel Accoceberry

 

Bambini 03 fév 09Mon fauteuil Cabane, pour le Magazine italien Bambini

 

Studio Job Archives Wallpaper

Jaime Hayon

4. Le verre coloré

Peut être l’une des plus belles tendances déco du moment, très répandue en luminaire, il suffit de voir les Pulpo, Brokis, Poetic Lab, Glas Italia, et j’en passe. Les vases en font partie aussi, prouvant chaque jour que 1. on a pas besoin de mettre des fleurs dedans et 2. que l’accessoire sert aussi à vendre les grosses pièces. Une recherche semble en cours sur le verre irisé, argenté, hologramique presque …( ça se dit hologramique ?). Le verre coloré, comme toutes les pâtes de verre, ou de cristal sont des leviers forts de désirabilité, ils font envie, leur transparence, leur dégradé, un truc vibrant, en rapport avec l’émotion, c’est sûr.

large_patricia-urquiola-glasitalia-thumb

version Patricia (Urquiola)

Bell-Table-by-Sebastian-Herkner-for-Classicon-IMM-Cologne-2015-Yellowtrace-31

 

version (saint) Sebastian Herkner

6a0120a5085b34970b017ee6363098970d

version cardiaque Eva Milinkovic

5. La nature

ça parait con-con, le truc dont on parle tout le temps, l’écologie, le green, « la ruche qui dit oui », la detox archi bobo (d’autant qu’on a hyper faim !) et tout mais n’empêche … La nature pour moi elle est comme l’art, elle donne de l’interêt à la vie. Elle ressource, et ce, même si l’on n’est pas très honnête en geekant comme un malade sur son smartphone dans les champs (oui en plaine, à Hirtzfelden on capte !). Il y a quelque chose à voir avec le regard, qui se perd, qui pour une fois peut aller loin. Normal que les designers qui sont les meilleurs piffeurs au monde, en mettent dans la maison. On fait pousser ses herbes, on imite la danse de l’eau (Poetic Lab) on fait grandir ses poissons (Matthieu Lehanneur depuis 2008 entre parenthèses), et, plus access on ouvre son intérieur aux imprimés végétaux, aux feuilles, aux fruits, aux animaux … (Broste Copenhaguen, Frohstoff …)

 

Hermes-Femme-Campagne-SS-Ete-2014-01

 

1309859139_4e12dd43cf099

Local River – M.Lehanneur

 

IMG_6637
La nature chez Daum, l’adn

Ripple-light-by-Poetic-Lab_dezeen_1

imitation de la nature façon Poetic Lab

 

Reversed-volume-studio-mischertraxler-pour-PCM-12

 PCM Design, la nature moulée

3d8fb0_e5034669077c4fcf87ed698106c0ed81.jpg_srz_p_827_827_75_22_0.50_1.20_0

 

Bienvenue21, du papillon presque vivant

 

6. Le marbre

C’est la Deco qui s’embourgeoise tout en restant très graphique. En même temps, le marbre ça vit, il y a des veines dans ce matériau là, de l’aléatoire, et malgré le caractère froid dont il essuie souvent les critiques, il est aussi sensible que solide. Il a fait son arrivée la saison dernière et la tendance semble s’affirmer. Ayant récupéré la Table Knoll de mon enfance, qui est arrivée la même année que ma soeur, en 1975, malgré sa légendaire solidité, la voyant désormais chez moi, j’y ai vu aussi, mes petits coups de fourchette, mes tables de multiplication, mes révisions du BAC, les repas du soir, les premiers cendriers, plein de potes autour (dans mon souvenir je ne pensais pas qu’on pouvait en mettre autant). Aujourd’hui les purées tomatées de mon fils semblent tatouer la matière, je le vois y lire son tchoupi et cogner ses camions. C’est beau un meuble qui vieillit.

275c280f4b01f5e1e7ef98885122e191

magie de Pinterest

1380117561

pour de faux, H&M

 

fauteuil-de-marbre

Mauricio Galante x Cerruti

 

xnouveautes-automne-hiver-20142015-roche-boboi-L-FoiQha.jpeg.pagespeed.ic.16TKNj0LB1iFPKDQzX67

Margaux Keller pour Roche Bobois

 

7. Le Wording

Enfin le droit d’ouvrir sa ….. ce n’est plus l’apanage des vieux ! (j’en connais qui sont pas si vieux et qui l’ont toujours ouverte, à parler à tort et à travers, par pur plaisir de voir les humains s’étriper. j’ai pas encore la recette pour faire taire ces gens là). Puisqu’on est pas assez vieux – et trop bien élevés – pour oser dire ce qu’on pense (ralala, je me brime souvent vous savez, Benoît si tu me lis, c’est pas easy ne rigole pas !) on s’exprime à la maison, des lettres, des initiales, des mots entiers parfois, des prénoms, des interjections, des devises qui tiennent à coeur (Leave me alone, bitch ! ) en carton, en métal, en papier, ou à leds. Ils sont nombreux les Kidimo, Seletti, Marilème à écrire leur déco. Nous à la maison on a été jusqu’au lalala. façon typo de BE PÔLES au dessus d’un bureau. Et dernièrement j’ai craqué pour un petit OUI! turquoise de chez YouTalkingToMe marque que j’avais fait venir à noël au BHV (c’est bon les mots positifs).

 

FullSizeRender[14]

 YouTalkingToMe

 

merci

Kidimo

 

seletti-01422-Z-2-1012

 

Seletti

8. L’aquatique

Et d’ailleurs le monde marin en général, soit façon cabinet de curiosité avec des coraux, des organismes translucidement mous (méduse, anémone et puis je pense aussi à quelqu’un d’autre hahaha !) – comme les créations de Vox Populi ou de Gilles Caffier, les céramiques de FOS Ceramiche – soit le champ lexical du reflet, des encres délavées, de l’eau. On retrouvera donc dans ce registre les deep dye, et tie and dye, la vaisselle japonisante, les vagues clapotantes, les écailles irisées aussi bien sur le textile mode (défilé Rodarte, Blumarine, Iceberg) que dans le linge de maison (Baan, Colonel …). On se souvient aussi des algues des Frères Bouroullec qui font écho à la façade du Mucem à Marseille.

Les-Meduses-de-Vox-Populi-mises-en-scene

Vox Populi

 

Ithaa-Undersea-Restaurant-as-a-bedroom

L’expérience Ithaa Undersea aux Maldives

 

20d42e1cd854b1a79106eceebf4580bc

 

7773159906_elitis

 

a3addcfee096cfc485674d22ee6b7d2e
les résines « habitées », Bleu Nature

 

coursive

Mucem par Rudy Riccioti

9. Le vert

Je le sentais arriver ce vert, j’ai une envie de vert depuis quelques mois. Toutefois il est souvent boudé en deco et sur le red carpet (vert et rouge traduc : déco de noël – et puis ça porte malheur aux stars, comme on en est pas on s’en fout un peu, NDLR). Pas facile à choisir, à accorder, la palette est large. Du vert anis, ou du vert bouteille, du kaki ou du gazon. Gros dilemme. Il est magnifique en petites touches – une nappe, un coussin, un unique mur, un sac Balenciaga à 1400 balles – ou sur un fauteuil, un petit meuble. C’est simple, le vert c’est pour ceux qui osent pas le jaune ! plus calme et tout aussi énergisant. Moi je trouve ça kiffant le vert, (le jaune aussi remarque) j’en ai beaucoup chez moi; ma salle de bain est vert grisé, le mur de mon salon est Citrine, mon paravent en feutrine, une de nos lampes et tout récemment ma jupe de saint Valentin (Mon valentin est vert aussi) – oh oui ça va hein, vous êtes nombreuses à trouver ça moisi et puis vous êtes bien contentes quand IL y pense et fait un cadeau ! -. je ne sais pas combien de temps ça va durer, mais faites vous plaisir les verts du moment sont beaux, beaux, beaux !

 

4d311f7dfc39b3e6a6f8b7a4c1ee388f

 

Stian-Korntved-Ruud-environment-image

 

 

canape-foliage-kartell-noir-vert-1_1

 banquette Patricia Urquiola

6c2c946c02ec13cb6be23bf305aa8f6d

 

 

 

10. Le fil

Liane naturelle ou fil de scoubidou, fil d’osier, de coton ou de plastique. Il est là le fil hémophile, soutenant nos fesses, nos livres ou nos fleurs. Tressé aussi parfois.

 

lampe-pet-tresse-ethnique-2

 

Le fameux projet PET lamps

 

burks-dala1

Stephen Burks

 

133ee314a0da7b3f670c50f0cbb9a760

vases Jun Murakoshi

 

elsa-rande-meuble-couture-15

Elsa Randé

 

 et si jamais il y avait des petits soucis de © de photographes que je n’ai pas trouvé, un petit mail à sophie@mymillionfashionblink.com – et je m’occupe de rendre à César …

Vous aimerez aussi:

Fashion & Design L'air du temps

Les Objets Cul.Cul (Culinaires Cultes) du moment

25 octobre 2014

Puiser dans l’oubli les It-Objets d’aujourd’hui

On n’a plus que ça à la bouche, refaire vivre les objets d’hieren même temps que s’en créent de tout nouveaux, tout beaux, tout connectés, qui comptent vos calories d’apéro, vous rappellent qu’il faut prendre votre insuline, impriment vos textos …-

Comme si « à l’ancienne » donnait plus de valeur, de goût, de qualité à la vie, aux choses. Ou bien ne fut ce qu’autrefois, ou « Jadis » comme disait ma boss en 2002. A revendiquer le retour au VRAI, force est de constater qu’il y a quand même du VRAI là dedans forcément. Un Kougelhopff dans un moule en métal par exemple, n’aura pas la même texture qu’un kougelhopff dans un moule en terre de Soufflenheim. CQFD. Il en va de même entre une purée touillée au robot et une écrasée de pommes de terre avec son outil dédié.

On avait l’ambition de le faire au nouveau Lafayette Art de Vivre (enfin au final Maison/Gourmet) les planches de powerpoint en étaient truffés d’objets cultes, de must have du culinaire (et je ne parle pas ici des « toqueurs à oeuf » dont Madame C. rêvait en secret).

Et donc, je suis partagée, même si redécouvrir de nouveaux modes de cuisson avec d’anciens cuit-poulets, et autres diables en grès semble tout à fait excitant, pour les saveurs révélées, la communion de la matière avec les jus, les aromates…. (Mmmmhh) disons le tout cru : c’est quand même l’affaire d’armadas de bobos parisiens (BOAL maintenant – bourgeois alternatifs – inventés par ceux qui restent désespérément BOBO) qui peuvent, eux, magnifier le goût des aliments car leur matière première vient du marché, sans hormones, et loin du Leader Price et de la pizza Reine Marque Repère. Bref, cuire un poulet de merde empalé dans la rolls des cuit-poulet malheureusement ne sert à rien.

Et c’est bien là ce qui me chiffonne avec ces ustensiles culinaires revisités, ils touchent non pas au sur mesure d’exception à la façon d’un HERMÈS, d’un DAUM, d’un BERLUTI ou d’un restaurant ETOILÉ, mais ils s’adressent à notre ventre, nos besoins primaires, vitaux, qui ne devraient normalement pas s’arbitrer à coup de portefeuille. C’est tout bête en somme, que nous choisissons de nous équiper chez Zodio ou qu’on investisse dans un luminaire S.Mouille, fait appel à notre connaissance, notre éducation, notre goût, nos émotions, et est un choix PERSONNEL, réfléchi, en revanche nous devrions TOUS avoir accès aux bons produits alimentaires. Qu’on ne se méprenne pas je respecte profondément le temps, le travail de la main, le coût de la main d’oeuvre en France, le respect des animaux et de la nature, pour produire mieux et faire de meilleurs produits. Et c’est normal que ceci ait un prix. Je suis prête à bouffer des fèves décortiquées CASSEGRAIN toute une semaine, pour pouvoir un jour me payer un filet de boeuf chez Hugo Desnoyer !

Pour en revenir à ces fameux objets, sont -ils alors connectés à la vie de la majeure partie des gens de notre pays ? je veux dire ceux qui ne connaissent pas le beurre Bordier, et le Pata Negra. Seront-ils aussi désirables qu’un Iphone 6 payé en 10 mensualités ou un nouvel écran LCD en période de coupe du -ce que vous voudrez- que finalement le monde entier arrive bien à se payer ?

Le goût, la saveur originelle, la qualité exceptionnelle des produits gastronomiques est donc bien l’apanage d’une élite. Le beau, le bon, le goûtu ça ne rime pas avec gratuit. A part peut être la cueillette sauvage des champignons, des cerises, et les chanceux (hard workers!) qui élèvent des poules et cultivent un potager.

Un objet culte alors qu’est ce que c’est ?

Un Objet à la fois simple et efficace, un objet oublié mais présent, célèbre aussi, et d’une redoutable utilité aussi bien à l’âge de (pierre) de mes arrières grands parents qu’aujourd’hui où notre vie nous observe du haut d’un CLOUD. Un objet qui a traversé le temps, sans s’adapter à nos modes de fonctionnement modernes, qui a pu changé de look aussi et garant d’une certaine réussite d’exécution.

Dans la foultitude des stratégies marketing célébrant ces objets cultes, j’ai établi une liste non exhaustive, car je ne suis pas assez âgée pour les avoir connus, utilisés et/ou repertoriés. Mais certains d’ailleurs ont été remis au goût du jour. Dans ma besace il y a :

1. Le célèbre presse purée en inox

2. La cocotte en fonte STAUB

 

 

3. l’économe ou couteau d’office OPINEL

4. La casserole en cuivre MAUVIEL

5. le DIABLE de la Manufacture de Digoin

Bravo à ma Coco ! qui est à la tête de la dite Manufacture, après des mois d’énergie surhumaine déployée pour reprendre la boîte, et qui a ressuscité cette poterie culinaire

 

 6. le presse ail Rösle

 

7. La brosse à champignon REDECKER

 

8. Le pot Lyonnais

 

 

9. Le moule à Kougelhopff en terre alsacien

 

10. Le vinaigrier en grès, Digoin (mis à l’honneur par Muji chez Merci)

 

 

11. le nécessaire à vaisselle Andrée Jardin

 

12. le savon inox anti odeurs – La Malle Trousseau

 

13. Les bocaux LE PARFAIT

J’en ai sûrement oublié, (hein quoi un THERMOMIX ?) ce qui est sûr, c’est que certains sont en train aujourd’hui de devenir les cultes de demain. Rendez vous dans 40 ans. Si Félix me sort que la cuillère manche LEGO en est un… alors là je serai vieille.

Vous aimerez aussi:

J'ai testé Love +++

I laine you

24 octobre 2014

Wool ah !

Aujourd’hui j’ai testé : Tricoter mon petit pull de take away !

Ce matin j’ai reçu un cadeau. Un paquet qui sentait bon, mais alors trop bon ! Sous le papier de soie étoilé et parfumé, un kit pour me remettre à tricoter (là je râcle hum, hum depuis le point mousse que m’a appris ma maman pour confectionner une écharpe pourrie à ma Tinie … je n’y ai pas remis les pieds, enfin les doigts !)


Et un coup de coeur comme ça, ça ne s’ignore pas !

Destiné à emporter sans me brûler les mains mon p’tit café-Jean Pierre au bureau je découvre un ravissant sac de coton écru, des aiguilles géantes en bambou, une pelote de Mérinos orangée, des tas de cartes colorées (tiens il est pas mal le brun sur la photo, je me demande si il sera à Who’s next la semaine prochaine …) des étiquettes sérigraphiées, des petits sachets adorables, une notice dessinée et Oh surprise des bonbons ! mais purée qu’est ce que ça sent bon dans ce paquet, c’est du musc du patchouli nan allez sérieux c’est quoi ?

Je lis des mots doux comme la laine contenue dans le colis : Peace, Wool, Hyper facile, Supra doux ! se Slow Manager… déjà ça donne envie de lover, lover sa journée, lover sa vie et lover bien entendu son petit pull de coffee cup pas encore tricoté … Je découvre donc cette nouvelle marque dont l’univers me séduit. Peace and Wool donc « imagine des accessoires et des vêtements très faciles à tricoter, par des gens comme nous. ../ les notices sont limpides, les laines 100% naturelles et de très grande qualité pour que les pièces que tu vas tricoter durent longtemps et que tu te sentes bien dedans ».

Une petite résistance indignée (sont trop fort chez Peace and Wool comment ils savent que j’aime bien résister et m’indigner ?!)

Et là tenez vous bien. Lisez ce qui va suivre c’est juste un peu comme je voyais la vie du temps de ma Maison de Léna : « Tricoter c’est renouer avec ce que l’on a oublié de nous apprendre, parce que nés dans le prêt à consommer (euh dans les années 75 on faisait aussi du point mousse et de la purée maison), c’est aussi fabriquer quelque chose, donner de son temps et de son attention, donner du sens à donner, donner de ses mains. »

Normalement ça doit donner ça, j’ai hâte ça va être grave stylé !

Bon faut absolument que je tricote mon petit pull de Take Away me dis-je sans plus tarder. Vite vite je déplie la notice ! ça tombe bien le niveau de difficulté est Beginner. Genre. Aucune excuse pour me planter, en une demi heure c’est plié, j’aurai mon petit pull de take away !

Une illustration didactique, plein de petits shémas … y en a beaucoup quand même pour un si petit pull. Je commence à suer, j’ai l’impression qu’ils minimisent la difficulté en imprimant YOUPI.

Puis je déplie la notice baptisée B.A BA du tricot

Comment dire, je crois que je suis con, je ne sais pas « monter 26 mailles » ! je sais monter des blancs en neige, monter à cheval, monter les escaliers, monter dans les tours, monter une surprise Kinder, monter sur mon amoureux tout émoustillé (j’ai testé si y a pas de cul dans un article les lecteurs décrochent), mais là ils m’ont séché chez Peace and Wool, j’en suis qu’au numéro 1 du B.A BA et les 26 mailles, je vois pas comment me les cogner ! La honte je décide de NE PAS téléphoner à ma mère, ni à COCO qui se fouterait bien de ma gueule.

J’essaye au moins de faire le noeud coulant

Je crois qu’il s’écroule coule bien là ! bon ça fait déjà 15 minutes que je m’excite et normalement je dois finir dans 1/4 d’heure. J’ai les doigts moites et je pense à ma copine la Miss K qui écolo comme elle est, aurait déjà monté toutes les mailles, changé de pelotes deux fois et le triomphe humble viendrait agiter son p’tit café Starbucks avec son petit pull de Take Away installé dessus !

Je prends un bonbon pour déstresser

C’est vrai que les notices sont limpides, le petit détail est qu’il faut juste savoir tricoter ! Les mailles à l’endroit, à l’envers, je me rappelle plus comment je faisais pour cette pourriture d’écharpe de poupée Tinie (qui entre autres faisait pipi) !

Tout en suçant mon bonbon, je me caresse doucement le visage avec le Mérinos, pour oublier que la sensation de mon petit pull de Take away sur mes mains crevassées de froid, je risque pas de la connaître ! Il me reste 5 minutes, je sens que je vais fourrer la coffe cup dans la pelote.

j’en suis à ça

Là il me reste 3 minutes je commence à m’encourager comme le faisait Philippe Lucas avec Laure Manaudou, j’ai les lèvres qui tremblent mais non je ne pleurerais pas, espèce de blondasse incapable « de donner du sens à donner« , infoutue « de donner de ses mains » !

30 secondes, je décide de faire une sculpture de Take Away .

Ta dahh !

Alors oui je m’adresse à toi Peace and Wool, j’adore ton concept, le ton et le coeur que tu y mets, j’adore ton ténébreux mannequin d’écharpe, ta petite saucisse d’amour emmaillotée dans son mérinos douillet, mais pitié viens me donner des cours de jersey !


www.peaceandwool.com

Vous aimerez aussi:

Enjoy this blog? Please spread the word :)